AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Je ne pensais pas te revoir ici... [Pv: Misaki Midori]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cynthia Holloway
Modérateur
avatar

Age : 24 ans
Situation : Célibataire
Autres comptes : Victorica Johnson, Guillaume Boissiet
Crédits : finite-inc4ntatem
Messages : 85
Date de naissance : 02/07/1993

MessageSujet: Je ne pensais pas te revoir ici... [Pv: Misaki Midori]   Ven 1 Sep - 22:49



Je ne pensais pas te revoir ici...
Avec Misaki Midori


Time flies isn't it?

Ce soir, j'allais être seule dans la bibliothèque. Mme Webster devait partir plus tôt, et avait décidé de me laisser m'occuper de la fermeture. Elle m'avait donc confiée les clefs, après m'avoir de nombreuses fois dans la semaine et cette journée rappelé les consignes : fermer les volets, éteindre les lumières arrivée à la porte, activer l'alarme puis sortir et verrouiller la porte à double tour. Si jamais j'oubliais quelque chose à l'intérieur, je devais l'ouvrir et penser à faire le code de l'alarme afin de la désactiver avant d'allumer la lumière, auquel cas elle s'activerait.

- Tu te souviens bien des consignes ? M'avait-elle dit avant de partir.

- Oui ne vous en faites pas.

Je lui avais souri lorsqu'elle était sortie, et lui avais fait signe de la main. Désormais seule, la bibliothèque me paressait bien vide. Entre le soir qui arrivait et le travail revenant progressivement, personne ou presque ne venait à cette heure. Et aujourd'hui, j'allais probablement être seule jusqu'à la fermeture, me faisant sentir plus fortement le silence dû à l'absence de clients qui régnait dans la pièce.

Malgré tout, j'étais heureuse. C'était la première fois que je devais m'occuper de quelque chose d'aussi important, et j'espérais bien m'en sortir. De toute façon, si j'oubliais ce que j'avais à faire, je l'avais écrit dans mon carnet, rangé dans mon sac, que j'avais placé comme à l'accoutumé derrière le comptoir. Encore quelques minutes, et il ne me resterai à faire que les dernières vérifications avant le départ. Il ne s'agissait que de voir si rien ne manquait et si tout avait été laissé en état.

A l'extérieur, il commença à pleuvoir. La chaleur de ces derniers jours avait eu raison du temps. La pluie se changea rapidement en averse, et elle se déversait sur les fenêtres du bâtiment. Heureusement que je n'étais pas dehors… Mais je n'avais pas pensé à prendre de parapluie ce matin. Il fallait espérer que la pluie s'arrête avant mon départ. Quelqu'un s'arrêta alors devant les vitres pleines d'eau. D'ici, sa chevelure brune paressait trempée. De ce que je pouvais voir, bien que l'eau rende floue cette personne, il s'agissait d'une femme. Et malgré qu'elle soit trempée, elle ne semblait pas vouloir bouger. A ce rythme, elle allait attraper froid… Je regardai ma montre. Il ne restait que quelques minutes avant que je ne quitte mon travail. Je pouvais la faire entrer jusque là. Je ne suis pas du genre à laisser quelqu'un dans le besoin de cette façon ! Sauf quand il s'agît de moi-même je suppose… Je suis plutôt bonne pour ce qui est de m'occuper des autres, mais moins quand ça me concerne.

J'ouvris la porte, et m'adressai à l'inconnue :

- Hum… Vous pouvez entrer le temps que ça se calme si vous voulez !

Sur ce, j'étais entrée dans la bibliothèque, sans attendre sa réponse. Il allait certainement falloir que j'essuie l'eau qu'elle mettrai derrière elle, mais un peu de travail en plus n'allait pas me faire de mal. J'éteignis l'ordinateur de l'accueil, qui n'allait certainement pas resservir avant demain, puis revins vers la jeune fille.

C'est en la regardant enfin que mon esprit comprit. Je la connaissais. Et ce n'était pas n'importe qui. Il s'agissait de la jeune fille asiatique avec qui je m'étais réfugiée un temps durant la fête nationale. Jusqu'ici, la seule personne que j'avais revu après cet événement avait été Michael, dont la sœur se trouvait encore à l'hôpital. Je n'avais donc eu aucune nouvelle de la brune et du second asiatique depuis que j'avais quitté la demeure de sa tante, sans même connaître leurs noms.

Ma réaction fut de sursauter. Je ne m'attendais vraiment pas la rencontrer ici. Le 4 Juillet me parut soudainement bien loin en ce début de Septembre…

CSS par Gaelle

_________________
I can't go back to yesterday because I was a different person then - Lewys Carroll, Alice in Wonderland.
Cynthia will speak to you (or not) in #FF9933
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Misaki Midori
Modérateur
avatar

Age : 24
Situation : Célibataire
Activité criminelle : Yakuza
Autres comptes : Oliver Smith, Aurore Dumas
Crédits : Suture graph
Messages : 28
Date de naissance : 18/09/1993

MessageSujet: Re: Je ne pensais pas te revoir ici... [Pv: Misaki Midori]   Mer 6 Sep - 2:04

Je ne pensais pas te revoir ici...
Marre. J'en ai marre de cette vie d'héritière de gang de yakuzas. Ne pouvoir rien faire de moi-même. Avoir un permis et ne pas pouvoir faire un mètre au volant. Toujours conduite par mon chauffeur/garde du corps. Un pas dehors et j'avais encore un homme sur le dos qui ne me lâche pas d'une semelle à part aux toilettes. Au boulot, il est là. Dans le fond de la salle. A la maison, il habite dans l'appartement juste à côté. Dès que je sors il faut que je prévienne et que j'ai l'accord pour être seule sinon il serait de nouveau avec moi. Je ne peux faire un pas sans qu'il soit là. Quoi que je dise ou que je fasse il le sait comme si j'avais un micro ou une caméra sur moi, voire les deux. Cette sensation d'être tout le temps observée me rend à la limite claustrophobe et je n'arrive plus à vivre ainsi. Malgré le traumatisme du 4 juillet où la présence de Ryutaro m'aurait sauvée je ne pouvais plus le supporter. Une seconde de plus et j'allais exploser.

C'est ainsi qu'habillée d'un short, un top asymétrique noir et d'une paire de basket de la même couleur que mon haut je fuguai de chez moi. Ryutaro était chez lui à ce moment-là. J'avais donc pris mon sac à main et enfilai une veste avant de partir. De toute façon je n'avais pas besoin de me maquiller ni de me coiffer car je l'étais déjà vu que nous étions le soir. Toujours impeccable dans n'importe quelle circonstance. Je ne serais pas Misaki sinon. J'avais évidemment laissé mon portable chez moi pour ne pas avoir de gps pour me retrouver. Avec un peu d'argent je pourrais me payer un bus ou un taxi ou n'importe quoi pouvant me laisser respirer deux secondes dans cet enfer. Mes clés en main je fermai la porte rapidement en faisant attention de ne pas la claquer et ce fut l'heure du plus long et fatiguant sprint de ma vie. La course à pied c'est pas mon truc mais quand faut y aller faut y aller. Et j'y suis allée. Mon garde du corps n'eut pas le temps de m'entendre fuir que j'étais déjà en bas de l'immeuble après avoir dévalé les escaliers de l'appartement à vitesse grand v. Je me mis donc à courir sur le trottoir comme si je faisais des bonds. Un. Deux. Je me répétais ces mots inlassablement dans ma tête. Il fallait que je file quelque part loin d'ici avant qu'il ne se rende compte de ma disparition et qu'il prenne la voiture pour me retrouver. Malheureusement pour moi je cours moins vite qu'une petite fille donc contre une voiture... J'ai aucune chance. C'est pourquoi je ne m'arrêtai pas même si ma respiration était saccadée et que des gouttes de sueur perlaient sur mon front. Je courrai tellement que je dus me stopper un instant pour pouvoir reprendre mon souffle. Problème. Je n'avais pas prévu que la météo se joue de moi. Une pluie des plus catastrophiques pour ma coupe de cheveux s'abatis sur moi alors que j'étais en train de me reposer. Aucun abris aux alentours. Je repris alors ma course pour trouver un endroit pour me protéger.

J'arrivai donc au bâtiment le plus proche qui s'avérait être en fait une bibliothèque. Je me postai alors en dessous d'une sorte de préau pour éviter la pluie qui avait déjà saccagé ma tenue, ma beauté et mon moral. J'avais froid à cause de l'eau, aucun moyen de me sécher et ma tenue courte n'aidait en rien. Heureusement j'eus de la chance d'avoir mis du maquillage waterproof. Ce fut la seule chose sauvée sur moi. Quelle idiote de ne pas avoir pris de parapluie. Il n'y avait que ma veste qui essayait tant bien que mal de se rendre utile mais bon ça ne vaut pas un bon imperméable ou un parapluie. Je restai donc comme une âme en peine devant ce bâtiment en attendant que le déluge prenne fin. Pourtant il n'avait pas l'air d'être de cet avis. C'est à ce moment précis qu'une silhouette apparu dans l'encadrement de la porte. Une femme qui me proposa d'entrer. Je la regardai avec des étoiles dans les yeux. Ma sauveuse. Au moins je serai au sec et je pourrais avoir un peu de compagnie à l'abris de l'eau et de Ryutaro qui doit me poursuivre dans son véhicule. Elle partit à l'intérieur sans que je n'eus le temps d'ouvrir la bouche. Je la suivis donc et entrai par la porte. C'est à ce moment que je la vis. Que je la reconnus plutôt. Elle n'était autre que la jeune femme avec l'enfant que j'avais rencontré le jour de l'attentat il y a un mois.

- Oh! Je ne pensais pas vous revoir ici. Nos rencontres sont toujours innovantes et extraordinaires!

Je ris légèrement à la situation quelque peu cocasse. J'allais enfin pouvoir discuter tranquillement et normalement avec elle. Cette fois il n'y aura aucun tir pour nous déranger dans notre conversation. Durant cette pagaille je n'avais pas pu lui demander quoique ce soit la concernant et je ne la connaissais donc que comme étant une jeune femme aux cheveux châtains qui s'occupait d'un enfant. J'allais découvrir son prénom et faire plus ample connaissance avec elle. Savoir qui était ce gamin par exemple ou ce qui lui est arrivé à elle et l'enfant après qu'elle nous ait abandonné chez la sorcière Felix et moi. Je garde d'ailleurs un très mauvais souvenir d'être restée chez la vieille même si grâce à Felix j'avais pu être en sécurité. Je ne le remercierai jamais assez en y repensant... Enfin bon pour le moment je me concentrais sur la jeune femme sous mes yeux. Nous allons pouvoir commencer une vraie relation pas comme celle que nous avions un mois plus tôt.

- Donc commençons par les bases. Je m'appelle Misaki Midori et toi?

Je lui fis un grand sourire chaleureux en tentant désespérément de me recoiffer avec mes mains et de réarranger mes vêtements. Un peu gênée je lui demandai également si elle ne possédait pas au plus grand des hasards quelque chose pour me réchauffer ou seulement une simple serviette. Je n'avais pas besoin de grand chose mais juste être au sec.

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cynthia Holloway
Modérateur
avatar

Age : 24 ans
Situation : Célibataire
Autres comptes : Victorica Johnson, Guillaume Boissiet
Crédits : finite-inc4ntatem
Messages : 85
Date de naissance : 02/07/1993

MessageSujet: Re: Je ne pensais pas te revoir ici... [Pv: Misaki Midori]   Sam 9 Sep - 13:08



Je ne pensais pas te revoir ici...
Avec Misaki Midori


Well! Commençons par le commencement

C'est elle qui engagea la conversation. Elle me dit en riant :

- Oh! Je ne pensais pas vous revoir ici. Nos rencontres sont toujours innovantes et extraordinaires!

La surprise s'était changée en un certain amusement. Cela faisait la deuxième fois que nos chemins se croisaient, et cette rencontre était tout aussi insolite que la première. Enfin… Si on omettais le danger de celle-ci. Avec de telles premières rencontre, à quoi allait ressembler la troisième ? Je ris à mon tour.

- En effet.

Elle se présenta. Misaki Midori. C'était plutôt un joli nom, et il avait une belle sonorité quand on l'entendait. Peut être à cause de l'assonance en « - i » qui le composait ? Je souris, avant de me présenter à mon tour :

- Cynthia. Cynthia Holloway.

J'aurai aimé ajouter « enchantée » ou un mot y ressemblant, mais je n'étais pas sûre qu'il soit nécessaire de le dire puisqu'il ne s'agissait pas de notre première rencontre. Elle me demanda alors, pendant qu'elle tentait de se recoiffer et balayait ses vêtements plein de gouttes de pluies si je n'avais pas de quoi la réchauffer. Ce dont elle avait besoin, c'était surtout d'une serviette dans le but de se sécher. Ce que je n'avais évidemment pas en ma possession. Mais j'avais un thermos dans lequel restait un peu de café. Je l'avais préparé ce matin contre la fatigue qui aurait pu se faire sentir au cours de la journée. Je n'avais encore une fois pas beaucoup dormi cette nuit. Trois ? Peut être quatre heure ? Je ne sais plus… Mais c'est le temps moyen que j'ai habituellement. J'avais encore dessiné sans faire attention à l'heure. J'allais vraiment finir par avoir des maux de dos à force de m'endormir sur une chaise… Néanmoins, pour cette fois, être plus ou moins une insomniaque allait me servir à quelque chose. Je me rendis donc jusqu'au comptoir, et sortis l'objet de mon sac. Puis, je revins vers Misaki.

- Ten--- Tie…

J'oscillais entre le vouvoiement et le tutoiement. Je l'avais tutoyée lorsque je l'avais plaquée au sol lors de notre première rencontre. Alors il était bête de ne pas continuer. Pourquoi réfléchissais-je même à cela ?

- … Tiens. Mais le café risque d'être tiède.

Je lui tendis.

- Je n'ai pas mieux, désolée…

J'aurai apprécié faire plus pour elle. Mais je n'avais pas de vêtements chauds à lui prêter, ni de serviette pour qu'elle se sèche. Pire, je n'avais aucun sujet de conversation. Je n'étais pas sûre qu'elle veuille parler de ce qu'il s'était passé un mois plus tôt, et n'étais pas certaine de vouloir en parler moi même. Alors je ne pouvais que lui tendre ce thermos et lui sourire, mal à l'aise.

CSS par Gaelle

_________________
I can't go back to yesterday because I was a different person then - Lewys Carroll, Alice in Wonderland.
Cynthia will speak to you (or not) in #FF9933


Dernière édition par Cynthia Holloway le Ven 20 Oct - 20:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Misaki Midori
Modérateur
avatar

Age : 24
Situation : Célibataire
Activité criminelle : Yakuza
Autres comptes : Oliver Smith, Aurore Dumas
Crédits : Suture graph
Messages : 28
Date de naissance : 18/09/1993

MessageSujet: Re: Je ne pensais pas te revoir ici... [Pv: Misaki Midori]   Mar 17 Oct - 15:41

Je ne pensais pas te revoir ici...

Pendant que j'essayais de me débarrasser de la sensation d'humidité et de fraîcheur tant bien que mal, la jeune femme se prénommant Cynthia m'apporta un peu de café. Ce n'est pas ma boisson préférée mais elle suffira pour le moment. J'avais besoin de quelque chose pour me réchauffer et me requinquer. Je lui fis un grand sourire et pris le café qu'elle me tendit. Je la remerciai avant de porter la boisson à ma bouche. Elle avait raison. Le liquide avait légèrement refroidi mais au moins j'avais un peu plus chaud. Par ailleurs, la façon dont elle avait hésité entre le vouvoiement et le tutoiement la rendait adorable. J'avais envie de lui faire un câlin. Mais je me retins. En plus j'étais trempée des pieds à la tête !

- Tu sais Cynthia, n'hésite pas à me tutoyer, on doit avoir environ le même âge. Je ne suis pas une vieille femme quand même !

Je lui fis de nouveau un sourire avant de me remettre à boire et à finir ma petite tasse. Toujours aussi amer ce café… Vive le sucre ! Bon j'avoue que son café est quand même très bon comparé à certain que je suis forcée de boire… J'eus soudain un frisson. Apparemment l'effet réchauffant du café avait fini de faire son effet et si je ne me changeais ou ne rentrais pas rapidement j'étais bonne pour tomber malade ou mourir de froid. Je regardai alors autour de moi et tout à coup un éclair de génie me vint. Les toilettes. Là-bas je pourrai me changer à mon aise en attendant que mes merveilleux vêtements sèchent. Pour discuter nous n'aurons qu'à nous parler par la porte ! En plus, si Ryu sort de nulle part je serai bien cachée et il ne pourra pas me trouver ! Mon plan était parfait. Je lui fis donc part de mon idée.

- Dis-moi Cynthia, serait-il possible que je t'emprunte les toilettes pour que je puisse me sécher ? Parce que là j'ai l'impression d'être un rôti ficelé dans mes vêtements mouillés.

Elle acquiesça et nous nous dirigeâmes vers les WC. Je lui demandai s'il était possible qu'elle reste derrière la porte pour qu'on puisse continuer de discuter et elle me répondit une nouvelle fois par l'affirmatif. J'entrai donc dans la salle et fermai la porte. Je commençai par regarder l'état de mon visage… Merci maquillage waterproof ! Il allait bien mais ma coiffure par contre… Au secours ! J'avais les cheveux raides comme des baguettes et trempés. Bon je sais de quoi m'occuper après. Je me mis alors à me déshabiller et je restai en sous-vêtement. Une des seules choses juste humidifiées sur moi. Je pris du papier pour se sécher les mains et épongeai l'eau sur mon corps. J'avais disposé mes vêtements sur l'évier de manière à se qu'ils sèchent plus vite. Je les avais étendu et les retournerai le moment venu pour que le dos soit aussi sec. Pendant que je faisais cela je parlais avec la jeune femme. Et bien oui je n'allais pas rester muette comme une carpe et la laisser derrière comme une idiote !

- Alors Cynthia, si tu savais toutes les questions que j'ai à te poser depuis la dernière fois ! Pour commencer, lorsqu'on était chez la viei--- personne âgée qu'est-ce qui s'est passé pour que tu te sauve comme ça ? Si j'ai bien compris c'est le petit qui est parti mais pourquoi il a fait ça ? Il va bien d'ailleurs ? J'espère que rien de grave ne s'est produit…

Je me vis de nouveau dans le miroir et soufflai. Il faut vraiment que je fasse quelque chose. Je me mis au niveau de l'évier et essorai mes longs cheveux. Je les coiffai et recommençai l'opération avant de les recoiffer. Heureusement pour moi j'avais toujours une pince dans mon sac.  Je le mis, au moins l'eau ne me coulerait plus dessus et l'humidité se fera moins sentir. Je m'accoudai à la porte en attendant que mes vêtements sèchent tout en écoutant Cynthia.

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cynthia Holloway
Modérateur
avatar

Age : 24 ans
Situation : Célibataire
Autres comptes : Victorica Johnson, Guillaume Boissiet
Crédits : finite-inc4ntatem
Messages : 85
Date de naissance : 02/07/1993

MessageSujet: Re: Je ne pensais pas te revoir ici... [Pv: Misaki Midori]   Dim 22 Oct - 22:46



Je ne pensais pas te revoir ici...
Avec Misaki Midori


Des nouvelles du 4 Juillet

Si de mon côté je paressais gênée par cette situation, ce n'était pas le cas de Misaki. Elle semblait bien plus calme et à l'aise que je ne l'étais dans le cas présent, et me sourit tout en prenant le thermos que je lui tendais. Elle en prit une gorgée, j'eus l'impression qu'elle s'était un peu réchauffée. Mais elle était toujours trempée, et l'eau qui coulait majoritairement de ses cheveux était en train d'inonder le sol comme jamais auparavant. Unexpected consequences… Mais j'aurai dû m'en douter : je l'avais invitée à entrer alors qu'il pleuvait des cordes dehors. La pluie commençait d'ailleurs peu à peu à se calmer. Avec un peu de chance, lorsque nous sortirions, il ne pleuvrait presque plus. Ironique pour ma cliente d'infortune. Cliente d'infortune qui me fit d'ailleurs remarquer que je pouvais la tutoyer avant de terminer sa tasse. Je lui souris.

- C'était mon intention. Enfin… Temps que ça ne te dérangeais pas.

Je la trouvai alors absente. Non, ce n'était pas ça… Elle réfléchissait à quelque chose. A quoi pouvait-elle penser ? Ça ne dura que quelques secondes, et son visage passa rapidement d'une expression pensive à un air enjoué. A moins que ce ne soit de la fierté que je vis sur son visage ? Maybe… Ce dont je peux pourtant être sûre, c'est que le résultat de sa réflexion fut de me demander si elle pouvait utiliser les toilettes. Relativement amusée par sa métaphore la comparant à un « rôti ficelé », j'eus un rictus, avant de lui répondre par l'affirmative en acquiesçant. Je la guidai donc jusqu'à la pièce en question. Elle y entra, fermant la porte derrière elle, après m'avoir demandé si je pouvais rester derrière celle-ci, voulant quelqu'un avec qui parler.

Je l'écoutais se déplacer, s'arrêter, percevais également le bruit que faisait la serviette en papier se détachant lorsqu'elle tirait dessus. J'en déduisis que l'asiatique tentait de se sécher avec les moyens du bord. Il était clair qu'elle n'avait pas pensé une seconde à rester dans cet état. Elle avait donc trouvé une solution d'elle-même. Il n'y avait malheureusement pas de sèche main, ce qui aurait pu lui faire gagner du temps. Too bad… Je l'entendis s'adresser à moi au travers de la porte. Elle voulait connaître la raison de mon départ de l'appartement de celle qui nous avait si « gentiment » accueillis. Elle avait compris. C'était bien Michael qui était parti en premier, et je m'étais lancée à sa poursuite. Si elle avait su que j'avais fait ça à cause d'une promesse… Elle se serait certainement dit que ça ne tournait pas tout à fait rond chez moi.

- Il va bien d'ailleurs ? J'espère que rien de grave ne s'est produit…

Si par aller bien, elle entendait « être en bonne santé », alors oui. Si quelque chose de grave s'était produit… Hm… Difficile à dire. Oui et non ? Lui et moi avions été chanceux. Sa sœur par contre l'avait moins été. Comme je l'avais pensé précédemment, elle se trouvait toujours à l'hôpital. Je le savais parce que la dernière fois que je les avais vu, c'était en Août, et puisque nous étions en Septembre, l'état des choses n'avait certainement pas beaucoup bougé…

* * *
18 Août 2017 :
La journée avait commencé normalement, et se déroulait comme telle jusqu'à ce que je le vis regardant par la fenêtre, les mains placées au dessus des yeux. Michael ? Que faisait-il ici ? Apparemment, il ne s'agissait pas d'un simple coup du sort. Il cherchait quelqu'un se trouvant ici. Prise de curiosité, et me disant qu'il allait finir par être grondé s'il restait là, Je sortis le rejoindre.

Il se retourna presque immédiatement lorsque j'ouvris la porte, mais n'apparut pas surpris en me voyant. Je me souviens avoir trouvé cela étrange. Mais j'ai trouvé encore plus étrange qu'il ne soit visiblement pas accompagné par un adulte ou même par un ami. Ses parents savaient-ils au moins où il était ?

- Qu'est-ce que tu fais ici ? … Tu cherchais quelqu'un ?


A l'apparence gênée qu'il eut alors, je compris rapidement que j'étais celle qu'il cherchait. Mais pourquoi ? Et surtout comment avait-il fait pour me trouver ? Je lui posai justement la question, à laquelle il répondit :

- Oh ! Euh… J'ai entendu que tu étais bibliothécaire. Et comme hum… C'était la sorcière qui l'a dit, j'ai pensé qu'elle était du genre à… Aller dans les grandes bibliothèques et pas les petites. Parce que les livres sont plus faciles à trouver… Non ?

Il avait hésité avant de qualifier de « sorcière » celle qui nous avait hébergés. Elle avait réussi à l'effrayer même s'il n'était pas resté très longtemps dans son appartement. Peut-être à cause de l'air hautain qu'elle possédait ? C'est vrai qu'il était encore aux environs d'un âge où l'on est impressionnable. Et il avait de quoi. Cette femme m'intimidait également, même si j'étais adulte. Elle était très loin de l'image de la gentille grand-mère que j'avais habituellement en tête. La mère de mon oncle avait été ce genre de personne, ce qui devait expliquer la représentation que j'avais des personnes âgées en général. Un préjugé personnel que celle nommée « Gaëlle » brisait admirablement.

- Donc ! Tu pourrais m'aider ? S'il-te-plaît ?

Cette demande me troubla. Pourquoi voulait-il de mon aide ? Nous ne nous étions rencontrés qu'une fois, et ce dans des circonstances que je ne voudrais en aucun cas reproduire. Alors pourquoi ?

- Mais… Tu ne pourrais pas demander à tes parents ou des amis ? Ils te seraient plus utiles que moi…

- Non ! Mes parents n'ont pas le temps et j'ai besoin d'un adulte !

Besoin d'un adulte… Que comptait-il faire ?

- … Explique moi depuis le début.

Alice, la sœur de Michael, se trouvait encore dans l'hôpital où l'ambulance du 4 Juillet l'avait emmenée. Elle avait encore besoin de rééducation. Il voulait la voir, mais les enfants non accompagnés d'adulte étaient interdits de visite, et le travail de ses parents les empêchaient de l'emmener. Mais par connaissance personnelle, je déduisis qu'il ne s'agissait pas de l'unique raison. Ils souhaitaient certainement qu'elle puisse se reposer sans être dérangée. Ce qui était un choix logique. Mais qui pouvait également laisser un sentiment de frustration chez le garçon, incapable de voir sa sœur.

Ne connaissant pas vraiment de personnes susceptibles d'accepter de l'emmener la voir, il avait décidé de jouer le tout pour le tout, et était parti à ma recherche, feignant de sortir avec des amis. Je l'avais aidé une fois. Je pouvais bien le refaire non ? Cela lui avait pris plusieurs jours. La bibliothèque où je travaille n'est après tout pas l'unique « grande bibliothèque » de cette ville.

- Tes parents font sûrement ce qu'ils pensent être le mieux pour vous deux. Je suis sûre que vous irez bientôt la voir tous ensemble !

- Mais je ne veux pas attendre ! Allez s'il-te-plaît ! Je te demanderais plus jamais rien après !

« Non, je n'irai pas à l'hôpital. Pas dans ce lieu blanc complètement aseptisé aux odeurs de produits d'entretiens et médicaments en tout genre. J'ai déjà donné. Cet endroit est la représentation de tout ce que je hais, je l'évite, ce n'est pas pour qu'un enfant me fasse y retourner. Temps pis pour lui il attendra que ses parents l'y emmènent. I don't care of him I don't care of him I don't… Sh*t. » Il m'est toujours aussi difficile de refuser un service. Malgré toutes mes tentatives pour ne pas l'écouter, il continuait d'insister. Et je n'aime pas voir les gens dans son état. Ça m'est… Désagréable.

- … Très bien. Mais c'est la première et dernière fois que je t'y emmène. Attends-moi ici.

J'entrai dans la bibliothèque et partis chercher mon sac. Puis je me rendis vers la sortie tout en pressant le pas.

- Qu'est-ce qui se passe Cynthia ?

- J'ai une urgence. Je rattraperai mes heures perdues placez les où vous voulez !

- Mais quel genre d'u---

La porte se ferma derrière moi. Je me sentais mal de partir de cette façon, et sur un mensonge, mais lui expliquer aurait pris trop de temps, et elle aurait certainement refusé mon départ en sachant toute l'histoire. Et trouver une excuse n'aurait pas non plus été une bonne idée. J'aurai hésité dans chacun de mes mots, mon alibi aurait été bancal, voir absurde.

- Allons-y.

Nous nous dirigeâmes vers la voiture. J'entrai et m'assis sur mon siège, tandis qu'il se mettait du côté du passager avant. Je mis le contact.

* * *

Je m'appuyai dos au mur des toilettes, et fixai le plafond.

- … Long story. Le garçon avait encore sa sœur à l'extérieur. Il a voulu partir la chercher et… J'ai préféré le suivre.

Autant ne pas dire qu'une promesse de le protéger avait causé cette action.

- On a fini par la trouver. Heureusement ! Et… Ils vont bien.

Ils étaient en vie c'était le principal… Non ? Pas la peine de l'inquiéter plus que nécessaire en lui parlant de la blessure d'Alice.

- Et de votre côté ?

Je refis attention au sol en écoutant sa réponse. J'allais devoir nettoyer avant de partir. Mais le placard contenant les serpillières se trouvait dans la pièce des toilettes.

- … Tu t'en sors ?

J'attendrai qu'elle ait terminé pour m'en occuper.

CSS par Gaelle

_________________
I can't go back to yesterday because I was a different person then - Lewys Carroll, Alice in Wonderland.
Cynthia will speak to you (or not) in #FF9933
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Misaki Midori
Modérateur
avatar

Age : 24
Situation : Célibataire
Activité criminelle : Yakuza
Autres comptes : Oliver Smith, Aurore Dumas
Crédits : Suture graph
Messages : 28
Date de naissance : 18/09/1993

MessageSujet: Re: Je ne pensais pas te revoir ici... [Pv: Misaki Midori]   Lun 27 Nov - 18:41

Je ne pensais pas te revoir ici...
J’étais encore et toujours affairée à me sécher avec les moyens du bord dans les toilettes pendant que Cynthia me donnait des nouvelles du petit qui nous accompagnait lors de l’horreur. Apparemment il allait bien, tant mieux. Elle m’appris que l’enfant avait une sœur et que c’était pour cela qu’il était parti. Je comprends mieux sa décision d’un coup parce que sinon quelle idée de partir seul dans la rue remplie de tirs et de malfrats prêts à tuer tout ceux qui se mettent en travers de leurs chemins. Mais bon les liens familiaux gagnent toujours contre autre chose. En tout cas pour mes parents j’aurais fait pareil que lui. J’étais quand même heureuse pour lui qu’il ait pu la retrouver et qu’ils sont en vie. À mon avis leur bon état de santé n’est pas simplement de la chance, la jeune bibliothécaire doit avoir quelque chose à voir là dedans… Je lui montrai donc mon soulagement.

- Je suis rassurée de savoir qu’il va bien. Je ne veux pas imaginer un autre scénario que celui-ci…

Je tentai de sécher mon T-shirt avec le sèche-mains. Malgré le bruit infernal que provoquait la machine, j’arrivais à décrypter ce que me demandait Cynthia. Mon cœur rata un battement lorsqu’elle prononça le pronom « nous ». Je repensai au 4 juillet et tout ce qui s’est passé ce jour-là, en passant de la fusillade, aux blessés jusqu’à la sorcière et son habitat et en s’attardent sur Felix Ahn. Certes j’avais peur mais comment avais-je pu lui agripper son T-shirt… D’ailleurs, c’est moi ou j’attrape toujours ce vêtement ? Bah, ça doit être mon imagination. T-shirt dont j’ai eu la chance et la malchance de voir ce qui se trouvait en dessous. Oui, j’avoue, il est pas mal mais je le préfère quand il était petit. Il était si petit, mignon et innocent en comparaison à maintenant… Oui parce que Felix est loin d’être innocent dorénavant et son côté mignon s’est bien métamorphosé.

- Tu t’en sors ?

Je sursautai, sortie de mes pensées. Mon T-shirt qui était toujours sous le sèche-mains était désormais juste humidifié. Je le posai sur le lavabo tout en lui répondant.

-Oui, oui ne t’inquiète pas. Mon T-shirt est presque sec et à force de me coiffer je pense que mes cheveux ne vont pas tarder non plus.

Cette fois-ci je m'occupai de mon pantalon et lui répondis enfin pour le jour de la fête nationale.

- Nous sinon, rien de spécial, on a attendu que ça se calme et je suis rentrée chez moi après avoir patienté. Le garçon avec nous est resté plus longtemps. Je l’ai recroisé il n’y a pas longtemps d’ailleurs, il avait l’air d’aller bien.

J’omis les détails comme les photos chez la vieille ou le prénom de Felix. S’ils se recroisent il lui dira de lui-même, je n’ai pas envie que ça me retombe dessus ou qu’il pense que je parle de lui sans arrêt et dans son dos pour couronner le tout. Mon T-shirt avait fini de sécher le temps que je m’occupe de mon bas. Je l’enfilai et me coiffai une énième fois. Je m’affairai une nouvelle fois à mon short pour qu’il soit bien sec. Il y eut un moment de silence avant que je ne puisse mettre mon bas. Lorsque je fus habillée et au sec, cette sensation m’avait manquée mon dieu, je me coiffai pour la dernière fois pour que ma coiffure soit parfaite. Je fus fin prête et attrapai mes affaires avant de poser ma main sur la poignet pour ouvrir la porte. J'apparus devant elle après un long moment.

- Me voilà. Désolé de m’être montrée dans un état aussi misérable pour la deuxième fois consécutive… Hum… Sinon, tu travailles toujours jusqu’à cette heure si tardive ?

Je regardai tout autour de moi, il y avait vraiment de quoi lire dans cette immense bibliothèque. Je pense qu’on peut facilement trouver son bonheur.

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cynthia Holloway
Modérateur
avatar

Age : 24 ans
Situation : Célibataire
Autres comptes : Victorica Johnson, Guillaume Boissiet
Crédits : finite-inc4ntatem
Messages : 85
Date de naissance : 02/07/1993

MessageSujet: Re: Je ne pensais pas te revoir ici... [Pv: Misaki Midori]   Sam 9 Déc - 22:18



Je ne pensais pas te revoir ici...
Avec Misaki Midori


Soulagements

Retour au 18 Août :
A présent que j'y étais, je pouvais définitivement dire que je détestais les hôpitaux. Ces endroits ne m'évoquaient jamais de bons souvenirs. « Au moins, ce n'est pas moi qui suis dans une des chambres… » Cette pensée me procura une satisfaction égoïste à laquelle je me raccrochai afin d'oublier trouble que me rappelait cet endroit. Mais j'eus honte de cela. Comment pouvais-je ressentir un tel sentiment tandis que la sœur du garçon que j'avais accompagné se trouvait dans une situation de ce type ? Damn. Ne pouvais-je pas cesser de penser une seconde ?

Mon dos était appuyé contre un mur, proche de la porte menant à la chambre de la jeune fille. J'avais préféré laisser les deux enfants seuls – même si « enfant » est un peu relatif. Mes doigts pianotaient nerveusement la cloison. Les secondes me semblaient des heures, et je ne souhaitais qu'une chose : retourner travailler et ne plus revenir ici avant longtemps. Une infirmière s'arrêta et me demanda si j'avais besoin de quelque chose. Je répondis poliment que non. Plusieurs minutes s'écoulèrent. Michael sortit de la chambre.

- … Alors ?


- Elle va bien ! Elle m'a même montré ce qu'elle fait ! Si ça se trouve, elle pourra marcher sans béquilles bientôt.

Je fus soulagée. Le cauchemar du 4 Juillet ne serait peut-être bientôt qu'un lointain souvenir pour eux. Je lui rappelai néanmoins qu'il s'agissait de la première et dernière fois que je l'amenais ici. Il parut d'accord. Il tenait apparemment parole. Good. C'est ainsi que nous quittâmes l'inquiétant lieu qu'était l'hôpital et que je le conduisis chez lui avant de regagner la bibliothèque.

* * *

Après un court silence, Misaki me répondit que tout allait bien. Ses affaires allaient bientôt terminer de sécher. Elle m'apprit alors dans les grandes lignes ce qui était arrivé de son côté.
Elle et l'autre asiatique avaient attendu dans l'appartement jusqu'à ce que les événements se soient calmés. Puis ils s'étaient séparés. Elle était rentrée chez-elle, mais lui était visiblement resté plus longtemps. La japonaise l'avait revu plus tard, il semblait bien se porter. Toujours appuyée dos au mur, je soupirai de soulagement. Aucun membre de ce petit groupe de fortune n'avait été blessé, ou pire. Luck I guess.

Un silence entre nous se posa. Je l'entendis remettre en place ses vêtements derrière la porte. Celle-ci s'ouvrit peu de temps après, faisant apparaître la jeune femme. Elle s'excusa de son état. Mais elle ne ressemblait presque plus à l'inconnue trempée à qui j'avais proposé d'entrer. De toute évidence, elle prenait énormément soin d'elle et de son apparence.

- Hum… Sinon, tu travailles toujours jusqu’à cette heure si tardive ? 

Tout en lui répondant, j'entrai dans les toilettes chercher de quoi nettoyer le sol. Laisser la bibliothèque ainsi aurait été très impoli. Et ce surtout envers la confiance que m'avait laissée mon employeuse.

- Non. Non bien sûr. Commençai-je sur un ton amusé. Habituellement, c'est Mme Webster – la gérante – qui travaille à cette heure. C'est aussi elle qui s'occupe de la fermeture. Mais elle doit régler des affaires personnelles aujourd'hui. Elle m'a… Elle m'a donc confié la bibliothèque pour ce soir !

Really strange… J'avais parlé bien plus longtemps que d'habitude. Peut-être parce que j'avais surtout évoqué mon employeuse et pas moi ? Il est vrai qu'il m'est toujours plus simple d'aborder les sujets ne me concernant pas directement.

Je pris un seau et une serpillière dans le placard, et revins avec ceux-ci, prête à enlever toute traces laissées par l'eau au moment où Misaki était arrivée. Elle semblait d'ailleurs très intéressée par les étagères remplies de livres, ce qui me fit sourire.

- Tu peux aller les voir. Enfin… Si tu en as envie ! De toute manière, il faut que je m'occupe du sol.


Je commençai à essuyer les tâches du sol, jetai un coup d’œil vers l'extérieur. Puis :

- … Oh. Mais je ne veux pas te retenir…

La pluie s'était arrêtée.

CSS par Gaelle

_________________
I can't go back to yesterday because I was a different person then - Lewys Carroll, Alice in Wonderland.
Cynthia will speak to you (or not) in #FF9933
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Je ne pensais pas te revoir ici... [Pv: Misaki Midori]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Je ne pensais pas te revoir ici... [Pv: Misaki Midori]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Je ne pensais pas te revoir ici
» Manigat dit Au revoir à Marc Bazin
» Ce n'est qu'un au revoir
» Je ne pensais pas
» Comme c'est agréable de te revoir...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Elysian Fields :: Le coeur d'Elysianfields :: Les commerces :: Bibliothèque-
Sauter vers: