AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le gendarme et le v...tueur [PV: Guillaume Boissiet]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Judicaël Chase

avatar

Age : 40
Situation : Célibataire
Activité criminelle : Serial-killer
Autres comptes : Wang Zhen Shi et Maverick A. Weard
Crédits : Akuma
Messages : 36
Date de naissance : 31/10/1977

MessageSujet: Le gendarme et le v...tueur [PV: Guillaume Boissiet]   Ven 25 Aoû - 2:46

Trois jours après le premier meurtre de Judicaël Chase à Elysian Fields.

Ses supérieurs l'avaient appelé pour qu'il enquête et fasse un article sur ce fait divers sanglant où une étudiante du coin avait été égorgée et dont le cadavre avait été carbonisé; deux choses étaient toutefois sûres: non seulement le tueur n'avait pas attendu qu'elle se soit vidée de son sang pour lui mettre le feu, ce qui lui avait sûrement procuré une atroce agonie, mais en plus, ce connard avait réussi à effacer soigneusement toutes ses traces. Pas assez d'indices. Il avait été organisé et il avait sûrement tout prémédité.
Ce qui avait beaucoup amusé Judicaël, c'était que le connard en question n'était autre que lui. Il avait apprécié cette chasse qui s'était terminée par un magnifique bûcher. Ooh et les hurlements...ce fut si délicieux...Les supplications également. Il avait adoré imaginer que c'était Diane, sa connasse de petite soeur. Il avait tellement hâte d'en finir avec elle...La seule chose qui ne l'arrangeait pas étant évidemment les flics; surtout l'unité anti-harcèlement. Il avait eu du pot. Sa tentative de meurtre s'était soldée non pas par une arrestation et la prison, mais par une mesure drastique d'éloignement: sa petite soeur, dans un geste magnanime, montrant à tous à quel point elle était géniale, avait décidé de lui pardonner ce moment de folie et avait renoncé à porter plainte; mais pas à le voir s'éloigner. Fallait pas non plus déconner. Il avait donc dû prendre ses cliques et ses claques et dégager de San Francisco; il ne pourrait plus jamais y mettre les pieds. Mais elle, elle ne pouvait pas non plus s'approcher de lui, donc elle ne devrait normalement pas venir faire chier; ce ne serait pas raccord qu'une victime décide d'approcher son agresseur.

Judicaël avait décidé de sortir ce soir. Il avait terminé son article et l'avait posté sur le blog. Ses employeurs l'avaient bien rémunéré et il avait envie de se balader; il avait besoin d'air. Aucune autre proie en vue pour l'heure mais ses pulsions s'étaient calmées. Il se dirigea vers un bar, s'installa au fond, où il y avait de la place et commanda une bière. La plus amère possible; parce qu'il aimait ce goût. L'amertume. Comme la vie. Comme sa vie.
Tout en buvant, il observait les gens; il se dit qu'il avait bien envie d'essayer de draguer ce soir. Homme ou femme...il s'en fichait. Tant que ce n'était pas quelqu'un lui rappelant Diane; il n'y avait aucune raison que cela se passe mal. Ou peut-être que si...
Les flics, c'était rarement son truc. Alors quand il y en a un qui débarque...

_________________
Thème de Judicaël Chase
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guillaume Boissiet
Modérateur
avatar

Age : 42 ans
Situation : Célibataire
Activité criminelle : Casier vierge =)
Autres comptes : Cynthia Holloway, Victorica Johnson
Crédits : verca-hp.blog.cz
Messages : 23
Date de naissance : 19/04/1975

MessageSujet: Re: Le gendarme et le v...tueur [PV: Guillaume Boissiet]   Lun 28 Aoû - 23:20




Le gendarme et le v...tueur


Et une journée de travail terminée ! C'était pas trop tôt. Avec toutes les heures sup', c'était crevant. Explication : les guerres de gangs et l'augmentation de meurtres. Ce qui veut dire pas une minute tranquille ! Et encore plus de rapports. Tout ça parce qu'on suspecte qu'il y ait un ou plusieurs tueurs en série ! Résultat : Ces c*nnards me donnent encore plus de boulot ! Ça se voit que c'est pas eux qui les rédigent ces m*rdes. Ils pourraient pas un peu penser aux pauvres flics qui sont obligés de décrire tout ce qu'il y avait sur leur lieu de crime, ou sur leur terrain de combat. Rien que celui sur la guerre de gang m'a pris deux jours à être fait ! Vous vous rendez compte ? Deux p*tains de jours ! Quoi « le reste de l'équipe policière l'a rédigé en une demie-journée » ? C'est pas le sujet.

Bref. Arrêtons de nous focaliser sur ce sujet « sans importance » d'après la plupart de mes collègues, qui eux n'ont pas la haine envers ces morceaux de papiers reliés par un trombone, classés deuxièmes dans la liste de mes pires ennemis. J'avais décidé de me rendre au Gustavo's bar avant de rentrer. Je quittai donc ma tenue policière, et me changeai en civil. Quand on habite dans les quartiers pauvres, c'est jamais très prudent de s'amener en flic. Mais je gardais mon arme, la cachant sous mon haut. Ce que je fais à chaque fois parce que c'est toujours plus prudent, et j'ai un permis alors ça serait dommage de pas la garder. Puis, je sortis et démarrai mon véhicule à deux roues, laissant seule et sale ma pauvre voiture de fonction. Il serait temps de la ranger, mais j'ai toujours pas trouvé quelqu'un de suffisamment motivé pour le faire. De toute façon les paquets de chips ouvert depuis une semaine et la graisse sont très bien là où ils sont. Ça permet de faire avouer les petites frappes dégoûtées par l'apparence peut commune de la bagnole. Malheureusement ça ragoûte également mes collègues qui ne veulent y entrer sous aucun prétexte.

Finalement, j'arrivai devant le bar. Un peu de tranquillité ne me ferait pas de mal aujourd'hui. … Bien sûr que je ne suis pas QUE un ch*eur ! Vous pensiez quoi ? J'entrai à l'intérieur, et m'assis au comptoir, sans remarquer l'homme au fond qui, lui, m'avait remarqué.

- Salut Guillaume ! Ça faisait longtemps. Me dit le propriétaire du bar du même nom avec un sourire.

- Une éternité ! Si tu savais les galères qu'on a en ce moment… Mais sinon quoi de neuf ?

- Oh pas grand-chose… Ah si ! On a une nouvelle serveuse. Tu la verrai : a-do-rable ! Et plutôt mignonne avec ça. Une asiatique.

Pourtant aucune fille asiatique ne se trouvait dans les parages.

- C'est son jour de congé. Mais peut être que tu la croiseras la prochaine fois. Sinon, qu'est-ce que je te sers ?

- Une bière suffira.

Notre conversation s'arrêta là. Gustavo alla chercher ma bière et me la tendis avec un verre rempli de glaçons. Ceux-ci tintèrent contre la paroi lorsqu'il fut posé sur la table de bois. Je me servis, et pris une gorgée de ma boisson. Un peu de tranquillité de temps en temps ne pouvait pas faire de mal.  


CSS par Gaelle

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Judicaël Chase

avatar

Age : 40
Situation : Célibataire
Activité criminelle : Serial-killer
Autres comptes : Wang Zhen Shi et Maverick A. Weard
Crédits : Akuma
Messages : 36
Date de naissance : 31/10/1977

MessageSujet: Re: Le gendarme et le v...tueur [PV: Guillaume Boissiet]   Jeu 31 Aoû - 2:19

Les yeux de Judicaël se posèrent sur l'homme qui venait d'arriver. Un physique assez agréable et qui correspondait tout à fait aux goûts du nouveau tueur en série en puissance; jusqu'à ce qu'on l'arrête pour le mettre dans un asile ou qu'on le tue. La dernière option étant la plus intéressante pour tout le monde, même pour lui, mais ne parlons pas trop des choses qui fâchent, voulez-vous ?
Pour l'instant, Judicaël bavait mentalement. Il but une autre gorgée et se leva, bien décidé à l'aborder; il avait déjà dragué, ce n'était pas un problème de timidité qui le gênerait, d'autant plus qu'il savait faire et qu'il respectait toujours les codes de base: la politesse et le respect, si l'autre ne voulait pas, tant pis, il n'insistait pas et s'en allait dans son coin. Ce qui était gênant et qui venait vraiment de lui, c'était son physique atypique qui ne laissait pas de marbre, soit on aimait soit on aimait pas, il n'y avait généralement pas d'osef. Et puis on va pas se mentir, il a une gueule cheloue. Mais il dégageait une certaine aura qui ne laissait sûrement pas indifférent dans ce genre de cas; rien d'effrayant, sauf quand il pétait un câble et tuait quelqu'un. Non, le vrai problème de Judicäl provenait de son casier judiciaire; s'il ignorait que l'autre était flic, le flic n'ignorait peut-être pas ce qu'il était, lui. Un mec surveillé par la TAU (unité anti-harcèlement) qui avait transmis son dossier à la police d'Elysian Fields lorsque celui-ci fut forcé de déménager, et ce sera la même chose chaque fois qu'il s'installera ailleurs: il avait harcelé sa petite soeur, d'abord en la suivant dans la rue, puis par des SMS et des coups de fil à base de menace de mort, menace de mort qu'il tenta d'accomplir en l'étranglant mais il fut arrêté; Diane, sa soeur, pour les deux du fond qui n'ont pas suivi, avait refusé de porter plainte et avait insisté auprès de la procureure afin de ne pas entamer de poursuites judiciaires pouvant l'amener en prison ou dans un asile, elle voulait lui pardonner. La procureure avait accepté à contre-coeur, mais il devait s'éloigner le plus possible, ne plus jamais cherché à voir sa soeur et surtout, aller voir un psy. Et si jamais il faisait une connerie, prison directe. Si jamais les flics apprenaient pour sa soumission à la drogue, il était cuit; mais c'était plus fort que lui: c'était devenu un besoin. Encore heureux pour lui, ses bras n'étaient pas encore trop amochés et il pouvait faire passer les marques pour des prises de sang; il faisait encore les choses bien. Cependant, la TAU avait aussi pris la précaution d'envoyer le dossier psychiatrique de Judicaël: dépressif, potentiellement dangereux pour soi et pour les autres. Tendance psychopathe; et donc tout ce qui allait avec, il va sans dire. Menteur compulsif, se créé des illusions, reporte ses fautes sur les autres, paranoïaque. A dire vrai, tout n'était pas vrai là-dedans, mais Diane avait réussi à transformer son frère en ce qu'elle voulait et à impliquer les flics dedans. Non, Judicaël n'était pas paranoïaque, il avait de réelles craintes envers sa soeur et envers les autorités qui la protégeaient car personne ne l'avait cru. Mais le psy avait noté ça sur son dossier. Judicaël n'était pas aussi instable, il devait avoir un minimum de contrôle; ses pétages de câble étaient donc peu fréquents.


-Bonsoir.

D'abord la politesse. Il ne s'assit pas tout de suite à côté de lui, il le ferait si l'autre lui répond et s'intéresse à lui. Ensuite...il improviserait selon ce qu'il se passerait...

_________________
Thème de Judicaël Chase
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guillaume Boissiet
Modérateur
avatar

Age : 42 ans
Situation : Célibataire
Activité criminelle : Casier vierge =)
Autres comptes : Cynthia Holloway, Victorica Johnson
Crédits : verca-hp.blog.cz
Messages : 23
Date de naissance : 19/04/1975

MessageSujet: Re: Le gendarme et le v...tueur [PV: Guillaume Boissiet]   Ven 1 Sep - 18:41




Le gendarme et le v...tueur


J'étais en train de prendre une nouvelle gorgée quand l'homme évoqué plus haut m'accosta. Je n'étais pas spécialement d'humeur à finir avec quelqu'un dans mon lit ce soir, mais je ne le trouvais pas trop mal, malgré son physique atypique.

- Bonsoir. Lui répondis-je avec un signe de tête tout en l'invitant à s'asseoir.

Si je me suis dit un truc du genre : « Oh mais tiens c'est le type qui vient d'arriver par mesure d'éloignement pour avoir agressé sa sœur ! Il est très dangereux, je ferais mieux de m'en méfier ! » ? … Sérieusement. Vous me voyez vraiment lire les dossiers qu'on me refile ? C'est une perte de temps. Surtout quand je sais que mes chers collègues peuvent me faire un résumé quand j'en ai besoin. Moi, profiteur ? Je ne leur demande que de tous petits services, et en plus j'ai d'autres choses à penser ainsi que d'autres trucs à bosser ! Les recherches d'informations sur les gangs et autres notamment, puisqu'il s'agit de mon domaine de prédilection. Je n'ai donc pas le temps pour lire les dossiers qu'on me tend ! … Bon ok je l'aurai si je m'organisais mais franchement. Est-ce que quelqu'un sur cette terre pourrait s'imaginer me voir être organisé ? Non ? Personne ? C'est bien ce que je pensais. Je le voyais donc comme un gars lambda dans un bar, et lui ne me voyait pas comme un flic. Au pire, j'apprendrai qui il était plus tard, par une phrase qui serait certainement accompagnée d'un : « Tu t'es pas rendu compte de qui s'était quand vous avez été ensembles ? Mais qu'est-ce que tu f*us ? » de la part des plus sérieux. Comme… Aurore par exemple, ou Lawson ! Voir Zhong notre Sherlock chinois. Mais je ne le connais pas suffisamment pour le dire avec exactitude.

- Je ne vous avais jamais vu ici. Nouveau ?

Je terminai mon verre. Ce n'était pas parce que je n'y étais pas allé ces derniers temps que je ne connaissais pas les habitués du bar. Et lui ne l'était visiblement pas. Sinon Gustavo l'aurait interpellé, ou serait déjà venu nous présenter en le voyant s'asseoir. Il adorait le faire. Mais la question qui restait était s'il était nouveau en ville ou si c'était juste la première fois qu'il venait. Je demandai au barman une seconde bière qu'il décapsula et me servit. La soirée allait peut-être être plus longue que prévu…


CSS par Gaelle


_________________
Guillaume va t'arrêter (..... Ou pas en fait) en #BC0101
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Judicaël Chase

avatar

Age : 40
Situation : Célibataire
Activité criminelle : Serial-killer
Autres comptes : Wang Zhen Shi et Maverick A. Weard
Crédits : Akuma
Messages : 36
Date de naissance : 31/10/1977

MessageSujet: Re: Le gendarme et le v...tueur [PV: Guillaume Boissiet]   Sam 2 Sep - 16:39

Il ne se fit pas reprier pour s'asseoir à côté du flic qu'il ignorait être de la police, tout comme l'autre ignorait qui il était, et s'assit, doucement. Judicaël termina aussi sa boisson et en recommanda une autre.

-Oui, je suis arrivé à Elysian Fields il y a quelques jours seulement...

Et il y a trois jours, il avait eu le plaisir de faire sa première victime, ce qui n'était pas du tout une chose prévue au programme. Au départ, il avait surtout prévu de se faire oublier, de refaire sa vie, tout en songeant à un moyen de nuire définitivement à sa connasse de petite soeur. Elle avait brisé sa vie, il en ferait de même; ensuite, il pourrait reposer en paix. Il y aurait bien un jour où elle paiera pour ce qu'elle a fait. Tôt ou tard. C'était ce qu'on lui avait promis. Ce qu'Ils lui avaient promis; il n'avait plus qu'à accomplir certains petits services en échange d'une petite dose de Lotus, quelque chose de fort appréciable pour qu'il oublie ses soucis. Malheureusement, cela n'avait pas été assez et ses pulsions meurtrières, sa rancœur, tout s'était exacerbé lorsqu'il avait croisé cette odieuse fille qui ressemblait trop, trait pour trait à sa soeur et avait le même air hautain que l'odieuse brune.

-Je viens de San Francisco.

Il n'avait aucune raison de mentir et puis, dans la mesure où il ignorait que l'autre pourrait un jour tomber sur son dossier...

-C'est sympa ici...Je m'appelle Judicaël Chase, enchanté de vous rencontrer. J'imagine que vous devez faire parti des habitués...

Surtout parce qu'il l'avait vu discuter avec le patron. Et il avait entendu l'autre l'appeler par son prénom. Guillaume.
Ce serait une soirée tranquille, il l'espérait. Mais il ne devait pas trop compter là-dessus tant que la TAU le surveillerait. Vous savez ce qui était ironique chez eux ? C'était quand certains de leurs agents venaient rappeler, en civil évidemment, sinon ce ne serait pas très drôle, que la personne était surveillée, qu'on faisait bien attention à ce qu'elle ne fasse pas de conneries suite à la mesure d'éloignement. L'unité anti-harcèlement qui harcelait les harceleurs. Lol. Mort de rire.
Judicaël avait à peine emménagé qu'il avait vu un de leurs agents se pointer pour vérifier qu'il allait vraiment bien habiter à l'endroit qu'il avait indiqué; jusque là, il avait trouvé cela normal quoiqu'un peu limite. Qu'un de leurs agents habite dans la ville et qu'il le croise parfois au supermarché, bon...ok, il habitait là, il était normal de le croiser; ils ne se parlaient pas, s'échangeaient des regards d'indifférence et cela s'arrêtait là. Par contre, que celui qui l'avait arrêté à San Francisco et l'avait soumis à un interrogatoire un poil musclé qui n'avait absolument pas été nécessaire, d'autant plus que c'était juste pas tout à fait légal - gueuler, si, presque péter la clavicule du suspect sur la table, non - entre dans le bar, ce qui fit sursauter Judicaël qui le vit du coin de l'œil (pas la peine de vous faire un dessin, le journaliste en avait légèrement peur), lui fasse un signe comme quoi il l'avait reconnu et aille s'asseoir dans le fond...juste non. Judicaël était à deux doigts de péter une crise de panique et de la sueur perlait sur son front; il n'était pas très bien et cela se voyait; l'arrivée de ce type avait refroidi ses ardeurs. Bien sûr, s'il allait le voir pour lui demander des explications, l'autre répondrait sans doute qu'il avait des amis dans le coin et qu'il venait les voir ou n'importe quelle autre connerie; après tout, il était en civil, non ? Même si Judicaël tournait parfois paranoïaque, fallait pas déconner. L'autre couillon avoisinait les 1,87m, un centimètre de moins que lui, mais il était plus musclé et foutait de ses droites dont la mâchoire du journaliste se souvenait encore. De même, lorsque le suspect arrêté ne se débattait pas, il n'était peut-être pas nécessaire de le frapper au sol alors qu'il était attaché...Mais personne n'avait écouté Judicaël; tout avait été...normal. Une des autres raisons de pourquoi il avait du mal avec les autorités. Tous les agents n'étaient pas ainsi, heureusement, mais semblerait-il qu'il soit tombé sur celui qui était juste un connard.

_________________
Thème de Judicaël Chase
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guillaume Boissiet
Modérateur
avatar

Age : 42 ans
Situation : Célibataire
Activité criminelle : Casier vierge =)
Autres comptes : Cynthia Holloway, Victorica Johnson
Crédits : verca-hp.blog.cz
Messages : 23
Date de naissance : 19/04/1975

MessageSujet: Re: Le gendarme et le v...tueur [PV: Guillaume Boissiet]   Mer 6 Sep - 21:02




Le gendarme et le v...tueur


Mon voisin m'appris qu'il venait de San Francisco. C'est en Californie cette ville. Pas un peu loin de son « pays » natal ? Pourquoi était-il venu jusqu'en Idaho, alors qu'un État entier nous séparait ? Il allait pas me faire croire que c'était pour le travail. Seul les fous choisissent d'habiter ici pour cette raison. Et notre ami paressait très loin d'être fou. Mais il est vrai que je ne le parais pas moi-même. Ce qui était sûr, c'est que pour un homme arrivé il y a trois jours seulement, il avait eu de la chance de trouver l'un des bars les plus connus du coin ! Et de trouver de la place au passage. Heureusement pour lui, s'il trouvait l'endroit sympa, ça lui permettrait d'avoir plus facilement des places. Réfléchissez un peu ! Vous pensez quand même pas que le proprio traite bien les clients qui passent leur temps à râler parce qu'ils détestent la déco ! Judicaël Chase – C'était son nom – imaginait que je faisais parti des habitués.

- … A votre avis ? Plus sérieusement, oui et non. J'habite ici depuis un bon moment et je passe au bar de temps en temps. A force on me connaît !

Je ne précisai pas que j'étais né à Elysian. Ouaip, j'avais quitté la ville seulement quand il avait fallu faire les études à l'académie de police. C'est que ça faisait presque se sentir vieux tout ça ! J'entendis alors le bruit de la porte du bar s'ouvrir et le son du carillon installé au dessus. Judicaël sursauta en même temps. Je suivis donc du regard le nouvel arrivant. Ces deux-la se connaissaient et ne paressaient pas particulièrement amis.

- J'ai failli oublier ! Je suis Guillaume Boissiet, pour vous servir !

Je lui fis une inclination assez burlesque, voulue surtout pour détendre l'atmosphère devenue tendue. Puis je me levai, et partis voir l'homme qui inquiétait tellement mon interlocuteur.

- Bonsoir.

Je m'arrêtai quelques secondes le temps qu'il lève la tête vers moi.

- Je vois que vous vous connaissez visiblement. Dis-je en souriant tout en lui montrant Judicaël. Peut-être voudriez-vous vous joindre à nous ?

Guillaume l'emm*rdeur était de retour ! Je lui souriais, mais on pouvait facilement remarquer que je lui lançais un regard noir signifiant quelque chose comme : « Visiblement t'es là pour faire ch*er, donc accepte ou casse-toi ». Bon, j'avoue qu'il ne comprendrai certainement que la première partie de mon message. Mais libre à lui de l'interpréter comme il le souhaitait !


CSS par Gaelle

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Judicaël Chase

avatar

Age : 40
Situation : Célibataire
Activité criminelle : Serial-killer
Autres comptes : Wang Zhen Shi et Maverick A. Weard
Crédits : Akuma
Messages : 36
Date de naissance : 31/10/1977

MessageSujet: Re: Le gendarme et le v...tueur [PV: Guillaume Boissiet]   Dim 10 Sep - 1:07

Judicaël se serait attendu à toutes les réactions possibles. L'indifférence, l'ignorance, tout ! Sauf ce que son crush du moment - oui, oui, crush - fit. Déjà, il tenta de détendre l'atmosphère avec une salutation assez burlesque, que l'on ne voyait pas toujours dans ces situations-ci; cela eut le mérite de faire sourire, quoiqu'un peu nerveusement, le journaliste. Dans un autre moment, il aurait ri, vraiment, avec beaucoup d'amusement. Là, cela l'amusait, il ne fallait pas le nier, mais il était toujours un peu tendu. C'était normal. Ainsi, l'autre s'appelait Guillaume Boissiet; il retenait. Il aimait bien ce nom très français. Cela le replongea quelques instants dans ses souvenirs, ce qu'il aimait: la littérature française. Victor Hugo, Emile Zola, Honoré de Balzac; il y en avait d'autres mais c'était le XIXème siècle qui l'intéressait. Toutefois, petite mention spéciale à Albert Londres, lui, c'était un homme qu'il admirait grandement. Plus qu'un journaliste, un reporter ! Et qu'importe que cela ne soit pas la même période.

Henry Barnabas savait comment Judicaël réagirait. Il aurait peur. Il fuirait ou il viendrait chercher des explications. Ou les emmerdes. Henry aimait quand il pétait des câbles; cela lui donnait une bonne excuse pour le frapper. Henry était ce genre d'agent; il n'avait rien à faire dans les rangs de la TAU mais on ne savait pas ce qu'il faisait; personne n'était là pour se plaindre; ou alors on préférait le croire, lui. Il ne s'attendait pas à ce que ce soit Guillaume qui vienne le voir. Cela le surprit, évidemment.

Judicaël avait posé son verre et regardait la scène, interdit. Est-ce qu'il venait de lui demander de se joindre à eux ? - d'ici, il ne voyait pas le regard de Guillaume mais il pouvait voir les muscles du visage de l'agent Barnabas se contracter; il n'avait pas l'air heureux de cette intervention. La sueur continuait de perler sur le front de Judicaël. Il aimerait tant être cent miles d'ici. Mais il ne pouvait pas se téléporter. Ni quitter l'établissement en courant. Il ne se sentait pas bien. Il voulait juste passer une soirée tranquillement. Il vit l'agent se lever et faire mine de s'en aller avant de s'arrêter...puis finalement repartir. Ce n'est qu'au moment de franchir les portes qu'il lança un tout haut:


-Vous devriez vous méfier de ce criminel.

Henry Barnabas ne reviendrait pas à la charge avant quelques jours.

Judicaël eut le souffle court. Il était blême et il était à deux doigts du malaise. C'était soit ça, soit il sortait péter la gueule de l'agent. Il voulait JUSTE PASSER UNE PUTAIN DE SOIREE TRANQUILLE. Mais non. Toujours un chieur.
Il espérait que personne n'ait entendu mais avec la voix, qui portait bien, de ce connard, même les gens dans les chiottes avaient dû entendre. Simple hyperbole, certes, mais on ne pouvait pas ne pas l'avoir entendu si on était assez proche géographiquement de cette sortie. Judicaël sortit de quoi payer, il allait s'en aller. A moins que ?

_________________
Thème de Judicaël Chase
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guillaume Boissiet
Modérateur
avatar

Age : 42 ans
Situation : Célibataire
Activité criminelle : Casier vierge =)
Autres comptes : Cynthia Holloway, Victorica Johnson
Crédits : verca-hp.blog.cz
Messages : 23
Date de naissance : 19/04/1975

MessageSujet: Re: Le gendarme et le v...tueur [PV: Guillaume Boissiet]   Dim 10 Sep - 23:21




Le gendarme et le v...tueur


Il n'avait pas mis longtemps avant de réagir. Il me fixa, surpris, avant qu'une expression crispée n'apparaisse sur son visage. Oh, l'avais-je dérangé ? Pardon à lui ! Ironie à part, qu'il n'accepte pas mon invitation voulait dire une chose : il n'avait très probablement rien à faire ici. On va pas me faire croire que je l'ai effrayé, nos tailles étaient avoisinantes, et sa carrure était bien plus imposante que la mienne. Ajoutons à ça le fait qu'il n'avait aucune idée de ma possession d'arme. Il voulait donc certainement éviter d'être remarqué. Était-il donc là dans l'objectif d'intimider notre ami Judicaël ? Peut-être… Mais rien n'était sûr. Toujours est-il qu'il se leva, et, sans me répondre, parti comme il était venu. Ce n'est qu'en franchissant le pas de la porte que j'entendis de sa part une mise en garde qui aurait pu sonner comme une menace. Je devais me méfier de ce criminel. Donc ne pas me mêler de cette histoire. Un bon flic aurait pris la chose très sérieusement, aurait pris en compte cette phrase le temps d'en savoir plus. Malheureusement il y avait un « tout petit » problème. Je m'en f*utais complètement j'étais pas en service. J'insiste sur ce point, tout simplement parce que si je pensais à mon job même en dehors, ça me condamnerai à n'avoir qu'un point de vue et donc tout de suite prendre en compte ce que m'avait dit l'autre c*nnard. Bon ok, c'est aussi que ça serait carrément ch*ant sinon. Pour l'instant, Judicaël n'avait rien fait qui le rapproche du mot « criminel ». Donc je n'avais aucune raison d'agir tel les mecs des séries policières mal conçues et de littéralement l'agresser en lui passant les menottes ou un truc du genre tandis que le bar explose pour une raison inconnue (j'ai jamais compris pourquoi on aime tellement faire sauter tous les lieux où vont les héros. Ta gu*ule c'est le scénario ?).

Après le départ de notre « ami », je retournai à ma place au comptoir.

- Rude comme type… Espérons qu'on ait pas à le revoir de si tôt.

On allait pas se mentir : En plus d'avoir un air que je ne supportais pas, il ne ressemblait pas au genre de personnes qui riraient à mes blagues. Je remarquai alors que mon compagnon était blanc. Très blanc. Pâle en fait. Cette rencontre l'avait visiblement beaucoup plus touché que ce à quoi je m'attendais.

- … Ça va ?

Question de politesse et complètement rhétorique. Bien sûr qu'il n'allait pas ! Qui répondrait « Non je vais très bien » dans cette situation ?! Je le vis préparer de quoi payer, ce qui me fit soupirer.

- Je vous le paie.

Élan soudain de sympathie ? Qui sait ? Si j'avais à vous répondre, j'hausserai les épaules d'indifférence. Je pense que c'était surtout qu'il avait eu un dur moment. Et que je préférais rester avec lui pour l'instant car il ne paressait pas vraiment en état de faire un pas devant l'autre avec sa couleur cadavérique. Oui je peux être serviable quand je veux ! (Quelle révélation!) N'en parlez pas à mes collègues s'ils le savaient ils commenceraient par se plaindre puis par me demander des tonnes de service une fois qu'ils auront compris que je ne fais une chose qu'à partir du moment où on me l'a demandé. Je déteste le travail supplémentaire.

CSS par Gaelle


_________________
Guillaume va t'arrêter (..... Ou pas en fait) en #BC0101
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Judicaël Chase

avatar

Age : 40
Situation : Célibataire
Activité criminelle : Serial-killer
Autres comptes : Wang Zhen Shi et Maverick A. Weard
Crédits : Akuma
Messages : 36
Date de naissance : 31/10/1977

MessageSujet: Re: Le gendarme et le v...tueur [PV: Guillaume Boissiet]   Mer 13 Sep - 22:05

Guillaume Boissiet avait fait "fuir" Henry Barnabas, même si cela n'empêcherait pas ce dernier de revenir à la charge ultérieurement, lorsque le journaliste serait envoyé sur une scène de crime afin d'avoir quelque chose à dire à propos d'un chauffard ayant fauché diverses personnes. Ce qu'il s'y passerait ? Une bavure. L'agent se sera vengé de cette mini altercation dans le bar mais, que le lecteur se rassure, il n'arrivera pas grand chose à ce propos grâce au fin limier chinois, Wang Zhen Zhong, le bellâtre, le séducteur, mais surtout le très moral inspecteur - un peu coincé du cul, il fallait bien se l'avouer.
Prolepse à part et faisant bien le café pour palier au manque d'idées de l'autrice incapable de remplir autrement son rp, réintéressons-nous à l'action présente.

Oui, Henry Barnabas était un type rude. Et violent. Et particulièrement tenacement chiant. A croire qu'il n'y avait pas qu'une histoire de vouloir arrêter Judicaël, il y avait bien plus...peut-être...
Evidemment, le pauvre journaliste n'en menait pas large, il n'était pas très bien et il était à deux doigts du malaise. Touché en plein coeur, mais pas dans le bon sens; qui serait heureux de savoir qu'il y avait une épée de Damoclès injuste au-dessus de soi, capable de s'abattre à tout instant ? Non, en effet, il n'allait pas bien du tout.

Judicaël était parti dans l'idée qu'il devait sortir d'ici au plus vite. Il n'avait qu'une hâte, c'était de rentrer chez lui et de s'y enfermer. C'était assez illusoire de penser qu'il pourrait échapper à la TAU, surtout cet agent-ci; il songeait déjà à changer de pays mais il ne pourrait le faire légalement à cause de ce qu'il avait fait...à moins qu'il ne parvienne à convaincre que ce serait pour le bien de sa soeur, afin de respecter sa volonté: changer de pays, ce serait vraiment s'éloigner d'elle. Définitivement. Mais il savait que ce ne serait pas possible. Il n'avait déjà pas su leur prouver les méfaits de Diane...
Toutefois, Guillaume Boissiet fit quelque chose à laquelle il ne s'attendait pas à ce moment précis.


- Je vous le paie.

Le cerveau de Judicaël n'était pas tout à fait en état de marche. Il ne comprenait pas. Abruti sur le moment, avec un air ahuri, il avait encore la main à son portefeuille lorsque le paiement de Guillaume fut pris. Il avait vraiment cet air du "Que s'est-il passé en fait ?" - non, vraiment, son cerveau ne fonctionnait pas bien.
De son portefeuille ouvert, on pouvait voir quelques rares petits billets et peu de pièces, il y avait une carte de crédit et dans l'ensemble, juste son portefeuille indiquait qu'il ne roulait pas sur l'or non plus.


-M...merci...

Comme à son habitude dans ce genre de moment, il avait du mal à parler. Et cela se remarquait assez facilement. Parfois, il lui arrivait de bégayer, ce qui était assez atroce; surtout pour lui car il ne savait plus où se mettre.
Doucement, il rangea son portefeuille. Une chose à la fois. Respire. Calmement. Tout va bien se passer. Normalement. Respire. Doucement. Inspire. Expire. Inspire. Expire. Voilà. C'est bon.

Dans sa tête il se disait qu'inviter cet homme chez lui était peut-être un peu tôt. Il n'avait peut-être plus envie de s'enfermer seul chez lui finalement...
Il y avait quelque chose qui venait de poindre, à son insu, dans son coeur, telle une flèche dorée d'Eros; mais une flèche à retardement. Alors, par réflexe il se lança.


-Est-ce que...je peux vous inviter à boire un verre chez moi ?

_________________
Thème de Judicaël Chase
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guillaume Boissiet
Modérateur
avatar

Age : 42 ans
Situation : Célibataire
Activité criminelle : Casier vierge =)
Autres comptes : Cynthia Holloway, Victorica Johnson
Crédits : verca-hp.blog.cz
Messages : 23
Date de naissance : 19/04/1975

MessageSujet: Re: Le gendarme et le v...tueur [PV: Guillaume Boissiet]   Ven 22 Sep - 22:29




Le gendarme et le v...tueur


Je ne lui laissai pas le temps de refuser. Ce que je lui avais dit n'était pas une question mais une affirmation. Je payai, point barre (j'allais pas m'encombrer d'un refus polis non plus!). Sa réaction ne se fit pas attendre. Il me fixa avec de gros yeux, avec l'air de ne pas avoir compris ce que je venais de faire. Encore sonné par ce qu'il s'était passé précédemment ? Ou vraiment juste choqué par le geste ? Je me retins de rire en voyant son expression d'ahuri. Pas que me f*utre de sa gu*ule me dérange, mais n'oublions pas que notre ami venait de frôler le pire (quoi que doit y avoir pire que ça. Comme se faire tabasser par le type de tout à l'heure ?). On ne trolle pas les gens dans ce cas ! Il faut avoir un minimum de savoir vivre quand même ! J'ai fait pareil avec Aurore lorsqu'on a appris qu'elle allait être fiancée à… Comment il s'appelle déjà ? Edward ? Nan lui c'est dans le film de vampires qui brillent au soleil. Toujours pas compris le concept. E… E…… Ah ça y est ! E-li-ott ! Maintenant qu'on a son nom, reprenons. Quand j'ai appris la nouvelle, je ne l'ai pas emm*rdée avec ça durant trois jours entiers notre Ice Queen ! Histoire qu'elle s'en remette un peu du choc. Par contre après ça je m'y suis donné à cœur joie ! On pourrait prendre en exemple la scène du café…

Une fois qu'il eut récupéré du choc (j'aime exagérer), Judicaël - dont je n'ai malheureusement pas encore trouvé le surnom - me remercia en bégayant. En l'espace d'un instant, il était devenu – si c'est possible - aussi craintif qu'un gamin ! Il fut difficile de ne pas cacher l'amusement qu'il déclenchait chez moi. Il me fit sourire.

- Mais de rien.

Il me fit alors une proposition qui me surprit un peu. Me proposer de boire un verre chez lui ? Hmm… Le Guillaume responsable aurait refusé. Hahaha mais qui a dit que j'étais « responsable » ? J'avais été dégoûté qu'il parte aussi tôt alors qu'on n'était qu'au deuxième verre (quoi ? C'est juste une constatation ! Vous croyez que j'en bois que deux d'habitude ?), alors qu'il m'invite rattrapait légèrement le coup.

- Pourquoi pas ? Mais vous avez intérêt à avoir de bonnes bouteilles. Répondis-je, tout en m'étirant.

Pfff… Bien sûr que ce n'était pas afin de ne pas payer mes prochains verres ! Je suis capable de m'intéresser à mon prochain ! Parfois.

CSS par Gaelle


_________________
Guillaume va t'arrêter (..... Ou pas en fait) en #BC0101
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Judicaël Chase

avatar

Age : 40
Situation : Célibataire
Activité criminelle : Serial-killer
Autres comptes : Wang Zhen Shi et Maverick A. Weard
Crédits : Akuma
Messages : 36
Date de naissance : 31/10/1977

MessageSujet: Re: Le gendarme et le v...tueur [PV: Guillaume Boissiet]   Jeu 5 Oct - 23:38

Du haut de ses un mètre quatre-vingts huit et de sa carrure qui était assez imposante, Judicaël peinait à paraître sympathique au premier abord et il était impossible de le penser craintif ou de le voir être tel un adorable petit chibi ne demandant que câlins et protection. Pourtant, c'était bien ce qui arrivait maintenant; le journaliste avait échappé au pire et son inconscient le lui dictait si bien. Son instinct comme son envie lui indiquait sagement d'essayer de ne pas rester seul ce soir et il s'était tourné vers la présence qui lui paraissait pleinement rassurante pour l'heure, à savoir Guillaume Boissiet.
Bon ok, le bonhomme lui plaisait bien et il avait éloigné l'agent de la TAU; son harcèlement provenant de cet agent prendrait fin quelques temps plus tard grâce à la charmante fille d'Akumu Seikyo, mais nous n'en sommes pas encore là.


- Pourquoi pas ? Mais vous avez intérêt à avoir de bonnes bouteilles.

Judicaël sourit, presque timidement; l'autre avait un petit quelque chose qui lui plaisait bien; ce ne serait que lorsque il saurait pour le métier de son interlocuteur qu'il se méfierait...quoique...dépassé par ses sentiments il pourrait enfin constater que tous n'étaient pas aussi incompétents que ceux à qui il avait eu à faire à San Francisco.
Et oui, il avait quelques bonnes bouteilles, plutôt de la bière que du vin ou d'autres alcools, mais il avait des choses intéressantes. Du rhum par exemple. Il savait faire aussi quelques cocktails, absolument pas dans les règles de l'art mais ce n'était trop mauvais; il y avait le fond, le goût mais pas toujours la forme; voire rarement. Ce n'était pas mauvais, c'était même bon. Juste...cela n'y ressemblait pas trop. Mais bref.
En tous les cas, l'autre avait accepté et Judicaël sentit qu'il commençait à avoir chaud, il sortit vite après avoir salué le patron qui passait servir d'autres clients; il avait le pas preste et il n'avait qu'une envie, c'était de se retrouver seul, chez lui, avec celui qu'il ignorait être flic. Même si on pouvait encore se poser la question mais qu'importe.
Ne restant qu'à savoir si Guillaume allait réellement suivre Judicaël chez lui ou non; en tous les cas, l'action se déroulerait sûrement ailleurs que dans ce bar et la continuité de la soirée s'en irait alors dans un autre sujet...

_________________
Thème de Judicaël Chase
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le gendarme et le v...tueur [PV: Guillaume Boissiet]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le gendarme et le v...tueur [PV: Guillaume Boissiet]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tralïn- guerrier nomade grand tueur d'orque
» Guillaume Pille
» Samia à l'hôpital {Guillaume, Malik, Ahmed ? Florent
» [Quête] Tueur psychopathe à Delirium City
» Hier Bhl chez Guillaume Durand

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Elysian Fields :: Les oubliettes :: Archives :: Contexte 1-
Sauter vers: