AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le pire collègue est arrivé! =D ~ Guillaume Boissiet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Guillaume Boissiet
Modérateur
avatar

Age : 42 ans
Situation : Célibataire
Activité criminelle : Casier vierge =)
Autres comptes : Cynthia Holloway, Victorica Johnson
Crédits : verca-hp.blog.cz
Messages : 21
Date de naissance : 19/04/1975

MessageSujet: Le pire collègue est arrivé! =D ~ Guillaume Boissiet   Dim 6 Aoû - 14:21








Guillaume Boissiet
Ft. David Tennant





Identité



NOM•• Boissiet PRENOM•• Guillaume SURNOM•• C'est moi qui donne des surnoms aux autres pas l'inverse ! AGE•• 42 ans DATE DE NAISSANCE•• 19 Avril 1975 NATIONALITE•• Américaine ORIGINE•• Américaines ORIENTATION SEXUELLE•• Bi ~ SITUATION•• Célibataire METIER / ETUDES•• Lieutenant de police CATEGORIE•• Policier



Particularités

1 •• Sa voiture de fonction est un vrai dépotoir 2 •• Donne un surnom à tous ceux qu'il connaît. Ex : Snow Queen pour Aurore. 3 •• Adore les chiens ! … Ce n'est pas réciproque. 4 •• Peut vous dire une phrase avec l'air le plus sérieux voir effrayant du monde pour ensuite rire et dire que c'était une blague. Mais peut être était-il sérieux qui sait ?… 5 •• As du volant. Mais ne le laissez pas vous conduire quelque part. Il ne respecte pas le code de la route. Que ça soit dans sa voiture dépotoir ou dans sa moto. 6 •• Aime « embêter », « enquiquiner » (Emmerder) et tout ce qui va avec les gens qu'il apprécie. (Bon ok, il le fait aussi à ceux qu'il n'apprécie pas) 7 •• Est encore capable de faire des blagues à ses collègues tel que le coussin péteur ou la punaise sur la chaise. 8 •• Fume très souvent, mais prend si peu soin de ses affaires que les cigarettes dans sa poche sont souvent inutilisables (Salut collègue ! T'as une clope ? =D) 9 •• Peut être une oreille attentive quand on en a besoin. 10 •• Connaît quelques tuyaux pour échapper à la police. Donc également pour trouver quelqu'un l'évitant avec un peu de chance.


Caractère


Patient + Gamin + Sociable + Aime être seul + Attentif + Téméraire + Tolérant + Effronté + Incrédule + Bordélique


Derrière l'écran

NOM Shiomy pour le retour de son TC! (c'est pas trop tôt!) AGE Toujours 17! COMMENT AVEZ-VOUS DECOUVERT LE FORUM ? Je me promenais tranquillement dans la rue quand--- Non attendez c'est pas ça. DESIREZ-VOUS UN PARAIN/UNE MARAINE ? Nop!~ PREMIER, DEUXIEME COMPTE ? Le troisième! Wink AUTRE CHOSE ? J'espère quand même qu'il va se faire des amis ce petit Guigui. Il peut être insupportable mais il a bon fond :'( (ok c'est surtout pour qu'il arrête de me détester) ATTESTEZ-VOUS AVOIR LU LE REGLEMENT ? Non.//SBAF//



Dernière édition par Guillaume Boissiet le Dim 6 Aoû - 14:39, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guillaume Boissiet
Modérateur
avatar

Age : 42 ans
Situation : Célibataire
Activité criminelle : Casier vierge =)
Autres comptes : Cynthia Holloway, Victorica Johnson
Crédits : verca-hp.blog.cz
Messages : 21
Date de naissance : 19/04/1975

MessageSujet: Re: Le pire collègue est arrivé! =D ~ Guillaume Boissiet   Dim 6 Aoû - 14:22








VOTRE HISTOIRE

"C'est pas moi j'ai rien vu"




- Guillaume !

- Ouais ?

- Le commissaire veut te voir.

Je me levai de la chaise de mon bureau. Pourquoi Lawson m'appelait cette fois ? Ça avait un lien avec la cigarette piégée de ce matin que j'avais posé dans la boîte de Gregory ? Haha ça avait été hilarant de la voir exploser lorsqu'il l'avait allumée ! Moins quand notre lieutenante préférée est arrivée en trombe pour m'engueuler en disant qu'elle savait que c'était moi - en même temps, je suis le seul à le faire alors y avait pas à chercher loin - et pour la énième fois que le commissariat n'était pas un terrain de jeu. Et dire qu'elle sera bientôt mariée ! Je pourrai presque en verser une petite larme… Blague à part, tout le monde au bureau a compris que ça ne l'enchante pas. Elle est bien la seule à pas avoir vu qu'on avait remarqué !

Je sortis du bureau du commissaire. Je m'étais fait passer un savon ! Mais pas de renvoi pour le moment. J'ai de la chance qu'il me connaisse depuis longtemps. Si il s'était agis de quelqu'un d'autre, avec toutes les c*nneries que j'ai à mon actif… Hm… Il serait SDF sans emploi ? Mes collègues sont au courant depuis longtemps de ce « traitement de faveur ». Les plus anciens n'y prêtent plus attention, le problème vient des nouveaux. Ils ne comprennent pas comment on peut garder quelqu'un comme moi. De ce côté ils n'ont pas tort. Ça n'est pas très prudent d'avoir laisser entrer dans la police un meurtrier…

* * *

Les quartiers pauvres d'Elysian. Je suis né là-bas. Le genre d'endroit ou les gangs sont les plus influents aujourd'hui. Mais à l'époque, c'était des petites frappes qui y faisaient la loi. Les gamins se battaient pour survivre, les plus faibles avaient tout à perdre. A moins d'avoir la « chance » que leur parents soient des irresponsables et qu'ils soient pris en charge plutôt que de rester sous leur garde.

… On peut dire que j'ai été « chanceux » de ce côté. Mes parents n'ont jamais été que des porcs. Tout ce qui les intéressait c'était… L'alcool et la drogue ? Je n'existais pas. Ou alors j'avais existé et je n'existais plus. On finit par leur retirer la garde à cause des conditions « insalubres » de la vie chez eux. A 12 ans, ma vie changea. Je fus mis dans une famille d'accueil, et c'est comme ça que j'eus le nom « Boissiet ». Quoi vous voulez connaître mon ancien nom ? Aucune raison de le donner. Je suis déjà sympa je vous confie mon histoire, que je raconte pas souvent. Bref. Ces gens avaient des origines Québécoises, ce qui expliquait ce nom sonnant Français. Ne me demandez pas de parler cette langue. Je la comprends, mais mes mots sont incompréhensibles.

Durant quelques mois, j'ai été heureux.Ma famille était aimante. J'ai obtenu un frère à cette époque. Il n'avait qu'un an de plus que moi, et bien que nous ne soyons pas du même sang, et qu'il soit leur fils légitime, il me traita toujours comme un égal. Ouais, c'était la belle époque.

Mais les bons moments ne semblent pas être fait pour durer.

C'était à la sortie de l'école. Il était là. Mon père biologique. Si ça se trouve, il m'attendait. Je fis comme si je ne l'avais pas vu, et parti en sens inverse, avant qu'il ne m'interpelle.

- Guillaume ? C'est toi ?

Et m*rde. J’accélérai le pas et ne me retournai qu'une fois arrivé à la maison. Il ne m'avait pas suivi. Ça me fit soupirer de soulagement.

Mais il fut là les jours suivant également. Maintenant qu'il m'avait vu, il n'allait plus me lâcher ! Pendant un temps, je réussis à l'éviter. Peut être aurais-je dû en parler à l'époque ? Si je l'avais fait, peut être que ça aurait évité les événements qui arrivèrent ensuite… Bah, ce qui est fait est fait. Je ne peux pas revenir en arrière.

La dernière fois que je l'ai vu, il était venu avec ma mère cette fois. Et la voilà qui me supplie larmoyante, de les aider. Après tout, nous étions de la même famille. Je leur répondis d'aller se faire foutre. Ils continuèrent. Tellement que je finis par avoir pitié d'eux malgré moi. J'avais pitié de ces enflures…

- … Ok je vais vous aider. Mais après disparaissez de ma vie.

Ce que je devais faire était simple, apporter un paquet de je ne sais quoi dans un hangar abandonné, et après ça partir et rentrer chez-moi. La première partie fut simple à faire. Je donnai le paquet comme il m'avait été demandé. Il contenait de l'argent. Beaucoup d'argent. Tellement que je me demandais comment ils avaient pu se le procurer. La deuxième partie s'est mal passé. En fait y a pas eu de « deuxième partie ». C'est comme ça que j'appris que mes merveilleux géniteurs avaient des dettes à payer, et que cette somme ne valait même pas la moitié de ce qu'ils devaient à ces hommes. Donc leur solution avait été de littéralement vendre leur fils avec ! Mais quelle idée de génie ! Le plus drôle, c'est qu'ils sont morts quelques semaines plus tard. Non, je ne les ai pas tué, même si j'aurai adoré ! Ils avaient continué leur consommation excessive de drogues et autres substances dégueulasses, donc devaient une nouvelle fois de l'argent, et se sont pris une balle dans la tête.

Et c'est comme ça que la descente aux enfers a commencé.

Au début, je n'avais qu'à réaliser des livraisons. Après tout, un gosse pour ce boulot passe plus inaperçu qu'un adulte. Dit comme ça, ça peut paraître simple. Mais être en retard lorsque je les réalisais n'était pas une option. Si c'était le cas, je rentrais avec des coups et blessures, prétextant d'être tombé quelque part à l'école. Je ne pouvais pas en parler. On me menaçait de tuer ma famille adoptive si jamais je parlais de ce que je faisais, ou si je ne venais pas. Je m'étais attaché à eux. Comment refuser en sachant que les trafiquants avaient pu tuer mes « vrais » parents sans état d'âme juste à cause de dettes impayées ? Je les craignais. J'avais peur de ce qu'ils pourraient me faire subir. Ce qu'ils pourraient leur faire subir. J'étais un gosse. Que pouvais-je faire contre eux ? A l'école on pensait que ma famille me battait. A la maison on pensait que d'autres enfants me maltraitaient. Je niais les deux, mais ne pouvais pas dire la vérité.

Je grandis. Il devenait de plus en plus facile de me remarquer lorsqu'il s'agissait de cacher de la drogue sous ma veste. Et c'était de plus en plus dur de le faire, et de croiser ce travail avec les études. C'est là qu'ils trouvèrent une solution. On me mit un calibre dans les mains, avant de me dire de tuer la personne qu'ils présentèrent face à moi. Mais comme j'hésitais :

- Tu as oublié ce qu'on t'as dit ? Tu n'es en vie que parce qu'on te le permet. Tu préfères peut être qu'on tue ta chère famille ?

Je sursautai à la fin de cette phrase. Non… Il n'oseraient pas. N'est-ce pas ?… Le regard malsain qu'avait celui qui avait dit ça – le chef du groupe de trafiquants - me dit que si. Ça me glaça le sang.

- Alors ?

Je tremblais, l'arme en main.

- Tu vas le faire oui ou non ?

- …

Voyant que je ne répondais pas, il se rapprocha de moi. Je reculai.

- Ok ok ! Je vais le faire.

Je me retins de dire « mais pitié ne me fait pas de mal ». Mais même si cette phrase n'était pas sortie, je pouvais sentir ma propre peur se retranscrire sur mon visage. Je me rapprochai de la personne que je devais tuer. J'ai oublié son visage, et jusqu'à son sexe. Mais je me souviens de son regard suppliant, de l'arme froide sur sa tempe, et du son du tir, puis du crane qui saute, du rouge du sang… Il y avait beaucoup de sang. Tellement qu'il y avait eu des éclaboussures sur le sol et sur moi. Voir ce que j'avais fait m'a donné la nausée. J'ai vomis mes tripes, et ils se sont mis à rire. J'avais 14 ans. Je devins un bourreau, éliminant les « éléments gênants ».

J'aimerai dire que l'on a cette réaction à chaque meurtre, qu'on est éternellement dégoûté de le faire. Peut être que c'est vrai pour certains, mais pour ma part, ça serait mentir. A force de le faire, je m'y suis habitué. Je ne dis pas que j'apprécie de tuer. Je dis que je peux le faire sans hésitation. Il y a une légère différence. Si j'aimais le faire, je n'aurai pas choisi de rejoindre les forces de l'ordre. Mais si ça s'avérait nécessaire, je pourrai le faire sans problème et sans état d'âme. Parce que ça ne me fait plus grand-chose de tuer quelqu'un, à part me procurer de l'ennui. Les morts sont ennuyants, vous n'avez pas idée !

* * *

J'arrêtai mes études à la fin du collège. A quoi bon les continuer ? Un diplôme ne me servirait à rien dans l'état actuel des choses. Aucun de mes proches ne comprit pourquoi. Et il ne valait mieux pas, pour leur bien comme pour le mien. A partir de là, je m'éloignai progressivement de ma famille, et ne me mis à rentrer que tard dans la nuit. Parfois je ne rentrai même pas du tout. Ça les rendit de plus en plus inquiets, même plus que nécessaire. Je ne parlais même plus à Thomas, mon frère adoptif, avec qui j'avais pourtant été si proche par le passé. C'est peut être ce qui le poussa à me suivre ce jour de Juin.

Je devais m'occuper de surveiller la cargaison d'un camion tandis qu'on le remplissait. C'est à ce moment qu'il se trouva face à moi.

- Bon sang mais qu'est-ce que tu fous ?!

Je ne répondis pas, quelque peu troublé par sa présence.

- Tu le connais ?

M*rde. Si jamais ils se rendaient compte de l'identité de celui qui était face à moi… Je n'allais pas le laisser réduire à néant ce que j'avais entrepris pour les protéger. Je ne voulais pas que tout ce que j'avais fait jusqu'ici ne serve finalement à rien.

- Aucune idée de qui c'est.

- T'es sérieux ?! Guillaume Boissiet regarde-moi !

Je sursautai à l'énonciation de mon nom. Je sortis mon revolver de ma poche, et resserrai mon emprise sur lui sans regarder Thomas. Il n'y avait qu'une solution au problème qu'il était devenu. Si je ne faisais rien, on le tuerai. S'il réussissait à fuir, on serait arrêté. Et des représailles seraient faites.

- … Je suis désolé.

Je le fixai bien dans les yeux avant de tirer. Trois coups. Il tomba au sol, inerte. J'entrai dans le camion. Cette famille qui m'avait tant donné, je ne l'ai plus jamais revue.

… Quoi ? Pourquoi je l'ai tué si tout ce temps j'ai essayé de le protéger lui et ses parents ? … Qui vous a dit que je l'avais tué ? J'ai tiré trois coups oui. Mais j'ai jamais dit qu'il en était mort pour autant. Je n'ai pas visé de points vitaux, il a donc dû être emmené à l'hôpital, et facilement avoir plusieurs fractures… Je ne suis pas un crevard au point de tuer un proche ! Mais après ça c'est certain que je ne pouvais plus rentrer.

A partir de là, j'ai vécu dans les différentes planques que nous avions. La plupart du temps de vieux immeubles abandonnés, ou des hangars désaffectés. Le plus souvent je ne dormais pas. Ou une à deux heures tout au plus. Il fallait être aux aguets. Si la police nous trouvait, c'était un aller simple pour les barreaux froids d'une cellule, ou l'arrivée directe au cimetière. Qu'est-ce qui pouvait être le plus probable ?

* * *

La première fois que je rencontrai le commissaire Lawson, à 22 ans, il enquêtait sur un trafic de stupéfiants. J'étais complètement défoncé. La criminalité était plus importante que durant mon enfance, et la quantité de mercenaires ou trafiquants rivaux augmentait de même. Je m'étais déboîté l'épaule quelques semaines plus tôt, suite à un « accrochage ». Je ne pouvais pas aller me faire soigner à l'hôpital, il faudrait y décliner mon identité pour commencer. C'était presque comme dire : « Salut je suis un gamin qui a disparu y a 5 ans et que les flics sont pas foutus de retrouver ! » Et je n'avais pas l'argent pour payer. Alors je m'étais servi dans la réserve d'héroïne. Au moins je ne sentais plus la douleur. Mais j'étais en face d'un policier m'interrogeant alors que j'étais en état de manque. Il voulut donc tout naturellement m'emmener au poste. Je lui ai donné un coup de poing ce qui le sonna quelques secondes, avant de prendre la fuite. Je suis pas suicidaire.

Le problème, c'est que cette rencontre permis de remonter un peu plus jusqu'au trafique. Alors l'ordre fut clair. Tuer tout ce qui se trouverait en travers de notre route. Ce fut probablement les années les plus dures. Je n'allais plus tuer parce qu'on me l'avait demandé, ou qu'on m'avait forcé, ce qui excusait une partie de mon geste. J'allais tuer par nécessité. Je - et pas quelqu'un d'autre - choisirai d'appuyer sur la gâchette.

L'état de mon épaule empirait. Ce n'était plus une dose mais trois que je prenais lorsque les effets de l'héroïne s'estompaient. Quelque fois j'en prenais plus… Ce qui m'a valu quelques… Désagréments. J'ai frôlé l'arrêt cardiaque.

Dumas, commissaire québécois, rejoint Lawson en Septembre 1987, pour une coopération entre les police canadiennes et d'Elysian. Il s'avérait qu'un gros poisson canadien était entré dans les eaux de la ville. Encore un trafiquant, qui avait tué ses « amis » avant de fuir le pays. De quoi faire froid dans le dos. Et la coïncidence fit que nous le cachions, car il avait aidé à étouffer certaines affaires datant d'avant mon arrivée, et que j'aurai préféré ne pas connaître. Chaque fois que je le croisais, je calculais les risques à ce qu'ils nous trahissent à notre tour. On peut dire qu'il ne m'inspirait pas confiance. Mais la police se rapprochait de plus en plus de nous je n'avais pas le temps de me préoccuper de ce type.

En tout, j'aurai fait une soixantaine de victimes. Une cinquantaine de morts, dont une trentaine en temps que bourreau, 16 parce qu'elles se trouvaient là au mauvais endroit au mauvais moment et 4 flics. Je n'ai que blessé la dizaine restante. Je n'avais donc une excuse – et encore – que pour 50 % d'entre elles.

Je passerai sous silence tout ce qui s'est passé pendant qu'on nous recherchait. Lawson et Dumas en parlent bien mieux et le point de vue policier est beaucoup plus palpitant que le mien. Donc allons directement à l'essentiel.

Ils sont rapidement remonté jusqu'au « gosse shooté » que j'étais. Visiblement j'effaçais mal mes traces ces derniers temps. Ils m'ont retrouvé alors qu'on récupérait l'argent des livraisons. C'est pas comme si j'allais en toucher de cet argent mais bon. Le camion a démarré en trombe. Mais j'ai été déséquilibré par l'un de leurs tirs et en suis tombé. J'ai tenté d'éliminer mes assaillants, et ai réussi à tuer un policier d'une balle dans la tête avant d'en blesser 3 autres. Mais que peut faire une seule personne face à un régiment ? J'ai été bloqué dans une impasse, sans aucune issue.

Je ne sais pas si je regrette mes gestes. Mais disons que sur le moment… Je me suis dit que la mort serait un châtiment amplement mérité.

Sauf qu'on ne m'a pas tué, même s'ils en avaient le droit après que j'ai tué l'un des leurs. Je n'ai jamais compris ce qui les a poussé à ne pas le faire. Leur envie de justice sans doute ? J'ai été mis en garde à vue plusieurs jours. Le bon côté c'est qu'on a soigné mon épaule. Le mauvais est que j'ai à nouveau ressenti la douleur qu'elle me donnait lorsque la drogue a cessée de faire effet, ce qui m'a donné une sensation de manque. Les douze heures qui ont suivi ont été une véritable torture. Un vrai toxico.

On finit par me faire une proposition. Donner le nom de mes « employeurs » ainsi que les emplacements où je travaillais, en échange de quoi rien ne serait retenu contre moi. J'ai arqué un sourcil.

- Qui vous dit qu'une fois dehors je vais pas recommencer ?

- On parie sur le fait que tu ne le feras pas.

- C'est Boissiet ton nom c'est ça ?

- …

- Je vais prendre ça comme un oui. Simple question : Depuis combien de temps tu participais à ce trafique lorsque tu as disparu ?

Leur dire la vérité ou non ? Je soupirai.

- … 5 ans. J'avais 12 ans quand ça a commencé.

- As-tu été forcé de le faire ?

- …

Je ne souhaitai pas répondre. La réponse aurait été « oui et non » malheureusement. Lawson et Dumas quittèrent la pièce me laissant seul à réfléchir. Dénoncer ou ne pas dénoncer. Pour beaucoup la réponse aurait été évidente, et si j'écoutais le peu de conscience qui devait me rester, j'aurai choisi la dénonciation. Mais si je le faisais, je n'avais aucune idée de quoi faire ensuite. Depuis des années, je ne connaissais que ça, même si je détestais être trafiquant et haïssais ceux qui m'entouraient là-bas, je me voyais mal faire autre chose en vérité.

Finalement, je choisis la première option, et on verrait bien où elle me mènerait. J'avoue que ce fut plutôt amusant de répondre par un doigt d'honneur pendant qu'on m'insultait de tous les noms. Il allait falloir m'ajouter la qualification de « traître » en plus de celle de « meurtrier ».

- Et maintenant ? M'avait demandé Dumas.

- Maintenant… Je sais pas. Je verrai bien. Mais… Merci.

Il souriait étrangement. Comme ayant une idée.

- Et si tu rejoignais les force de l'ordre d'Elysian ?

Je le regardai avec de gros yeux et Lawson qui venait de se servir un café le cracha sur le coup.

- Pardon ?!

- Quoi Kenton ? Il a peut être des connaissances qui pourraient vous être utiles !

- Mais tu te rends compte de ce que tu me demandes ? A ton avis comment mes hommes vont réagir si ils voient celui qui a tué certains de leurs collègues nous rejoindre ?

Le meurtre de ces quatre policiers me poursuivraient certainement encore longtemps… Pourtant Dumas pour une raison inconnue ne renonça pas à son idée, et finit par faire flancher son ami. Mais à une condition.

- Il est sous ta responsabilité. Si il arrive une chose je dis bien une chose par sa faute, tu seras le seul à tomber.

- J'accepte.

- Quoi ?! Mais vous ne pouvez pas faire ça ! Vous n'allez pas sacrifier une carrière entière pour un gamin que vous connaissez à pei---

- Mon petit Guillaume. C'est moi qui choisis d'accepter. Et je pense que tu as bon fond. Donc ne t'inquiètes pas pour ça.

Je tiquai sur le « mon petit » qu'il avait employé. Mais ne dis rien, ça aurait pu envenimer les choses.

Pour entrer dans la police, il me fallait au moins le diplôme de fin d'études du lycée. Que je n'avais évidemment pas. Comme quoi les études auraient pu m'être utiles finalement. Je pris donc un équivalent, et passai le GED. Ensuite, ce fut les études à l'académie de police, où j'entrai de justesse. Si on avait pas étouffé mon passé, je n'y aurai pas été du tout. Enfin, fraîchement diplômé, je rejoins la police d'Elysian Fields. Certains m'ont peut être reconnu à l'époque, mais n'ont pas relevé. Je pense qu'ils avaient confiance en leur commissaire. Je me souviendrai toujours de ce qu'il m'a dit quand je suis entré.

- Guillaume. Je t'aime bien mais si jamais tu nous trahis… Je te tue c'est compris ?

Je lui souris avant de répondre :

- Très clair.

* * *

Les premières années en temps que policier furent compliquées. Il était courant que je tire dans la jambe ou le pieds d'un suspect qui fuyait pour l'empêcher d'aller plus loin.

- Mais ça va pas ?!

- Ben quoi ? Il est arrêté maintenant non ?

- Mais p*tain poursuit-le utilise pas ton arme !

- Mais ça revient au même non ?

- Non !

La plupart du temps je finissais ce genre de conversation par un haussement d'épaules. Je suis difficile à vivre pour mes supérieurs ou partenaires (n'est-ce pas Aurore que je ne citerai pas… Ah si je l'ai citée). Je ne sais même pas comment j'ai fait pour monter en grade jusqu'au rang de lieutenant ! L'ancienneté sans doute… A moins que ça soit mes connaissances qui bien qu'un peu vieilles fonctionnent toujours quand il s'agit de retrouver quelqu'un ? En tout cas je ne monterai pas plus haut en grade. Merci mais sans façon. Trop de boulot. Et surtout, mes pires ennemis : les rapports. Ce que cette paperasse peut être ch*ante ! Et plus on est haut plus on doit en remplir ! Non je ne suis pas un lieutenant exemplaire si vous en voulez un demandez à Aurore Dumas, bureau d'en face !

D'ailleurs Aurore ! Je savais que Dumas avait une fille, mais pas qu'elle rejoindrait un jour le commissariat de notre ville si prospère ! (pire qu'avant en fait) Elle a rapidement fait la loi dans le bâtiment, rendant de plus en plus difficile mes opérations commandos… Finis les punaises sur la chaise ! Mais ça me pousse à toujours plus d'originalité ce qui fait que je ne me lasse jamais des moments passés au bureau ! Excepté ceux où je suis coincé à remplir mes rapports bien entendu. J'étais tellement fier lorsque j'ai enfin trouvé le surnom qui lui correspondait, après plusieurs semaines de réflexion ! Elle moins. Pourtant « Ice Queen » lui va bien. L'un des meilleurs que j'ai fait ! De fils en aiguille, elle est rapidement devenue ma partenaire, et prend des expressions telles que « pourquoi moi ? » dès que nous avons une mission ensemble. Je ne pouvais rêver mieux comme partenaire vraiment ! Je suis sincère. Elle est la personne la plus drôle à faire tourner en dérision du travail ! Pourquoi ? Parce que quand sa glace fond elle brûle. Ok ok je la laisse tranquille.

* * *

Retour donc au présent ! Que dire que dire… Meurtre, meurtre, et remeurtre. Bref. Pas besoin de faire un tableau on a un serial-killer sur les bras, plus les gangs formés, plus les problèmes qu'avait déjà la ville avant. La police ne chôme pas ! J'ai même encore plus de boulot qu'avant, obligé de servir plus ou moins de médiateur entre les différents gangs, mafias, et la police. Bon par contre ce genre de chose, seuls mes supérieurs sont au courant. Pour ce qui est du bureau je reste le faignant Guillaume qui ne manque jamais les pauses, est souvent en retard, et qui reçoit sans arrêt les appels de la vieille Blanchard qui n'arrête pas de vouloir qu'on fasse descendre de tous les arbres de la ville son maudit chat qui sait descendre tout seul ! Ce que je hais ce c*nnard de chat…




Dernière édition par Guillaume Boissiet le Ven 1 Sep - 19:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurore Dumas
Modérateur
avatar

Age : 33 ans
Situation : Fiancée...
Activité criminelle : /
Autres comptes : Misaki Midori, Oliver Smith
Crédits : Lux Aeterna
Messages : 32
Date de naissance : 12/01/1984

MessageSujet: Re: Le pire collègue est arrivé! =D ~ Guillaume Boissiet   Lun 7 Aoû - 15:11

OH NON PAS TOI O_O
Non je rigole Very Happy bienvenue sur notre fofo pour la TROISIÈME fois Smile à très bientôt dans un rp! You know what i mean Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wang Zhen Shi

avatar

Age : 43
Situation : Célibataire
Activité criminelle : Mercenaire
Autres comptes : Maverick Weard
Crédits : Akuma
Messages : 53
Date de naissance : 08/08/1974

MessageSujet: Re: Le pire collègue est arrivé! =D ~ Guillaume Boissiet   Lun 7 Aoû - 18:41

Re-bienvenue !
Je vais aimer ce perso o.o

_________________
Thème de Wang Zhen Shi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guillaume Boissiet
Modérateur
avatar

Age : 42 ans
Situation : Célibataire
Activité criminelle : Casier vierge =)
Autres comptes : Cynthia Holloway, Victorica Johnson
Crédits : verca-hp.blog.cz
Messages : 21
Date de naissance : 19/04/1975

MessageSujet: Re: Le pire collègue est arrivé! =D ~ Guillaume Boissiet   Lun 7 Aoû - 21:30

Aurore > OH SI MOI AURORE! =D (je vais plus te lâcher très chère partenaire) Oui à bientôt en rp *clin d’œil prononcé*

Shi > Oh tant mieux =)

_________________
Guillaume va t'arrêter (..... Ou pas en fait) en #BC0101
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Felix Ahn
Admin
avatar

Age : 25 ans
Situation : Célibataire
Activité criminelle : Escroc au jeu
Autres comptes : Jack Johnattan
Crédits : ©Pimslady
Messages : 46
Date de naissance : 18/08/1992

MessageSujet: Re: Le pire collègue est arrivé! =D ~ Guillaume Boissiet   Mar 8 Aoû - 16:08

AAAAAAAAAAAAAAAAH il est enfin parmi nouuuuus !!!!


Nous n'attendions plus que lui depuis des mois et le voilà enfin ! Je l'aime déjà <3 Oui ben déso mais sur Olympus j'avoue n'avoir même pas lu sa fiche -.-' Après je m'étonnais de ne pas pouvoir cerner le personnage aussi XDDD

Bon j'ai pas encore lu l'histoire mais je sens déjà que je vais valide rne un claquement de doigt Wink Je promets de la lire d'ici très peu, histoire que tu puisses enfin RP avec le merveilleux et tant attendu Guigui xD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guillaume Boissiet
Modérateur
avatar

Age : 42 ans
Situation : Célibataire
Activité criminelle : Casier vierge =)
Autres comptes : Cynthia Holloway, Victorica Johnson
Crédits : verca-hp.blog.cz
Messages : 21
Date de naissance : 19/04/1975

MessageSujet: Re: Le pire collègue est arrivé! =D ~ Guillaume Boissiet   Mar 8 Aoû - 23:59

Je vais t'avouer un truc: Je trouvais que je le jouais mal sur Olympus X'D Je vais rattraper le tire maintenant =D (ce qui n'est pas spécialement une bonne chose pour vous =) )

_________________
Guillaume va t'arrêter (..... Ou pas en fait) en #BC0101
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Destiny
Admin
avatar

Crédits : SWAN
Messages : 51

MessageSujet: Re: Le pire collègue est arrivé! =D ~ Guillaume Boissiet   Dim 20 Aoû - 11:48

C'est une validation !


Validé ! Je n'ai rien d'autre à ajouter xD Sur ce.

En attendant n'hésite pas à compléter ta fiche de profil si ce n'est pas déjà fait, à poster une fiche de lien par ici et une fiche de RP par .

Tschüss !


DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://elysianfields.forumactif.com
Guillaume Boissiet
Modérateur
avatar

Age : 42 ans
Situation : Célibataire
Activité criminelle : Casier vierge =)
Autres comptes : Cynthia Holloway, Victorica Johnson
Crédits : verca-hp.blog.cz
Messages : 21
Date de naissance : 19/04/1975

MessageSujet: Re: Le pire collègue est arrivé! =D ~ Guillaume Boissiet   Dim 20 Aoû - 22:02

Yeah merci! Je vais me mettre au rp de ce pas =P

_________________
Guillaume va t'arrêter (..... Ou pas en fait) en #BC0101
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le pire collègue est arrivé! =D ~ Guillaume Boissiet   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le pire collègue est arrivé! =D ~ Guillaume Boissiet
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Il n'y a rien de plus terrible qu'un roi en colère et rien de pire que d'en être l'objet [Evangeline - Guillaume]
» Guillaume Pille
» Arrivée de Houille
» Les Perles Du Bac, Pire que le Débilitron, ou pareil XD
» La Reine est arrivée. Prosternez-vous. (Dante)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Elysian Fields :: Bienvenue parmi nous :: Créer son personnage :: Validés-
Sauter vers: