AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Échapper aux démons [ft. Aurore Dumas]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Maverick A. Weard

avatar

Age : 39
Situation : Célibataire
Activité criminelle : /
Autres comptes : Wang Zhen Shi, Judicaël Chase et Akumu Seikyo
Crédits : Akuma
Messages : 27
Date de naissance : 02/02/1978
Localisation : Au travail

MessageSujet: Échapper aux démons [ft. Aurore Dumas]   Ven 18 Aoû - 3:42

Maverick Weard aimait courir parce qu'il aimait s'entretenir, ce qui était juste obligatoire pour un représentant des forces de l'ordre: courir après les criminels afin de les rattraper et les arrêter était quelque peu un incontournable des compétences requises pour le job. Entre autre. Mais il aimait courir parce qu'il arrivait parfois qu'il tombât sur quelque personne tout à fait à son goût qu'il abordait et ils courraient ensemble. Ensuite ils trouvaient souvent un coin où personne ne passait ou allaient chez l'un ou l'autre et...hum...discussion rapprochée entre adultes consentants.

Ce jour-ci ne dérogeait pas à la règle du bien s'entretenir. Parfois, c'était à la salle de musculation qu'il se rendait ou à la piscine; où il attirait souvent les regards des demoiselles. Et de quelques messieurs fortement intéressés. Aujourd'hui, ce serait du jogging. Cependant, il faisait chaud et il avait pris le soin de mettre des vêtements de sport légers et adéquats achetés dans l'équivalent d'un Decathlon américain. Il était à peine sept heures du matin et Maverick avait déjà placé sa fille chez la nounou qu'il avait trouvé: une charmante jeune femme du nom de Serenity Skylar. Peu importe le nom, pour l'heure actuelle.

Sept heures trente, Maverick avait décidé de faire une légère pause, principalement pour admirer la vue magnifique du quartier tout à fait modeste où il habitait. Et parce que quelques jolies femmes le saluaient toujours quand il courrait dans les parages. Et quelques beaux hommes aussi. Il n'était pas très compliqué et voulait faire plaisir à tout le monde. Heureusement que sa fille ne voyait pas cela.
De loin, une silhouette féminine attira son attention et celle-ci se rapprochait en courant; c'était une joggeuse. C'était Aurore Dumas. Ah. Il se leva en bon gentleman et se mit à courir à côté d'elle. C'était reparti pour une petite course.


-Heeeeeeey ! Salut ! Comment ça va ?

Il allait demander si elle se souvenait de lui mais il était difficile de l'oublier. Lui, le collègue qui s'était ramené le premier jour avec une cravate avec des motifs enfantins, ce qui n'était pas du tout professionnel, qui avait préparé des cookies (au chocolat et au caramel et qui étaient bons) pour tout le monde et s'était montré très enthousiaste de se mettre au travail avec ses nouveaux am...collègues. Beaucoup trop jovial, parfois collant mais au moins il était toujours à l'heure et faisait sont travail tout à fait correctement et se donnait à fond. Il ne manquait juste pas d'énergie et on se demandait simplement où il la puisait, comme s'il était une pile électrique inépuisable.
Il remarqua qu'elle accélérait, il accéléra de même; il était plein de son énergie habituel et la course ne semblait pas être un gros dérangement pour parler. Même s'il allait finir par s'essouffler, faut pas déconner non plus. Disons que dans cinq minutes c'était ce qu'il allait faire.

****

Calista Weard n'avait aucun problème à sortir le matin pour se promener. C'était même elle qui insistait pour le faire. Parfois, elle tombait sur son père en train de courir avec une femme ou un homme. Du haut de ses six ans, elle avait bien compris quel manège faisait son père mais ne voulait pas le déranger. Elle aimerait juste qu'il se décide rapidement quant à sa nouvelle maman ou son...second papa; bien que ce dernier cas lui paraîtrait de prime abord étrange et non-conventionnel mais elle n'en avait cure. Ce qu'elle voulait, c'était le bonheur de son "pôpa" et qu'il arrête des méchants pour qu'elle puisse continuer à être fière de lui; parce qu'autrement, ce serait vachement la loose.
Au loin, Calista avait appris à reconnaître la silhouette de son père. La nana à côté, par contre, elle connaissait pas. La petite fille n'était pas stupide, elle savait reconnaître les signes avant-coureur d'une catastrophe mais elle était trop loin pour intervenir. Donc elle lâcha la main de sa nounou et courut vers son père. Maverick essayait désespérément de parler à Aurore mais Calista voyait que l'autre n'avait pas envie de répondre; il insistait donc, avec son air aussi jovial que d'habitude, tout à la regardant et sans regarder où il mettait les pieds. De plus, il commençait à manquer de souffle. Et d'air. Ce qui fit qu'il commença à s'étouffer. Légèrement. Mais avec la chance de Maverick, celui-ci devint subitement blême et chut lourdement sur le sol. Son front vint percuter ledit sol tandis qu'un crac sonore se fit entendre; fort heureusement ce ne fut que son dos et non crâne - quoique dans les deux cas, voilà qui était moyen. C'était le meilleur moment pour faire un malaise. Et encore, si ce n'était que cela.
Calista eut la bonne idée, afin d'empêcher la nana, qu'elle ne savait pas du tout être la collègue de son père, de s'en aller, elle se jeta dessus telle une petite furie et entoura une de ses jambes de ses deux bras pour lui faire un câlin. Puis elle arrêta, regarda longuement la femme et sans jeter un coup d'œil vers son père:


-Ah. Non. Vous êtes pas ma môman. Désolée...

Puis elle retourna auprès de sa nounou qui, de loin, pouvait tout à fait être sa mère inquiète alors que pas du tout. Et Maverick était un peu trop en train de crever à côté pour avoir entendu quoique ce soit. Le jour où Aurore apprendrait la vérité...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurore Dumas
Modérateur
avatar

Age : 33 ans
Situation : Fiancée...
Activité criminelle : /
Autres comptes : Misaki Midori, Oliver Smith
Crédits : Lux Aeterna
Messages : 33
Date de naissance : 12/01/1984

MessageSujet: Re: Échapper aux démons [ft. Aurore Dumas]   Jeu 31 Aoû - 1:07

Échapper aux démons

Aurore Dumas & Maverick A. Weard

Un matin enfin tranquille. Depuis combien de temps n'avais-je pas eu un instant pour moi? J'ai l'impression que cela faisait une éternité. Je commençais à croire que j'allais exploser à cause de sa présence. Toujours en train de me coller pour un oui ou pour un non. MAIS CASSE TOI ENFIN! Mais non. Il ne comprenais pas. Un jour il finira assommer sur le sol il va comprendre la signification de "Je ne veux pas de mari". Tous les matins c'est la même chose. Tellement que ça en devient ma nouvelle routine. Je ne peux m'empêcher de repenser à lorsque j'étais seule avec Shadow. Je pouvais faire ce que j'aime. Tout d'abord, me lever tôt, boire un bon café noir et manger un petit déjeuner bien équilibré. Puis, partir courir dans la ville que j'ai choisi ou l'inverse. Oui il y a des mois où je cours à jeun pour améliorer ma course. Après mon jogging je retourne chez moi pour prendre une douche rafraichissante, reposante, décontractante... Ensuite, aller au boulot, me changer dans mon uniforme de lieutenante, ma fierté. Après une journée de travail, retourner chez moi, un café dans la main, dans mon canapé avec la tête de Shadow sur les cuisses devant une série policière ou en train de lire un merveilleux polard. Pour enfin finir par partir me coucher et ainsi de suite. Mais du jour au lendemain cette routine a volé en éclat. Je vivais un rêve éveillé. Comment a-t-il pu se changer en cauchemar? Du jour au lendemain. Depuis qu'il a débarqué et a brisé toute ma vie sous ses pas. Levée en même temps que lui je dois supporter sa présence dans mon lit après qu'il se soit glissé dans mes draps. Un petit déjeuner express avec le légendaire café noir. Une douche rapide, un coup de brosse pour faire un chignon. Une dispute avec l'autre abruti qui ne comprend pas l'anglais visiblement et les signaux que je lui envoie. Et hop direction le commissariat pour que je me change et bien évidement en étant en retard. Toujours la même chose à me demander comment je vais, si j'ai bien dormi, si j'ai besoin de quelque chose. DE TOUT SAUF DE TOI! LAISSE MOI TRANQUILLE! Je serai prête à détruire mon orgueil et me mettre à genoux devant lui pour le supplier d'arrêter ce cauchemar et qu'il disparaisse aussi vite qu'il est apparu... Cependant rien ne changerait, je le sais. Si mes parents ne reviennent pas à eux le plus vite possible je me vois déjà obligée à tout dire le jour j devant tous les invités et au pire à devenir la femme que je détesterai le plus au monde.

Mais aujourd'hui était différent. Monsieur étant trop fatigué s'était endormi sur le canapé et n'avait rien tenté. Je me levai donc pour une fois de "bonne humeur". J'enfilai ma tenue de sport. Un simple T-shirt gris, un survêtement noir et des baskets blanches. Je pris enfin un vrai petit déjeuner pour la première fois depuis un trop long moment. Une fois avoir fini de manger je m'attachai les cheveux en queue de cheval. Je pris dans un petit sac une bouteille d'eau et une serviette. Lorsque je fus fin prête je sortis de chez moi en fermant la porte à clé. J'avais au préalable caressé Shadow pour lui dire bonjour.

Il était 7 heures du matin. Une heure parfaite pour courir. Personne dans les rues sauf les plus courageux dont moi. Tout le reste est tranquillement chez eux en train dormir ou de comater devant leur bol ou leur mug. Je regardai l'heure et me mis à faire mon footing. Je me concentrai dessus. Plus rien n'avait d'importance, je ne pensais plus à rien. J'oubliais tous mes soucis et ma nouvelle vie que je hais. J'arpentai la rue principale après déjà trente minutes de course lorsque je sentis un léger frisson dans mon dos. J'eus un pressentiment que quelque chose allait mal tourné mais quoi? Mes cheveux parfaitement attachés se balançaient au rythme de mes pas. Le soleil heureusement n'était pas encore assez levé pour me faire fondre. Il y avait une légère brise. Tout était parfait quand soudain...

Heeeeeeey ! Salut ! Comment ça va ?


Je hurlai intérieurement. PAS LUI! C'EST UNE BLAGUE! Après l'autre à la maison, Guillaume au boulot qui est mon partenaire et maintenant lui?! Bon j'avoue que je ne déteste pas Guillaume mais au bout d'un moment il me les brise menu! Mais voilà que mon autre collègue toujours de bonne humeur un peu comme un gai luron me tombe dessus pendant mon moment en solitaire. Je lui fis de gros yeux quand je le vis. La définition de "Tu ne vois pas que tu me déranges?".  La seule chose qui m'avait marqué de positif chez lui était ses cookies le premier jour où il est arrivé au commissariat. Ils étaient succulents... Les meilleurs que j'ai mangé de toute ma vie. Mais passons, son caractère détruisait tout les côtés positifs de cet homme. Sa joie et son énergie m'épuisaient beaucoup trop pour que je puisse le côtoyer autant que je le fais avec le commissaire ou Zhong ou malheureusement Guillaume qui me fatigue également au bout d'un moment.

Mais revenons à nos moutons. Ce type n'avait pas l'air de saisir le sens de mes gros yeux et de mon regard de tueuse. Je compris vite qu'il n'était pas décidé à me laisser tranquille ce matin. Je décidai donc d'accélérer le pas sans lui répondre faisant mine de ne pas l'avoir reconnu et pensant que je pourrais le semer. MAIS C'EST QU'IL EST TENACE CELUI LÀ! Je me décidai alors à lui répondre en faisant mine que je venais tout juste de le remarquer.

Maverick. Quelle surprise de te voir ici je ne t'avais pas reconnu. Qui aurait cru qu'un collègue faisait du footing le matin. Comment vas-tu?


Je ne lui avais pas offert de sourire. Il faut pas rêver non plus. Déjà que je puise dans mon énergie pour avoir une discussion avec lui je ne vais pas non plus faire mon extravertie là. Mais au moment où je venais de prononcer ces paroles mon interlocuteur commençait à manquer d'air et un horrible enfant me fonça dessus. Mais elle ne pouvait pas regarder où elle allait cette gamine?! J'avais failli me casser la g*eule sur le sol moi! Et si j'avais été blessée? Je n'aurais jamais tenu de rester pendant un temps indéterminé chez moi avec l'autre guignol. En attendant la gosse me prenait pour sa mère. Elle m'a prise pour une poule?! Elle a vu ma tête? Je lui fis de gros yeux. Le pire c'est qu'elle faisait un câlin à ma jambe! Mais lâche moi enfin!!! Heureusement elle partit aussi vite qu'elle était venue. Telle une furie. Elle s'était tout de même excusée avant. Elle avait intérêt! Pendant ce temps mon collègue commençait à se transformer en cadavre. Je soufflai et l'aidai à marcher jusqu'à un banc. Je lui tendis la petite bouteille d'eau que j'avais apporté avec moi et passai ma serviette sur mon front. Cela faisait trente minutes que je courrais et en ayant accéléré le rythme je commençais à avoir chaud. Je regardai alors Maverick en attendant qu'il retrouve des couleurs.

Tu vas mieux? Il faudrait éviter que tu meurs ou que tu ne puisse pas allez bosser on a besoin de personnes au boulot. Tu sais à quel point on est débordé.


Il a pas intérêt à mourir aujourd'hui lui! Pour une fois qu'on est nombreux au commissariat et qu'on a plus de chance pour coincer ces sala*ds de criminels dans notre ville! C'est pas devant moi et encore moins maintenant qu'il va nous lâcher. Parole de Dumas!

DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Échapper aux démons [ft. Aurore Dumas]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'évêque Pierre André Dumas réclame le renvoi du CEP
» Le général Dumas
» I. Autremonde, les autres planètes, et les Dragons et Démons
» Les démons d'Ohara
» Momument au Général Dumas à Paris.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Elysian Fields :: Le coeur d'Elysianfields :: Les habitations :: Habitations modestes-
Sauter vers: