AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Dans l'antre du tigre [ft. Aurore Dumas]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Wang Zhen Shi

avatar

Age : 43
Situation : Célibataire
Activité criminelle : Mercenaire
Autres comptes : Maverick Weard
Crédits : Akuma
Messages : 55
Date de naissance : 08/08/1974

MessageSujet: Dans l'antre du tigre [ft. Aurore Dumas]   Lun 26 Juin - 17:45


Chinatown est l'un des quartiers où il est rare de s'y retrouver longuement lorsqu'on n'est pas de la bonne ethnie. C'est un simple constat. La population de chinois y est plus élevée que dans n'importe quel autre quartier de cette ville, ce qui en fait le quartier privilégié des mafieux de l'Empire du Milieu amenant à pas mal de problèmes. Il est donc très rare d'y croiser autre chose que des asiatiques - et surtout, généralement, pas beaucoup de japonais et ce en raisons de certaines rancœurs liées à l'Histoire ou la mentalité des deux peuples.
C'est donc ici que Wang Zhen Shi avait décidé d'y élire domicile et avait trouvé un local lui étant suffisamment agréable pour en faire un restaurant. Le rez-de-chaussée se composait de la salle principale où on pouvait s'asseoir et commander quelque chose à grailler, salle principale relativement petite à laquelle on accédait directement une fois la porte d'entrée franchie, salle principale qui avait été aménagée de façon à ce que les clients puissent voir les deux cuisiniers engagés à l'oeuvre et non loin de leurs plaques et autres plans de travail se trouvait le comptoir où payer. Une porte non loin de ledit comptoir menait directement à une pièce qui servait à stocker les ingrédients. De la salle principale, on pouvait aussi accéder aux toilettes réservés aux clients et même si l'endroit était peu spacieux, cela avait au moins le mérite d'être entretenu et aussi propre que possible, tout comme le reste du restaurant; Shi avait horreur de la saleté; sûrement que cela était dû à son passé de chirurgien où l'hygiène devait être impeccable. Une porte plus dissimulée au niveau de ce qui servait de cuisines permettait d'accéder à un couloir; de là, il était possible d'avoir l'accès à une salle insonorisée et tenue parfaitement secrète par le personnel et le maître des lieux puisque c'est un endroit qui servait surtout de salle de jeux clandestine où on jouait surtout au go et au mah-jong entre mafieux et où les paris permettaient à Shi de gagner un peu d'argent mais aussi de ravitailler le restaurant en viande lorsque des tricheurs étaient surpris et pris en flagrant délit. Parfois, il arrivait que des jeux de dés ou de cartes viennent remplacer le go ou le mah-jong, mais cela était bien rare. Du même couloir, il était possible d'avoir accès à un autre porte menant dans une cour intérieure que Shi faisait entretenir parce qu'il y avait aménagé un jardin et tout au fond, il y avait placé un local qu'il avait fait insonoriser; c'était là qu'il y faisait ses opérations au noir - ou qu'il assassinait des victimes après les avoir torturées; ce qui était à la fois jouissif et utile. Le couloir avait aussi un escalier qui permettait d'avoir accès au premier étage puis aux combles, il habitait donc tout le premier étage et les combles lui permettaient de stocker quelques affaires; mais nous reviendrons plus tard sur son habitation car là n'est pas le plus intéressant pour l'heure.

Shi avait décidé d'appeler le restaurant Le Phénix d'Or, sûrement à cause de la façade sur laquelle était peinte un phénix doré, à moitié effacé par le temps; autrefois, cet endroit abritait une maison close qui avait été incendiée pour une histoire d'argent dû entre criminels et le phénix d'or avait été leur symbole. Ayant légèrement autre chose à faire que d'imaginer un nouveau nom et une nouvelle façade pour le restaurant, Shi avait repris le nom et avait fait repeindre l'animal mythique. La façade en elle-même demeurait finalement assez sobre et discrète car la rue n'était pas très fréquentée même par les habitants du quartier; honnêtes tout du moins, car il y avait bien des commerces dans cette rue. Ils avaient tous une façade commerçante normale mais cachaient tous leur trafic; une herboristerie à l'ancienne cachant une opiumerie comme dans les temps où l'opium avait ravagé une partie de la Chine grâce aux britanniques se trouvait, par exemple, juste en face du restaurant.
Le restaurant en lui-même ne proposait pas grand chose car ce n'était pas vraiment un endroit pour les touristes ou les occidentaux venus manger comme dans n'importe quel restaurant soi-disant chinois et proposant des plats asiatiques et non typiquement chinois; la carte était simple, il y avait quelques plats proposés par jour, dépendant de ce qu'il y avait au marché et selon l'envie des cuisiniers. Pour un occidental non-habitué, les plats pouvaient être peu ragoûtants, entre les pattes de poulet épicées frites et les araignées frites, en passant par la brochette d'insectes ou celle de vers à soie; bien évidemment, il n'y avait pas que cela, fort heureusement.


****

Shi observa le peu de clients derrière le comptoir où il se trouvait, puis ses yeux convergèrent vers le seul cuisinier présent suite au congé pris par l'autre suite à son aveu d'avoir choppé un bon gros rhume; il avait eu la bonne volonté de dire que ce n'était qu'un rhume mais Shi n'avait rien voulu entendre. Il avait besoin de repos et il était hors de question de mélanger ses microbes avec la nourriture. L'ancien chirurgien vérifiait chaque matin avant le service que tout était parfaitement en ordre et surtout aussi propre que possible; il détestait autant la saleté que son petit frère, les deux devaient être éradiqués. Il était actuellement midi et on était mardi, id est, un jour où il s'attendait pas à voir beaucoup de clients venir. Un seul cuisinier devrait suffire de toute façon. A deux, ils pouvaient facilement gérer la situation, ce serait juste plus compliqué pour le soir.
Shi songea qu'il devrait peut-être recruter deux autres personnes pour le soir au cas où; car il devrait surveiller les joueurs de mah-jong. Il soupira et se servit un verre d'eau; il avait l'habitude de la chaleur mais il s'hydrater pouvait aussi être utile. Il alla servir un verre d'eau à son collègue qui suait aussi et qui, malgré tout, avait du mal avec la chaleur ambiante d'autant plus qu'il cuisinait. Aujourd'hui araignées frites et brochette de vers à soie, heureusement que le prix n'était pas du tout élevé; de toute façon, Shi ne faisait que payer ses employés car avec ce que lui faisait gagner le pourcentage des paris clandestins et son salaire de mercenaire, l'argent n'était pas vraiment un problème.

Shi croisait parfois quelques rares occidentaux dans cette rue-ci mais aucun ne s'arrêtait vraiment, surtout au vu de ce qui était souvent proposé; donc il fut tout à fait étonné de voir qu'une occidentale finit par s'arrêter devant le Phénix d'Or mais surtout par y entrer. Avait-elle au moins lu la carte à l'entrée ?! Ou alors elle devait juste être perdue. Ou elle voulait goûter. Il soupira intérieurement en disant qu'en plus il devrait parler en anglais.

_________________
Thème de Wang Zhen Shi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurore Dumas
Modérateur
avatar

Age : 33 ans
Situation : Fiancée...
Activité criminelle : /
Autres comptes : Misaki Midori, Oliver Smith
Crédits : Lux Aeterna
Messages : 33
Date de naissance : 12/01/1984

MessageSujet: Re: Dans l'antre du tigre [ft. Aurore Dumas]   Ven 30 Juin - 4:08

Dans l'antre du tigre

Wang Zhen Shi & Aurore Dumas

C hinatown… Une ville très populaire pour être peuplée essentiellement de personnes asiatiques ou ayant au moins des origines. Je me baladais dans les rues de cette dernière. Je faisais tâche dans ce tableau qui rappelait l’Asie. Ma chevelure dorée contrastait avec les cheveux noirs que je n’arrêtais pas de croiser. Après tout en Asie peu sont les personnes blondes . Le blond est une couleur qui n’est pas naturelle et seuls les délinquants se faisant des décolorations ou les métisses possèdent cette pigmentation de cheveux. Tous les magasins que je rencontrais étaient chinois et faisaient penser à ce gigantesque pays qu'est la Chine. Un restaurant en particulier sortait du lot. Il semblaient beaucoup plus chic, luxueux que les autres. Le phénix doré dessiné sur la façade était magnifique et donnait un petit quelque chose en plus que les autres bâtiments ne possédaient pas. Je supposai donc que ce restaurant devait être le fameux Phénix d'Or dont j'avais tant entendu parler...


J'étais dans la salle de réunion, assise à ma place en train d'attendre les ordres de mon supérieur. Il énumérait tous les noms de mes collègues et les tâches qu'ils devaient faire.

 Lieutenante Dumas!


Oui Monsieur!



Je me levai, droite comme un piquet.

Toujours aussi énergique à ce que je vois.


Oui Monsieur!


Vous allez enquêter sur le Phénix d'Or. C'est un restaurant chinois situé dans Chinatown. Il semblerait qu'il se passe des choses illégales là-bas. Vu que les gangs sont bien connus dans les rues d'Elysian Fields, vous devez bien être au courant qu'il est probable que toutes activités criminelles se déroulent quelque part. Cet endroit en fait parti. Trouvez de quoi il s'agit. Bien évidemment vous serez accompagné du lieutenant Boissier... Où est-il passé encore celui-là?


Il a un problème de voiture Monsieur.


Hum... Je vois.



Quand je pense que j'ai dû mentir pour mon coéquipier incapable de se lever sans être en retard... C'est la dernière fois que je lui sauve la mise. La prochaine fois il se débrouille tout seul et il n'aura que ses yeux pour pleurer s'il est viré. Je n'ai pas envie de me retrouver dans des histoires improbables m'empêchant d'avancer dans ma carrière par sa faute. En parlant de carrière il fallait que je pense à mon boulot et l'idée de devoir attendre Guillaume ne me plaisait guère. Je pris donc les devants.

Suis-je obligée d'être accompagnée?


Lieutenante Dumas. Loin de moi l'idée de penser que vous êtes faible ou que vous mettiez mon métier en question mais je vous assure que cette enquête est trop dangereuse et risquée pour la faire seule.


Bien Monsieur.



Et loin de moi l'idée de ne pas obéir aux ordres mais il fallait que j'enquête au plus vite! On ne sait jamais ce qui peut se passer avec ces gens là. Ils peuvent faire disparaître tout indice d'une seconde à l'autre ou changer de repère quand ils veulent. Je partis chez moi changer de tenue à la pause de midi après avoir prévenu que je sortais pour le boulot. Je mis un jean avec une coupe droite, un haut simple, blanc à manches courtes avec un col rond. Je portais également des chaussures blanches et avais détaché mes cheveux. Je les recoiffai avant de partir, caressai rapidement Shadow en lui indiquant de rester sage. Bien sûr je pris sur moi mon arme que je camouflai et mon insigne de police au cas où. Je claquai la porte que je fermai ensuite à clé et m'en allai habillée en civil.


Me voici désormais devant le lieu que je cherchais. Je soufflai avant de poser ma main avec fermeté sur la barre de la porte et de la pousser pour l'ouvrir. Je saluai le patron en entrant avec une voix plutôt guillerette. La partie que je déteste lorsque je suis en mission c'est de jouer un rôle. Aujourd'hui c'était la blonde joyeuse et curieuse. L'intérieur était encore plus magnifique que l'extérieur. Les lampions rouges éclairaient le carrelage blanc d'une telle beauté que mes yeux brillaient eux-mêmes. Une odeur subtile venait nous titiller les narines. Elle embaumait la pièce et mettait en appétit les plus gourmands. C'est à ce moment précis que je me rendis compte que je ne m'étais pas renseignée sur les plats d'aujourd'hui. Déjà que je n'étais pas fan des restaurants chinois... Ah non je n'ai rien contre eux! Au contraire! J'adore manger de la nourriture asiatique. J'ai juste un très mauvais souvenir des restaurants chinois à cause d'une certaine personne... Je le hais si fort... En attendant ce restaurant était différ----... Ok je n'ai rien dit. Lorsque je vis ce que cuisinaient les cuisiniers je crus que j'allais vomir. Ces hommes étaient en train de griller des brochettes de vers à soie et de frire des araignées. Les araignées avaient l'air plus appétissantes si je devais choisir... Je maudis à tout jamais les restaurants chinois. C'est fini pour moi après celui là... Je pensai à autre chose pour ne pas courir aux toilettes. Je me reconcentrai alors sur ma mission. Je me mis alors à sourire à l'homme qui semblait être le patron et lui demandai une table pour une seule personne. Mon enquête allait pouvoir commencer.

DEV NERD GIRL



Dernière édition par Aurore Dumas le Dim 6 Aoû - 5:42, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wang Zhen Shi

avatar

Age : 43
Situation : Célibataire
Activité criminelle : Mercenaire
Autres comptes : Maverick Weard
Crédits : Akuma
Messages : 55
Date de naissance : 08/08/1974

MessageSujet: Re: Dans l'antre du tigre [ft. Aurore Dumas]   Sam 1 Juil - 14:46

Wang Zhen Shi n'avait pas l'habitude des étrangers dans son restaurant, en fait si, mais généralement c'était une erreur. Ou une épreuve de courage à cause des plats proposés. Crétins de jeunes adultes; Wang Zhen Shi avait alors pris l'habitude de leur proposer un digestif que seuls ceux ayant l'habitude de le boire savaient éviter les maux d'estomac et les vomissements en rentrant chez eux. Le fourbe.

Une jeune blonde entra, ce qui se fit tourner les clients et même les cuisiniers. Plutôt mignonne la mademoiselle, se disaient-ils sûrement. Il n'y avait que le patron qui pensait autrement et sous son masque de gentil restaurateur il ne pouvait s'empêcher de penser, non pas au physique potentiellement attrayant de la jeune femme mais surtout au fait que...

Qu'est-ce qu'elle a l'air conne celle-ci !

Ce devait être à cause de sa voix plutôt guillerette et de son air curieux. Et le fait qu'elle était blonde. Au vu de son âge estimé par le chinois, elle avait arrêté d'avoir l'air complètement naïve; non, pour lui, le modèle occidental de l'innocence parmi ses connaissances serait Cynthia Holloway; quand il l'aurait rencontré en tous cas. Là, il se demandait surtout si elle était capable de connecter deux neurones; heureusement que son jeune frère n'était pas du tout comme lui et était un petit peu plus ouvert. Ouais, Wang Zhen Shi est un parfait connard portant un Masque; lui aussi devait jouer un rôle.
L'ancien chirurgien la plaça au fond de la salle, là où il y avait des tables pour une ou deux personnes. Quoiqu'il y avait énormément de tables pour une ou deux personnes ici, l'endroit étant tout de même petit.


-Aujourd'hui c'est brochettes de vers à soie et araignées frites; avec un bol de riz; peut-être préférerez-vous quelque chose de plus...neutre ?

Id est, de moins "exotique" que les plats du jour, donc il proposa des bouchées vapeur si elle le voulait; qui seraient à base de viande humaine, se disait-il, mais elle n'était pas obligée de le savoir. Personne n'était obligé de le savoir...
Quoique fut sa réponse, il vint lui servir une coupe de Maotai (un alcool festif - 53% - que les chinois apprécient).


-C'est offert par la maison.

Il s'en retourna travailler. En fait, il avait très envie que la journée passe pour que la nuit recouvre la ville et qu'il puisse s'en aller surveiller les mafieux dans la salle de jeu clandestine; parce que cela l'amusait de dénicher les tricheurs. Mais ce ne serait pas avant ce soir.

_________________
Thème de Wang Zhen Shi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurore Dumas
Modérateur
avatar

Age : 33 ans
Situation : Fiancée...
Activité criminelle : /
Autres comptes : Misaki Midori, Oliver Smith
Crédits : Lux Aeterna
Messages : 33
Date de naissance : 12/01/1984

MessageSujet: Re: Dans l'antre du tigre [ft. Aurore Dumas]   Lun 7 Aoû - 15:12

Dans l'antre du tigre

Wang Zhen Shi & Aurore Dumas

L a définition de passer une journée pourrie. Comment allais-je me sortir de ce mauvais pas? J'avais le choix de prendre un plat typique du restaurant ou un autre un peu plus connu. Je pris le risque de prendre mes amies les pattes d'araignées... Oui oui. J'avais envie de rendre hommage à cet endroit et de prendre ce qu'ils servent habituellement. Ou du moins aujourd'hui. Je pourrai manger de la VRAI nourriture asiatique plus tard dans ma vie mais ce midi j'étais en mission. Et j'avoue que je regrettais de ne pas avoir attendu Guillaume... J'allais devoir me débrouiller seule et trouver les mots juste. Avec lui, il aurait pu faire diversion comme à son habitude. Mais bon. J'étais seule et ça n'allait pas changer de si tôt. Je servis alors au patron un grand sourire avant de reprendre la parole.

Je vous commanderai alors vos fameuses pattes d'araignées frites. Je ne connais pas et j'aimerai bien découvrir. Je suis ici pour ça non?


L'homme revint immédiatement avec un apéritif sans que je ne lui en demande un.  Apparemment il était spécial de ce grand pays qu'est la Chine. D'ailleurs, soit il voulait me tuer, soit me coucher pour que je ne puisse plus rien faire aujourd'hui et que j'ai la gue*le de bois demain ou alors il voulait au moins me faire cracher du feu. Heureusement que je tiens bien l'alcool parce que celui-là était particulièrement fort. J'en laissai un léger fond de sorte à ce qu'il ne m'en verse pas de nouveau. Ah... Bravo Aurore Dumas, vous buvez en service maintenant! Sera certainement la nouvelle phrase de mes chers collègues quand je serai revenue. Lorsqu'il fut partit je bus les quelques dernières gouttes et reposai le verre délicatement. Je sentais que ce restaurant cachait quelque chose... Mais quoi?! J'allais devoir le découvrir seule et sans indice... J'avais l'impression que j'aurais dû écouter mon supérieur comme d'habitude et de me renseigner un peu plus sur l'endroit avant de me jeter directement dans la gueule du loup, l'antre du tigre... J'observai un peu le restaurant se trouvant sous mes yeux. L'endroit était plutôt calme et il y avait peu de client. Après tout nous étions en plein Chinatown et à peine midi donc peu de personnes venaient manger au restaurant. Le patron revint les bras chargés de plats et de sauces. Il déposa le plateau sur ma table et me souhaita un "bon appétit". Je commençai à manger mon "délicieux" repas. Je faillis vomir ce que je venais d'ingurgiter au moment où je l'ai gouté. Le goût comme l'odeur était infect et même avec de la sauce j'arrivais à sentir l'ignoble saveur de ce plat. J'avalai alors le repas en buvant énormément. Il fallait que je le finisse quoi qu'il arrive. Quand l'asiatique revint je lui fis un grand sourire. Il me demanda comment tout c'était passé.

C'était parfait merci! Le plat était succulent. Bravo aux cuisiniers! Je pourrais les remercier moi-même d'ailleurs? Cela me tient à coeur...


Si j'arrive à m'infiltrer en cuisine je pourrais faire un rapport détailler de leur physique à mes supérieurs! Cette idée était excellente mais il fallait encore que l'homme dirigeant le restaurant accepte. C'est loin d'être gagné...

DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wang Zhen Shi

avatar

Age : 43
Situation : Célibataire
Activité criminelle : Mercenaire
Autres comptes : Maverick Weard
Crédits : Akuma
Messages : 55
Date de naissance : 08/08/1974

MessageSujet: Re: Dans l'antre du tigre [ft. Aurore Dumas]   Dim 20 Aoû - 23:23

A Chinatown, on respectait les règles de Chinatown. Et des Triades. Et accessoirement du pays natal. Ce n'était pas très poli de s'en aller voir les cuisiniers ainsi, même si c'était pour les complimenter. Quoique cela ne risquait rien: la cuisine était visible de tous de derrière le comptoir et rien à cacher. Même la réserve, où étaient stockés des morceaux humains, était clean: Wang Zhen Shi et ses amis prenaient le soin de faire vraiment passer cela pour de la viande normale, au cas où il y aurait des contrôles sanitaires. Les vrais trucs dégueulasses commençaient par la pièce au fond de la cour intérieure et dans le jardin aménagé dedans. Et dans l'endroit où il habitait mais c'était une autre sorte de dégueulasserie.
Wang Zhen Shi afficha sa tête la plus neutre en traitant l'occidentale de "Sale petite conne blonde" mentalement; il aimait vraiment pas les femmes, encore moins occidentales, encore moins blondes. Il les trouvait stupides, disgracieuses, fades. Il montra les deux cuisiniers derrière le comptoir, en train de cuisiner. Elle n'avait qu'à s'approcher du meuble et leur parler depuis-là. Elle n'aurait pas à s'approcher des réserves ayant pourtant l'air normales.


-Vous voulez peut-être un dessert avant ?

Il n'avait pas vraiment envie qu'elle aille les voir. Pas qu'il se méfiait particulièrement, juste que les deux chinois ne comprendraient sûrement ce qu'elle dirait. Savait-elle parler au moins le mandarin ? Absolument pas, pensait-il. Le cantonnais ? Oulà, elle risquait de se faire taper par les deux cuisiniers; eh ouais, les problèmes entre chaque région du pays natal. Un autre dialecte chinois ? Il en rigolait intérieurement tant cela lui paraissait absurde. Raciste, direz-vous sûrement à propos de Wang Zhen Shi. Exactement, répondons-nous. Et même misogyne. Ce type vient d'atteindre des sommets d'exécrabilité... (ce terme n'existe absolument pas, cela s'appelle un néologisme, merci).
Le mercenaire lui tendit une carte en diptyque; un côté en mandarin, un côté en anglais. Les desserts n'étaient sûrement pas faits maison mais ils avaient le mérite d'être "normaux" pour un occidental non-habitué aux plats servis dans le restaurant.

Il allait falloir trouver une feinte pour pouvoir accéder à ce qui pouvait être intéressant; peut-être que l'arrivée d'un collègue serait bienvenue.

_________________
Thème de Wang Zhen Shi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guillaume Boissiet
Modérateur
avatar

Age : 42 ans
Situation : Célibataire
Activité criminelle : Casier vierge =)
Autres comptes : Cynthia Holloway, Victorica Johnson
Crédits : Lux Aeterna
Messages : 25
Date de naissance : 19/04/1975

MessageSujet: Re: Dans l'antre du tigre [ft. Aurore Dumas]   Ven 25 Aoû - 1:53




Dans l'antre du tigre




J'étais arrivé en retard au boulot. Encore. Mon lit avait été plus attirant que le travail. Ou plutôt… La fille qui s'était trouvée dans mon lit avait été plus attirante si vous voyez ce que je veux dire. Je n'entrerai pas dans les détails mais pour être bien foutue…

Quand je fus enfin à l'intérieur du commissariat, l'inspecteur qui s'était occupé de nous donner les ordres de missions aujourd'hui m'interpella.

- Boissiet ! Si vous êtes là ça doit être que votre problème de voiture est résolu !

- Hein ? Euh… Oui ! Oui exactement. Je ne pouvais pas la démarrer.

S'il avait su qu'en dehors de mon véhicule de service c'est une moto que je conduis en réalité… Il me résuma l'ordre de mission du jour. Se rendre avec mon glaçon préféré dans Chinatown afin d'enquêter sur un restaurant – Chinois évidemment, il allait pas être français – plutôt louche. Seul problème : Aurore était introuvable et injoignable. J'en déduis qu'elle était probablement partie devant. Très mauvaise idée Lieutenante ça ne vous ressemble pas. Bon, j'avoue, je n'étais pas non plus un exemple.

Je mis un moment pour arriver au Phénix d'or. Pas que je pris mon temps, mais après m'être changé en civil, je m'informai sur l'endroit avant de m'y rendre, feignant d'hésiter à y aller. J'appris ainsi qu'il était assez fréquenté par les chinois du coin, et souvent prisé. Ce qu'on me raconta fut surtout élogieux, mais certains parlèrent de mouvements étranges se passant certains soirs. Pas de quoi obtenir un mandat ou quoi que ce soit. Après tout, on aurait pu dire ça de dizaines de lieux d'Elysian Fields. D'où l'ordre d'enquêter. A moins que nos chefs soient juste racistes ce qui était peu probable vu la couleur du commissaire… Quoi ? J'ai pas le droit de plaisanter là-dessus ?

Quand je fus devant la porte d'entrée, je préférai faire le tour, afin de ne pas me trouver seul comme un c*n une fois à l'intérieur. J'arrivais vers l'arrière du bâtiment quand je vis enfin ma partenaire assise à une table et discutant avec ce qu'il semblait être le patron. Visiblement, son enquête n'allait pas loin. Lorsqu'elle me vit, et puisque le chinois se trouvait dos à moi, je lui fis un signe de main tout sourire, voulant dire : « T'es pas dans la m*rde ».

Je m'éloignai rapidement de la fenêtre avant que les clients ne me voient et ne se mettent à me fixer bizarrement. Je retournai à l'entrée, et entrai (en même temps j'allais pas faire autre chose). C'est à ce moment que je me dis qu'on aurait mieux fait d'entrer en même temps. Deux Américains à Chinatown, dans le même restaurant. C'était suspect. Mais pas le temps de me soucier de ça, il fallait débloquer Aurore. Je fis donc mine de chercher quelque chose, et fis « malencontreusement » tomber le verre d'alcool d'un client qui n'avait rien demandé. Celui-ci commença à m'insulter dans sa langue, à laquelle je ne comprenais rien il faut l'avouer. Mais j'accentuai ma « maladresse » en lui servant une expression pouvant facilement être traduite par : « Gné ? », ce qui eu le don de l'énerver encore plus, le faisant gesticuler dans tous les sens. Plus qu'à espérer que cette diversion soit suffisante à Aurore.

CSS par Gaelle

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wang Zhen Shi

avatar

Age : 43
Situation : Célibataire
Activité criminelle : Mercenaire
Autres comptes : Maverick Weard
Crédits : Akuma
Messages : 55
Date de naissance : 08/08/1974

MessageSujet: Re: Dans l'antre du tigre [ft. Aurore Dumas]   Mar 29 Aoû - 1:27

Oh putain encore un autre cachet d'aspirine à la con. Et en plus qui fout la merde. DEUX PUTAINS D'AMERICAINS DANS LE MÊME RESTO BORDEL ! Alors déjà une nana c'est la merde. MAIS ALORS LA....Ah....
Ce furent les pensées de Wang Zhen Shi, rapportées ici de manière indirecte - autrement appelé le discours indirect libre - avant que ses yeux ne se posèrent sur Guillaume Boissiet. Putain il était pas mal l'amérloque en fait. Mais ce n'était pas l'époque où son frère était encore arrivé pour briser sa vie avec un brillant coup d'échec qui aura surtout l'effet d'un bon gros coup de marteau de piqueur sur la coquille fragile d'un oeuf.
L'ancien chirurgien se détourna d'Aurore quelques instants en s'excusant. Il se rapprocha du flic - qu'il ne savait pas en être un - et du client.

Début du dialogue en mandarin:


-Cet abruti a renversé la coupe d'alcool ! Et en plus, il se fout de ma gueule ! Mais qu'est-ce que foutent des amérloques ici d'ailleurs ?!

-Je vais régler le problème vite fait, je vous offre le repas.

Fin du dialogue en mandarin.

-Fin du problème. Bonjour, monsieur. J'imagine que vous avez vu votre amie par la fenêtre et souhaitez la rejoindre. Je vous laisse vous installer.

Fallait pas déconner non plus. Il avait peut-être pas vu le flic à la fenêtre mais c'était un méfiant mafieux qui était juste un mercenaire payé par eux; notez le jeu de mot exécrable provenant d'un cerveau épuisé vu l'heure qu'il est. Ce qui avait fait qu'il avait senti que quelque chose n'allait pas. De base. Y avait jamais eu deux amérloques au même endroit sans passe-droit valable à Chinatown; et les amérloques, au vu de la criminalité du quartier, ils y allaient que s'ils étaient asiatiques - mais pas japonais parce qu'ils étaient juste morts - ou n'y allaient pas. Les seuls amérloques que Wang Zhen Shi avait déjà pu voir étaient des étudiants paumés qui comprenaient que dalle à comment se servir d'un plan et d'un GPS en panne; on leur avait gentiment indiqué le chemin sans trop faire d'histoires; déconnez pas les gars, ils cherchaient pas à faire de la merde, ils s'étaient tenus tranquilles, point.

Wang Zhen Shi se dirigea vers les deux cuisiniers et dit quelque chose (en mandarin, évidemment) à l'un des cuisiniers qui acquiesça, posa son couteau, retira son tablier et sortit en trombe du restaurant; ok, qu'allait-il se tramer par la suite ?
Le patron du restaurant s'empara et du tablier et du couteau afin de remplacer l'homme qui était parti et s'occupa de diverses autres commandes: la cuisine se faisait, en fait, pratiquement devant les clients qui pouvaient voir ce qui était cuisiné derrière le comptoir. Wang Zhen Shi, plus par habitude que réelle envie de frimer, fit virevolter les couteaux en coupant légumes et morceaux de viande; petit spectacle improvisé et non-désiré par de base le mercenaire. Le pire fut qu'il ne fit tomber aucun morceau et chaque commande arriva à bon port. Des clients se ramenèrent dans le restaurant et ils furent un peu plus nombreux; un oeil avisé et habitué verra qu'ils étaient armés, ce qui n'avait rien d'étonnant étant donné qu'on était aux Etats-Unis, ces gens devaient sûrement avoir le droit d'en porter. Toutefois, au vu des tenues et des tatouages et y compris au niveau des mines sur leur figure, ce n'étaient pas de simples citoyens mais bien des membres des Triades.
Le cuisinier était revenu et reprit sa place.
Aurore Dumas et Guillaume Boissiet était au fond du restaurant et il n'y avait apparemment aucune sortie de secours à part les fenêtres: cependant, pour l'heure, il n'y avait rien qui indiquait que cela dégénérerait.
Comment se sortir de cette situation tout en sachant qu'il était encore l'heure de déjeuner et que la salle de jeu n'ouvrirait que le soir ?

_________________
Thème de Wang Zhen Shi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dans l'antre du tigre [ft. Aurore Dumas]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dans l'antre du tigre [ft. Aurore Dumas]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Evenement de Raid - Dans l'antre d'Ifrit - du 17/03 au 31/03
» Dans l'antre de la Dame d'Esgaroth
» Hector de Valois, oserez-vous pénétrer dans l'antre du diable ?
» (-18)( Mission de classe D ) Dans l'antre du diable...
» [WIP] Dans l'Antre d'Arachné

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Elysian Fields :: Le coeur d'Elysianfields :: Les restaurants :: Restaurant Chinois-
Sauter vers: