AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La vie dans une bibliothèque

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cynthia Holloway
Modérateur
avatar

Age : 24 ans
Situation : Célibataire
Autres comptes : Victorica Johnson, Guillaume Boissiet
Crédits : finite-inc4ntatem
Messages : 76
Date de naissance : 02/07/1993

MessageSujet: La vie dans une bibliothèque    Dim 18 Juin - 0:15

Je me réveillai au son de mon réveil posé sur la commode près de mon lit. Il était 7h30. Je me rendis alors compte que je n'étais pas dans mon lit. Je réfléchis un instant. Visiblement, je m'étais à nouveau endormie en dessinant à mon bureau. Et la dernière fois que j'avais regardé l'heure il était… 3 heure ? 3 heure et une trentaine de minutes ? J'avais un doute. Ce qui ne m'empêcha pas de maudire une nouvelle fois le fait que j'avais encore choisi de continuer de dessiner plutôt que de me coucher à 23 heure comme je me le répétais chaque matin.

Je me levai donc de ma chaise, avec des courbatures aux bras et mal dans le dos. Je pensais me souvenir d'avoir eu ma tête appuyée sur l'une de mes mains avant de m'endormir. Qui avait dû tomber puisque je m'étais éveillée le visage sur ma feuille… « Quelle idiote » pensai-je sur le coup. Je m'étirai, et partis dans la cuisine. Je sortis le jus d'orange de mon réfrigérateur, et m'en servis un verre avant de couper une tranche de brioche achetée la veille. Je pris mon petit déjeuné, puis allai prendre une douche afin de me réveiller un peu. J'étais encore un peu endormie. Et je n'avais surtout pas envie de malencontreusement m'assoupir en plein travail.

Une fois propre et habillée, je récupérai la boîte remplie de salade de riz que j'avais préparée le soir précédent. Je n'avais qu'une heure de pause pour manger, de 13 à 14 heure, celle de 12 à 13 heure étant pour Mme Webster, la bibliothécaire et mon employeuse. Même s'il fallait contenir ma faim, travailler de 12 à 13 heure avait l'avantage que la plupart des clients étaient en train de prendre leur repas, ce qui rendait l'endroit plus calme et tranquille. La plupart des personnes venant à cette heure était donc souvent de vrais férus de littérature, qui auraient pu parler longuement du livre qu'ils lisaient. Le genre de gens que je trouvais la majorité du temps attachants. Il est toujours plus simple d'écouter quelqu'un de passionné par ce dont il parle. En tout cas c'est mon avis. Je rangeai ma boîte ainsi qu'une fourchette dans mon sac, et y ajoutai mon carnet de dessin, un crayon et une gomme. Enfin, carnet de dessin… C'était un peu plus que ça. J'y avais dessiné les personnes importantes de ma vie, et consigné un peu tout ce que j'avais fait ou pensé à un certain moment. On pouvait un peu considérer cela comme une mémoire externe pour simplifier. J'ai tendance à avoir peur de perdre toute trace de  moi même un peu comme ce qui est arrivé à celle que j'ai été jusqu'à 6 ans… Et cette méthode, bien que m'obligeant à cacher aux autres ce carnet, était celle me rassurant le plus.

J'eus un regard vers dehors. Il faisait aujourd'hui un temps magnifique, et j'étais tout sauf en retard. Je choisis donc de laisser ma voiture sur le parking de l'immeuble et de prendre mon vélo à la place. J'arrivai à la bibliothèque quelques minutes avant le début du travail. J'entrai, la clochette sur le battant de la porte tinta.

- Bonjour Cynthia ! Me dit-elle en souriant tandis qu'elle me voyait entrer.

- Bonjour Mme Webster ! Lui répondis-je moi même avec un sourire.

Comme d'habitude, elle tiqua sur le fait que je l'appelle de cette façon. C'était une jeune femme d'une quarantaine d'année certainement, portant un chignon, des lunettes et surtout un tailleur que je ne l'avais jamais vu quitter depuis que je la connaissais. Lorsqu'elle travaillait en tout cas. Je me remémorai ce que j'avais écrit sur elle peu après notre rencontre :

« Miriam Webster :
My employer ! She said she wants that I call her by her first name : « Miriam », but I dunno… Isn't it too familiar ? » (Mon employeuse ! Elle dit qu'elle veut que je l'appelle par son prénom : « Miriam », mais je sais pas… N'est-ce pas trop familier ?)

Je suis mal à l'aise lorsqu'il s'agit d'appeler mon aîné par son prénom s'il ne s'agit pas d'un proche. Et même si plus tard j'avais ajouté qu'elle était une personne adorable, l'habitude de l'appeler par son nom de famille ne m'avait pas quittée, même si elle n'appréciait pas. Je rangeai mon sac dans la remise, puis commençai mon activité. La matinée débutait toujours par regarder s'il manquait des livres dans les étagères, et vérifier s'il n'y en avait pas d'abîmés. C'était la partie de mon emploi que j'appréciais le moins, car j'étais obligée de me retenir de prendre un livre ou une BD et de le feuilleter. Et parfois… Je ne résistais pas. Ce qui me valait d'entendre le son de la voix de ma supérieure :

- Cynthia qu'est-ce que tu fais ? Tu n'es pas là pour lire !

Adorable mais sévère.

Puis il fallait ranger les livres qui avaient été empruntés puis rendus. Lorsque l'on arrivait à cette action, des lecteurs commençaient à entrer. Et parfois certains venaient nous voir afin de trouver un certain livre. Au début, il m'avait fallu dessiner un plan afin de m'y retrouver, les livres étant rangés par ordre alphabétique du nom de l'auteur et par époque. Par exemple, les étagères du fond étaient plutôt utilisées afin de ranger les auteurs antiques, comme Homère ou Platon. Le plus dur je pense aura été que lorsque j'avais commencé à travailler ici, je ne connaissais pas le nom de certains des auteurs, et donc pas leur époque non plus. Alors lorsque quelqu'un m'avait demander un livre de Shannon Messenger, je n'avais eu aucune idée d'où chercher. Heureusement on finit par s'habituer et je sais maintenant que ses livres sont rangés dans l'étagère des auteurs contemporains.

J'étais donc en train de chercher l'emplacement de l'un des livres rendus pour le ranger lorsque l'on m'interpella. Étant concentrée sur ce que je faisais je n'avais pas fait attention et n'avais pas remarqué qu'une personne s'était rapprochée de moi. Je sursautai sur le coup, échappant au passage le livre que je tenais. Quelle maladroite. Je le ramassai.

- Ah ! Euh… Excusez-moi je ne vous avais pas remarqué.  … Vous désirez ? Lui répondis-je dans un sourire.

[HS: Et me voilà qui lance le premier rp du forum! *0* Héhé j'étais si impatiente de m'y remettre que je vous ai fait un roman XD]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Oliver Smith
Modérateur
avatar

Age : 20
Situation : Célibataire
Activité criminelle : /
Autres comptes : Aurore Dumas, Misaki Midori
Messages : 22
Date de naissance : 27/04/1997

MessageSujet: Re: La vie dans une bibliothèque    Jeu 22 Juin - 19:40

La vie dans une bibliothèque


"Quand on cherche on trouve!"



 Un rayon de soleil traversa le volet entrouvert de ma chambre. Il me chatouillait le visage dès le réveil. Je tournai dans mon lit pour y échapper en poussant un gémissant digne de tout bon dormeur qui ne veut pas se lever. C'est à ce moment précis que mon chat décida de quémander des caresses. Il se frotta à moi malgré la chaleur de ce mois de juin qui ne semblait pas le gêner. Je le repoussai de la main.
- Bach... Arrête...
Il se mit alors à miauler et frotta sa tête contre ma main. Il se déplaça et longea mon corps où sa queue rentra en contact avec la peau de mon visage. Je mis alors ma tête dans l'oreiller doux et moelleux sur lequel je dormais. Cette fois-ci ce fut mon téléphone qui sonna. Le monde se retournait contre moi aujourd'hui? Ou alors ils se sont tous fait le mot? Néanmoins je soufflais avant de chercher de la main mon téléphone. Lorsque je posai ma main sur le mobile je décrochai encore à moitié endormi.

- Allo...?

- Ah Oliver tu réponds enfin!

Je passai ma main dans mes cheveux et me mis sur le dos. Je mis cette dernière sur mon front.

- Qu'est-ce que tu veux?

- Bah je voulais de tes nouvelles ça fait longtemps qu'on a pas parlé depuis que t'es arrivé dans ta nouvelle ville!

- On s'est parlé avant-hier Charlie...

- Ouais possible. Mais en même temps on était tout le temps ensemble au lycée j'ai pas l'habitude de plus te voir! Bon sinon quoi de neuf?

- Rien... Je suis juste sorti hier.

Oui. Sorti. Je suis parti de chez moi à 22 heures et n'étais rentré qu'à 5 heures du matin complètement bourré et avec un paquet de clopes en moins mais je suis "juste" sorti avec des amis. Autant dire que je n'avais pas envie de l'entendre me parler de son nouveau perroquet Paco qui n'arrête pas de répéter son prénom à longueur de journée ou encore de sa petite sœur qui lui pique tous ses albums préférés. J'avais envie et BESOIN de calme. Je coupai court à la discussion en prétextant que je devais rejoindre une fille. Sur ce niveau-là Charlie abandonnait facilement vu qu'il savait le nombre de filles avec qui j'avais "flirté". Je raccrochai et regardai l'heure... 9 heures 30... C'est à ce moment précis que je voulus prendre un avion direction l'Angleterre pour revoir ce très cher Charlie et lui foutre mon poing dans la face. Il avait fumé pour m'appeler à cette heure là?! Je sortis alors du lit après avoir caressé Bach qui n'attendait que cela. Je sortis du lit et me dirigea en boxer dans la cuisine où je nourris et désaltéré Bach. Le pauvre devait avoir soif par ce temps. Je mangeai un peu pour me remplir le ventre mais surtout, je bus un grand verre d'eau pour pouvoir prendre mon aspirine. J'avais l'impression qu'un marteau piqueur creusait un trou dans mon crâne. Je partis me recoucher lorsque je reçu un message. "Hello honey, ton père m'a parlé d'un livre hier sur la musique. Il m'a certifié qu'il était très intéressant ça pourrait perfectionner tes connaissances dans ce domaine. Après si tu ne veux pas tant pis... Voici le titre au cas où : [insérer titre de livre].Passe une bonne journée. Mom." Non mais c'est pas possible... J'avais pas besoin de ça en plus! Je mis un bermuda chino couleur crème et ouvris la porte fenêtre pour aller sur mon balcon ou je m'allumai une cigarette. Aaaah... Ma mère ou le "si tu ne veux pas tant pis" ou le synonyme de "Tu viendras pas te plaindre après si tu n'es pas parfait et que quelqu'un te passes devant". J'expirai la fumée grise de ma bouche avant de reprendre une taffe. Bon... Il ne me reste plus qu'à me rendre dans une bibliothèque. Quoi? Non mais faut pas rêver je vais juste l'emprunter je vais pas dépenser mes sous dans des livres pour les beaux yeux de ma mère. J'écrasai le mégot dans le cendrier et rentrai à l'intérieur pour finir de m'habiller. Je m'habillai donc d'un tee-shirt bleu foncé et une paire de chaussures blanches. Je pris des lunettes de soleil et un sac à dos où j'avais disposé mon porte-monnaie, mes cartes, quelques partitions et assez de place pour mettre le fameux livre. Je fermai toutes les fenêtres, saluai Bach et claquai la porte d'entrée que je fermai à clé juste après. Je me mis donc en marche jusqu'à une bibliothèque, écouteurs aux oreilles. Une fois arrivé, j'arrêtai ma musique, entrai dans le bâtiment en ouvrant la porte et dis bonjour à la gérante. Je fis un tour mais ne trouvait pas le bouquin en question. Pour tout dire je n'avais pas envie de réfléchir ni d'avoir une conversation. Je vis de loin une jeune femme qui devait avoir dans la vingtaine. Elle avait l'air plutôt discrète. Parfait. Elle ne parlera pas fort au moins. Je m'approchai vers elle.

- Hum... Excusez moi...

Ah... La gueule de bois ce bonheur.

- Ah ! Euh… Excusez-moi je ne vous avais pas remarqué. … Vous désirez ?

- J'aimerai trouvé un livre qui s'intitule [insérer titre de livre] s'il vous plaît...

Je passai ma main sur mon visage en espérant que la douleur passerait. Un grand espoir oui. J'attendais donc sa réponse.

Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cynthia Holloway
Modérateur
avatar

Age : 24 ans
Situation : Célibataire
Autres comptes : Victorica Johnson, Guillaume Boissiet
Crédits : finite-inc4ntatem
Messages : 76
Date de naissance : 02/07/1993

MessageSujet: Re: La vie dans une bibliothèque    Jeu 22 Juin - 22:44


La vie dans une bibliothèque


Avec Oliver Smith ♥


Visiblement, l'inconnu qui m'avait abordée cherchait un livre concernant la musique au titre que j'entendis. Il ne paressait pas avoir remarqué mon sursaut, ni la chute du livre que j'avais en main. Mais ça m'arrangeait en quelque sorte. C'était un jeune homme qui devait avoir aux alentours de mon âge. Il paressait avoir sauté du lit aux cernes qu'il avait sous les yeux et ses cheveux bruns qui ne me semblaient pas coiffés. Néanmoins, ils avaient le mérite d'avoir une jolie couleur. Je trouvai l'emplacement de l'ouvrage que j'avais en main, et l'y insérait, avant de me tourner vers lui et de lui répondre :

- Hum… C'est vague. Vous n'auriez pas… Le nom de l'auteur ou même de l'éditeur pour le trouver ?

Le désavantage des livres concernant la musique est que leurs titres se ressemblent assez souvent. C'est certainement l'une des raisons pour laquelle les exemplaires ici sont rangés en partie par auteurs. Parce que sinon, si l'on devait regarder dans tout le rayon concernant la musique, on en aurait pour des heures ! Je lui avais également demandé le nom de l'éditeur, afin qu'au pire, s'il ne se souvenait vraiment pas du nom de l'auteur, je puisse trouver son livre dans la base de donnée du lieu. Et oui ! Lorsque tu ne trouve pas ce que tu souhaite ici, l'ordinateur est ton ami ! Sauf quand il tombe en panne…

Je fixai quelques instants l'homme que j'avais sous les yeux. Je n'y avais pas prêté attention aux premiers abords, mais il possédait des yeux d'un vert magnifique. Je ne préférai pas le lui faire remarquer, me disant que soit il tiquerait sur l'étrangeté du propos, ou penserait à une tentative maladroite de drague ou je ne sais quoi d'autre. Mais vraiment, en toute objectivité, je les trouvais superbe. Dommage que sa fatigue apparente les rendaient ternes…

Bref ! Je devais rester centrée sur ce qu'il m'avait demandé, et ne surtout pas céder une nouvelle fois à la distraction qui était de décrire mon interlocuteur. Pourquoi fallait-il que je n'arrive pas à me concentrer sur une chose à la fois ?

- Sinon, l'étagère pour les livres de musiques se trouve là-bas. Dis-je en pointant du doigt l'étagère en question. Mais ça ne vous sera probablement d'aucune aide si vous n'avez pas l'auteur.


Fiche de RP (c) Miss Yellow


Dernière édition par Cynthia Holloway le Ven 23 Juin - 17:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Oliver Smith
Modérateur
avatar

Age : 20
Situation : Célibataire
Activité criminelle : /
Autres comptes : Aurore Dumas, Misaki Midori
Messages : 22
Date de naissance : 27/04/1997

MessageSujet: Re: La vie dans une bibliothèque    Ven 23 Juin - 3:56

La vie dans une bibliothèque


"Quand on cherche on trouve!"



 
Le cauchemar... Lorsque j'entendis la jeune femme aux cheveux châtains prononcer plus de quatre mots tel que "Bien sûr, suivez moi", je savais que j'étais bon pour une discussion de plus de cinq minutes. Je soufflai intérieurement et lui adressai un sourire. Elle me donna plein d'informations qui passaient par une oreille et ressortaient directement par l'autre. Peut-être n'était-ce qu'aujourd'hui mais ça me faisait une belle jambe. Je n'en avais strictement rien à faire. Ah... Pourquoi ma mère ne pense pas à tout me donner d'un coup! Elle qui adore la perfection! Me voilà désormais à devoir attendre et chercher ce livre malgré ma migraine monstrueuse! Je n'avais qu'une envie, dormir. Oh oui... Dormir jusqu'à 17 heures. Le rêve. Cependant je devais lui répondre et plongeai mon regard dans le sien. Elle avait de beaux yeux marrons cependant mais je n'avais aucune envie de draguer en cet instant présent.

- Malheureusement la personne m'ayant conseillé ce livre ne m'a pas donné le nom de l'auteur alors vous imaginez bien que je connais encore moins le nom de l'éditeur.

Je regardai autour de moi. La bibliothèque était vraiment énorme. Au moins il n'y avait pas de bruits. Je pourrais peut-être me reposer un peu ici en attendant. J'étais beaucoup trop fatigué de mes 4 heures 30 de sommeil. Franchement je retenais Charlie! Je ne vais pas pouvoir retourner en soirée ce soir en tous cas ça c'est sûr. Et j'allais passer la nuit seul également. Aaaah... Il ne pouvait pas attendre que je l'appelle?! Deux jours étaient trop longs pour lui? Je me rendis compte que mon visage devait montrer l'énervement que je ressentais. Je fis donc un grand sourire pour couvrir mon regard furieux.

- Je n'ai pas envie de vous déranger ou de vous vexer ou je ne sais quoi mais peut-être pouvons-nous chercher le livre sur vos ordinateurs non?

Je voulais juste me poser quelque part et me reposer était-ce trop demander? J'avais une soudaine envie de fumer mais je me retins. Déjà que j'ai grillé tout un paquet hier soir je n'allais pas faire le coup tous les jours! Les prix augmentent et malheureusement mon salaire ne suivait pas. Après il y a toujours l'argent de "papa et maman" mais je n'avais aucune envie de dépenser leur argent pour deux raisons. Première raison : Je ne veux pas avoir de dette envers eux. Deuxième raison : Je veux être libre. Voilà, c'est tout. J'attendis la réponse de la jeune femme. J'espérais juste ne pas l'avoir énervé et avoir droit à une scène digne des plus grandes comédiennes. J'ai connu et je ne veux pas le subir aujourd'hui... Jamais en fait. Je ne voulais pas lui apprendre son métier après tout, je suis sûre qu'elle sait ce qu'elle fait et qu'elle connait son métier par cœur. J'étais juste fatigué et je pouvais donner l'impression d'être arrogant.

Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cynthia Holloway
Modérateur
avatar

Age : 24 ans
Situation : Célibataire
Autres comptes : Victorica Johnson, Guillaume Boissiet
Crédits : finite-inc4ntatem
Messages : 76
Date de naissance : 02/07/1993

MessageSujet: Re: La vie dans une bibliothèque    Sam 24 Juin - 1:15


La vie dans une bibliothèque


Avec Oliver Smith ♥


Le jeune homme me répondit alors que la personne lui ayant conseillé le livre n'avait pas précisé le nom de l'auteur, et encore moins l'éditeur. Un oubli certainement. Il regarda alors quelques instants autours de lui avec un air énervé. Mauvais début de journée ? Il s'en rendit probablement compte et me sourit. Avait-il la même tendance que moi à cacher ce qu'il ressentait aux autres ? Je ne saurais le dire. Je ne connaissais même pas son nom après tout, alors tout ce que je pensais de lui actuellement n'était en grande partie que suppositions.

- Je n'ai pas envie de vous déranger ou de vous vexer ou je ne sais quoi mais peut-être pouvons-nous chercher le livre sur vos ordinateurs non?

- Non c'est bon ne vous en faites pas ! C'est mon travail.

J'étudiai sa question quelques secondes. Taper le titre sur l'ordinateur fonctionnerait, mais il indiquerait alors tous les livres ayant ce titre. Nous étions dans une impasse.

- Je vais voir ce que je peux faire. Mais peut être pourriez-vous demander à cette personne qui vous l'a conseillé de vous donner le nom de son auteur ?

Sur ce, je me dirigeai vers l'ordinateur placé sur le bureau à l'entrée, pas encore utilisé. Cet homme avait de la chance d'être passé le matin. L'après-midi, l'écran aurait été constamment occupé à cause du monde qui, comme cette personne pouvait avoir oublié ou ne pas posséder une partie de l'information afin de trouver le livre qu'il cherchait. S'en suivait de longues démarches afin de savoir si oui ou non l'ouvrage se trouvait à la bibliothèque. Ce qui n'arrangeait les affaires de personne, bibliothécaire comme client. Donc, même si c'était très peu motivant, il valait mieux passer le matin si l'on voulait trouver quelque chose dans la battisse.

Je tapai sur les touches du clavier les lettres du titre qu'il m'avait donné, puis lançai la recherche. En résultat cinq livres de musiques possédant cette appellation. Je mémorisai rapidement les noms de ceux les ayant écrit, et me dirigeai vers l'étagère concernant la musique. Heureusement que ces textes n'étaient pas rangés par époque. Il m'aurait fallu réaliser plusieurs détours afin de les obtenir dans le cas contraire. J'en pris donc trois, et dû prendre un escabeau  placé pas très loin pour récupérer les deux derniers, se trouvant trop haut pour moi. Lorsque je les eus, je descendis, rangeai celui-ci, et me dirigeai vers l'homme avec qui j'avais parlé quelques minutes plus tôt.

- Donc… Nous possédons actuellement cinq exemplaires ayant ce titre. Je les lui tendis, tout en continuant, sur un ton plus hésitant que je ne le souhaitais. Est-ce que vous sauriez… Dire lequel il vous faudrait ? Au pire… Je peux toujours vous les mettre de côté en attendant que vous sachiez duquel il s'agit.


Fiche de RP (c) Miss Yellow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Oliver Smith
Modérateur
avatar

Age : 20
Situation : Célibataire
Activité criminelle : /
Autres comptes : Aurore Dumas, Misaki Midori
Messages : 22
Date de naissance : 27/04/1997

MessageSujet: Re: La vie dans une bibliothèque    Mer 28 Juin - 1:22

La vie dans une bibliothèque


"Quand on cherche on trouve!"



 
J'eus un tic nerveux quand la jeune femme me dit que je devrais demander l'auteur de ce bouquin de malheur à la personne m'en ayant parlé... Nous allons jusqu'aux ordinateurs tout de même au cas où. Je souris à la bibliothécaire qui se trouvait à côté de celle qui m'aidait lorsqu'elle tapait élégamment sur le clavier de l'ordinateur. Je regardai de nouveau mon interlocutrice, elle venait de trouver des livres. Cinq... CINQ LIVRES AVEC LE MÊME NOM! Non mais c'est une blague?! Mais il faut être inventif les gars là! Cinq! C'est énorme! Je grimaçai à l'idée de devoir appeler ma mère.

- Est-ce que vous sauriez… Dire lequel il vous faudrait ? Au pire… Je peux toujours vous les mettre de côté en attendant que vous sachiez duquel il s'agit.

... Bien évident que non on m'en a parlé que par message. Je n'ai même pas pu voir la page de couverture alors pour le reconnaître je vais avoir du mal et pas question que je lise les cinq livres au cas où pour ses beaux yeux! Je soupirai intérieurement.

- Malheureusement je ne saurais dire lequel est le livre que je cherche. Cependant j'apprécierai le fait que vous les mettiez de côté le temps que j'appelle ma source de lecture.

Je souris de nouveau, pour changer... Je la prévins que je revenais vite. Je sortis avec mon Apple à la main en grognant. Je tapai sur le téléphone et appelai mon père dans l'espoir de parler avec lui et non la femme qui m'avait mis au monde. J'entendis le bip sonore significatif que le portable était allumé et qu'il n'attendait plus que quelqu'un réponde. Mon cœur battait de plus en plus la chamade et je commençai à taper du pied. Je sortis mon paquet de cigarette de ma poche. Je l'ouvris d'une main et en mis une dans ma bouche. Je le refermai et le remis dans ma poche. Je tombai sur le répondeur. Je raccrochai et allumai la cigarette. Je pris une taffe et expirai.

- Merde...

Soudain la sonnerie de mon téléphone retenti. Je décrochai, c'était mon père qui rappelait.

- Ouais Papa?

- Honey? C'est Maman.

- Ah? Papa est pas là?

- Il travaille son violon là. Tu vas bien? Ta voix est bizarre... Tu viens de te réveiller c'est ça?

- C'est rien Maman... Et non je suis debout depuis plus d'une heure là.

- Ne me dit pas que tu es retourné en soirée jusqu'à pas d'heures!

- Mais non! C'est bon je gère t'inquiète!

- Je te rappelle la dernière fois que tu m'as dit que tu "gérais"?

- Mais Maman tu n'arrêtes pas de m'en par---

- Oui mais tu m'avais promis d'assister à cette soirée mondaine le matin même! Tu "gérais" comme tu dis si bien. Je te faisais confiance! J'ai eu la plus grosse honte de ma vie ce jour-là! Tout ça pour être avec tes amis! Oliver... Tu m'écoutes?

Je venais d'aspirer la nicotine se trouvant dans le petit rouleau que je tenais entre les doigts. Je recrachai la fumée et repris.

- Oui je t'écoute Maman! Mais à la base j'appelais pour autre chose...

- Oliver Smith.

J'étais mal. Lorsqu'elle m'appelait comme ça c'est que j'allais passer un sale quart d'heure.

- Oui?

- Tu ne serais tout de même pas en train de fumer en m'appelant n'est-ce pas?!

- Et pour ce qui concerne ce livre? Je suis à la bibliothèque mais tu ne m'as pas donné l'auteur du coup je suis bien embêté avec la bibliothécaire...

- C'est ça change de sujet. Au moins tu m'écoutes un minimum, c'est super tu vas pouvoir t'améliorer.

- Oui super...

J'avais envie de vomir. Je repris une taffe. Détourner la conversation était ma seule possibilité de fuite. Je n'avais pas envie de parler de ça aujourd'hui et encore moins de ça. Elle me donna le nom de l'auteur. Je lui dis au revoir et lui demandai de saluer mon père de ma part avant de replacer mon portable dans la poche opposée de mon paquet de clopes. Une fois ma cigarette terminée, je l'écrasai et la jetai dans une poubelle non loin d'ici. Ah! J'étais vraiment énervé! Il fallait que je pense à autre chose maintenant! Merci Maman avec tes conseils à la noix. Je rentrai de nouveau dans le bâtiment et retrouvai la jeune femme avec qui je parlais un peu plus tôt. Je m'approchai d'elle par derrière alors qu'elle était en train de ranger de nouveau des livres.

- Me revoilà!

Lui dis-je d'une voix enjouée. Elle avait l'air d'avoir dans la vingtaine et sans vous mentir... Elle n'est pas désagréable à regarder. Certes je n'appréciais pas le son de sa voix tout à l'heure à cause de la gueule de bois. Mais après ma petite discussion quelque peu animée avec ma mère, je pense que n'importe quelle voix est plus mélodieuse à mes oreilles. Enfin.. Surtout à un endroit et un moment précis mais passons. Retournons à nos moutons. Mon regard se posa avec attention sur la belle. Elle faisait une tête de moins que moi mais possédait de magnifiques cheveux châtains, longs et lisses. Elle n'avait pas des courbes très dessinées mais elle en avait tout de même. La bibliothécaire se tourna vers moi avec un grand sourire que je lui rends.

- Cette fois-ci j'ai le nom de l'auteur! Je devrais pouvoir mettre la main sur cet ouvrage désormais!

Je plongeais mes yeux verts dans ses yeux marrons avant de regarder ses mains. Elle avait vraiment de belles mains, avec de longs doigts. Je remis mes cheveux un peu en place en passant ma main dans ces derniers.

- Vous jouez du piano? Je ne sais si on vous l'a déjà dit mais vous avez de magnifiques mains qui pourrait tout à fait convenir à ce type d'instrument.

Je lui fis un petit sourire charmeur, montrant mes dents blanches.

- D'ailleurs, quel idiot! Je ne me suis pas présenté. Je me nomme Oliver. Oliver Smith. Et vous êtes? Si vous ne voulez pas répondre vous pouvez c'est votre droit après tout.

Dis-je en croisant les bras et en attendant sa probable réponse... Certes c'était bateau, comme un débutant et que ça pouvait être grillé à des kilomètres mais là je voulais juste... Oublier...

Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cynthia Holloway
Modérateur
avatar

Age : 24 ans
Situation : Célibataire
Autres comptes : Victorica Johnson, Guillaume Boissiet
Crédits : finite-inc4ntatem
Messages : 76
Date de naissance : 02/07/1993

MessageSujet: Re: La vie dans une bibliothèque    Jeu 29 Juin - 0:09



La vie dans une bibliothèque
Avec Oliver Smith


Cinq livre, un seul l'intéressant

Lui avoir apporté cinq livres ayant exactement le même nom et étant sur le même thème parut le déranger. Il fallait dire que si il se mettait à tous les lire, il n'aurait certainement pas fini avant la fermeture… Et comme je m'y attendais, nous n'étions pas plus avancé. Il n'avait vraiment aucune idée duquel il s'agissait. Il se décida alors à appeler la personne qui lui avait conseillé l'un de ces textes. Je me demandai quelle était la raison pour laquelle il avait mis aussi longtemps à prendre cette décision. Était-il en mauvais termes avec elle ? Il me quitta, me disant avec un sourire qu'il revenait vite, et je rangeai les livres de côté comme il me l'avait demandé, dans l'étagère du bureau. Lorsque ce fut fait, j'eus un rapide coup d’œil vers lui qui était au téléphone à l'extérieur. La conversation qu'il avait paressait animée…

En attendant qu'il ait fini, je récupérai d'autres livres rendus et repris ce que je faisais avant qu'il ne m'interpelle. Cela dura une à deux minutes tout au plus. Je le regardais du coin de l’œil, en partie pour ne pas à nouveau être surprise lorsqu'il reviendrait.

- Me revoilà ! Dit-il sur un ton enjoué lorsqu'il revint. Cela contrastait avec l'image qui émanait de lui plus tôt. Sur le moment, j'eus la sensation que nous étions similaire. En tout cas sur le point de cacher une partie de ce qu'on ressentait lorsque ça nous arrangeait. Je me tournai vers lui et lui fis un sourire, qu'il me rendit. Il avait désormais le nom de l'auteur, ce qui allait enfin lui permettre de trouver le livre dont il avait besoin. Je soupirai intérieurement de soulagement. Au moins, son problème était réglé ! Je me rendis alors compte qu'il me regardait dans les yeux, ce qui me gênai quelque peu. Je détournai mon regard du sien. Il passa sa main dans les cheveux et me complimenta alors sur mes mains, en me souriant de toutes ses dents, disant que je pourrais jouer du piano avec. Je réfléchis quelques instants à la réponse que je pourrai donner. Je n'étais pas habituée à ce genre de remarque ce qui me mettais dans l'embarras.

- Hum… Non je n'en joue pas. Mais… Vous pourriez peut être m'apprendre un jour ?

Je préférais utiliser mes doigts pour dessiner ou pour écrire. Je ne connaissais pas grand-chose de la musique, à part peut être la gamme, ce qui n'était… Pas beaucoup. Mais j'appréciais toujours que l'on m'apprenne de nouvelles choses.

- D'ailleurs, quel idiot! Je ne me suis pas présenté. Je me nomme Oliver. Oliver Smith. Et vous êtes? Si vous ne voulez pas répondre vous pouvez c'est votre droit après tout.

Je ne voyais pas en quoi je ne souhaiterai pas me présenter maintenant qu'il l'avait fait.

- Cynthia Holloway.

Je lui souris une nouvelle fois. Mais je commençais à me demander s'il n'était pas en train d'essayer en tout cas de me… Charmer ? Je fis comme si je n'avais rien remarqué. Je retournai au bureau et pris les cinq livres que je lui gardai, et les posai sur une table qui n'était pas loin de nous. Puis je détournai le sujet en le recentrant sur celui qui l'intéressait à l'origine tout en faisant semblant de rien.

- Alors… Par lequel êtes-vous intéressé ?

CSS par Gaelle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Gaëlle Dutronc [PNJ]

avatar

Messages : 2

MessageSujet: Re: La vie dans une bibliothèque    Mar 4 Juil - 17:10

La vie dans une bibliothèque
Gaëlle s'était, comme toujours, levée de bon matin. Son réveil avait sonné, mais à six heures, c'était le vide qui avait accueillit le bruit de l'appareil électrique. Et pour cause la vieille mégère était debout depuis longtemps déjà. Quelle était l'utilité de mettre une alarme, me demanderez-vous ? La réponse, aussi évidente et stupide fut-elle était la suivante : aucune.
Il n'y avait aucune logique à cela. Je tiens tout de même à rappeler que nous parlons actuellement de Gaëlle Dutronc, la vieille peau la plus conservatrice d'Idaho. Or chez les vieux, ce sont les habitudes qui priment sur la raison. Et si cette dernière était amenée à répondre à cette précédente interrogation – si tant est qu'elle ne vous ai pas snobé, elle aurait eu la grâce de s'exprimer ainsi : « Cela est et a toujours été ainsi. Pourquoi faire différemment ? »

Toujours est-il qu'en ce jour, rares étaient les activités obligatoires qui parsemaient son agenda. Mais bien qu'en congé obligatoire, cette dernière comptait tout de même passer à la mairie pour martyriser sa remplaçante aux cheveux roses, réveiller le gardien endormi et faire écrouler le château de carte d'un bureaucrate paresseux. Ce qu'elle fit avec le plus grand sourire.
Après cela il lui resta suffisamment de temps pour s'occuper de ses indispensables tâches quotidiennes. Aller au marché, faire le ménage, déranger d'insupportables gamins et insulter le premier jeune venu.

En d'autres termes, la terreur était en ville.

Puis, quand ce fut terminé, la journée de la vieille n'était toujours pas achevée. Or à côté du réveil, acolé à la lampe de chevet, siégeait un vieux livre à la couverture rosée. Lolita. L'histoire d'un souvenir de romance, qui se termine par l'adoption d'une enfant. Un roman sur lequel Gaëlle avait craché plusieurs fois avant de le terminer. Trop sexuel puis trop sentimental,  a la limite de la pédophilie, Cul-cul dirait-elle même. Et pourquoi l'avait-elle emprunté à la bibliothèque dans ce cas ? Je vous renvoi quelques lignes plus haut pour connaître la réponse à tout cela.
Seulement l'occasion se présentait enfin. Elle allait pouvoir repasser à la bibliothèque, papoter de médisants ragots avec sa meilleure amie madame Webster, et jeter aux oubliettes ce maudit bouquin. Aussi avait-elle fini par se perdre dans le dédale des étagères de ce lieu enchanté, après avoir discutayé une demi-heure durant. Elle portait une longue jupe, un chemisier boutonné jusqu'au cou, et avait comme toujours, un brushing impeccable. La voir ainsi donnait presqu'envie de venir la saluer.
Mais en l'espace d'un instant, elle perdit son sourire.
Des chuchotements incessants parvinrent à ses oreilles, accompagnés de déplacements conséquents. Elle s'avança discrètement en faisant grincer le parquet, glissa un œil à travers l'étagère, et aperçu les protagonistes de ce chahut. Des jeunes, bien entendu. Qui d'autre aurait ainsi pu déranger sa tranquillité ? Il s'agissait d'un lieu sacré pas d'un dépotoir.
Alors, elle les jugea de loin. Si la jeune fille était d'aspect respectable, cela n'engageait à rien. Gaëlle était persuadée qu'au fond elle était comme tous les autres, sauvage et accroc à ces machins électroniques qui envahissait le monde autrefois merveilleux.
Et le garçon. Dieu du ciel c'est à peine si elle n'avait pas fait le signe de croix en le voyant. En outre, l'odorat de la vielle mégère ne rata pas l'arôme amer de la cigarette, même d'ici, à trois mètres des protagonistes. Elle grimaça. Tout en lui était à la fois déplaisant et repoussant. Son allure, sa tête, ses... cheveux. Comment ses parents avaient-il pu l'éduquer ainsi ?

Mais bien que prise d'une profonde envie de vomir puis de balancer ces gamins au diable, elle se retint et pris sur elle. « Pour la bonne cause » s'était-elle dit en sortant de sa cachette pour venir les perturber.

- Veuillez m'excuser jeunes gens, avait-elle dit avec le sourire le plus faux que cette pièce eu connu. Je tiens à vous rappeler que nous sommes dans une bibliothèque ici. Pas dans une de vos discothèques bruyantes et … puantes.

Elle avait jeté un regard plein de jugement à Oliver.

- Je vous prierais donc de bien vouloir vous taire. Dans le cas contraire veuillez sortir marmonner vos propos futiles dehors. Merci.




Couleur de Gaëlle : #ff3366

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oliver Smith
Modérateur
avatar

Age : 20
Situation : Célibataire
Activité criminelle : /
Autres comptes : Aurore Dumas, Misaki Midori
Messages : 22
Date de naissance : 27/04/1997

MessageSujet: Re: La vie dans une bibliothèque    Mer 5 Juil - 2:45

La vie dans une bibliothèque


"Quand on cherche on trouve!"



 
Quel nul. Je me demande comment Felix aurait réagit devant ma piètre prestation. Il aurait ri je pense. Oui. Un rire fort et sincère. Il se serait moqué à gorge déployée. J'imaginais déjà mon ami se rouler presque par terre en se tenant les côtes devant cette scène tout droit sortie d'une histoire toute rose, enrobée de guimauve avec un goût beaucoup trop prononcé de sucre à cause de la praline. Oui, j'avais honte. Je me retenais de montrer ma gêne. Pourtant, je ne m'attendais pas à ce qu'elle me réponde que je pourrais lui apprendre. Je la regardai de nouveau dans les yeux pour lui offrir un sourire tout à fait charmant.

- Oh mais cela ne me dérange le moins du monde. J'ai même hâte de faire ces cours de piano avec vous, Mademoiselle Holloway...

Elle était une créature des plus charmantes et naturelles que j'ai pu croiser jusqu'ici. Même si les filles qui se maquillent et qui sont plus aguichantes m'attirent plus mais parfois ce style de femmes ne me déplaisent pas. Je suivis donc la belle jusqu'au cinq livres qu'elle m'avait mis de côté. Je me plaçai près d'elle sans la coller. Il fallait que je lui laisse son espace privée, sa bulle. Elle me montra alors les cinq bouquins et je réfléchis une petite minute avant de lui pointer du doigt celui qu'il me fallait.

- Celui-ci. Si vous me permettez...

J'effleurai ma main sur la sienne avant de prendre le livre en main. Je lui servis un sourire narquois. J'allai la remercier lorsqu'une vieille mégère débarqua sous nos yeux en nous disant, poliment, de nous la fermer ou de dégager. Qu'est-ce qu'elle avait mamie? Elle avait pas pris ses cachets? Elle voulait faire chi*r son monde? Lorsque je rencontrai son regard rempli de jugement et de dégoût je n'avais qu'une envie... L'engueuler et prendre une clope mais je me retins. Elle voulait jouer? On va jouer... Apparemment nous serrions trop jeunes et certainement trop stupides pour elle. Malheureusement elle était juste trop vieille et trop fermée d'esprit. Je regardai Cynthia.

- Merci pour l'aide... Cynthia.

Je lui fis un clin d'œil avant de me retourner vers la vieille.

- Oh c'est à nous que vous parliez? Excusez moi...

Lui répondis-je de mon sourire le plus faux que j'avais amélioré grâce à l'aide de mon chino-coréen préféré.

- Nous vous dérangions à cause du bruit? Oh non... Nous qui parlions aussi fort que dans une poissonnerie. Vous savez pour comparer les sons de boîtes de nuit et des chuchotements il faut ne pas y aller souvent en "discothèque". Dans votre jeunesse peut être? Je dirais... Il y a 40 ans? De plus, saviez-vous que d'après Le monde de l'éducation de John Cage, “Quand un bruit vous ennuie, écoutez-le.” Je pense que vous avez mon point de vue désormais. Et si nos chuchotement sont aussi horribles et bien vous pouvez rentrer chez vous au lieu d'empêcher cette jeune femme de faire correctement son travail. Sur ce, si vous le voulez bien...

Je remis correctement ma mèche qui se mettait juste devant mes yeux. Ayant reçu le bon livre je me plaçai dans un canapé, livre en main et me mis à le feuilleter. Je m'étais effondré de fatigue dans le meuble et m'enfonçais dans le coussin moelleux. Je somnolai à moitié mais tenu bon pour pouvoir lire ce qu'il y avait de si intéressant dans ce livre que mon père en soit devenu fan. Qu'il se soit inspiré de ce livre pour jouer. Plongé dans ma lecture je ne faisais plus attention à ce qui se passait autour de moi. Seuls les moments où je relevai la tête et où je posai mes yeux sur Cynthia me faisaient faire une pause. Je la regardai marcher. Poser ses pieds un à un sur le sol. Sa démarche donnait l'impression qu'elle survolait la surface du sol. Elle devait être fatiguée ou dans ses rêves. Mais elle était... Mignonne. Oui, c'est ça. Mignonne. Je me surpris à la voir dans mes bras. Je balayai cette image de mon esprit et me remis à lire. Un peu de concentration Oliver voyons!

Code by Joy


Dernière édition par Oliver Smith le Mer 5 Juil - 23:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cynthia Holloway
Modérateur
avatar

Age : 24 ans
Situation : Célibataire
Autres comptes : Victorica Johnson, Guillaume Boissiet
Crédits : finite-inc4ntatem
Messages : 76
Date de naissance : 02/07/1993

MessageSujet: Re: La vie dans une bibliothèque    Mer 5 Juil - 20:03



La vie dans une bibliothèque
Avec Oliver Smith et Gaëlle Dutronc


L'arrivée de... Hum... Une charmante vieille dame! Je mens - la joueuse de Cynthia.

Il s'approcha, et pointa du doigt celui dont il avait besoin. J'étais heureuse que son problème soit enfin réglé. Sa main effleura la mienne lorsqu'il prit le livre dont il avait besoin. De ce que j'en sentis, elle était fraîche. En ce début d'été, cette fraîcheur était plutôt agréable. Il me sourit alors narquoisement. Il l'avait fait délibérément. Je rougis intérieurement. Il était en train de jouer à un jeu dont je n'avais pas l'habitude : le flirt. Mais il fut interrompu par une voix venant de notre dos.

- Veuillez m'excuser jeunes gens…

Elle appartenait à une femme âgée, habillée d'une tenue assez sévère. Tout chez elle inspirait le respect, mais elle nous paressait hostile, malgré le sourire qu'elle affichait. Ses yeux nous lançaient des éclairs et toisaient notamment Oliver. Elle trouvait que nous faisions trop de bruit, et nous dit poliment de nous taire, en faisant une allusion rapide à ce qu'elle pensait des discothèques. Personnellement, je n'étais jamais encore entrée dans l'une d'elles. Alors je ne pouvais ni confirmer, ni réfuter ses dires. Mais le terme « propos futiles » me dérangea. Je n'avais fait que mon travail. Je ne voyais en aucun cas en quoi il s'en agissait. J'en déduis qu'elle nous avait entendu sans nous écouter. J'inspirai profondément. Même si à mon avis, elle se trouvait actuellement en tord, ce n'était pas la peine d'en faire toute une histoire. Autant s'excuser et en rester là. Mais son regard toujours pesant sur mon interlocuteur peut être croisé à ce qu'elle avait dit le fit répliquer avant que je ne le fasse. Il me remercia, en m'appelant par mon prénom… Ah ! Je ne devais pas me laisser déstabiliser par ce fait ! Puis il lui répondit. Il passa de l'ironie, à une remarque peu dissimulée sur son âge, et montra même que par rapport à ce qu'elle semblait croire, il se trouvait être un minimum cultivé, grâce à une citation illustrant bien ce que nous pensions visiblement tout les deux : Elle n'avait pas écouté ce dont nous parlions. Il me défendit même en disant qu'elle m'empêchait de faire mon travail, puis s'éclipsa lire l'ouvrage qu'il avait récupéré. Je fus reconnaissante du geste. Mais je pris tout de même la décision de m'excuser pour nous deux.

- Veuillez-nous excuser pour le bruit. Je lui apportais juste mon aide afin qu'il trouve un livre dont il avait besoin… Dis-je tout en prenant les quatre livres restants sur la table. Si vous n'avez besoin de rien d'autre, je vais ranger ceux-ci.

Je lui souris amicalement, remerciant le fait d'être encore capable de le faire malgré toute l'hostilité émanant d'elle. Je pensai néanmoins que l'on risquait de réentendre parler de cette femme, si ce n'était pas immédiatement.

Aussitôt dit, aussitôt fait, je me remis au travail, et rangeai les quatre livres dans leurs emplacements. Ce fut plus facile que de les trouver, puisque je les avais sortis seulement quelques minutes plus tôt. Je recommençai ensuite ce que je faisais avant qu'Oliver ne vienne m'interpeller, en regardant de temps en temps le jeune homme qui feuilletait dans un canapé ce qu'il avait récupéré, et la vieille femme qui s'était plainte du bruit. Elle me disait vaguement quelque chose… Mais où avais-je bien pu la croiser ? Elle était peut-être déjà venue ici sans que je n'y fasse attention. Mais il n'empêche que ça restait gênant de ne pas me souvenir de l'endroit où je l'avais aperçue…

CSS par Gaelle

_________________
I can't go back to yesterday because I was a different person then - Lewys Carroll, Alice in Wonderland.
Cynthia will speak to you (or not) in #FF9933
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Oliver Smith
Modérateur
avatar

Age : 20
Situation : Célibataire
Activité criminelle : /
Autres comptes : Aurore Dumas, Misaki Midori
Messages : 22
Date de naissance : 27/04/1997

MessageSujet: Re: La vie dans une bibliothèque    Mer 12 Juil - 18:59

La vie dans une bibliothèque


"Quand on cherche on trouve!"



 Les secondes passèrent les unes après les autres. Puis les minutes pour devenir des heures. Le temps passa et mes yeux se fermaient peu à peu. Je devais faire un effort surhumain pour supporter la fatigue. Malheureusement je ne pus tenir plus longtemps. Le marteau piqueur dans mon crâne n'arrêtait pas de se déchaîner et les mots se mélangeaient les uns aux autres. Je n'arrivais plus à distinguer un a d'un o ou un l d'un t. J'avais essayé de mettre le bouquin au dessus de ma tête pour lire et la reposer mais le résultat ne fut que pire. C'est ainsi que je m'endormis sur le fauteuil. Alors, le livre demeura encore ouvert, trônant sur ma tête. J'aurais préféré être dans mon lit mais ce mobilier allait faire l'affaire. Je ne pouvais plus lutter contre ce monstre qu'est la gueule de bois...

Je me réveillai avec difficulté en me frottant les yeux. Où étais-je? Je ne me souvenais plus. J'essayai de me remémorer ce que j'avais fait tout en repérant les lieux. Je vis de nombreuses étagères remplies de livres et là j'eus la révélation. J'étais à la bibliothèque pour lire un livre que mon père m'avait proposé... D'ailleurs. IL EST PASSÉ OÙ?! Il était sur ma tête et maintenant il a disparu! Je regardai autour de moi, perdant mon sang froid. J'avais passé tellement de temps à le chercher ce n'est pas pour le perdre à cause d'une misérable sieste! J'avais l'impression d'être un vieux en plus à faire une sieste à mon âge. Moi qui n'était même pas majeur. Du moins... En Amérique. J'entendis un bruit de quelque chose tombant au sol. Je regardai donc à mes pieds et vis l'ouvrage que je cherchais avec précipitation. Je le pris avec délicatesse. Bon je ne l'avais pas abîmé, c'était une bonne chose. Mais que faisait-il sur mes jambes? Je l'avais pourtant mis sur ma tête... Je me mis alors en quête d'une tête familière. Je ne la trouvai pas. Je continuai ma lecture puis décidai d'aller la trouver. J'allais un peu mieux mais ce n'était pas encore la grande forme. Je me levai avec plus de facilité et partis à sa recherche. J'arpentai alors les couloirs formés par les étagères. Je la trouvai là, droite, devant une rangée de livres. Pendant qu'elle était distraite j'en profitai pour me glisser à côté d'elle. Je posai ma main contre le bois du mobilier.

- Hey. Je veux pas te déranger dans ton boulot mais je tenais à te remercier pour le livre. J'imagine que c'est toi qui l'a mis sur mes genoux.

Je lui souris chaleureusement. Je sortis mon téléphone et repris.

- D'ailleurs je n'ai pas pris ton numéro... Tu peux me le donner Cynthia s'il-te-plait?

J'appuyai sur le "contact" de mon téléphone puis sur "nouveau" pour enregistrer le numéro de la belle. J'attendis qu'elle me le donne à moins de ne recevoir un énorme stop sorti de nulle part.

Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cynthia Holloway
Modérateur
avatar

Age : 24 ans
Situation : Célibataire
Autres comptes : Victorica Johnson, Guillaume Boissiet
Crédits : finite-inc4ntatem
Messages : 76
Date de naissance : 02/07/1993

MessageSujet: Re: La vie dans une bibliothèque    Sam 15 Juil - 19:43



La vie dans une bibliothèque
Avec Oliver Smith


Peut être une amitié naissante...

Je finis par renoncer à chercher où j'avais pu voir cette bonne femme. C'était frustrant mais si je continuais à y réfléchir, je n'allais pas avancer ! Lorsque je repassai devant Oliver, je remarquai que le jeune homme ne lisait plus. Le livre ouvert posé sur sa tête mise en arrière et appuyée contre le dossier du fauteuil, il s'était endormi. J'hésitai, puis finalement me décidai à le lui retirer, et le plaçai sur ses genoux. C'est étrange mais quand on dort, on ne paraît pas de la même façon que lorsqu'on est éveillé. On semble calme, presque innocent… Je devais arrêter de le fixer de cette façon. Si il se réveillait, de quoi allais-je avoir l'air ? Je retournai au travail.

Le temps passa. Il était à présent 12h04. Mme Webster était sortie manger depuis peu. Je me trouvais donc seule à m'occuper de la surveillance de la bibliothèque. Il ne me restait plus beaucoup de livres rendus à ranger. Une fois que j'en aurai fini, je pourrai me détendre en en lisant un derrière le bureau jusqu'à ce qu'on m'interpelle ou qu'on en ait rendu de nouveaux. Je soupirai de soulagement avant de relever brutalement la tête en entendant une main se poser sur l'étagère en face de moi. C'était la deuxième fois qu'il me surprenait en arrivant par derrière. Mon battement de cœur s'était accéléré sur le coup. A force, il allait vraiment finir par me faire peur si c'était son objectif ! Oliver ne voulait pas me déranger et souhaitait juste me remercier pour le livre, parce qu'il supposait que j'étais celle lui ayant mis sur les genoux. Il me fit alors un sourire chaleureux.

- Hum… De rien je suppose.

Mais pourquoi était-il passé soudainement au tutoiement ? Nous ne nous connaissions que depuis quelques heures, et n'avions pas réellement fait connaissances… Ça et la phrase à laquelle cette situation me fit penser lorsqu'il me demanda mon numéro : « Si tu veux devenir amie avec quelqu'un, tu n'as qu'à lui demander ! » dite par ma tante me mirent mal à l'aise. En plus je n'étais même pas sûre que le brun veuille être seulement un ami. Aaaaah je réfléchissais trop ! Si je ne m'étais pas retenue, il m'aurait probablement vu grimacer, ou encore lever les yeux au ciel. J'avais voulu m'éloigner d'eux, mais j'étais incapable de ne pas penser à ma famille une journée.

Ces pensées me valurent de rester quelques secondes silencieuse, le regard dans le vague avant de lui sourire et de lui répondre.

- Ah ! Euh oui, pardon…

Je sortis mon téléphone de ma poche, et une fois que mon numéro fut affiché, le lui tendis. Était-ce vraiment une bonne idée de le lui donner alors que je le connaissais à peine ? L'avenir me le dirait.

CSS par Gaelle

_________________
I can't go back to yesterday because I was a different person then - Lewys Carroll, Alice in Wonderland.
Cynthia will speak to you (or not) in #FF9933
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Oliver Smith
Modérateur
avatar

Age : 20
Situation : Célibataire
Activité criminelle : /
Autres comptes : Aurore Dumas, Misaki Midori
Messages : 22
Date de naissance : 27/04/1997

MessageSujet: Re: La vie dans une bibliothèque    Lun 17 Juil - 0:42

La vie dans une bibliothèque


"Quand on cherche on trouve!"



 Lorsque je la remerciai elle avait l'air gênée. Gênée? Ou alors juste perturbée, déboussolée. Elle semblait ne pas savoir comment me répondre et son "je suppose" me mettait la puce à l'oreille. Sa timidité la rendait craquante. J'avais envie de glisser mes doigts dans sa chevelure pour sentir la texture de ses magnifiques cheveux. J'avais les crocs. Je le confesse. Être rentré seul hier m'a frustré et mon instinct est en train de prendre le dessus. Je calmai alors mes pulsions et lui souris de nouveau. Je n'aurais qu'à appeler Chelsea ou Mike pour que ça aille mieux. Ces deux là sont les meilleures plans c*ls que j'ai en ce moment et je ne suis jamais déçu. C'est ce que j'aime lorsque je suis libre et que je n'ai que des relations d'un soir ou des sexfriends. On peut s'appeler quand on en a envie et j'ai toujours quelqu'un sous la main! Enfin bon. La pauvre Cynthia elle s'enfuirait directement si elle voyait à quoi je pense pendant que nous parlions. C'est pourquoi je me reconcentrai sur elle et effaçai toutes mes pensées salaces de son si joli minois. Ah... Son visage s'illumine vraiment lorsqu'elle sourit. Elle est mille fois plus mignonne comme ça.

- Tu devrais sourire tout le temps Cynthia. Tu es encore plus jolie comme ça.

Oli calme tes ardeurs! On dirait que tu es en rut! Bon, j'avais tout de même fait attention pour ne pas la vexé et donc avais choisi avec soin mes mots. Et oui. Le "encore plus" joue un rôle très important dans cette phrase! Un simple "tu es joli comme ça" n'aurait fait que supposer qu'elle n'était pas belle de base. En outre, c'est un outrage pour une si délicieuse créature. Quand elle me tendit son téléphone pour que j'inscrive son numéro dans mon apple je fus un peu triste qu'elle ne me l'ai pas donné directement de vive voix.  J'enregistrai alors le numéro de téléphone de la belle et le rangeai alors dans la poche de mon pantalon.

- J'ai été ravi de faire ta connaissance Cynthia en tous cas. Bonne journée et j'espère qu'on va se revoir très bientôt.

Je lui fis un clin d'oeil et lui fis un signe de la main avant de partir emprunter le livre que je lisais peu de temps avant et que j'avais eu un mal fou à trouver. Une fois dehors je sortis mon mobile pour passer un appel. La personne décrocha immédiatement.

- Hey Oliver! J'attendais ton appel avec impatience...

- Ouais, salut Mike. T'es libre là?

- Toujours pour toi Sweet heart.

- Super! Tu me rejoins à mon appart comme d'hab tu sais où c'est maintenant.

- J'y cours!

- Ouais tu vas juste prendre ta moto hein?

- Ouaip.

- Ok à toute.

- Oui, à très bientôt~!

Je raccrochai et me dirigeai vers mon appartement où j'allais assouvir mes pulsions, mes envies. Je me mordis la lèvre inférieure avant de me mettre en marche. Malgré tout j'avais hâte de voir cette jolie employée de la bibliothécaire en tête à tête... Mais pour le moment j'étais plus concentré sur ce qu'allait me faire Mike tout à l'heure...

//Oli quitte le rp//

Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cynthia Holloway
Modérateur
avatar

Age : 24 ans
Situation : Célibataire
Autres comptes : Victorica Johnson, Guillaume Boissiet
Crédits : finite-inc4ntatem
Messages : 76
Date de naissance : 02/07/1993

MessageSujet: Re: La vie dans une bibliothèque    Mar 18 Juil - 15:17



La vie dans une bibliothèque
Avec Oliver Smith


Mission accomplie!

- Tu devrais sourire tout le temps Cynthia. Tu es encore plus jolie comme ça. Dit-il avant d'inscrire mon numéro dans son téléphone.

Je ne sus pas quoi y répondre. Je n'avais pas l'habitude d'être complimentée. Certainement à cause du fait que je n'avais que très peu de relations avec les autres ? Mais c'était toujours mieux que quelqu'un arrivant derrière mon dos pendant que je dessine et faisant un commentaire sur mon dessin. Bon ou mauvais, c'est le genre de chose qui me fait sortir d'un coup de ma concentration et raturer ce que je fais. Ce qui est assez frustrant. Je me contentai de fixer sa main de pianiste tenir son portable pendant qu'il inscrivait mon numéro, afin d'éviter de le regarder, et me mettre à bégayer. Si je voulais m'entendre avec lui, ce n'était pas la meilleure façon de m'y prendre… Les relations humaines n'étaient vraiment pas mon fort.

Il rangea son téléphone dans sa poche de pantalon, et me dit qu'il avait été ravi de faire ma connaissance. Sur ce, il me souhaita une bonne journée, en espérant que nous nous reverrions, et accompagna sa phrase d'un clin d’œil. Je ne trouvai rien d'autre à lui répondre à part un souriant :

- A bientôt !

J'inscrivis l'emprunt dans la base de donnée de la bibliothèque avant de le voir partir tout en me faisant un signe de main. Au plus tard, nous nous reverrions dans deux semaines, date buttoir pour ce qui était de rendre son livre. A moins qu'il ne demande plus de temps.

Maintenant, la bibliothèque se trouvait bien silencieuse. Je profitai de ce calme pour sortir des étagères un livre que je lisais durant ces moments de vide. Après tout, il fallait bien que je sache de quoi parlaient les livres de mon lieu de travail ! En deux ans, j'avais lu deux étagères et demi. Mais il y en avait une bonne dizaine, plus les livres qui s'ajoutaient au tout, parfois achetés avec le budget que nous avions, parfois donnés par des clients qui ne les lisaient plus. Je m’assis au bureau, si jamais quelqu'un aurait besoin de moi, et continuai ma lecture. Il restait du temps avant que je ne parte manger.

//Fin du rp//

CSS par Gaelle

_________________
I can't go back to yesterday because I was a different person then - Lewys Carroll, Alice in Wonderland.
Cynthia will speak to you (or not) in #FF9933
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La vie dans une bibliothèque    

Revenir en haut Aller en bas
 
La vie dans une bibliothèque
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Mission D] Du rififi dans la bibliothèque
» Perdue dans la bibliothèque...[LIBRE]
» Ne jamais laisser un première année dans une bibliothèque... (libre)
» La nuit dans la bibliothèque
» Une nuit dans la bibliothèque..

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Elysian Fields :: Les oubliettes :: Archives :: Contexte 1-
Sauter vers: