AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Cynthia Holloway

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cynthia Holloway
Modérateur
avatar

Age : 24 ans
Situation : Célibataire
Autres comptes : Victorica Johnson, Guillaume Boissiet
Crédits : finite-inc4ntatem
Messages : 83
Date de naissance : 02/07/1993

MessageSujet: Cynthia Holloway   Mer 7 Juin - 19:57








Cynthia Holloway
Ft. Emma Watson



 

Identité



NOM•• Holloway PRENOM•• Cynthia SURNOM•• Cycy pour les intimes. AGE•• 23 ans DATE DE NAISSANCE•• 2 Juillet 1993 NATIONALITE•• Américaine ORIGINE•• Américaine ORIENTATION SEXUELLE•• Hétérosexuelle SITUATION•• Célibataire METIER / ETUDES•• Assistante à la bibliothèque CATEGORIE•• Autre



Particularités

1 •• Travaille à la bibliothèque du lundi au vendredi toute la journée, ainsi que le samedi matin. Fait de temps en temps des petits boulots à côté afin d'arrondir ses fins de mois. (note pour ceux voulant faire des rps à la bibliothèque : Cynthia et la bibliothécaire sont deux personnes différentes. Elle se fait juste payer pour l'aider dans son travail Wink ) 2 •• Dessine et écrit beaucoup. 3 •• S'endort devant ses travaux (dessin, écriture etc.), qu'elle fait chez elle, ne faisant pas attention à l'heure. 4 •• La plupart du temps, passe ses dimanches à la maison assise dans son canapé un plaid sur les jambes et un pot de glace à la main.  5 •• Ne sait pas nager et a peur de se noyer. Résultat, elle ne peut pas entrer dans l'eau à partir du moment où celle-ci peut lui arriver à la taille. Mais peut prendre des bains sans problèmes sachant qu'elle ne peut pas y être engloutie. (normalement). 6 ••  Actuellement, la personne qu'elle aime le plus est Twinkle, son chat et sa meilleure amie. 7 •• Est capable de cacher ce qu'elle ressent aux autres, mais ne sait pas extérioriser, pouvant la faire avoir une crise de nerf si elle accumule. 8 •• Mal à l'aise lorsqu'une conversation dure. 9 •• Considère comme important de respecter ses promesses et engagements 10 •• A tendance à rester silencieuse vis à vis d'une personne contre qui elle est en colère. 11 •• N'aime pas aller à l'hôpital et n'apprécie pas les métiers dans la psychologie en général, ayant dû beaucoup les côtoyer enfant.


Caractère

 
Empathique + Timide + Émotive + Passive + Observatrice + Peu assurée + Lucide + Déraisonnable + Imaginative + Étourdie + Solidaire + Curieuse + Introvertie


Derrière l'écran

NOM Shiomy on va dire =P AGE 17 ans COMMENT AVEZ-VOUS DECOUVERT LE FORUM ? Des admins sauvages sont sortis des hautes herbes !DESIREZ-VOUS UN PARAIN/UNE MARAINE ? Nop ! PREMIER, DEUXIEME COMPTE ? Premier ! (mais ça va pas durer UwU) AUTRE CHOSE ? Ça faisait longtemps que j'avais pas rp! Alors remettons-y nous! =D  ATTESTEZ-VOUS AVOIR LU LE REGLEMENT ? Oui~


Dernière édition par Cynthia Holloway le Lun 12 Juin - 22:24, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cynthia Holloway
Modérateur
avatar

Age : 24 ans
Situation : Célibataire
Autres comptes : Victorica Johnson, Guillaume Boissiet
Crédits : finite-inc4ntatem
Messages : 83
Date de naissance : 02/07/1993

MessageSujet: Re: Cynthia Holloway   Mer 7 Juin - 20:06








VOTRE HISTOIRE

"Le dessin est une manière de m'exprimer. Mais aussi de ne pas oublier"




La première chose dont je me souvienne fut l'odeur de médicament qui remplissait la chambre d'hôpital où je me trouvais. Comment étais-je arrivée ici ? J'étais une petite fille de 6 ans, et n'avais aucune idée de qui j'étais, et le pourquoi de ma présence dans cette chambre. Je voulus me lever, mais mes jambes étaient molles. Impossible de faire un pas devant l'autre sans tomber. Je posai un regard inquiet sur la porte fermée qui se trouvait devant moi. Qui allait bien pouvoir entrer lorsqu'elle s'ouvrirait ? Un monstre ? Lorsque je vis la poignée se baisser, je me mis à regarder autours de moi. Aucun moyen de sortir, encore moins de se cacher. Je me blottis donc sous mes couvertures. Peut-être que si il pensait que je dormais il ne me mangerait pas ? Je pouvais sentir mon corps trembler. J'entendis des pas se rapprocher, puis s'arrêter à côté de moi. Je sursautai au moment où une main se posa sur moi. Que voulait-il ? J'étais effrayée. Puis la couverture fut levée, et je me rendis compte qu'il s'agissait d'un être humain. Un homme portant une blouse blanche. Il me rassura, puis s'assit sur une chaise proche de mon lit, et me dit que cela faisait une dizaine de jours que je dormais ici. J'ouvris de grands yeux. Comment avais-je pu dormir aussi longtemps ? Il me demanda ensuite si je me souvenais de ce qu'il c'était passé. De quoi parlait-il ? J'entrepris tous les efforts du mondes afin de me souvenir de ne serait-ce qu'une chose, mais non. Rien ne venait. Je lui répondis donc que non, et l'entendis marmonner quelque chose comme : « ça vaut peut être mieux »… A moins qu'il n'ait dit : « temps mieux » ? Puis il reprit, en disant que j'avais subi un accident, mais pas plus. Mais quel genre d'accident ? Que c'était-il passé avant que je ne me réveille ? Je ne le saurais probablement jamais…

Je passai plusieurs jours à l'hôpital après mon réveil. J'y eus des séances de rééducation et des suivis psychologiques. Je n'ai… Pas vraiment aimé. Être la majorité du temps dans une salle blanche aurait presque pu me rendre dingue. Et constamment voir un psychiatre me donnait l'impression de l'être.

Une fois que l'on considéra que j'allais mieux, on me fit rencontrer deux personnes, que l'on me présenta comme mon oncle et ma tante. Mais où étaient mes parents ? Allaient-ils venir me chercher comme j'en avais vu d'autres le faire avec leurs enfants ? Je leur posai la question, mais les visages de ceux qui m'entouraient s'assombrit. Et seul le silence me répondit. Non. Ils ne le feraient pas. On m'annonçait indirectement leur mort. Je ne savais même pas comment réagir à cette nouvelle. J'aurai aimé dire que mon monde s'effondrait, mais ironiquement non. Mes propres parents étaient morts et par la même occasion étaient devenus des étrangers pour moi. Même avec tous les efforts du monde je ne pouvais pas pleurer pour quelqu'un que je ne connaissais pas. J'eus honte de cette situation.

Je ne sais pas si j'ai eu ensuite une vie heureuse jusqu'ici. Je ne peux pas dire que celle en temps qu'enfant fut terrible. Elle a été plutôt heureuse. Mais chaque fois que je me tournais vers le regard que les adultes posaient sur moi, j'avais la douloureuse impression qu'il s'agissait de regards de pitié. Savaient-ils quelque chose que j'ignorais ? Je tentai de ne plus y penser. Mais n'y arrivant pas, je me plongeai dans le dessin, et n'en sortis pas. Plus tard, quand je su écrire, je me mis à rédiger des histoires afin d'illustrer les images qui sortaient de mon esprit. C'est ainsi que « naquit » Saria. J'avais choisi son nom en référence à un jeu-vidéo connu qui était sorti plusieurs années précédemment mais dont je n'arrive plus à me souvenir du nom… Parce que le personnage avait la particularité d'avoir un corps d'éternel enfant ou quelque chose comme ça.

Son histoire était celle d'une petite fille d'une dizaine d'années, qui après avoir perdu la mémoire était partie à la recherche de sa famille. Elle rencontra sur sa route différents types de personnes. Parfois des amis, parfois des ennemis, parfois des deux… Mais je n'ai jamais fini son histoire. Parce que je n'ai jamais su comment bien la terminer. Ou comment au moins la finir tout court. Et puis, elle s'assombrissait au fur et à mesure des pages. Je ne pouvais pas montrer ça… Cette histoire m'a néanmoins beaucoup aidée. Elle me permettait de ne plus faire attention aux personnes qui m'entouraient au moins quelques temps. Lorsque je décidai de l'arrêter, je mis tous les calepins et les autres feuilles concernant cette histoire dans une boîte que je rangeai sous mon lit.

Même si elle n'était pas terminée, cette histoire m'avait permis de me sentir mieux. Je pus ne plus faire attention aux regards lancés sur moi malgré le fait qu'ils soient toujours là.

Quelques mois après que je sois rentrée à l'école, ma classe se rendit pour la première fois à la piscine. Je ne savais pas pourquoi, mais je ne me sentais pas très bien à l'idée de m'y rendre. Lorsque je fus devant l'étendue d'eau, j'eus un frisson. Mon esprit me criait de ne pas y aller. Mais qu'avais-je à craindre ? C'était juste de l'eau non ? Comme j'hésitais, l'un de mes camarades me poussa dans l'eau. J'eus l'impression d'étouffer. Je crois que je bus la tasse. Je ne savais pas nager. Je m'accrochai péniblement au bord de la piscine. J'avais maintenant du mal à respirer. On m'en fit sortir et on me demanda si ça allait mieux. Je répondis que oui, et me levai. Mais mes jambes tremblaient. On me fit donc asseoir quelque minutes puis on revint me proposer d'entrer dans l'eau où je pouvais avoir pieds. Je m'y rendis, eus un moment d'hésitation, puis m'agrippai à l'échelle afin de descendre dans l'eau. Je soufflai un bon coup. Puis je descendis les dernières marches. L'eau m'arrivait à la taille. J'eus soudain mal au crâne. Je préférai sortir de l'eau, ce que je… Non. Je ne le fis pas. Mes jambes refusaient de bouger. Je ne me sentais vraiment pas bien. Je sentis mon cœur battre de plus en plus vite, et par la même occasion, l’accélération de ma respiration. J'en avais presque les larmes qui coulaient. D'où me venait cette peur incompréhensible ? Était-ce parce que je ne savais pas nager ? Que j'avais peur de me noyer peut être ? On m'aida une nouvelle fois à sortir de l'eau. On me demanda même qu'est-ce qu'il s'était passé, mais je ne pus pas répondre, je ne le savais pas moi même. Je ne voulus plus jamais retourner à la piscine.

Après avoir eu mon bac, je passai deux années à la fac avant d'arrêter mes études. Je voulais travailler. Je cherchai donc durant plusieurs mois les offres que l'on pouvait proposer, de préférence assez éloignées de la ville où j'habitais avec oncle Joey et tante Agatha. Ça n'était pas contre eux je les apprécie beaucoup, mais je voulais gagner un peu plus d'indépendance. Et ça n'est pas vraiment possible lorsqu'on les a toujours derrière soi parce qu'ils veulent être certain que tout va bien ! Je pense qu'ils s'inquiètent trop…

Finalement, je trouvai une proposition d'emploi dans la bibliothèque d'une ville à quelques kilomètres de celle où j'habitais, Elysian Fields. Le côté pratique était que celle-ci se trouvait à une distance raisonnable, me permettant de me rendre chez eux en 3-4 heures, mais m'obligeant à y habiter si je voulais pouvoir arriver à l'heure au travail. Ils payèrent donc les premiers mois de location de l'appartement que j'allais récupérer, ce qui devait me permettre de gagner suffisamment d'argent pour régler les suivants. Mais je dû leur promettre de les appeler chaque semaine. L'appartement n'était pas très cher. Il ne possédait que 3 pièces de toute façon, si je ne comptais pas le couloir et le fait que la cuisine et le salon soient reliés entre eux. Et point en plus, il se trouvait au 3ème étage d'un immeuble sans ascenseur. Mais bon, lorsqu'il s'agit de chez-soi, on s'y sent toujours bien non ?

Je leur rendis visite quelques jours après mon emménagement. J'y récupérai la boîte avec mon histoire de « Saria », et la rangeai à mon retour une nouvelle fois sous mon lit, mais cette fois dans ma nouvelle maison. Nous ne parlâmes pas de grand-chose, ils me demandèrent si j'étais bien installée, et qu'est-ce que je faisais au travail entre autre. Mais ils étaient bizarre, ce jour là, et je les trouvais mal-à-l'aise. Ils évitaient mon regard depuis le début du repas. J'hésitai, avant de leur demander ce qu'ils avaient. Ils étaient eux même hésitants. Ils finirent par me dire qu'ils avaient gardé quelque chose pour moi, pour le moment où je n'aurai plus besoin de vivre chez eux. Il s'agissait d'un carton dans lequel se trouvaient une grande quantité d'objets m'appartenant. Ou plutôt appartenant à celle que j'étais au moins 15 ans en arrière. Le possédaient-ils depuis le premier jour de ma vie chez eux ? Je ne sus pas vraiment comment réagir. Devais-je les remercier pour l'avoir gardé aussi longtemps ? Ou leur en vouloir de ne pas me l'avoir donné plus tôt ? Je préférai choisir le premier choix. Mais je ne l'ouvris pas avant d'être rentrée. Je ne me sentais pas très bien à l'idée de regarder des affaires qui appartenaient en soi à une petite fille dont je ne connaissais rien. A l'intérieur se trouvaient beaucoup de dessins prenant les deux côtés des feuilles et parfois occupant la totalité de chacun d'eux. Le carton possédait également quelques photos. Mais même si j'avais conscience d'être censée connaître les visages des personnes qui y figuraient, elles ne me disaient rien. Je n'arrivais pas à m'en souvenir. Tout au fond se trouvai un lapin en peluche gris qui avait l'air d'avoir beaucoup vécu. L'une de ses oreilles se détachait et du coton sortait en plusieurs endroits. La seule chose que déclenchaient ces objets mis ensemble sous mes yeux était un maux de crâne et une impression désagréable de tournis. Je rangeai donc tout, sauf le lapin qui me rendait presque nostalgique, je ne savais trop pourquoi. Je sortis un matériel de couture rangé dans l'un des tiroirs des meubles de mon salon, et recousis les trous et l'oreille presque détachée. On pouvait encore voir les fils dont je m'étais servie dépasser un peu de ça et là, mais je n'ai jamais été très bonne en couture. C'était juste assez pour que cette peluche soit un peu plus présentable.

Ce fut durant les quelques mois ayant suivi mon installation que je la trouvai. Elle était seule et désorientée. Avait-elle perdu sa famille ? Ou était-elle abandonnée ? Elle se trouvait en boule dans une boîte, et était trempée, dû à la pluie qu'il y avait ce jour là. Je me baissai mon parapluie à la main, et la pris dans mes bras. Même avec tous ses poils de chat, elle était frigorifiée. Je décidai donc de l'emmener chez moi, et pris un rendez-vous chez le vétérinaire dès que je l'eus séchée. A son apparence, elle n'avait pas plus de quelques mois, ce qui me fit me demander après coup si elle avait appris à être propre. Le médecin ne pouvait la voir que deux semaines plus tard. Entre temps passèrent les jours les plus longs de ma vie. Chaque fois que je partais au travail et revenais le soir, elle avait toujours fait entre temps une bêtise. Elle commença par faire ses griffes sur mon canapé, et ça continua avec les rideaux. Je ne pouvais pas la laisser une seconde. Heureusement cela ne lui prit que quelques jours d'apprendre qu'il fallait faire ses besoins dans la caisse et pas par terre. Mais tout ça m'obligea à aérer l'appartement plusieurs jours d'affilés jusqu'à ce que l'odeur soit complètement partie.
Lorsque je pus enfin voir le vétérinaire, il ne trouva aucune maladie sur le chat. Par contre, elle avait des puces. Un animal, même trouvé, coûtait plus cher que ce que je m'étais imaginée. Mais maintenant que je l'avais récupérée, je n'allais pas la laisser. Je décidai de l'appeler « Twinkle », à cause de son pelage que je trouvais argenté et brillant. Après quelques mois en ma compagnie, elle se calma concernant la destruction massive de tout meuble ou tissu se trouvant sur son passage. Mais je dû néanmoins changer les rideaux.

Actuellement, cela fait à peu près deux ans que j'habite ici. Je pense avoir de bonnes relations avec la concierge, qui est une femme d'une cinquantaine d'années habitant au rez-de-chaussé, et mon employeuse, la patronne de la bibliothèque où je travaille. J'ai également fait connaissance avec différentes personnes ici et là, mais j'avoue que je ne suis pas très à l'aise avec les autres. Je me mets rapidement à perdre mes moyens et bégayer lorsque les conversations deviennent trop longue. Mais peut être que j'arriverai quand même à me faire quelques amis un jour où l'autre ! Je reste confiante, et focalisée sur mon objectif : publier un roman illustré.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Destiny
Admin
avatar

Crédits : SWAN
Messages : 53

MessageSujet: Re: Cynthia Holloway   Ven 16 Juin - 20:39

C'est une validation !


On valide ! Oui certes tu t'y attendait un peu soyons d'accord  clown Mais bon, c'est toujours bon de le dire. Personne n'a posté mais tu le sais, nous t'aimons, te faisons des câlins et te donnons officiellement la sainte possibilité de poster partout où tu le souhaites (et où c'est autorisé).

En attendant n'hésite pas à compléter ta fiche de profil si ce n'est pas déjà fait, à poster une fiche de lien par ici et une fiche de RP par .

Dans l'attente de tes autres personnages et revenants d'Olympus,
Tschüss !


DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://elysianfields.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Cynthia Holloway   

Revenir en haut Aller en bas
 
Cynthia Holloway
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Seize the Time!An essay by Cynthia McKinneySeptember 19, 2008
» Cynthia
» 6 juillet 2009/Lettre de Cynthia McKinney depuis une prison israélienne
» Pour Cynthia
» Peter Holloway [Serdy]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Elysian Fields :: Bienvenue parmi nous :: Créer son personnage :: Validés-
Sauter vers: