AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 When the night comes [Pv:Larry]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Modérateur
avatar

Age : 24 ans
Situation : Célibataire
Autres comptes : Victorica Johnson, Guillaume Boissiet
Crédits : Hypnotictears
Messages : 100
Date de naissance : 02/07/1993

MessageSujet: When the night comes [Pv:Larry]   Ven 23 Fév - 20:25



When the night comes
Avec Larry A. Mantis


Consequences

Tick Tock goes the clock
Hanging on the wall


La nuit tombait progressivement dans l'appartement. Tick Tock goes the clock J'avais observé à travers la baie vitrée du salon le soleil progressivement disparaître derrière les immeubles. Cela faisait deux jours. Telling the time to all Deux jours que la dormeuse de Sawtooth avait été trouvée. Et j'avais l'impression que l'affaire n'avançait pas. Que la neige de ce jour-là l'avait figée dans le temps, tout comme la forêt.

Chaque fois que j'y pensais, les souvenirs des événements me revenaient en mémoire, aussi nets qu'à l'instant où ceux-ci s'étaient produits. La découverte du corps, les traces de pas, l'homme au loin, mes réflexions, l'appel à Aurore… Tout. J'avais cependant refusé de me rendre à l'hôpital, ou même de voir un spécialiste. If I was okay? ... Not a bit. J'étais loin d'aller bien. J'avais l'impression d'être obsédée, hantée encore et encore par cette "rencontre", au point que je n'avais rien écrit dessus, espérant ainsi ne pas plus y penser que je ne le faisais déjà. Je n'avais néanmoins pas pu empêcher un dessin de se faire, immédiatement caché dans l'amas de papiers posée sur mon bureau. Comme si le dissimuler pouvait y changer quelque chose… Même si je ne l'admettais pas, j'avais réellement besoin d'aller voir quelqu'un. Mais je ne voulais pas revivre ce que j'avais connu durant l'enfance. Je ne voulais plus entendre parler de psychiatres, de psychologues, de médecins ou que sais-je encore. C'était hors de question. Pas après tous les efforts entrepris dans le but de ne plus les voir. De plus… Cela mettrait au courant ma famille. Et il ne fallait pas que mon oncle, ou plus particulièrement que ma tante le soient. Surtout pas. Agatha recommencerait à s'inquiéter excessivement à mon égard, ce qui lui avait causé plus de mal qu'à moi par le passé. Alors je ne voulais pas qu'ils aient plus à craindre. Je ne voulais plus être la cause des larmes de ma tante. Cela s'approchait peut-être du caprice mais… Aurait-on pu m'en vouloir ?

Plus je continuais de faire comme si de rien n'était, plus mon cœur me semblait lourd. C'était-il rempli de plomb durant ces quelques jours ? J'étais épuisée. Mais je ne parvenais pas à dormir. Consacrer la plupart de mon temps dans mon travail à la bibliothèque me permettait de ne pas penser à cette matinée dans les bois, ou au fait que l'enterrement de Grandma serait d'ici quelques jours. Mais dès que je rentrais, le soir, seule… L'image de la dormeuse, de sa peau blanche tachée de rouge me revenait. Jusqu'au point que parfois, je sursautais, pensant avoir vu la jeune femme debout face à moi, avant de me rendre compte qu'il ne s'agissait que de mon armoire, ou de vêtements posés sur une chaise. C'était idiot. Elle ne pouvait pas être ici. C'était impossible. J'avais l'impression d'être plusieurs années en arrières, à penser que le croque-mitaine était caché sous mon matelas. Avais-je réellement grandi?

Étendue sur mon lit, j'observais le plafond. Derrière la fenêtre de ma chambre, tout était devenu complètement noir. Le sommeil ne venait toujours pas. Tick Tock goes the clock Il y eut un vague son de quelque chose traînant sur le parquet. Je n'y aurais prêté aucune attention si Twinkle n'était pas entrée dans ma chambre et cachée sous mon lit. It's time for you to go bed … Bizarre. Elle ne faisait jamais ça. Sauf quand… Un frisson parcourut mon échine. « … Comme si on avait pu entrer… » Tentai-je de me rassurer. Mais le bruit de tout à l'heure ressemblait à celui de l'ouverture de la porte d’entrée, et je ne l'avais jamais faite réparer, même en m'étant dit et répété de m'en occuper. … Je - n'avais pas - fait réparer - la porte. Une fois qu'on l'avait compris, l'ouvrir devenait un jeu d'enfant. « Encore faudrait-il qu'on soit au courant. Personne mis à part peut-être quelques voisins ne l'est… Et puis qui voudrait entrer ici ? » Je me levai néanmoins. Il fallait vérifier.

J'ouvris la porte, et quittai la pièce prudemment, la gorge sèche, l'estomac noué. Tick Tock goes the clock Je n'allumai pas la lumière. Put down your sleepy head Si jamais quelqu'un était vraiment entré, il me verrait alors arriver. Je traversai lentement le couloir englouti par la pénombre. Le seul son que je percevais était celui de ma respiration, légèrement tremblante. L'obscurité rendait sinistre l'appartement entier. Je m'arrêtai au niveau du passage entre le couloir et le salon.

Tick Tock Tick Tock

Un homme était devant la porte.

Tick Tock sound the clock




Notes:
 

CSS par Gaelle

_________________

“You don't know me, and it doesn't really matter. I don't know me either.” If my life was a story, it would be the one of a little girl who couldn't regain her lost memory. … Maybe I could write a better tale if I truly wanted it. But do I want it ? - “I can't go back to yesterday because I was a different person then” Lewys Carroll. | Cynthia thinks in #FF9933

(c) crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
When the night comes [Pv:Larry]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Elysian Fields :: Le coeur d'Elysianfields :: Les habitations :: Habitations modestes-
Sauter vers: