AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un épisode inattendu [Pv: Bryan Mackenna]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Modérateur
avatar

Age : 42 ans
Situation : Célibataire
Activité criminelle : Casier vierge =)
Autres comptes : Cynthia Holloway, Victorica Johnson
Crédits : Lux Aeterna
Messages : 29
Date de naissance : 19/04/1975

MessageSujet: Un épisode inattendu [Pv: Bryan Mackenna]   Sam 27 Jan - 12:39




Un épisode inattendu


Elysian Fields, l'un des nombreux quartiers commerçants.
Qui aurait pu croire que l'un de ces magasins, pourtant aux airs tout à fait respectables, puisse cacher une grande quantité de stupéfiants dans son arrière boutique et le trafic qui va avec ? D'après notre informateur, c'était pourtant le cas.

Ce banal magasin de souvenirs, relativement proche des bars et restaurants, cachait un commerce de drogues. Vous vous demandez certainement ce qu'il f*utait là ? Eh bien… Un trafic peut s'installer n'importe où, du moment qu'on en a les moyens, ou qu'on connaît les bonnes personnes. On est toujours mieux dissimulé sous les yeux de tous…

- Bonjour. Je peux vous aider ?
Me demanda une vendeuse en souriant.

Tous ceux travaillant ici devaient être au courant de ce qui se tramait derrière eux.

- Hmm… Oui je pense. Je voudrais… Vous savez… On m'a dit que je pourrai en obtenir ici.

Mon regard était fuyant, propre à celui du nouvel acheteur ou à celui forcé de changer de fournisseur (de temps en temps les flics sont efficaces). La jeune femme parut déçue. Elle ne devait pas pouvoir vendre de cartes « Un coucou d'Elysian Fields ! » très souvent. Elle me guida néanmoins jusqu'à l'arrière boutique sans broncher.

La pièce était sombre, mais plus grande que ce à quoi on pouvait s'attendre. Suffisamment large pour cacher la « marchandise ». Je pouvais voir une sortie de secours au fond. D'après la stratégie, le reste de l'équipe affiliée à cette mission entrerait par là, pendant que les deux autres en civils empêcheraient les possibles fuyards de s'échapper par la porte d'entrée du magasin. De mon côté, et en civil également, je devais lancer l'opération une fois que le moment semblerait opportun. Normalement (Traduction : Si on ne nous avait pas menti), ces trafiquants ne possédaient pas d'armes. Leur trafic n'était qu'une petite partie d'un réseau plus grand. Ça rendrait les choses plus simples, et aucune victime ne serait (théoriquement) à déplorer. Peut-être que l'une de ces « petites » arrestations finirait par nous mener à la tête de l'un des réseaux. … Ouais bon. C'est possible sur le papier. Dans la vraie vie certains flics informent les têtes quand on s'approche de les trouver et… « Comme c'est étrange il n'y a plus personne ! » Pareil que de la mauvaise herbe, ça repousse constamment et jamais aux endroits attendus. Pour en avoir vu dans un hangar, au deuxième étage d'un immeuble des quartiers aisés (oui oui même là), et dans un cinéma… On va dire que j'en sais quelque chose.

Mais mes remarques sur le trafic de drogue et le caractère inimaginable des endroits où on peut les trouver ne doit pas beaucoup vous intéresser si ? Revenons en ce cas au moment présent…

Il fallait attendre que les « clients » soient sortis. Temps qu'il ne vend pas lui même de drogue, le consommateur est dans son droit. Impossible donc d'arrêter quelqu'un ne faisait « que » consommer.

- Boissiet on attend ! Me cria l'un des collègues dans l'oreillette.

- Attendez il reste un dernier acheteur… Murmurai-je. Ne pouvaient-ils pas patienter ?

Et celui-là était complètement défoncé. Il n'arrivait même plus à prendre ses achats. J'étais vraiment comme ça à vingt ans ? Il finit par partir en titubant. C'était à se demander s'il n'allait pas s'écrouler au sol, mort d'overdose. Littéralement.

Avant que les dealers, comptant leurs billets n'aient le temps de remarquer qu'un inconnu s'était posté dans un coin de la pièce, le « Go. » était déjà lancé.

Comme prévu, ce fut rapide. Ces types n'étaient que des amateurs comparé à ce qu'on pouvait rencontrer (donc ils étaient ceux qu'on voit le plus souvent. Tant mieux ça me fait moins de boulot!). Il n'y eut pas besoin de l'usage des armes, presque tous se rendirent immédiatement. Le reste tenta de fuir, mais ce ne fut pas difficile de les rattraper. La plupart étaient assez jeune. 20… 25 ans peut-être. Ils finirent par nous expliquer que leur « patron » venait une fois par semaine remettre du stock et leur donner ses instructions. Leur petit commerce faisait donc bien parti d'un réseau… Aucun n'était capable de dire où se rendait ce type ensuite.

Après avoir envoyé ces gamins au commissariat, la perquisition commença. Dans les étagères, on pouvait trouver les classiques : cocaïne, héroïne, cannabis, crack… Sachets de thé ?

Je sais que le contenu n'était pas du thé. Je suis pas c*n. Mais qu'est-ce que c'était ? P*tain de… C'était bien la première fois que je ne reconnaissais pas ce que j'avais sous les yeux.

- On a des chiens de détection ?

- Euh… Ouais y en a un dehors, les autres devraient arriver pourquoi ?

- … Je dois vérifier un truc.

Une nouvelle drogue ? C'était improbable, mais pas impossible. Mais pourquoi maintenant ? Et surtout, s'il s'en agissait : Depuis combien de temps cette m*rde circulait ? Caden (De son nom complet Caden Utson) retirait le harnais de son chien.

- Je te l'emprunte une seconde. Dis-je tout en m'agenouillant et mettant l'un des sachets devant la truffe de l'animal. Un Berger-Allemand. Brave bête.

- Guillaume… C'est pas une bonne idée il…

Pas de réaction visible. Ou je me trompais, ou ce « sachet de thé » contenais vraiment une drogue dont on ne soupçonnait pas l'existence jusqu'à aujourd'hui. Plus qu'un moyen de savoir. Hein ? Non, j'allais le faire analyser ! Vous pensiez que j'allais prendre le risque de test---

- … n'aime pas qu'on s'en approche trop !

Le chien me choppa l'épaule. Je l'avais mise à la place de ma main juste à temps.



…………..

…………………………………….

LE CHIEN BOUFFAIT MA P*TAIN D'EPAULE

- … Tu pourrais… Le faire lâcher ? Répondis-je calmement en souriant.

J'aime les chiens oui. MAIS PAS QUAND ILS MORDENT. CA FAISAIT MAL B*RDEL (j'aurai aimé préciser « un mal de chien » mais vous en conviendrez que ce jeu de mots serait très mal venu.).

- … Rapidement ?

« MAIS QU'EST-CE QU'ILS VOUS APPRENNENT A L'ECOLE DE DRESSAGE FAIS QUELQUE CHOSE ! »

Le fait qu'on soit à tenter de lui ouvrir la gueule, croisé avec celui que je sois toujours en civil entraînèrent peut-être les événements qui s'en suivirent…  


CSS par Gaelle


_________________

Who do you see ?
I seem to be a joyful, friendly dork, who makes jokes and puns all day long. But I'm loneliness, past violence, crime and murder as well. What you think seeing of me is not exactly the truth. Remember that. x Guillaume will stop you (… Or not. Maybe he's too busy for that. Or he's just lazy.) in #BC0101. by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Age : 40 ans
Situation : Célibataire
Messages : 20
Date de naissance : 23/04/1977

MessageSujet: Re: Un épisode inattendu [Pv: Bryan Mackenna]   Sam 27 Jan - 13:49



Un épisode inattendu Guillaume Boissiet & Bryan Mackenna

Il s’agissait d’un de ces rares jours, où Bryan ne travaillait pas. Bien qu’il adorait son job, comme tout être humain, il avait besoin de moments de détente. Sans doute aurait-il aimé un jour un peu plus ensoleiller, et non un avec le ciel recouvert par un drap blanc et ce froid qui déroutait toute envie de sortir. Mais pensait-on, le barman avait l’habitude du mauvais temps, du froid et de la pluie. Et l’avantage était qu’il ne risquait de croiser grand monde quand il voulut bien sortir prendre une bouffée d’air frais. Il venait juste de prendre ses médicaments, mais il n’était pas à l’abri d’une crise. Un mauvais regard, un geste soupçonneux, et celui qu’on surnommait « The Wolf » sortait les crocs. Il ne voulait pas être comme ça, mais il y était obligé. Sinon il ne s’assommerait pas de médocs matin et soir pour un résultat si peu concluant. Mais une petite ballade pouvait être positive.

Fidèle à lui-même, il portait presque toujours la même tenue. Jean, bottes militaires, sa vielle veste en jean sur le dos, et son couteau de chasse caché dans l’une de ses bottes. On oserait dire que c’était dangereux de faire ça ? Et comment. Mais quand on souffrait d’une forme de paranoïa, où l’on pouvait voir tout le monde comme un ennemi, ou se faire attaquer par des hallucinations, on n’avait plus trop la notion de ce qui était normal ou non. Mais pour le moment, tout allait pour le mieux. Mackenna se promena donc dans le quartier des affaires, quand il se laissa tenter par l’odeur alléchante d’une carriole vendant des Hot-dog. Sans attendre, il se dirigea vers le vendeur, qui n’avait que son stand mobile pour le réchauffer.

"Eh ! Tiens, c'est Mackenna qui arrive. Alors, que puis-je pour toi ?"
"Salut Dan, j'espère que c'est bon pour une fois ce que tu vends."

Tenant un Pub dans le coin, Bryan connaissait presque tout le monde par ici. Si on voulait des informations, rien de mieux que de demander au barman. Il entendait tout, et on lui confiait tout, même si cela pouvait parfois exaspérer l’ancien militaire. Il ne tenait pas à être mêlé aux affaires criminelles de la ville, mais cela aidait pas mal à être au courant de certaines choses et connaître un peu de monde. Dan ria à sa petite blague, même s’il était difficile de savoir si The Wolf plaisantait vraiment. Il n’était pas vraiment connu pour son humour, mais il valait mieux en rire que provoquer un conflit de si bonne heure.

"C’est tout frais, c’est tout bon ! Ce sont les meilleurs !"
"Parfait alors, donne-moi s’en un."

Aussitôt dit, aussitôt fait. Dan préparait la gourmandise pour le propriétaire du Mackenna’s Pub, tout en profitant pour tailler une bavette. Le barman n’était pas quelqu’un de très sociable, il viendra que rarement vous parlez, et poser des questions. Mais si vous, vous désirez lui parler, il vous écoutera et répondra sans problème. Il n’était pourtant pas quelqu’un de timide, juste de marquer par la vie, perdant peu à peu ce besoin de lien avec autrui. Pendant qu’ils parlaient de tout et de rien, de l’agitation se fit dans bâtiment juste en face d’eux. Cela ressemblait à une bagarre, Bryan pensa de suite à un règlement de comptes.

"On dirait une descente de flic tiens."

Dan avait raison, on voyait bien les forces de l’ordre procédait à des arrestations. Cela pouvait paraître impressionnant, surtout quand on savait que la police ici avait mauvaise presse. Souvent juger comme incompétente, à côté de la plaque, dépassé, etc. L’avis de Bryan était partagé. Il respectait cette institution, mais il ne savait pas trop s’il pouvait leur faire confiance. Cette scène digne d’un film d’action changea vite de registre, quand ce qui ressemblait à un flic déguisé en civil se fit mordre par un de leur chien. On devinait qu’il était policier, vue sa manière de parler aux autres flics et de se tenir, il était clair de ce qu’il était.

Les deux se mirent à rire en voyant le chien se retourner contre l’un d’eux, jamais ils n’auraient cru voir ça. Mais Bryan finissait pas lever les yeux en l’air en voyant que personne n’osait faire quoi que ce soit pour aider leur possible collègue. Ils étaient comme tétaniser, ayant peur de leur ami à fourrure. Il alla donc prêter un coup de main, se disant que s’il ne le faisait pas, personne ne le ferait, et que ce gars devra passer le reste de sa vie avec un chien accroché à son épaule. Poussant les flics autour, ces derniers objectèrent de son intrusion, mais il les ignora. Il se mit en position accroupi et appela le chien en faisant des petits bruits avec sa bouche pour l’interpeller.

"Eh ! Mon beau… Viens par là… Allez viens me voir…"

Bryan fit un petit geste de la main pour attirer l’attention du chien policier et le tenta avec son hot-dog qui le fit balançait sous le museau. Bryan fit une chose qu’on devait au moins voire une fois dans sa vie, sourire. Il souriait à l’animal pour le mettre en confiance.

"Tu le veux hein ? Allez, va chercher."

Il le jeta juste à côté de lui, faisant lâcher prise l’animal à quatre pattes pour qu’il aille engloutir cette nourriture que le faisait saliver. Il s’était même coucher sur el ventre, pour manger tranquillement sa petite récompense pour avoir libérer son collègue humain. Bryan en profita pour le caresser derrière les oreilles, sur le côté et le dos aussi, évitant bien de trop approcher sa main de sa gueule. Il el grattait et le complimentait, se montrant presque gaga de l’animal.

"C’est un très bon chien ça oui. A qui sont ces belles oreilles ? Et ces beaux poiles hein ? C’est un gentil chienchien."

Bryan avait toujours de la facilité avec les chiens. C’était comme si un lien se créait à chaque fois qu’il rencontrer un canidé. Contrairement aux humains, l’Irlandais inspirait facilement confiance aux chiens, arrivant à leur parler et sa faire obéir. Bryan aimait ces créatures, car elles étaient fidèles, joueuses et efficace pour accomplir certaines tâches, contrairement aux humains. Il aimait déjà cet animal, se voyant s’en occuper toute la journée. Mais il s’était interdit d’en avoir un pour lui. Rassurais que le chien allât bien, il tourna la tête vers sa victime, l’officier en civil. Bryan se disait qu’il ressemblait à un Junky comme ça. Si cela se trouvait, cet homme était juste un indic, et non un policier, ce serait plus logique.

"Ca va aller ? Il ne vous a pas fait trop mal j’espère."


©️ Justayne


_________________

La vie est un combat, et on en sort avec ses cicatrices, visibles ou non.
Fiche | Liens | RP's

Thème:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Un épisode inattendu [Pv: Bryan Mackenna]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bryan Ryan
» Bryan McCabe signe à...
» Signature de contrat - Bryan McCabe
» Un courrier inattendu
» [Résultats] SmackDown - 25/11/11 (Bryan cash)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Elysian Fields :: Le coeur d'Elysianfields :: Les restaurants-
Sauter vers: