AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 EVENT N°2 - LA NOUVELLE ANNEE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
avatar

Crédits : SWAN
Messages : 53

MessageSujet: EVENT N°2 - LA NOUVELLE ANNEE   Mar 26 Déc - 18:14

Event n°2
La nouvelle année


Un matin de décembre en ouvrant votre boîte au lettre, vous faites la découverte d'un courrier peu ordinaire:
 


LIEU : Maison de Larry Atsan Mantis, 31 boulevard des Erinyes, Elysian Fields
DATE : Le 31 décembre 2017
DESCRIPTION ET PRECISIONS: Par ici.
VOUS AVEZ éTé :
- Invité directement par Larry Atsan Mantis de par votre statut social élevé
OU
- Vous êtes un citoyen lambda qui a la chance de faire partie des habitants choisis au hasard pour participer à cette soirée

DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://elysianfields.forumactif.com
Admin
avatar

Age : 25 ans
Situation : Célibataire
Activité criminelle : Escroc au jeu
Crédits : Suture
Messages : 80
Date de naissance : 18/08/1992

MessageSujet: Re: EVENT N°2 - LA NOUVELLE ANNEE   Mar 26 Déc - 18:15

EVENT - La nouvelle année
Les riches, et les "citoyens lambdas"
A mesure que la berline progressait dans les rues d'Elysian Fields, mon regard se perdait au cœur des illuminations qui faisaient briller la ville de mille feux. Des balcons jusqu'au toit des immeubles, innombrables étaient les lampions qui parsemaient les façades des commerces et des habitations. Et pourtant Noël était d'ores et déjà révolu.  

Depuis une semaine déjà les pères-noël auraient dû quitter les vitrines, et les promotions des boutiques cesser d'exister. Et comme tous ces attirails, le froid de décembre ne nous avait pas non plus abandonné. En outre, la neige tombée la semaine dernière était toujours accrochée aux toits de chaque maison, comme s'il s'agissait là de son dernier espoir de survie. Et pourtant, les noirs nuages qui avaient recouvert l'Idaho cet après-midi laissait à présager qu'un nouveau manteau blanc irait recouvrir la ville dans la nuit.  


La radio de l'Aston Martin grondait au travers des enceintes. Comme toujours, le destin se plaisait à me rappeler mon malheur.  

"Et oui Barney, la soirée du célèbre Larry Atsan Mantis est sur le point de commencer."
"En effet Sheldon, nous rappelons que ce soir le bien connu PDG de la Cosmantis Industry accueille en sa demeure une centaine, si ce n'est plus, d'habitants de la ville, choisis au hasard."
"Au hasard ?"
"Oui, l'idée de ce gala de charité est que se trouveront, parmi les riches invités, des habitants lambdas, qui auront reçu un carton d'invitation. Distribué par tirage au sort aux citoyens d'Elysian Fields, ces chanceux doivent déjà être en route pour rejoindre la demeure sans précédent de cet homme extraordinaire."
"Et quel homme ! Briller par son charme, par sa personnalité, sa beauté et EN PLUS sa charité, ce n'est pas donné à tout le monde... Car en effet, l'argent récolté lors de ce gala de fin d'année sera remis à l'orphelinat d'Elysian Fields."

Le fameux Barney rigola derrière son microphone, m'enfonçant un peu plus dans ma dépression. J'accélérais, faisant vrombir le moteur, faisant ressentir ma frustration en doublant les lentes voitures citadines.  

"En tous cas ceux qui ont eu la chance de recevoir le carton d'invitation doivent pour sûr avoir fait des jaloux dans leur entourage ! Moi-même j'aurais aimé m'y rendre, et observer d'un peu plus près toute cette resplendissance."
"Allons Barney, ne pleurez pas sur votre sort. Dites-vous que ces "habitants lambdas" n'ont pas vraiment eu le choix. Vous ne pouvez leur en vou..."

Crispant mes doigts sur le volant, je coupais brutalement la radio. Ca y est, il s'était mis à neiger.


Tandis que nous quittions les quartiers moyens de la ville, mon regard vide de motivation se plaisait à constater qu'ici aussi, dans les luxurieuses demeures de cette cité, personne n'avait fait son deuil du soir de Noël. Car c'est en toute honnêteté qu'il me fallait l'admettre; la richesse de ma famille ne pouvait en rien être comparée avec celle des habitants du Boulevard des Erinyes.  

En effet, leurs territoires pouvaient pour certains s'étendre sur des hectares dans la forêt, et aller jusqu'à longer les limites du parc national de Sawtooth. Les bâtisses, que pour la majorité ils n'occupaient que de temps à autre, quand l'été venait, étaient si monstrueusement grandes que même une famille de dix enfants n'aurait pas suffit à les remplir. Et voir d'aussi près ces habitations que je ne pourrais jamais posséder légalement, ne faisait que me conforter dans l'idée qu'il fallait me trouver un métier pur aux yeux de la loi.  


A l'approche des embouteillages qui menaient jusqu'à son portail, un sentiment de haine m'envahit. Je détestais encore plus cet homme.  

Quand notre domestique, madame Wong, m'avait apporté cette lettre, je n'avais pu que frémir de désespoir. Car plutôt que de passer ma soirée du nouvel an en bonne compagnie, j'étais devenu contraint de me rendre à ce gala d'apparat. Ma sœur et mes parents, puisque convives ordinairse de par son statut, s'était fait un malin plaisir de raconter à tout leur entourage que moi, Felix Ahn,  avait été choisi par la ville comme un de ces "citoyens lambdas". Car en premier lieu j'avais refusé de les accompagner dans l'une des plus belle bâtisses d'Elysian Fields. Et puisque désormais toute la société semblait être au courant du carton luxueux que j'avais en ma possession, toute possibilité de fuite m'était exclue.  

- Tu ne compte pas boire ?
M'avait demandé ma mère en me voyant partir sans eux, avec ma voiture personnelle.  
- Non, j'y vais, et je repars, c'est aussi simple que ça. Je ne vois pas pourquoi je m'embêterais à rester au sein une soirée à laquelle je n'ai pas voulu être convié, avais-je répondu en ajustant le col de mon manteau bordeaux.  

Ma veste gris argent était venu épouser les formes de mon manteau, ne laissant apparaître de l'extérieur, ma montre ainsi que l'élégante tenue faite de noir que je me plaisais à porter.

- Mais monsieur Mantis n'est pas n'importe qui enfin ! Demande au moins à Johnny de t'emmener, sait-on jamais.

- Mais non... Soufflais-je. Qu'il rentre fêter le nouvel an avec sa famille plutôt que de se préoccuper de quelque chose d'aussi ridicule.

Quand je vis disparaître ma berline gris anthracite entre les mains d'un voiturier maigrelet, je réalisais que quitter cet endroit ne serait pas aussi facile qu'escompté. Et à l'entente des bruits qui parvenaient déjà de la demeure luxuriante de monsieur Mantis, j'avais soudainement peur de me perdre dans l'innombrable masse d'invité qui avait été conviée.  


"Rentrer. Montrer qu'on est venu. Repartir." Ne cessais-je de me rappeler lorsque l'on me défit de mon carton d'invitation à l'entrée.  

Affichant un sourire des plus parfait, je remerciais aimablement le personnel de la soirée pour leur travail, tandis que l'un deux me permis de me défaire de mon manteau. Et lorsqu'enfin j'eu pénétré le hall d'entrée de la demeure, je constatais avec surprise que mes attentes vis-à-vis de cet endroit allaient certainement être dépassées.  


Cette pièce était en somme aussi resplendissante que le reste de la maison. D'une décoration luxueuse et délicate, faite essentiellement de noir et blanc, je percevais malgré les invités un goût certain pour les parures de société. Comme tous les hommes de son rang, monsieur Mantis devait certainement se plaire à savoir que tant de gens pouvaient admirer sa richesse ainsi que la taille de son égo. Ce dernier devait par ailleurs être aussi grand, si ce n'est plus, que le gigantesque sapin qui décorait le salon. En effet, ce riche homme d'affaires n'avait pas non plus mis à la porte les décorations de noël.  

Car de celui-ci, et comme à d'autres endroits stratégiquement placés dans la maison, tombaient en cascade une succession de boules, de guirlandes et de lampions, qui parfaitement ordonnés, donnait à ce conifère l'allure d'un sapin artificiel des parcs Disneyland.  

Mais Larry Atsan Mantis, possesseur de ces lieux, n'était toujours pas arrivé. Et pourtant les masses d'invités ne cessaient d'affluer dans la maison. Tantôt riches, tantôt pauvres ou peu aisés, différentes classes de populations venaient à ce mélanger parmi la foule. Et même si avec toute votre volonté vous aviez souhaité croiser un ami dans cette demeure, c'est à peine si vous auriez eu une chance de finir par le rencontrer. En effet, nous étions ce soir si nombreux que la solitude devenait éternelle dans ces pièces bondées de monde.  


Une coupe de champagne en main, je me plaisais à être statique au milieu de toute cette agitation. Mes yeux alertes et mes oreilles affutées ne manquaient pas un seul centimètre carré de la demeure de celui que je détestais tant. Revenu dans le hall d'entrée, je me délectais de cette ambiance maladroite, camouflée d'un élégant fond sonore, tandis que personne n'osait monter l'escalier en arc de cercle qui épousait les murs de cette pièce. Là-haut se trouvait certainement les chambres et parties privées de la demeure, et je me plaisais à croire que peut-être, l'hôte de la soirée arriverait par là, une main sur cette rambarde ornementée, tel Gatsby le magnifique à l'une de ses soirées mondaines.  

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Age : 25 ans
Situation : Célibataire
Activité criminelle : être l'ex d'un gangster latino, ça compte ?
Autres comptes : En réflexion
Messages : 29
Date de naissance : 20/09/1992

MessageSujet: Re: EVENT N°2 - LA NOUVELLE ANNEE   Mer 27 Déc - 15:57


Event n°2 La Nouvelle Année

Une soirée sans fausse note

Depuis mon retour avec Silla, les choses ont été assez calme autour de moi.

Seul un unique événement étrange a troublé mes jours paisibles.

Mon travail se passe plutôt bien, Elisa Vitellius était ravie du travail sur l’article de ma mère et l’a publié tel quel dans le journal. J’ai d’abord fait abstraction de ce qui en était dit mais j’ai ensuite appris qu’il avait fait pas mal de bruit.

Qui plus est, j’ai donné des informations sur ma génitrice que seul un proche pouvait savoir. Cette dernière doit donc sûrement savoir que quelqu’un qu’elle connait est revenu en ville. Il en va de même pour une autre partie de la sphère de la haute société de la cité.

Je ne m’attendais aucunement à recevoir une invitation au gala de charité du nouvel an donné par un certain Larry Atsan Mantis, vivant dans l’un des quartiers les plus riches d’Elysian Fields.

En me renseignant, j’ai vite vu que cet individu était un des concurrents de notre entreprise familiale. J’ai aussi su, en allant au boulot, qu’il avait envoyé des invitations à des personnes de la haute ainsi qu’à des citoyens lambda.

Cette soirée semblait être assez huppée et attirait l’attention de pas mal de monde.

J’ai donc décidé d’y aller. Au moins pour découvrir l’un des rivaux de l’empire. On souhaite que je m’y intéresse, alors allons voir de quoi peut ressembler son univers.

Après une bonne journée de relaxation à la maison accompagné de mon amie à quatre pattes, j’ai procédé à une préparation draconienne avant d’aller à la voiture.

Ne sachant pas si je suis invité en tant que lambda ou par rapport à mon statut social, mieux vaut être au top.

C’est ainsi que je suis sorti, tout apprêtée pour prendre ma voiture. En passant à la réception, j’en ai profité pour saluer monsieur Grant qui valida ma tenue. Il avait pu voir ma grand-mère et mes tantes partir à des galas bien des fois, ce qui avait dû aiguiser l’œil de ce dernier sur ce qui est de la mode. J’ai ensuite pris la direction du garage où était rangé le bijou que m’avait offert mon père. Avouons-le, il me gâte beaucoup trop mais je l’apprécie tellement que je ne m’en plaindrai pas.

Il a souhaité changer de voiture il y a peu il m’a donc offert son SUV de chez jaguar que j’aimais conduire pour le plaisir.

Bien que le logis de mon hôte ait été quelques peu éloigné, le trajet fut assez rapide puisque j’ai profité des grandes lignes droites pour décrasser le moteur qui n’a pas beaucoup l’occasion de montrer sa pleine puissance.

La demeure était déjà superbe de l’extérieur. Il semblait déjà y avoir pas mal de monde.

Une fois arrivé j’imitais les autres convives en laissant mon véhicule au voiturier. Je suis toujours amusé par la surprise sur le visage des hommes quand ils voient une petites demoiselles tel que moi sortir d’une voiture imposante. Surtout quand c’est elle qui conduit.

Je m’avançais vers l’entrée de la sublime bâtisse en prenant soin de réadopter l’attitude la plus classe que j’avais. Ceci me rappela les soirées où j’accompagnais mon père pour les lancements de produits à New-York ou pour nos propres galas. Mon manteau noir cintré style officier peinait à cacher toute ma robe mais contrastait parfaitement avec mes escarpins rose métallisé pailleté de chez Jimmy Choo.

Une fois entrée je me déshabillais, laissant ainsi paraître ma robe de soirée noire. Pour ce soir j'ai eut envie de jouer dans la sensualité. Le haut de la robe répondait parfaitement à ce critère. Une dentelle fine recouvrait tout mon poitrail et une partie de mes épaules. De quoi être sexy en juste mesure. Une bande en satin permettait de faire le liens entre ce haut affriolant et le bas de la robe, tout en fluidité et sobriété.
L’ensemble faisait grand effet. Un sentiment de soulagement me parcouru. Bien heureusement j’avais visé juste pour ma toilette.

L’intérieur du bâtiment était à la hauteur de l’extérieur. Monsieur Mantis se révèle être un homme de goût. La décoration était fort soignée. Et ce, que se soit en ce qui est des meubles ou des ornementations. Il aime le faste, c’est tout à son honneur.

Surtout pour un grand du cosmétique.

Il y avait déjà une grande foule à l’intérieur. Les convives en tenue d’apparat étaient
répartis en masse dans les grandes pièces du rez-de-chaussée. N’ayant pas trop envie de me mêler à eux je décide de rester un peu en retrait dans un petit creux déserté par la foule.

Logé à mon point d’observation je savourais la musique d’ambiance, elle aussi parfaitement bien choisit. Un serveur, très charmant, passa alors et me proposa une coupe que j’acceptais.

Tout ici était somptueux, agréable et chaleureux comme si en l’espace d’un instant toute idée d’inconfort et de déplaisir avait été annihilé.

Niché dans mon petit coin je restais là, seule, ne connaissant personne, à apprécier la justesse de de la soirée. Attendant patiemment l’entrée du maître des lieux qui devait être, selon moi, du même ordre que le reste, soit d’une délicatesse absolue. Il me tardait d’apercevoir cet homme.


Codage par Libella sur Graphiorum


Dernière édition par Iris Wolf le Sam 20 Jan - 14:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Age : 30 ans
Situation : Célibataire
Activité criminelle : Trafiquant d'armes.
Messages : 12
Date de naissance : 05/04/1987
Localisation : Elysian Fields.

MessageSujet: Re: EVENT N°2 - LA NOUVELLE ANNEE   Mer 27 Déc - 17:56

Soirée utopique ou dystopique ?
Welcome on Arrow, Idaho’s greatest hits” annonça bien trop brutalement le radio-réveil de William. Encore à moitié endormi, l’anglais vit son profond sommeil perturbé par des mélodies de rock qui venaient attaquer sans scrupule, ses oreilles. Gardant les yeux fermés, il tapotait sans délicatesse sa pauvre table de nuit, pour mettre la main sur cet objet agaçant qu’était son radio-réveil. Comme il fallait s’y attendre, l’objet tombait au sol, poussé par la puissante mais élégante main de William, causant davantage de bruit dans la pièce. Grognant dans son oreiller blanc moelleux, l’anglais roula sur son matelas pour se retrouver sur le dos. Ouvrant ses yeux, il fut immédiatement aveuglé par la lumière qui rayonnait dans la pièce.

Dehors, le soleil froid s’imposait fièrement dans le ciel bleu américain, rependant ses rayons dorés dans les moindres recoins de la ville D’Elysian Fields. L’épais manteau blanc, solidement accroché aux toits et au sol brillait sous cette lumière naturelle. Habitant dans des quartiers peu fréquentés des touristes ou des habitants, afin d’être au calme et à l’abris de l’agitation insupportable du centre-ville, William ne se faisait pas remarquer. Son studio dont le toit était dépourvu de tuiles par endroit, n’était qu’une habitation éphémère. Vagabond dans l’âme, William naviguait d’habitations abandonnées à studios qui laissaient à désirer. Depuis ses récents meurtres, il ne connaissait plus les grandes villas, ou les habitations somptueuses et princières qu’il avait connues durant son enfance.

Se levant, après avoir passé plus de cinq minutes à observer son plafond illuminé par la lumière naturelle, se demandant ce qu’il pouvait bien faire de son temps aujourd’hui, il enfila rapidement son long son pantalon de jogging gris et un simple débardeur noir, avant de descendre au rez-de-chaussée de sa tour d’immeuble, pour récolter son courrier. Dans la cage d’escalier terne, se trouvait, assis sur les marches taguées, de jeunes adolescents, fumant ou consommant librement, tous types de drogues. L’immeuble était devenu le repère des trafiquants de drogue d’Elysian Fields, et, bien souvent, le soir était rythmé par des échanges de tout genre. William avait déjà vendu également des armes à ces quelques gamins dont la puberté avait à peine commencé. L’anglais ne se préoccupait que très rarement de la raison pour laquelle ces gosses voulaient ses armes, il voulait simplement empocher le pognon, rien de plus. Sa vie était la sienne, leur vie était les leurs.

Grimaçant lorsqu’il passait l’épais nuage de fumée qui flottait dans la cage d’escalier, il dévalait rapidement les marches avec aisance et élégance. Il partit ouvrir sa boite aux lettres, habituellement vide…sauf ce matin. Il prit, intrigué, le carton d’invitation dans ses mains et le retourna, pour vérifier qu’il n’avait pas d’autres informations supplémentaires.

-Quelle belle c*nnerie, dit-il en claquant la porte de sa boite aux lettres pour repartir, ensuite,jusqu’à son studio.

Il restait tout de même sceptique face à cette invitation d’un homme qu’il ne connaissait pas du tout. Après tout, cela pouvait très bien être un piège, un coup monté ou autre. Il fallait qu’il se renseigne un peu plus sur cette invitation, pour décider, si oui ou non, il allait se montrer à la vue de tous. Arrivant à son palier, il remarquait, réunit avec ses amis, un jeune adolescent auquel il avait vendu une arme il y a deux semaines. Son tee-shirt blanc transparent révélait parfaitement son arme, coincée entre sa peau et son pantalon. Pointant l’arme clairement visible de son index gauche, il agrippait le tee-shirt du jeune blond qui semblait terrifié par ce geste d’une violence démesurée.

-Je ne t’ai pas vendu une arme pour que tu l’exposes aux yeux de tous pour ta ridicule fierté. Le poussant au sol, sur lequel l’adolescent claquait sa tête du au choc, il reprit. -Cache moi ça, je ne veux pas de flics ici, c’est d’ailleurs étonnant qu’ils n’aient pas encore pointé le bout de leur nez tant votre discrétion, à toi et tes supposés « frères » laisse à désirer.

Sur ce, il claquait sa porte d’entrée, brisant le silence morbide qui s’était installé depuis sa prise de parole. Il allumait sa télé, pour, comme à son habitude, mettre « Good Morning America » qui, étant donné que l’on était le 31 décembre, retraçait les meilleurs moments de l’année. Pour la première fois depuis sa naissance, William allait passer le réveillon du Nouvel an seul. Ses parents ne voulaient plus entendre parler de lui depuis ses meurtres si libérateurs, et sa sœur…Eh bien, n’était plus de ce monde. L’anglais avait certes, fait son deuil, mais lors de grands événements comme celui-ci, il ressentait un vide émotionnel.

Pour évacuer sa peine, il s’exerça, pendant une bonne heure, à frapper dans son punching-ball, fièrement accroché au plafond de son habitation de fortune. Au bout d’une heure, il s’arrêtait, le corps en sueur, pour regarder l’émission américaine, dans laquelle, les journalistes expliquaient, avec une certaine jalousie, que des richissimes hommes d’affaire, ou des citoyens lambda avaient été tirés au sort pour le gala de Mr Larry Atsan Mantis. William riait de moquerie face à cette ridicule excitation qu’avait les journalistes. Contrairement à eux, il n’avait aucune envie d’être à ce soir.

Le reste de la journée passait très rapidement. Après une longue douche, il surfa sur internet, regardant sur la célèbre application « Google maps » l’immense villa dans laquelle il allait passer la soirée de la St Sylvestre. Visiblement, Mr Atsan Mantis ne manquait pas de moyen, étant donné la somptueuse bâtisse que William pouvait voir sur son écran d’ordinateur. Comme tout bon militaire, il repérait les lieux, afin de repérer une éventuelle sortie de secours au cas où les choses dégénéraient pour une raison quelconque. Il se renseignait aussi sur le propriétaire des lieux, pour savoir à qui il avait à faire ce soir, car oui, il avait décidé d’y aller. Après tout, il ne passerait pas le réveillon seul. Il fallait voir le bon côté des choses.

Le soir arriva vite, étant donné les nombreuses heures qu’il avait passé sur internet, à regarder des images de la villa, sous tous les angles possibles. Elle lui rappelait bien trop souvent, les luxueuses maisons dans lesquelles William passait ses vacances d’été, avec sa sœur et ses parents. Elle lui rappelait également qu’il n’avait pas à faire à n’importe qui. En effet, seul un extrême richissime pouvait s’offrir une demeure pareille à celle-ci.

Voyant l’heure tourner, il décida de fermer son ordinateur pour commencer à se préparer. Rasant sa barbe qui commençait à empiéter un peu trop sur ses joues, il peigna ensuite délicatement ses cheveux bruns. Enfilant, par la suite, l’un des luxueux costumes que sa mère lui avait acheté pour son anniversaire, avant qu’il ne parte pour les Etats-Unis, il se regardait dans la glace poussiéreuse de son studio. Son smoking bleu océan rafraîchissait son teint, et sa montre dorée, accrochée à son poignet gauche, brillait sous les lampes. Sa cravate, blanche, illuminait sa tenue. Mettant son épais manteau gris, dans lequel un silencieux se cachait dans l’une des poches, il s’apprêtait à partir. Cependant, il jaugea nécessaire de retirer l’arme, pour la remettre en dessous de son oreiller. De toute manière, il avait appris comment tuer à l’aide de ses dix doigts.

Il prenait le volant de son pick-up blanc et roulait, sans vraiment respecter les limitations de vitesse, dans les rues moyennement bondées d’Elysian Fields. Tenant parfaitement son volant en cuir beige, il gardait ses yeux rivés sur la route, se perdant parfois dans ses infinies pensées. Il espérait, fortement, qu’aucun de ses anciens collègues n’aient été invités, sans quoi, la soirée allait bien vite se finir. Au bout d’une quinzaine minutes de route, il arriva au 31 Erinyes Boulevard, et se garait, un peu trop rapidement, sur le bas-côté de la route, faisant reculer le décontenancé voiturier. Il lui donnait les clés de sa voiture, et s’avançait d’un pas rapide vers l’entrée. Déjà, il remarquait l’immense foule dans les différentes ailes de la demeure, savourant les bienfaits de l’alcool servi. L’immense lustre en cristal, fièrement accroché au plafond de l’entrée, accueillait élégamment les invités. La musique douce mais entraînante en fond, donnait à l’atmosphère, une touche conviviale. Tout semblait utopique…mais il valait cependant rester sur ses gardes…Après avoir donné son carton d’invitation et son manteau, William s’avança doucement dans la pièce, regardant, d’un air neutre, les invités présents. Il remarquait Felix, statique comme une statue de pierre, au centre de la pièce. Il n’avait pas vraiment l’air à son aise, ce qui amusa discrètement William. Il observa ensuite, après avoir remercié un serveur pour une coupe de champagne, les belles riches qui essayaient pathétiquement d’attirer l’attention des plus prestigieux hommes d’affaire…Tout ce que William détestait. Tournant sa tête, en s’avançant sous l’immense lustre en cristal, il aperçut Iris, et lui adressa un signe de tête, de politesse.

Ne connaissant personne, il se dirigea vers l’immense buffet, où des toast divers et variés, étaient dressés en rond, carré, rectangle et autres…William observait les différentes variétés de couleur, tout en écoutant, d’une oreille discrète, les conversations autour de lui. Il espérait voir le maître des lieux, avant que cette soirée ne devienne trop ennuyante…

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Modérateur
avatar

Age : 15 ans
Situation : Célibataire
Activité criminelle : C'est pas comme si j'avais hacké mon domicile une fois pour tester UwU
Autres comptes : Cynthia Holloway, Guillaume Boissiet
Crédits : ... Moi? XD
Messages : 44
Date de naissance : 23/11/2002

MessageSujet: Re: EVENT N°2 - LA NOUVELLE ANNEE   Mer 27 Déc - 21:08



Event n°2 - La nouvelle année

Avec les invités à la soirée

Ma famille venait de rentrer de la maison de mes grands-parents, située en Angleterre, lorsqu'elle reçut une invitation pour une soirée de nouvel an de la part d'un des membres les plus importants de la ville. … Pourquoi ? Cette soirée, j'étais censée la passer chez l'un de mes amis. On se serait empiffré de bonbons, joué à des jeux de rôles… Et j'aurai même pu essayer le nouvel ordinateur au processeur i9 de Jay - enfin Jaden si on n'utilise pas son surnom – que mes parents ne voudraient jamais acheter vu son prix ! Ensuite, on aurait pu dormir là-bas…

Mes parents étaient ok. Enfin… Jusqu'à ce qu'ils apprennent qu'on ne serait que deux filles pour sept garçons… Mais j'y peux rien si j'ai peu d'amis qui soient des filles ! Cette invitation tombait donc à point nommé pour eux… Vraiment, MERCI monsieur Mantis.

Et j'étais encore moins motivée à y aller quand je repensais à la dernière fois, durant laquelle Oli était littéralement parti sans dire au revoir. Ça serait quoi cette fois ? Josh' me fausserait également compagnie ? Oui, bien sûr que j'ai vu mon cousin chez mes grands-parents durant les quelques jours passés chez eux, et qu'on s'est bien amusé. Mais ça ne change rien au fait qu'il m'ait laissée en plan ce jour-là !

Après avoir enfilé une robe rouge dont ma mère m'aida à monter la fermeture éclaire placée dans le dos, et avoir réuni mes cheveux vers l'arrière, je rejoins mon père et mon frère à la voiture.

- Ne t'inquiètes pas, tu es parfaite comme ça Vic !

- Mamannn ! Répondis-je sur un ton agacé, avant d'entrer dans la voiture, et de lui faire signe de la main en partant.

La rue des Erinyes n'est pas très loin de la mienne.
Quelques minutes tout au plus.
Les embouteillages nous en firent mettre une quarantaine.
Dire que j'aurai pu être en train de rire de la malchance aux dés d'Austin… Qui m'envoya un message quand on parle de lui. « Dommage que tu ne puisse pas venir. On t'enverra les photos ». AAAAAH MAIS NE REMUE PAS LE COUTEAU DANS LA PLAIE TOI !

- Arrête de faire cette tête, on dirait que tu vas à un enterrement.

Mais c'est un enterrement Joshua ! L'enterrement de ma super soirée entre amis…

- Hm hm… Je vais essayer.

Mon frère me fit un sourire que ne me dit rien qui vaille. Et j'avais raison.

- Ah ! Non arrête !

Cet idiot avait commencé à me chatouiller, et me voilà qui éclatai de rire.

- Vous avez fini derrière ?

On s'immobilisa d'un coup, comme des statues, et se remit en place dans nos sièges. Mais on ne put s'empêcher de pouffer.

La voiture finit par enfin trouver une place dans la rue, je ne sais pas par quel miracle. Chacun ouvrit sa portière, et ma famille se dirigea jusqu'à l'entrée de la demeure Mantis. Au moment de montrer nos cartons d'invitation et de quitter nos manteaux, j'entendis mon père nous dire de ne pas se séparer. Il serait difficile de nous retrouver avec tout ce monde. J’acquiesçai, et regardai l'intérieur. Ma famille avait beau ne pas manquer d'argent, elle n'avait clairement pas ce niveau de rich---- P*TAIN C'EST QUOI CE SAPIN ?!
Il était encore plus grand que celui de Cambridge, et c'était une chose difficile.

- Josh' ! Ce type est complètement tar--- ah.

M*rde… J'avais comme qui dirait perdu ma famille.
Code by Joy

_________________

I'm stronger than you think
“I don't wanna spend my life, trying to fight for what's not mine. I don't wanna lose myself in someone else's dream. I know I was made with a purpose, to reach past the surface, to live life fearlessly. I want nothing less than to be who I'm meant to be.” Vic plays her theme in #6BBC01


Dernière édition par Victorica Johnson le Ven 19 Jan - 21:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Age : Quarante-trois ans
Situation : Marié
Activité criminelle : Chef d'une famille yakuza
Autres comptes : Wang Zhen Shi, Maverick A. Weard et Judicaël Chase
Crédits : Akuma
Messages : 21
Date de naissance : 13/07/1974

MessageSujet: Re: EVENT N°2 - LA NOUVELLE ANNEE   Ven 29 Déc - 1:11

Spoiler:
 

Ah ! Konbanwa ! O genki desu ka ? Watashi no namae wa Akumu Seikyo.

Évidemment, vous ne comprenez rien au japonais, donc je vais devoir, encore, m’abaisser à écrire dans votre langue. Quelle horreur… Enfin qu’importe. Cela vous amuse, n’est-ce pas ? L’hypocrisie me sied à merveille. Je hais les gens. Je hais surtout les blancs. Quoique les noirs sont plus horribles. C’est le pire ! Des fainéants ! Des parasites ! Des… des noirs. MAIS ENCORE PLUS TERRIBLE, RÉPANDANT PARTOUT LEUR VENIN… ces enfoirés de chinois. Ces faces de citron, ces bouffeurs de chiens, ces scélérats aux yeux bridés, ces foutus clones d’eux-mêmes qui se ressemblent tous ! - on aura beau dire que les japonais sont aussi ainsi mais un japonais est nettement plus civilisé et distingué qu’un chinois, nous, on a le saké et les sushis !
Enfin bref. Vous n’êtes pas là pour lire mes dires là-dessus, n’est-ce pas ?


- Père, vous avez reçu une invitation d’un certain Mantis.

- Encore un nom imprononçable, parfait !… depuis quand vas-tu chercher le courrier à la place des domestiques ?

- Depuis que notre majordome est occupé auprès d’une affaire salissante et urgente au sous-sol, que vous avez renvoyé notre bonne qui a essayé de séduire Takahiro-kun...

- Une cambodgienne, on peut pas leur faire confiance.

- …et que ni Juzo ni Wanryoku ne sont des domestiques de maison.

- Fort bien ! As-tu ouvert cette lettre ?

- Bien sûr que non.

- Qu’attends-tu pour le faire et me la lire ?

J’étais assis confortablement dans mon fauteuil, dégustant une coupe de saké, devant la cheminée. J’entendis ma fille ouvrir soigneusement la lettre en utilisant le coupe-papier que j’avais fait faire à partir d’un os d’un chinois des Triades ; et dont la peau avait été tannée pour faire un joli sac à main pour ma fille chérie, avec un tatouage. Une invitation, rien de plus. Larry A. Mantis, je connaissais de nom, impossible d’y louper. Encore un patronyme imprononçable dont je souligne au moins la classe. Et qui avait au moins le mérite de ne pas avoir de signification immédiate particulière. Après tout, j’ai pour mon malheur ironique un nom qui veut tout dire. Akumu, comme cauchemar et Seikyo, comme cadavre. Magnifique. Si j’avais mon ancêtre en face de moi, je le cognerai bien.

- Que fait Takahiro ce soir-ci ?

- Il sera à un enterrement de vie de garçon d’un de ses amis.

- Évidemment, il ne sera pas à celui d’un inconnu. Et toi ?

- Je serai honorée de vous accompagner à cette soirée, père.

- Parfait, dis à ton frère qu’il est réquisitionné pour cette soirée.

Vous savez ce que j’aime le plus ? Faire chier les gens.

****

Le grand soir était arrivé. Takahiro avait l’air maussade mais il s’amusera tout de même ; il n’avait jamais dit non à un gala de charité. Il ne me disait jamais non, en fait.
J’espérais très secrètement croiser d’autres personnes de ma nationalité ou au minimum de mes origines ; je supporterai très mal d’être entouré uniquement que de créatures au visage difforme et laiteux, tels des fantômes ! Ergh !

Dans la sublime voiture conduite par notre chauffeur personnel – ah, l’argent ! - j’observe attentivement la tenue de mon fils. En tant qu’héritier, il se doit d’être au minimum parfait sous tous les points. Je lui avais fait faire une tenue pour l’occasion. Je savais qu’il aimait la couleur alors, tout en demeurant dans le classe du costume trois-pièces, je lui avais fait faire un gilet couleur rubis et un manteau de deux nuances plus sombres. Et puis, cela se mariait bien avec l’événement fêté. Je le voyais remettre constamment en place ses lunettes aux montures d’argent ; il était nerveux. Je lui dis de se détendre et que tout va bien se passer.
Pour ma part, loin d’être dans la couleur, j’étais dans le gris ; plus sobre et convenant à une personne de mon âge. Seules pointes de couleur dans ma tenue, mes boutons de manchette en or et en saphirs.
J’ai déjà hâte d’être sur place.

On finit par descendre enfin. Petite note, ce dialogue est en japonais.


- Puis-je suggérer que je rentrasse en notre demeure, père ?

- Si tu tiens à ta rate, non.

- Très bien père. Puis-je alors suggérer de venir en aide à cette jeune fille qui a l’air…seule ?

- Oh, te voici gentleman ! Parf… la japonaise au nom occidental…

Fin du dialogue en japonais.

Mon fils se dirige aussitôt vers elle. Quel fringant jeune homme, du haut de sa vingtaine d’années. Des traits aussi fins que ceux de sa mère ; physiquement, il tient beaucoup d’elle, au point que lorsqu’il a les cheveux longs, on peut le confondre, de dos comme de face, avec une femme. Il n’y a que la voix qui permet de reconnaître que c’est bien un jeune homme.


- Bonsoir, mademoiselle, veuillez m’excuser, vous semblez perdu…

- Konbanwa, Miss Johnson. Et si on rentrait à l'intérieur, il fait froid ! O genki desu ka ?
Comment allez-vous ?

_________________
Thème d'Akumu Seikyo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Modérateur
avatar

Age : 43 ans
Situation : Célibataire
Activité criminelle : Casier vierge =)
Autres comptes : Cynthia Holloway, Victorica Johnson
Crédits : Lux Aeterna
Messages : 36
Date de naissance : 19/04/1975

MessageSujet: Re: EVENT N°2 - LA NOUVELLE ANNEE   Mer 10 Jan - 14:30




Event n°2 - La nouvelle année


- Choisi au hasard ?

- T'es pas au courant ? La ville parle de cette soirée depuis des jours !

- … Non.

Un café en main, j'interrogeais Charles sur l'invitation que j'avais reçu ce matin. Quoi que ce matin… Je n'ai aucune idée de quand est-ce que je l'ai réellement reçue je ne passe pas mes journées devant ma boîte au lettres (ou n'ai juste rien à recevoir). Alors vous imaginez bien que ce fut surprenant d'avoir du courrier, et d'autant plus envoyé par Môsieur Mantis, prôpriétaire de la grande, la magnifique Côsmantis Industry. Moi ? Me moquer de ses grands airs ? Peut-être un peu.

Pour en revenir à nos moutons ! (ou à nos produits cosmétiques) Dans toute cette histoire, bien entendu que Charles était le mieux placé pour m'informer. Il est toujours le premier à connaître les derniers ragots, les dernières bourdes, etc. au commissariat. Oui, la plupart du temps, ça le rend insupportable. Tellement qu'on adorerait le frapper contre un mur. Mais, de temps en temps, il peut avoir son utilité (Alors ça doit être pour ça qu'on le fait pas… J'avais fini par me poser la question à force).

- Alors tu comptes y aller ?

- hmm…

- Guillaume ?

- Pourquoi pas ? J'ai rien à faire ce soir.

Et qui sait ? Ça pourrait être marrant.

* * *

Néanmoins, se préparer allait rester et restera un véritable calvaire. Le costume plein de poussière que je sortis du fond du placard, rempli au point de cracher les vêtements qu'il contenait dès que je l'ouvrais (meuble trop petit. Merci Ikea.), me grattait horriblement. Et mon talent inexistant pour ce qui est de mettre une cravate n'arrangeait rien. Avoir un nœud papillon pré-noué dans un tiroir fut bien pratique (Y a pas à dire, le nœud pap', c'est cool).

Après avoir dépoussiéré le costume brun, je m'étais changé, puis avais enfilé le matériel de motard. Je n'eus plus qu'à descendre, la porte du studio fermé. C'est parti.

Le lieu n'avait pas changé depuis ma visite inopinée faite avec Aurore. A croire que le manteau blanc ayant recouvert la ville était l'unique chose qui rende l'endroit différent. Ça bougeait pas beaucoup par ici. Ces riches, quelle bande de feignants ! (Comment ça « et c'est toi qui dit ça »?) Je saluai quand même l'effort mis dans les décors, bien qu'aux vues de la quantité, Mantis ne s'en était pas occupé tout seul.

C'est alors que j'aperçus une personne qui ne m'était pas inconnue…

- Tiens tiens…

Comment ne pas le voir, seul immobile dans une foule en mouvement. Je m'approchai.

- Comme on se retrouve Felix ! Commençai-je, sourire aux lèvres.

Un peu de familiarité accompagnée de quelques piques ne pouvait pas faire de mal.

- J'ai failli pas te reconnaître ! T'es passé chez le coiffeur c'est ça ? Je parus hésiter quelques secondes. … Ah mais non. Je suis bête. Ça a désenflé.

Je fis une pause, avant de prendre un air déçu.

- Dommage. Je m'y étais attaché à cette tête de Quasimodo…

Ma première rencontre avec Felix Ahn ici présent s'était faite un moment auparavant déjà. Pourtant, je m'en souvenais comme si c'était hier. S'il avait vu sa tête dépitée quand on l'avait arrêté. Mais il devrait s'estimer heureux. Ce n'est pas dans ma voiture qu'il a fini. Dommage que personne n'ait été f*utu de trouver son ami. A eux deux en tôle, ils auraient fait la paire !

- T'es sûr que tu veux pas sourire pour la photo ? Avais-je insisté avant de la prendre.

C'est à partir de ce cliché que son surnom m'était venu à l'esprit. Sous cet angle, la ressemblance était frappante.

- Hm… Que dirais-tu de Quasimodo comme surnom ? Ça te va plutôt bien.

Mais passons sous silence sa réaction et revenons au présent voulez-vous.

- Sinon, comment ça va depuis la dernière fois ? Le commissariat te manque pas trop ?

Comme si un lieu lui évoquant de mauvais souvenirs allait lui manquer. Mais voir sa réaction face à ma question m'intéressait. Ou la supposer m'amusait.   


CSS par Gaelle


_________________

Who do you see ?
I seem to be a joyful, friendly dork, who makes jokes and puns all day long. But I'm loneliness, past violence, crime and murder as well. What you think seeing of me is not exactly the truth. Remember that. x Guillaume will stop you (… Or not. Maybe he's too busy for that. Or he's just lazy.) in #BC0101. by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Modérateur
avatar

Age : 24
Situation : Célibataire
Activité criminelle : Yakuza
Autres comptes : Oliver Smith, Aurore Dumas
Crédits : Suture graph
Messages : 36
Date de naissance : 18/09/1993

MessageSujet: Re: EVENT N°2 - LA NOUVELLE ANNEE   Lun 15 Jan - 2:06

La nouvelle année!
Mon Noël avait été comme un jour ordinaire. Cela m'attristait mais en vérité je préférais celui-là plutôt que celui que j'avais passé avec ma famille biologique il y a deux ans qui étaient de loin le pire de toute ma vie. Le malaise était au rendez-vous entre nous quatre attablés où personne ne dit rien en se toisant du regard. Une véritable catastrophe... Pour le bonheur, la joie et la générosité on pouvait repasser. Heureusement l'année dernière j'avais réussi à le passer chez les personnes qui m'avaient élevées. L'enfer était évité. Cependant cette année fut différente car étant désormais loin de ma famille adoptive ou biologique la seule personne avec qui je pus la passé fut Ryu. Et pour rien se cacher ce n'est pas quelqu'un de très causant. Nous avions juste mangé du gâteau, surtout moi car monsieur n'aime pas le sucré, et je lui ai offert une cravate pour le remercier de me supporter chaque jour. C'est sûr que ça ne doit pas être une partie de plaisir tous les jours avec un cas comme moi. En tous cas les jours passèrent et à part me balader un peu dans les rues d'Elysian Fields pour que ma peau puisse respirer et capter des rayons de soleil pour avoir de la vitamine D je ne faisais pas grand chose de mes journées. Je m'occupais surtout avec des jeux vidéos ou des mangas. Alors lorsque je reçus une invitation, L'invitation qui allait me permettre de pénétrer dans la demeure du grand et magnifique Larry Atsan Mantis. Où sur le carton d'invitation on pouvait lire que le PDG de l'entreprise de cosmétiques dans laquelle j'avais acheté tous mes récents produits de beauté me conviait à une soirée pour le nouvel an à 20h30 chez lui. Je ne pus m'empêcher de sauter de joie à cette idée. Enfin un événement pendant ces fêtes et pas des moindres! Une invitation chez une des personnes les plus connues d'Elysian Fields. Cet homme a un si grand charisme et sait très bien jouer de cela lors de ses publicités ou de ses apparitions à la télé. En plus il pense aux autres comme par exemple cet soirée prévue pour l’orphelinat de la ville. Il est merveilleux et prend bien soin de lui, je peux le voir. En plus ses cosmétiques sont superbes et conviennent parfaitement à ma peau. En allant chez lui ce serait un honneur, un rêve... Quand je pense que j’ai été sélectionnée au hasard et non pour l’argent de mes parents. Je suis surexcitée par cette nouvelle. Et si par chance je tombais sur lui durant la fête je pourrais lui montrer à quel point je suis comblée de ses produits et combien je suis heureuse de le voir en personne ! Je sautillai en tenant le papier et en me demandant qui serait les autres habitants pouvant participer à cet événement. Ce moment me permettra de faire la connaissance de nouvelles personnes enfin ! Et peut-être que je reverrai ceux que je connais là bas…

Ryu en m’entendant faire autant de bruit entra dans mon appartement et me demanda des explications pour ce boucan aussi fort qu’un éléphant dans un magasin de porcelaine. Je lui expliquai alors l’immense nouvelle et il eut un rictus. Il n’avait pas eu la carte pour entrer, lui. Il était donc dans l’incapacité de rester à mes côtés et cela le déplaisait, je le sentais.

- Ryutaro, il faudrait que je m’achète une nouvelle robe pour l’événement !

- Encore une ? Tu n’en as pas déjà assez dans ton dressing ?

- Il faut que celle là soit faite pour ce jour précis. Bref je n’en ai aucune pour cette occasion.

Il souffla en sachant que je n’allais pas lâcher l’affaire. C’était journée boutique aujourd’hui et c’est tout. Nous partîmes à la recherche de ma robe peu de temps après. En déambulant dans les rues commerciales je la trouvai. C’était elle. Il me l’a fallait absolument quoi qu’il se passe. Elle était en taille unique et était le dernier modèle. J’avais l’impression qu’elle était là pour moi et attendait juste que j’arrive la chercher. Je partis l’essayer dans une cabine pour confirmer mon sentiment.

- Elle vous va à ravir mademoiselle ! Vous devez être celle à qui elle va le mieux, votre petit ami doit être fier de se tenir à vos côtés.

- Merci c’est exactement ce que je me disais. Euh attendez. Petit ami ?

De qui parlait-elle ? Certes je suis légèrement attirée par quelqu’un mais il n’est pas là et je ne vois personne pour remplir ce rôle ici à part…

- Et bien celui qui vous accompagne. Vous ne voulez pas entendre son avis ?

- AH. Ryutaro est juste mon frère.

- Oh mes excuses mademoiselle pour cette erreur…

- Ce n’est rien. Mais je vais tout de même lui demander son avis, très bonne idée.

Je lui souris avant de faire un signe de la main pour qu’il vienne. Il arriva à ma hauteur et me lança un simple :

- Pas mal.

- Pas mal ?

- Sympa quoi.

- Sympa ?! Mais tu as vu la matière ? Les détails, la couleur et comment elle me met si bien en valeur !

- Si tu le dis. Tu l’as prends et on y va ? J’en ai marre de faire tous ces magasins pour une robe d’une soirée.

- Oui mais ce n’est pas n’importe quelle soirée.

- Oui oui je sais le grand Larry Atsan Mantis. J’ai compris au bout de la première fois dans tes dizaines d’explication…

La vendeuse me regarda avec de grands yeux dans lesquels des étoiles étaient venues s’incruster. Visiblement elle aurait adoré faire parti des invités. Dommage pour elle je n’imagine pas comment je serais en train de m’énerver dans ma chambre si je n’avais pas pu y participer à cause d’un fichu carton d’invitation. Elle me confirma qu’il fallait absolument que je prenne cette robe pour ce soir-là et que si j’en prenais une autre, elle ne rendrait pas aussi bien sur moi. Je suivis ses conseils et partis l’acheter. Pour le bien de tout le monde je préfère rester muette sur le prix… Nous sortîmes du magasin lorsque la merveille fut payée et prîmes le chemin inverse pour retourner dans notre appartement. J’entreposai avec délicatesse la robe dans mon dressing après avoir fait de la place comme je pu. Il ne me restait plus qu’à attendre le jour J.

Enfin il était arrivé ! Je ne compte plus le nombre de fois que les informations locales ont prévenu de cette soirée. Le jour que j’attendais depuis des semaines était enfin là. Je commençai à me préparer dès la fin de l’après midi. J’avais commencé par me doucher, me sécher les cheveux puis me maquiller. Le temps défilait à vive allure. Je m’appliquais avec tout le soin possible mes produits de beauté, sans en mettre trop pour être parfaite. Il fallait que Monsieur Mantis pose ne serait-ce qu’un seul regard sur moi. Ce n’est pas que je veux le séduire, juste qu’il me remarque et qu’il sache que j’existe. En sous-vêtements je me rendis dans ma chambre après avoir quitté la salle de bain et pris avec délicatesse la merveille que j’avais acheté quelques jours auparavant. La divine robe de soirée que j’avais réussi à dénicher était tout aussi belle que la première fois que je l’ai vue. Je l’enfilai délicatement, en prenant la peine de ne pas faire de mouvements brusques pour ne pas l’abîmer. Elle était dorée ornée de perles noires, blanches et certaines étaient de la même teinte que la robe. Elle détenait de superbes motifs de fleurs en dentelles avec une doublure dorée. Tout était dans le détail. Son décolleté plongeant devant et derrière épousait parfaitement ma poitrine. La robe entourait mon corps sans me saucissonner, tout en légèreté dû à ma fine taille. La première fois que je l'avais essayé, je me souviens que j'avais  peur que sa longueur me tasse mais pas du tout! Elle me mettait vraiment en valeur, des cœurs allaient très certainement chavirer ce soir! Les bretelles tenaient bien et lorsque je bougeais aucune ne faiblissaient à son rôle. J'avais d'ailleurs pris un châle blanc pour contrer le froid et comme on ne sait jamais ce qui peut se passer... Je préférais prévenir que guérir. Je le rangeai donc dans mon sac blanc et or matelassé détenant une chaîne en or également qui allait me tenir compagnie pour la cérémonie. Quand j'eus fini de m'habiller je sortis quelques bagues unies, sans artifices à certains doigts de mes mains. Je branchai ensuite mon fer à boucler pour onduler mes cheveux. Je vins accessoiriser ma tenue de petites boucles d'oreilles blanches. Elles étaient de la même taille et forme que celles que nous possédons après nous être percé les lobes d'oreilles. Il ne me restait plus qu'à choisir mes chaussures. Je partis donc sur des escarpins vernis à bout pointus et noirs. Le talons faisaient évidement plus de 5 centimètres. Aujourd'hui ce serait 7 centimètres. Je me regardai dans la glace sur une des portes de mon dressing, parfaite. Un petit coup de main dans mes cheveux, une vérification que j'avais tout ce que je voulais dans mon sac et que j'avais bien nourri Kuro, si je savais quoi dire à Larry Atsan Mantis au cas où je le croiserais et je partis. Ryutaru sortit de son appartement lorsqu'il entendit la porte du mien se fermer.

- Enfin prête?

- Oui! Mais ça valait le coup de prendre autant de temps non?

- Ouais. C'est plus travaillé que d'habitude quoi. Pas la peine d'en faire des tonnes.

- Pfff... C'est pour ça que tu n'as pas de copine! Tu ne sais pas parler aux femmes.

- Parce que tu as un petit ami toi?

- Je---

- Allez. En route.

Je soufflai à nouveau et descendis jusqu'à la voiture. Ryutaro au volant la discussion était quasiment inexistante. Nous arrivions rapidement à la demeure du jeune PDG de la Cosmantis Industries et mon garde du corps me déposa avant de devoir laisser sa voiture adorée. Il me souhaita de passer une bonne soirée. Je lui souris et lui souhaitai la même chose de son côté. J'étais sûre que la mienne serait géniale. Il me laissa seule et je pus remarquer le monde présent dans ce domaine. Je montrai mon invitation à l'entrée où ils me laissèrent entrer très élégamment. Je n'en croyais pas mes yeux. Le monde et la beauté des lieux m'émerveillaient. Entre les tenues des gens, la façade et l'intérieur tout étaient sublime, flamboyant. Même le jardin était si bien entretenu que mes yeux pétillaient d'excitation à l'idée de voir de mes propres yeux l'homme habitant dans cet endroit. Lorsque je vis l'intérieur et ses meubles, ses couleurs, le lustre et tant de détails montrant que le propriétaire avait le sens de la décoration et qu'il avait du goût me laissaient bouche bée. Un peu déboussolée je ne savais plus vraiment sur quel pied danser mais la soirée s'annonçait superbe et je comptais vraiment en profiter du plus possible! Avec un peu de chance je n'allais pas être la seule invitée de mon cercle de connaissance et n'allait pas rester toute seule. Que la fête commence!

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Modérateur
avatar

Age : 20
Situation : Célibataire
Activité criminelle : /
Autres comptes : Aurore Dumas, Misaki Midori
Crédits : latrodectus-mactans
Messages : 32
Date de naissance : 27/04/1997

MessageSujet: Re: EVENT N°2 - LA NOUVELLE ANNEE   Ven 19 Jan - 0:00

La nouvelle année!


“Happy new year!” (Tout le monde le soir du nouvel an)



Il était temps que je rentre dans mon « petit » appartement avec Bach. Nous venions tout juste de revenir de Cambridge, de la maison de mes grands-parents plus exactement. Cette année c'était le tour de mes grands-parents maternels. Il n'y a aucun doute a avoir, je les adore. Nous avions donc passé les fêtes en famille entre mes parents, ma grands-parents, mon oncle, ma tante, Vic et Josh. Bach avait bien évidemment été du voyage. Je n'allais pas laissé tout seul cette brave bête ! J'ai un cœur après tout. En tout cas tout s'était merveilleusement bien passé. Mamie cuisine toujours aussi bien, papy est toujours autant amoureux d'elle mais ronchon et eux d'eux sont toujours aussi bienveillants que lorsque nous étions petits tous les trois. Et dieu sait que l'on pouvait être turbulent, de vraies tempêtes. Nous nous étions calmés depuis mais pas tant que ça… Nos journées se résumaient donc à des rires, de la joie, de la musique, des chamailleries entre mon oncle et ma mère ainsi que Josh et moi qui taquinions Vic. Tout était chaleureux et si bien décoré. En passant de l'imposant sapin coloré à tout l'intérieur de la demeure. Tout était rouge, doré et vert. Une vraie ambiance de Noël. Mamie avait vraiment du goût en décoration et son sapin était vraiment sublime. La seule chose que j'aurais aimé ne pas subir fut le sujet : Oliver. Parce que pour le coup c'était ma fête dans la cuisine où je me trouvais avec ma grandma.

- Dis-moi Oli…

Avait commencé ma grand-mère sur un ton bienveillant.

- Oui mamie ?

- Tu vas garder tes cheveux bruns encore longtemps ? J'aime beaucoup tes cheveux blonds tu sais. Pourquoi tu ne les as pas laissé ainsi ?

Elle m'offrit un sourire que j'eus du mal à lui rendre étant très mal à l'aise.

- Et bien parce que j'avais besoin de changements et d'apprendre à me connaître…

- D'accord je vois. Bien que tu sois très beau en blond, le brun va très bien aussi à ton si joli visage honey. Et... Tu as réussi à te trouver ?

- Je suis sur la bonne voie je pense !

- Sur la voie de la dépendance.

- Maman !

Ma mère venait d'apparaître dans la pièce et cela pour mon plus grand déplaisir.

- Quoi ? Ne me ment pas je t'ai vu fumer plus d'une cigarette aujourd'hui.

- Qu'est-ce que ça peut te faire ?

- Je m'inquiète pour ta santé !

- C'est bon je suis jeune encore pour m'inquiéter de ça!

- Ce sont deux choses différentes.

- De toute façon ça ne te regarde pas.

- Si parce que je suis ta mère!

- Certes mais je suis majeur ici et bientôt partout dans le monde alors je fais ce que je veux de ma vie.

Mon père entra dans la salle à ce moment précis et fit sortir ma mère de là simulant un appel qu'elle avait reçu.

- On en reparlera plus tard Oliver.

- Ouais c'est ça.

Ma mère tourna les talons et partit rejoindre mon père. Ma grand-mère posa sa petite main frêle sur mon bras avec un doux sourire.

- Désolé mamie de m'être emporté et que tu ais dû assister à ça...

- Ce n'est rien Oli. J'espère quand même que tu vas réussir ce que tu veux faire...

- Merci mamie, ça fait du bien de ne pas se sentir juger.

- De rien honey.

Je lui fis un câlin et partis à l'étage rejoindre mes cousins. Les journées suivantes s'étaient déroulées bien mieux que cette dernière, il n'y avait pas de mal à la surpasser après tout. C'est ainsi qu'à la suite de tous ces moments joyeux ou irritant nous étions enfin rentrés. Je me répète, j'adore mes grands-parents et leur maison je ne dis pas le contraire mais ma tranquillité et ma petite vie me manquaient. Je libérai Bach de sa cage, m'occupai rapidement de son confort et ouvris le courrier que j'avais reçu durant mon absence. La dernière lettre que je tenais dans mes mains était une enveloppe sans destinataire. Je l'ouvris en me demandant de qui cela pouvait provenir. Ce ne pouvait être ni mes amis car un simple sms et c'était réglé, ni ma famille car je venais de les voir ou je leur avais parlé au téléphone... La carte sortie, je pouvais lire que j'avais été invité à une soirée par le célèbre Larry Atsan Mantis. Un sourire narquois se dessina sur mon visage. Je n'avais pas eu le temps de regarder en quel honneur j'avais reçu cette invitation que j'avais déjà décidé que je m'y rendrai. Pour une très bonne raison, lors d'une soirée mondaine à laquelle j'avais participé avec mes parents j'avais eu l'occasion, que dis-je, le privilège de faire sa rencontre. J'avais beaucoup apprécié nos conversations et faire sa connaissance fut un vrai plaisir. Je n'avais malheureusement pas eu le bonheur de pouvoir le revoir alors cette invitation était la bienvenue. Je me penchai un peu sur la raison de cette soirée et vis que c'était pour le nouvel an et pour l'orphelinat de la ville. Une raison en plus pour que je me déplace. Par contre j'allais avoir besoin d'une tenue. J'attrapai mon téléphone et appelai ma mère en enlevant mon manteau. Elle décrocha en un temps record.

- Oli?! Tu l'as reçu toi aussi?

- Oui.

- Je suis tellement fière d'avoir comme sponsor l'entreprise de ce jeune homme altruiste!

- C'est sûr vu sa place dans la société. Mais dis-moi mom, tu n'aurais pas une tenue que je puisse mettre pour y participer?

- Ah bah enfin tu me le demandes! Oui j'en ai une parfaite pour toi en plus! Je te l'envoie dans quelques jours.

- Nice, thanks mom.

- Love you honey.

- Me too.

Je raccrochai et me reposai de mon voyage. Les jours défilèrent et le jour j pointa le bout de son nez. Comme l'avait prévu ma mère, ma tenue était arrivée dans les deux jours qui suivirent. Je lui avais envoyé un message pour la remercier de nouveau et l'avais essayé pour être sûr qu'elle se souvienne de mes mensurations et voir si elle m'allait bien. Visiblement elle connaissait encore bien ma taille car la tenue m'allait à la perfection. Un magnifique smoking bleu indigo avec une chemise blanche et une cravate du même bleu que le costume. Il était confectionné de telle sorte qu'une personne connaissant la mode et les stylistes pouvait rapidement reconnaître la patte de ma mère, son style de fabrication. Elle m'avait également offert une cape noire pour couvrir ma tenue. Mes chaussures allaient être des chaussures de ville très classes et étaient aussi bleues foncées en plus d'être vernies. Avant de partir à la soirée je pris un douche, mis de l'eau de Cologne, arrangeai comme possible mes cheveux et finis par m'habiller. Dans mon dressing je choisis une pochette noire pour homme pour accessoiriser ma tenue. Ce soir aucune bague ou collier n'était de sortie, juste moi, une cravate et une pochette. Je fourrai à l'intérieur deux paquets de clopes ainsi que le nécessaire pour vivre, c'est-à-dire mes clés, mon portefeuille et bientôt mon téléphone. Je passai rapidement ma main dans mes cheveux pour ranger ma crinière d'un côté. Il fallait bien essayer de la dompter. Mon téléphone se mit à sonner, ma mère. Ils attendaient devant le bâtiment dans leur Audi TT coupe blanche.

Je les rejoins après avoir pris le soin de tout fermer chez moi et d'avoir pris l'ascenseur. J'ouvris la portière, m'engouffrai dans le véhicule et la refermai. Mon père attendit que je sois attaché pour démarrer. Je fis la bise à ma mère tout en les saluant tous les deux. Nous échangeâmes pendant le trajet ce que nous avions pu faire depuis la dernière fois que nous nous étions vus. Apparemment ils avaient reçu leur invitation à l'hôtel où ils séjournent pour le moment. Comme d'habitude ma mère était magnifique et n'avait pas hésité à porter de la couleur et de la lumière. Sa longue robe bustier rouge pailletée recouverte d'un long manteau blanc multipliait sa beauté. Mon père était toujours habillé de manière très élégante et classe par le smoking de la dernière collection de ma mère qu'elle avait fait particulièrement pour mon père. Personne ne pouvait l'égaler dans son costume. Pas même Larry en le portant le battrait alors que pourtant il était un rude adversaire. Nous arrivâmes au lieu de la réception. L'immensité de la demeure m'impressionnait toujours autant. Et bien oui je fais partis des plus chanceux, privilégiés, à avoir déjà vu la maison de Larry Atsan Mantis. Elle était d'ailleurs encore plus belle que la première fois que je ne l'ai vue. La couche blanche recouvrant tout dehors faisait ressortir les lumières du "château" et le nombre ahurissant de personnes présentes me fascinaient vraiment. Le cocher rentre notre voiture dans l'enceinte de la propriété du PDG de cosmétique pour la garer avec celles des invités. Mon père fit descendre ma mère en lui tendant la main. Elle lui prit en souriant et le remercia. Je les suivis pendant qu'eux ouvraient la marche. Je regardais autour de moi les gens pour voir si je reconnaissais quelqu'un mais ce ne fut qu'à l'intérieur que je vis de loin une bonne connaissance. Felix se tenait debout et contrairement à moi il ne semblait pas vouloir être là. On nous débarrassa de nos manteaux et je fis un signe de la main à mon ami qui m'avait reconnu aussi. Il me répondit de la même façon car trop éloignés nous avions abandonné l'idée d'aller à notre rencontre. J'allais avoir plusieurs autres occasions de le voir en dehors de cet événement, ce n'était donc pas grave si nous ne nous parlions pas ce soir. Je scrutai les lieux pour voir si ma famille s'y trouvait car c'est ce qui était prévu mais avec la foule il m'était impossible de les repérer. Par contre malgré le monde et le changement de décoration je me rappelais encore très bien des lieux. Tout était somptueux. En comparaison avec la maison de mes grands-parents, bien que ce soit très beau chez eux, ici tout était plus grand. En passant par le sapin jusqu'aux pièces remplies de guirlandes et autres décorations en tout genre et même la propriété en elle-même est plus volumineuse. La décoration de la demeure de Larry était tout à fait à son image, imposante, lumineuse et charismatique. Elle éblouissait le regard vide de quelques invités, faisait pétiller celui des autres en pleine admiration devant tant de beauté ou faisait brûler la flamme de la jalousie pour le reste. Je ne pouvais m'empêcher de repenser à la fois où j'avais pénétré dans ce bâtiment. Cela allait resté un très bon souvenir et j'avais hâte de le revoir désormais pour que l'on puisse parler ensemble encore une fois. En attendant qu'il ne descende les escaliers mon esprit vagabondait entre rêverie et connaissances de mes parents à rencontrer. Vivement que l'hôte ne se dévoile aux yeux de tous.
Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Modérateur
avatar

Age : 15 ans
Situation : Célibataire
Activité criminelle : C'est pas comme si j'avais hacké mon domicile une fois pour tester UwU
Autres comptes : Cynthia Holloway, Guillaume Boissiet
Crédits : ... Moi? XD
Messages : 44
Date de naissance : 23/11/2002

MessageSujet: Re: EVENT N°2 - LA NOUVELLE ANNEE   Dim 21 Jan - 0:59



Event n°2 - La nouvelle année

Avec les invités à la soirée

Dès que je m'en fus rendue compte, je partis à la recherche de mon père et de mon frère. Ils ne devaient pas être loin ! Mais avec tout ce monde à l'intérieur, impossible de les trouver. J'eus l'idée au début de monter en haut du grand escalier, pour y voir mieux, mais changeai vite d'avis. Pas envie de finir dans une position inconfortable en me trouvant seule en face de « l'homme de la soirée », ou pire, de le percuter de plein fouet. Mon ego en dépendait !

En attendant, je ne les avais pas repérés. J'avais peut-être aperçu rapidement Iris du coin de l’œil, mais c'était tout. Et encore, je n'en étais pas tout à fait sûre, nous ne nous étions rencontrées qu'une fois après tout. Mais où étaient Papa et Josh' ? On aurait cru qu'ils s'étaient volatilisés. Pouf ! Comme ça. Ou alors… Mais oui ! Pourquoi n'y avais-je pas pensé avant ? Ils étaient sûrement aussi à ma recherche, et vu qu'on ne faisait que bouger, on avait dû se croiser sans se voir ! Dans ce cas l'un des deux au moins pouvait être en train de regarder dehors, vers l'entrée. Plus qu'à partir vérifier !

Je pris une bonne dizaine de minute à les chercher à l'extérieur. Mais impossible de les trouver ici aussi. Et ce qui faisait froid ! Bon, d'accord, c'était pas très malin d'être sortie sans prendre mon manteau. Mais il faisait froid quand même !

Je sursautai soudainement. On m'avait interpellée. Je me retournai, et vis un jeune japonais dont les lunettes aux montures argentées et le costume élégant donnaient une certaine allure. Non, en fait ce n'était pas une simple allure. Il était vraiment beau… Stop ! Arrête tout de suite ! Ce type doit avoir l'âge de ton frère, et on ne contemple pas les inconnus ! … Quand ils nous voient. Mais c'était peut-être son côté efféminé qui me plai---Chut !

- Pff… Si je suis perdue ? Pas du tout ! Comme si je pouvais me perdre aussi facilement hahaha…

C'est ça ! Comme le fait que je n'aurai jamais pu perdre ma famille ce soir ? Je détournai le regard tout en frottant mes bras. Il faisait vraiment froid vous trouvez pas ?

Un homme que je n'avais pas vu depuis un moment fit alors son entrée. Sauvée ! Même si bon… Je ne savais pas vraiment comment je devais réagir face à Akumu Seikyo après ce qu'il s'était passé la dernière fois… Gloups. Il me salua, proposa d'entrer à l'intérieur, et me demanda au passage comment j'allais.

- Ça va et vous ? Et… Oui ça serait une bonne idée !
Répondis-je avant d'entrer à nouveau dans le bâtiment.

Ahhh… Il faisait beaucoup plus chaud à l'intérieur, c'est sûr ! Bon. Plus qu'à trouver Josh' ou Papa. Mais je n'avais aucune envie de retourner à l'extérieur. Peut-être les avaient-ils vus en arrivant ? Ça me ferait gagner du temps si oui.

- Au fait ! Vous n'auriez pas vu un homme d'une quarantaine d'années ? Hm… En costume noir, châtain clair… Yeux marrons ? Ou un autre d'origines asiatiques avec les cheveux attachés en chignon vers l'arrière, qui aurait dans la vingtaine ? Je les cherche.

Au moins j'avais appris de ma rencontre avec Iris, aperçue plus tôt. Je n'avais pas sorti quelque chose du genre : « Vous ne sauriez pas comment je pourrai retrouver mon père et mon frère par hasard ? ». J'aperçus tout à coup Oli dans la foule. Il avait dû arriver quand j'étais dehors ! Mais le temps que je réagisse, il avait déjà disparu. … Karma.
Code by Joy

_________________

I'm stronger than you think
“I don't wanna spend my life, trying to fight for what's not mine. I don't wanna lose myself in someone else's dream. I know I was made with a purpose, to reach past the surface, to live life fearlessly. I want nothing less than to be who I'm meant to be.” Vic plays her theme in #6BBC01
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Modérateur
avatar

Age : 24 ans
Situation : Célibataire
Autres comptes : Victorica Johnson, Guillaume Boissiet
Crédits : Hypnotictears
Messages : 96
Date de naissance : 02/07/1993

MessageSujet: Re: EVENT N°2 - LA NOUVELLE ANNEE   Mar 23 Jan - 20:54



Event n°2 - La nouvelle année
Avec tous les membres invités


Devais-je y aller...?

Lorsque j'avais regagné Elysian Fields, en ce mardi 26 Décembre, je n'avais aucune idée de ce qui se déroulerait durant les jours à venir.

J'étais rentrée de Boise. Ville où habitaient ma tante et mon oncle. Comme tous les ans depuis que j'avais quitté le domicile familial, je m'y étais rendue afin d'y passer le réveillon ainsi que la fête de Noël. Cette année, la neige avait été au rendez-vous. Mais même si celle-ci avait donné un décor féerique au paysage, elle rendit également plus rude le chemin du retour. Au moins j'avais passé un bon moment en leur compagnie. Celui du départ mis à part. Ma tante Agatha m'avait une nouvelle fois proposé de retourner vivre chez eux.

- Je t'ai déjà répondu… Non je ne changerai pas d'avis, et je suis très bien là où je suis.

- Mais il y a de très bonnes bibliothèques ici aussi ! Et on pourrait te voir au moins…

Arrête d'essayer de me faire culpabiliser. Tu sais que je déteste ça…

- Laisse la un peu tranquille. Cynthia fait ce qu'elle veut de sa vie.

Si tu savais à quel point je te suis reconnaissante dans le cas présent Joey…

Agatha fut contrariée par la remarque de mon oncle. Je le vis à la façon dont elle commença à jouer avec ses cheveux, bien qu'ils ne soient pas suffisamment longs pour cela. Un tic que j'avais mis un certain temps à remarquer les premières fois, car presque imperceptible. Mais elle ne répondit rien pour autant.

C'est là-dessus que nous nous dîmes au revoir, et que je montai dans ma voiture. Sur le chemin, je ne pus m'empêcher de repenser à ce que m'avait dit ma tante.

Je savais qu'elle me demandait de revenir par inquiétude.

Mais je savais également que si jamais je choisissais de l'écouter, même si cela permettrait de la rassurer, je regretterai de ne pas avoir fait ce que moi, je voulais.

Après être entrée dans l'immeuble, j'ouvris ma boîte aux lettres, pour en sortir une liasse de publicités en tout genre, ou des bons de réductions concernant certains outils de dessin comme des crayons ou des pinceaux. Je les pris rapidement d'une main, avant de fermer la boite, d'empoigner ma valise de l'autre, et de monter les marches jusqu'à mon appartement.

En entrant, j'échappai par erreur mon courrier qui se répandit sur le sol. Quelle maladroite. Je fermai la porte et commençai à ramasser ce qui était tombé. Soudain, quelque chose retint mon attention. J'avais reçu une lettre. De qui pouvait-elle être ? Je l'ouvris, curieuse, mais eus une légère déception en voyant qu'il ne s'agissait en aucun cas d'une lettre, mais plutôt d'une invitation de la part d'un – presque – parfait inconnu. Larry Atsan Mantis, propriétaire de la Cosmantis Industry. Impossible de ne pas connaître son visage lorsque celui-ci apparaissait sur toutes les publicités présentant sa marque.

Je ne savais pas vraiment quoi penser de lui. Je n'étais pas particulièrement intéressée par ses produits de cosmétiques, et même s'il ressemblait à un bon samaritain, comment se faire un avis sur quelqu'un dont on a pu voir le visage qu'au travers d'images ?

Que devais-je donc faire de cette invitation ? Après m'être informée – ou avoir obtenu des informations par le biais de la télévision et de la radio – je n'eus pas un très bon pressentiment concernant cette soirée. Il était même mauvais. Les citoyens dit « lambdas » choisis au hasard faisaient penser à des « faire-valoir » plutôt qu'à de réels invités de mon point de vue.

- A ton avis devrai-je y aller ? Demandai-je, pensive et assise dans mon canapé à Twinkle, confortablement installée en boule sur mes genoux.

La seule réponse que je reçus fut un ronronnement lorsque ma main passa entre ses poils. Je décidai de ne pas y aller.

Mais lorsque le jour de la Saint-Sylvestre arriva, et tandis que je rentrais de ma journée de travail, j'aperçus le carton d'invitation, encore placé sur le meuble de l'entrée. Je m'interrogeai. Pourquoi ne l'avais-je tout simplement pas jeté si je ne comptais pas m'y rendre ? Je ne comprenais pas. Avais-je mauvaise conscience dû à cette histoire de fonds récoltés pour un orphelinat ? Parce que si je n'avais pas eu ma tante, j'aurais pu y être ? Mais j'étais désormais curieuse. Que se produirait-il là-bas ? « Je n'ai qu'à chercher quoi porter. Et si je ne trouve rien de présentable, je n'y vais pas ». C'était avec cette idée en tête que je me rendis jusqu'à mon placard. Et bien sûr, celui-ci me fournit ce dont j'avais besoin. What a coincidence… Je sortis la longue robe blanche dont le haut s'attachait à l'arrière du cou. Amusant qu'il s'agisse de celle que j'avais porté lors d'un bal de fin d'année – en réalité il s'agissait du dernier auquel j'étais allée. J'avais quitté l'université avant que le suivant n'ait lieu – déroulé en Décembre 2013. Le temps passe bien plus vite avec le recul.

On dirait que j'allais devoir y aller finalement…

Il neigeait déjà lorsque je sortis. Et la neige ne cessa pas de tomber au moment où ma voiture fut garée dans l'une des rues adjacentes au boulevard des Erinyes. Drôle de nom.

Même de mon emplacement, la demeure n'était pas difficile à trouver. On pouvait même dire qu'il était impossible de ne pas la voir. Je m'en approchai, mais, une fois arrivée devant le grand et imposant portail pourtant ouvert, je me stoppai.

Le sentiment soudain de solitude. C'était ce qui m'avait arrêtée. Tout ce monde, regroupé afin d'entrer me la faisait ressentir, et ce plus qu'à mon habitude. I was alone. Alone and lonely. Alors je me mis sur le côté, m'appuyant contre le mur me séparant de l'endroit où le hasard m'avait invitée. Pour l'instant je n'entrerai pas. Je préférais patienter un peu ici, emmitouflée dans mon manteau, à souffler sur mes mains afin de les réchauffer, plutôt qu'entrer dans le cas présent. Dans ce genre de situation, où la masse d'autres invités pourrait nous engloutir, mieux vaut attendre, et être seuls lorsque personne ne peut le remarquer.

Il faisait froid et mon souffle créait des volutes de fumées dans l'air. Mais je n'y pensais pas, observant la multitude d'inconnus entrer. A première vue, on aurait pu les considérer comme une masse informe. Mais si l'on prenait un instant pour les voir dans leur individualité, il devenait possible de présumer le milieu social de chacun. Encore fallait-il en prendre le temps.


CSS par Gaelle

_________________

“You don't know me, and it doesn't really matter. I don't know me either.” If my life was a story, it would be the one of a little girl who couldn't regain her lost memory. … Maybe I could write a better tale if I truly wanted it. But do I want it ? - “I can't go back to yesterday because I was a different person then” Lewys Carroll. | Cynthia thinks in #FF9933

(c) crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Modérateur
avatar

Age : 33 ans
Situation : Fiancée...
Activité criminelle : /
Autres comptes : Misaki Midori, Oliver Smith
Crédits : Lux Aeterna
Messages : 37
Date de naissance : 12/01/1984

MessageSujet: Re: EVENT N°2 - LA NOUVELLE ANNEE   Mer 24 Jan - 0:17

Une nouvelle année

Tous les membres

U n peu de paix... Pitié. Je ne demande que ça : de la tranquillité. Les vacances de Noël se terminaient bientôt et j'avais l'impression  de ne pas avoir eu de vacances. Je n'avais pas eu le temps de me reposer. Pour la veille de Noël, il était décidé que je retourne au Canada pour rejoindre la maison familiale. Ce qui devait être une semaine en famille avec Shadow se transforma en véritable cauchemar d'une semaine avec ma famille et mon adorable fiancé. Ma réaction quand je l'ai vu chez mes parents quand je suis arrivée? J'ai hurlé. Dehors. Avec mon chien. Avaient-ils envie de me tuer ? Qu'avais-je pu faire pour mériter ça? Je n'attendais donc qu'une seule chose, partir d'ici et rentrer chez moi, alone. Malheureusement pour moi la semaine était bien trop longue. Je dois quand même avouer qu'heureusement mes parents voulaient sauter sur l'occasion de mon séjour pour profiter de ma présence. Nous avions pu parler longtemps grâce à nos métiers qui sont en lien entre eux. De plus, mon père me demanda des nouvelles de Guillaume et il n'allait pas être déçu du voyage. Je lui racontai alors tout ce qu'avait fait mon coéquipier depuis la dernière fois. Mon père se mit à rire de bon cœur et lorsqu'il eut fini de se marrer il reprit par un : "Sacré Guillaume...". Je ne voyais vraiment pas ce qu'il y avait de drôle mais bon si ça le rendait heureux, soit. Les journées les plus éprouvantes ont bien évidemment étaient celles où Eliott la ramenait souvent pour être sûr que nous n'avions pas oublier sa présence. Qui aurait pu l'oublier... Il était lourd, mais d'un lourd... Il faisait vraiment tout pour plaire à mes parents. Et mon père qui riait comme une baleine à chacune de ses "blagues". Et ma mère qui le remerciait beaucoup trop pour avoir simplement aidé à mettre la table. L'homme parfait quoi. Mon œil. Au moins, et ce pour mon plus grand bonheur, il était temps de rentrer et l'ode à Eliott était donc terminée. Par contre, lui ne m'avait pas quittée et m'avait suivi à Elysian Fields. Cette fois-ci c'était pour mon plus grand malheur...

Enfin arrivée à destination. Il était temps, j'aurais pu devenir folle avec eux et particulièrement à cause des hommes. En tenant fermement la laisse de Shadow pour ne pas qu'il tente de s'enfuir de nouveau, j'ouvris ma boîte aux lettres et en sortis un gros tas de papiers. Dans celui-ci se trouvaient de nombreuses publicités ainsi qu'une carte qui attira mon attention. Je retirai l'enveloppe qui la recouvrait pour la découvrir. Cette carte me rappelait le mot que j'avais reçu au commissariat dans mon bureau. Ce dernier m'avait été offert anonymement pour Noël accompagné d'un mug. Une personne me présentait ses excuses vraisemblablement. Ne sachant pas de qui cela pouvait venir je l'avais donc jeté contrairement à la tasse qui était très belle. Une tasse ornée de mosaïque parfaitement réalisée et avec beaucoup de minutie que cela me fendait le cœur à l'idée de la jeter à la poubelle. Je me demande quand même combien de temps cet inconnu a passé pour la créer. Dans tous les cas, elle était magnifique et allait devenir le mug que j'utilise pour boire mon café. Mais en attendant, je me retrouvais désormais avec une invitation. Je tiquai et fis une tête qui en disait long sur le fond de ma pensée. "Larry Atsan Mantis vous invite" et gna gna gna... Môsieur a pris la peine d'inviter la pauvre lieutenante que je suis? Quelle bonne blague. La meilleure de l'année. À mon humble avis il devait s'agir de la mauvaise adresse mais celle inscrit sur l'enveloppe correspond bien à la mienne. Lorsque j'entrai dans ma maison, je détachai Shadow et retirai mon manteau. Quant à Eliott, il avait déjà tout rangé et était désormais devant la télévision dans le sofa. Je pus entendre les journalistes parler après que j'ai fini de ranger mon manteau.

- Vous vous rendez compte? Larry Atsan Mantis a...



- Eliott. Eteint-moi cette télé tout de suite.



- Pourquoi? C'est intéressant, ils parlent de notre ville.



- Parce que c'est chez moi donc je décide!



- Une soirée caritative pour le nouvel an? Mais quelle idée splendide!



- Bah oui bien sûr, Monsieur est si merveilleux...



- Tu as dit quelque chose Sweetheart? Je n'ai rien entendu vu que tu marmomes.



- Non, rien. Et ne m'appelle pas comme ça.



- Apparemment il aurait invité des gens de la haute société mais également des gens moins fortunés qui auraient été choisi par le plus grand des hasards. Quelle chance ces habitants peuvent avoir!



- Ou quelle malchance.



- Tu en as reçu une Aurore?



- Hum? Ouais...



- Tu vas y aller du coup?



- Non je pense pas que---



- Parce que je n'en ai pas et comme tu n'as pas vraiment l'air pour on pourrait faire une soirée en amoureux...



- Non mais j'irai.



- Ah bon? Mais je croyais que tu ne voulais pas.



- Moi? Mais tu imagines si je n'y vais pas? Les personnes qui n'ont pas été choisies et qui auraient voulu, je leur prive d'une place! En plus c'est pour la bonne cause, pour les enfants de l'orphelinat...


Et si accessoirement ça peut me débarrasser de toi le temps d'une soirée c'est parfait. Qui sait, peut-être que je pourrais tomber sur des gens que je connais là-bas. La fête était dans deux jours. Je partis dans mon dressing à la recherche d'une tenue adéquate. Je trouvai ce que je voulais très rapidement, après tout je n'avais pas besoin de vêtements par centaines non plus. La combinaison de vêtements allait donc être une chemise en soie blanche, une veste de tailleur noire avec un pantalon à coupe droite en satin noir lui aussi. J'avais décidé que mes cheveux allaient être détachés et lisses. J'avais opté pour des escarpins noirs à bout pointus pour cette fois. Une simple montre en argent allait accessoiriser ma tenue. Pas besoin de briller de mille feux, une tenue sobre il n'y a que ça de vrai. Pour le maquillage un léger coup de crayon et de mascara noirs allaient faire l'affaire.

- Tu ne vas pas mettre de robe?



- Pour quoi faire?



- Non mais tant mieux, comme ça je n'ai pas besoin de surveiller les autres.



Sache que je n'ai pas besoin de toi pour me défendre, j'y arrivais déjà avant toi. De plus une femme n'a pas besoin de robe pour être "sexy".


Je partis en direction du canapé pour trouver désespérément une chaîne qui n'a pas pour thème ce cher Larry.

Il était maintenant temps pour moi de partir à ma soirée. Après une bonne douche, m'être préparée et avoir pris mes affaires pour la nuit, je sortis. Je laissai donc Eliott, seul à la maison avec Shadow et l'espoir qu'il ne se passe rien de grave cette fois-ci. Je montai dans ma Ford blanche et roulai jusqu'à chez Larry, je connaissais le chemin maintenant. Une fois arrivée à bon port, j'attrapai mon sac à lanière noir et sortis de ma voiture pour qu'on me la gare. Tant de monde... Et pourtant j'étais en retard et ce d'au moins une heure. Pourquoi? Et bien parce que j'avais traîné et longuement hésité de tout plaquer pour passer la soirée autre part avec des amis et finalement ne pas y aller. Mais on ne sait jamais ce qui peut se passer, peut-être que cette réception ne sera pas aussi ratée que je pense.

Visiblement c'était bien parti pour que tout se déroule pour le mieux. En ne prenant pas en compte que l'hôte était Larry, pour le moment la soirée s'annonçait pas mal. Pendant que je marchais jusqu'à la porte d'entrée je reconnus au loin Cynthia. Je ne pus m'empêcher de sourire à l'idée que le hasard nous fait nous rencontrer de nouveau. Quand je fus arrivée à sa hauteur je la saluai.

- Bonsoir Cynthia. Je suis ravie de voir que vous aussi vous avez été sélectionnée pour participer à cette soirée.


Comme ça par la même occasion je n'aurais pas à subir cette réception seule.

- Pour une fois on peut se voir dans des circonstances "normales", sans Shadow qui s'est enfui par exemple.


Je souriais mais au fond si j'avais pu trucider mon "fiancé" pour cet affront, croyez bien que je l'aurais déjà fait... Emmitouflée dans son caban noir elle était... Cute? En tout cas j'avais deviné qu'elle avait opté pour une tenue plus féminine que la mienne. Avec son manteau je ne pouvais pas voir qu'il s'agissait d'une robe ou d'une jupe mais ses collants opaques m'avaient mis sur la voie. Avec ses collants il était impossible qu'elle porte un pantalon. Ses escarpins gris me fit arquer un sourcil, je l'aurais vu avec du noir  personnellement mais peut-être que c'était juste mes goûts personnels et rien de plus.

- Visiblement nous sommes deux retardataires, je me demande si on va se faire taper sur les doigts, je n'ai pas l'habitude d'être en retard.


Sur un ton ironique je lui fis part de notre retard d'une heure. Elle devrait comprendre assez facilement parce que franchement ce retard je m'en foutais éperdument.

- De toute façon je suis sûre que notre magnifique hôte va faire sa star et va être encore plus en retard que nous...


Oui je déteste toujours autant ce type. On ne change pas une équipe qui gagne comme on dit. Je regardai ma montre et vis que notre temps de retard augmentait de plus en plus. Il allait très certainement bientôt devoir entrer dans l'antre.

- Tu es prête pour y aller? Il va falloir qu'on affronte la masse de gens...


Elle me répondit à l'affirmative et je pris les devants en entrant la première. J'ouvris la porte principale par laquelle le propriétaire nous avait invité déjà une fois mon coéquipier et moi... La décoration était magnifique je l'avoue mais la vue de cette maison me dérangeait. Tout était trop. Oui voilà, c'était trop. Cet homme est trop. Il ne sait pas faire dans la simplicité. Je ne me sentais pas à ma place ici et être entourée de tant de gens me mettait mal à l'aise. En entrant j'étais devant Cynthia mais pour marcher à travers la foule je m'étais rangée à ses côtés pour lui montrer que j'étais toujours avec elle et qu'elle n'était pas toute seule. On nous débarrassa de nos manteaux et je pus voir sa robe blanche que son caban noir cachait. Cette robe lui allait à merveille et je me permis de la complimenter sur ce fait. Je nous trouvai un petit coin tranquille dans lequel peu de personnes se rassemblaient. Pourtant un truc avait l'air de l'avoir dérangée lorsque nous marchions. Je ne relevai pas et continuai de marcher la tête haute, faisant retentir le bruit de mes talons sur le sol. Nous arrivâmes dans le petit coin et je me mis à observer un peu plus si je connaissais d'autres gens qui ont été sélectionné par ce cher Larry. Peut-être que Guillaume allait être ici. Ce serait vraiment le destin que les deux lieutenants de la ville qui font équipe se retrouvent au même endroit par "hasard". Pour le moment il n'y avait personne dans mon champ de vision. Peut-être y en aura-t-il plus lorsque notre hôte sera enfin arrivé. Ce dernier qui comme je l'avais prédit jouait sa diva en nous faisant poiroter comme des imbéciles pour le voir arriver dans toute sa splendeur et sa grâce. Il avait intérêt à se ramener et plus vite que ça, je n'avais pas envie de m'éterniser ici. Je souhaitais fort que cette soirée passe très rapidement... Et ce même si j'étais en bonne compagnie pour le moment.

DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Modérateur
avatar

Age : 24 ans
Situation : Célibataire
Autres comptes : Victorica Johnson, Guillaume Boissiet
Crédits : Hypnotictears
Messages : 96
Date de naissance : 02/07/1993

MessageSujet: Re: EVENT N°2 - LA NOUVELLE ANNEE   Dim 11 Fév - 1:12



Event n°2 - La nouvelle année
Avec tous les membres invités



La neige tombait toujours, et cela faisait de nombreuses minutes que j’observai les mouvements de la foule. Des flocons se posaient dans mes cheveux, réunis au niveau de mon épaule droite. Le paysage entier s'était recouvert de blanc, et j'allais me trouver dans la même situation si je restais immobile, emmitouflée dans mon caban. Je devais entrer avant d'être complètement gelée. Mais je n'y parvenais pas. Si seulement je pouvais croiser une connaissance… Ce serait plus simple si je n'entrais pas seule. « A ce rythme, je n'entrerai jamais… »

C'est à ce moment que j'entendis une voix vaguement familière. Je levai les yeux de mes mains que je tentais tant bien que mal de réchauffer. Aurore Dumas. Elle était sortie de la foule, et était venue me trouver, like a savior. Après m'avoir saluée, elle ajouta être ravie de me voir. En effet, j'avais été sélectionnée par l'un de ces cartons d'invitations aléatoires. Était-ce une chance ? A l'avenir de me le dire. Mais j'étais surprise qu'elle l'ait été également. Pleasantly surprised pour dire vrai. Je n'entrerai pas seule dans un lieu inconnu. Pas cette fois.

Sa remarque sur les circonstances enfin « normales » - c'est à dire sans fuite de la part de son chien – me fit sourire.

- D'ailleurs… Est-ce qu'il va bien ?

La lieutenante me répondit affirmativement. Tant mieux ! Il n'y avait plus qu'à espérer pour elle que ses supposés problèmes personnels se soient arrangés. Si c'était le cas, alors c'était parfait ! Mais je n'étais pas vraiment celle devant s'en préoccuper actuellement.

- Visiblement nous sommes deux retardataires, je me demande si on va se faire taper sur les doigts, je n'ai pas l'habitude d'être en retard.

Cette phrase fut dite sur un ton ironique. La jeune femme n'était pas particulièrement ravie d'être ici, et n'avait donc probablement pas voulu venir en premier lieu. Ce n'était pas difficile à deviner puisque j'étais dans un cas similaire. De toute manière d'après elle, l'hôte serait plus en retard que nous. Chose à vérifier. Je retins un rire.

- Ce n'est pas très gentil pour lui, après les efforts qu'il a certainement fait…

Je m'étais sentie obligée de le défendre un peu, bien que ce fut dit sur un ton amusé. Ce n'était pas très juste de lui lancer des piques sans qu'il ne soit là !
En tous les cas, elle ne l'appréciait pas, et ce pour une raison que j'ignorais. Qu'avait-il fait pour mériter autant de mépris de sa part ? Peut-être ne supportait-elle pas la surexposition dont il faisait l'objet dans chacune de ses publicité ? Que ce mépris soit causé par cette raison ou une  autre, je préférais rester neutre sur notre hôte pour l'instant. On ne peut se faire un avis qu'après avoir rencontré le personnage non ?

- Tu es prête pour y aller ? Il va falloir qu'on affronte la masse de gens.

L'image était plutôt bien trouvée. En effet, la foule qui entrait ressemblait à une masse.

Ou à une marée.

Enfin, masse ou marée, nous en ferions bientôt parties. Je retirai l'image d'être engloutie par celle-ci de mon esprit. Ce n'était pas comme si j'étais seule cette fois. Il était rassurant de me dire que j'entrerai avec quelqu'un.

La demeure, imposante dans son immensité, m'intimida. Et cette quantité de décorations, de guirlandes lumineuses, l'application prise dans chaque détail… Tout cela contrastait tellement avec la simplicité du sapin installé dans le salon lors du réveillon… C'était bien loin de l'aspect chaleureux et familial, et cela me dérangeait. J'avais souvent passé mon nouvel an chez la mère de mon oncle, « grandma », avec les enfants de ses frères et sœurs. Il était dur de me dire que celui-ci serait froid, au moins autant qu'à l'extérieur. Que la lieutenante ait fait l'effort de marcher à mon niveau apaisa un peu la mélancolie que causait cette observation.

Un membre du personnel nous aida à quitter nos manteaux, rendant visible ce que nous portions. Aurore me complimenta sur la robe que je portais. Mais son tailleur accompagné d'une chemise blanche et d'escarpins n'était pas mal non plus. Sa tenue lui donnait beaucoup d'élégance, il n'y avait pas à dire. Aurore Dumas imposait le respect. Mais surtout de l'admiration de ma part… Je la complimentai timidement à mon tour.

La jeune femme trouva rapidement un endroit tranquille dans la salle. Nous pourrions nous y installer sans problème. Soudain, je me stoppai. J'avais cru reconnaître quelqu'un dans la foule. Quelqu'un que j'aurais préféré oublier ce soir. Oliver Smith. Pourquoi lui ? « Tu vas enfin pouvoir t'excuser alors ? » Je n'y arriverai jamais, même en le souhaitant de toutes mes forces. J'accélérai le pas et rattrapai la lieutenante. Je ne l'avais pas vu, j'avais cru le voir. Il n'était pas là, je l'avais rêvé tout comme je rêvais bien d'autre choses. … Ce n'était pas très convaincant.

- … Au fait. Je ne vous avais pas encore demandé mais… Comment allez vous since the last time ? Dis-je, le coin calme qu'elle avait trouvé atteint.

… Comme moyen de penser à autre chose, j'avais conçu mieux.

- Il y a plus de monde que ce que je pensais…

Je me retrancherai sur cette remarque. Utiliser Aurore Juste parce que je voulais arrêter de me préoccuper du cours de piano ne me plaisait pas beaucoup.

Plus les invités étaient nombreux, plus le mélange entre les milieux sociaux me semblait impossible. Il suffisait seulement de me comparer à la lieutenante pour commencer. Elle se trouvait dans un milieu différent du mien, qui pourtant en était assez proche si l'on nous comparait aux invités les plus riches. Mais l'on pouvait néanmoins percevoir la différence. En tous les cas, aucune de nous ne nous sentions réellement à nos places ici, et puisque les membres les plus importants de la ville étaient relativement visibles, il y avait de grandes chances que l'hôte en profite et ne salue qu'eux. Personne ne remarquerait ce favoritisme.

- … Visiblement vous aviez raison. Monsieur Mantis n'est pas arrivé. Hm…

J'hésitai. Était-ce une bonne idée de lui poser cette question ? Je finis par me lancer :

- Quelle genre de personne est-il ? … Si ce n'est pas indiscret.

J'étais curieuse. A nouveau. Je me repris.

- … Mais vous n'êtes pas obligée si vous ne voulez pas me donner votre avis !


CSS par Gaelle

_________________

“You don't know me, and it doesn't really matter. I don't know me either.” If my life was a story, it would be the one of a little girl who couldn't regain her lost memory. … Maybe I could write a better tale if I truly wanted it. But do I want it ? - “I can't go back to yesterday because I was a different person then” Lewys Carroll. | Cynthia thinks in #FF9933

(c) crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Modérateur
avatar

Age : 20
Situation : Célibataire
Activité criminelle : /
Autres comptes : Aurore Dumas, Misaki Midori
Crédits : latrodectus-mactans
Messages : 32
Date de naissance : 27/04/1997

MessageSujet: Re: EVENT N°2 - LA NOUVELLE ANNEE   Mar 20 Fév - 1:26

La nouvelle année!


“Happy new year!” (Tout le monde le soir du nouvel an)



L'ambiance était très bonne, la nourriture et les boissons aussi. Ma mère m'avait offert son plus beau regard noir quand elle m'a vu avec une flûte de champagne à la main. Mon père l'avait calmée en lui disant de me laisser faire comme en Angleterre chez Papy et Mamie. Après tout dans ce genre de cérémonies ou soirées, je gère assez bien niveau alcool et je n'avais de toute façon pas prévu d'être saoul alors que nous allions bientôt voir Larry. Pendant un moment je restai aux côtés de mes parents, ne voyant personne que je ne connaissais. Je parlais particulièrement à mon père ce soir-là, cela faisait longtemps que nous n'avions pas parlé autant ensemble lors d'une réception. Tandis que je discutais je sentis une main se poser sur mon épaule et ajuster ma tenue.

- En tous cas je ne suis pas peu fière de ta tenue mon fils.

- Oui, elle est magnifique Mom.

Alors qu'elle s'auto complimentait en omettant volontairement de se citer comme étant la créatrice, une de ses connaissances apparue. Ce fut à son tour de complimenter nos tenues les unes après les autres. Je levai les yeux au ciel, il était évident d'après le temps qu'il passait à nous parler et à la manière dont il le faisait, il s'agissait d'une récente connaissance. Un collègue probablement qui voulait garder contact avec ma mère par n'importe quel moyen. Le genre de personne qui n'a pas honte de jouer les hypocrites en faisant croire de s'intéresser à la moindre petite chose de l'existence de sa "proie" et ce jusqu'à bien se faire voir par toute la famille pour ne pas avoir de problèmes. C'est pourquoi lorsqu'il me parla je ne pouvais pas supporter cette discussion à sens unique dans laquelle "moi" comme sujet n'avait pas sa place. Je m'esquivai de ces multiples monologues en quittant quelques instants mes parents après avoir échangé quelques mots de politesse avec cet homme insupportable. En marchant dans la foule je vis la porte d'entrée s'ouvrir sur une jeune femme blonde. Elle ne portait pas de robe? Soit. Étonnant tout de même, souvent les femmes pour ce genre d'occasion décide de porter des robes... Mais cette tenue la mettait tout de même très bien en valeur, il fallait l'avouer. Et tandis que je l'observai sous toutes les coutures, je la vis. Derrière la blonde. Elle était aussi présente à cette soirée. Je sursautai et mon cœur loupa des battements. Il avait fallu qu'elle soit là, choisie entre plusieurs centaines de personnes. Je détournai le regard pou ne pas la voir, encore frustré et mon ego blessé de son râteau. Pendant ce laps de temps, j'avais réussi à me prendre quelqu'un de plein fouet. Je la vis à terre, une brune habillée d'une robe, elle. Une jolie asiatique entre nous. Je lui tendis ma main tel un bon gentleman qui se respecte pour qu'elle l'attrape et se redresse. Après tout j'étais responsable de sa chute pour ne pas avoir regardé devant moi...

- Vous allez bien?

Elle enleva rapidement la poussière de ses vêtements et regardai mes yeux bleus avec ses yeux noisettes.

- Oui, ça va. Mais faites attention, ça aurait pu être une femme de la haute qui soit tombée à ma place.

Elle me fit un léger sourire et me fixa de la tête aux pieds en s'attardant sur mes habits. Elle posa sa main soudainement sur mon bras en m'inspectant scrupuleusement.

- Ce sont des créations de styliste je me trompe? C'est un costume magnifique!

- Haha! Vous avez l'œil. C'est une création de ma mère.

- Votre mère?

- Angelica Smith. Oliver Smith, son fils unique, enchanté.

- Angelica Smith? La styliste internationale? ... Misaki Midori, une serveuse tirée au sort, enchantée.

- C'est elle-même. Vous me voyez ravi de savoir que vous la connaissez.

- Qui ne la connaîtrait pas après tout? Une femme aussi belle et qui fait d'aussi belles créations...

- Et bien... Si elle vous entendrait elle aurait le rouge aux joues.

- Mais, vous êtes venus seul?

- On peut se tutoyer vous savez, on ne doit pas avoir un très grand écart d'âge après tout. Sinon je suis venu avec ma famille et vous?

- Je suis venue seule. Et ça me va le tutoiement, tu as quel âge sans paraître indiscrète?

- J'ai 20 ans. Un petit jeune comme ils disent.

- Ah oui, effectivement nous avons juste quatre ans d'écart.

- J'ose imaginer que tu n'as pas 16 ans?

Elle se mit à rire et acquiesçai sur le fait qu'elle avait en réalité 24 ans. Elle me demanda alors ce que je faisais avec de l'alcool dans les mains alors que j'étais mineur en Amérique.

- Et bien, je suis britannique d'origine alors j'ai l'habitude de boire de temps en temps.

Nous continuâmes de parler ainsi pendant un long moment, elle était très sympa et ouverte. Le feeling passait plutôt bien entre elle et moi et elle réussissait à me faire oublier celle que j'avais vu peu de temps avant. Nous en vînmes à échanger nos numéros en buvant un verre. Elle respirait la joie de vivre ce soir et visiblement, compte tenu de son discours et de sa tenue parfaitement choisie, cette réception ne la laissait pas de marbre et notre hôte non plus. Une véritable groupie. Mais cela pouvait se comprendre car ce dernier en plus d'être quelqu'un de très cultivé et de charismatique, il possède une éloquence particulièrement captivante. Et comme le nombre de publicités de son entreprise ne fait qu'augmenter, on le voit de plus en plus souvent passer à la télé et fait beaucoup de marketing dans diverses émissions. Alors que nous discutions rien que tous les deux de tout et de rien, je vis un sourire différent illuminer son visage. J'avais un mauvais pressentiment...

- J'ai vu une amie là-bas, tu veux que je te la présente?

- Elle s'appelle comment? Je la connais peut-être...

- Cynthia Holloway!

Me dit-elle avec un grand sourire. Mon sang ne fit qu'un tour. Heureusement que j'avais demandé son nom avant de m'avancer... Je pris donc possession de ma pokerface et lui répondit pour ne pas la faire trop attendre.

- Hum... Non ce nom ne me dit rien mais je vais vous laisser entre filles, je crois de toute façon que mon père m'appelle.

- Ok, ça marche, à une prochaine fois!

Elle me fit une signe de la main que je lui renvoie et partie. Ah... Cynthia... Elle va me hanter encore longtemps celle-là? À connaître tout le monde que je rencontre en plus. Mon ego étant mis à rude épreuve il m'est encore impossible de la voir en face. Je retournai donc voir mes parents en secouant la tête pour me chasser cette idée de ma tête. Nous attendîmes alors que notre hôte pointe enfin le bout de son nez...
Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: EVENT N°2 - LA NOUVELLE ANNEE   

Revenir en haut Aller en bas
 
EVENT N°2 - LA NOUVELLE ANNEE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ma resolution pour la nouvelle année
» Voeux de nouvel an
» Discours à la nation
» Unhappy birthday | Edgard
» Fin de l'Event #3, ellipse, Reapers, nouvelle Las Noches, achats Haut Level ! Plein d'trucs quoi !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Elysian Fields :: Le coeur d'Elysianfields :: Les habitations :: Quartiers aisés-
Sauter vers: