AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une saine rencontre [PV: Victorica Johnson; risques de dires politiquement incorrects et autres détails sanglants]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Akumu Seikyo

avatar

Age : Quarante-trois ans
Situation : Marié
Activité criminelle : Chef d'une famille yakuza
Autres comptes : Wang Zhen Shi, Maverick A. Weard et Judicaël Chase
Crédits : Akuma
Messages : 18
Date de naissance : 13/07/1974

MessageSujet: Une saine rencontre [PV: Victorica Johnson; risques de dires politiquement incorrects et autres détails sanglants]   Sam 30 Sep - 0:05

Aaaaah ! Elysian Fields. Un patelin charmant qui ne vaut absolument pas Kyoto mais qui demeure moins pire que Hong-Kong qui est moins pire que New York qui est moins pire que Paris. Les affaires sont les affaires et je dois bien avouer que l'argent est toujours appréciable; piquer du fric à ces amerloques me convient très bien et la vue des billets verts me fait bien sourire, une des rares choses que j'apprécie chez eux.
Mon nom est Akumu Seikyo. Seikyo étant mon prénom et Akumu mon nom. Au Japon, c'est un nom qui parle mais sur ce territoire hostile, il ne dit quelque chose qu'à certaines personnes; généralement ceux qui sont au fait de l'univers des affaires, de tout ce qui touche aux produits pharmaceutiques ou tout simplement ceux qui détiennent un certain capital.
La première nuit où je suis arrivé dans cette ville, j'en suis tombé amoureux. Amoureux de sa violence, de sa corruption et du sang versé. Un crime avait été perpétré dans mon quartier et cela en avait recouvert une partie d'un mur de sang frais. Ce fut plaisant de l'apprendre. Mais le meilleur moment fut quand je pus jouer avec ce chinois et quelques uns de ses collègues mercenaires; je l'avais laissé partir et il sait désormais que je suis ici. J'espère qu'il gardera longtemps les cicatrices que je lui ai laissé en cadeau tout autour de son cou...Ses employeurs savent que je suis là. Salutations mes chers amis ~
Toutefois, ce n'est pas l'heure de la réjouissance mais au moins celui de l'espoir. Ce matin, je maugréé quelque peu sur le fait que je ne puisse jamais faire une cérémonie du thé correcte en cette ville assez nauséabonde, je dois finalement bien me l'avouer. Je dois surtout me rendre à l'évidence qu'il y a beaucoup trop de chinois dans le coin et cela me hérisse le poil; et que dire de ces amerloques ! Peuh. Si peu sont intéressants. Les criminels le sont un peu plus et mes préférés demeurent les drogués; ce qui n'a rien à avoir avec le fait que je verse dans le trafic de drogues avec pour couverture mon entreprise, absolument pas ! D'ailleurs, il faudra que je vous parle de mon autre jouet préféré qui est journaliste, c'est une histoire hilarante ! Il s'appelle Judicaël Chase mais en fait on s'en tape. Qu'est-ce que c'est drôle de savoir ce qu'il est capable de faire pour avoir une dose de Lotus. Enfin qu'importe.

Je me demande encore ce que je fais ici jusqu'à ce que je finisse par me rappeler que je suis marié et que, de temps en temps, lui rappeler qu'elle existe tout de même à mes yeux peut s'avérer bénéfique pour notre relation, même si j'exècre le fils qu'elle m'a donné; ce pourquoi je mettais mis en tête de lui rapporter quelque chose d'une bijouterie du centre-ville. Mon cher comptable servant aussi de garde-du-corps me suit, toujours aussi peu souriant et dégageant une aura froide et dérangeante. Nous contrastons assez. Lui, dans son costume noir, ayant la tête d'un tueur à gages ou d'un banquier, ses lunettes aux branches dorées et moi dans mon costume gris et ma cravate en soie, mes boutons de manchette en saphir; j'aime bien rappeler avec ce genre de petit détail que j'ai de l'argent. Dans cette ville, cela me permet parfois de me faire agresser pour mon portefeuilles et donc de trouver le moyen d'assouvir, en légitime défense, mes envies de meurtre, bien que je ne souffre d'aucune folie particulière...je crois...
Le bijou acheté est assez joli et discret, un rubis monté sur des feuilles d'or formant une arabesque; une broche. Je sais déjà qu'elle va rougir quand je vais le lui donner comme je sais déjà qu'elle va vouloir me faire un autre gosse...erk...rien qu'à l'idée, je frisonne déjà. Non pas que ma femme soit laide, c'est juste que...je n'aime pas les activités pratiques. La théorie me convient bien.
En sortant, je ne pensais qu'à rentrer chez moi avec mon cher comptable que j'avais renommé Hachi, bien qu'en réalité il porte un tout autre nom. Toutefois, le Destin auquel je ne crois pas en fait souvent à sa guise. C'est ainsi que j'allais rencontrer une personne qui me serait sûrement et pleinement agréable et pour qui j'aurais une certaine affection et surtout une profonde compassion, tout comme j'avais eu une certaine empathie pour ce pauvre Hachi qui n'est qu'à moitié japonais et porte en lui du sang de rosbif. Mon cher Hachi qui, comme les membres principaux de ma chère famille, est probablement l'une des personnes les moins fréquentables qui soit. Je vous l'accorde, il n'est qu'un obsédé des chiffres, un comptable qui s'y connaît en informatique et a déjà détourné des fonds; pas très utile en tant que garde-du-corps, sûrement. Il est toutefois suffisamment observateur et assez calculateur - dans le sens où il fait, ici, des calculs précis - afin de voir arriver le pickpocket que moi, je n'avais pas vu, de prévoir la vitesse et la force de frappe à utiliser pour le neutraliser en peu de mouvements. Je n'ai jamais compris sa méthode, à part qu'il a quelque chose à la tête; je préfère utiliser la rapidité des armes à feu, la discrétion des fléchettes ou encore l'honneur du katana. En tous les cas, pour le pickpocket, c'est le croche-pied de Hachi - autrement appelé Fujimoto Jingi Barclay (à l'occidentale donc, cela donne Jingi Barclay Fujimoto) - qui fait trébucher le monsieur, puis la poigne ferme et le coup de poing lui permettant de le relever et de l'éloigner de moi. Ah. Je n'avais pas vu cela venir et cela avait été rapide. De plus, de ce que je constate, je ne suis pas le seul à m'être fait avoir. MA MONTRE BORDEL. S'il n'y avait personne, je lui aurai déjà arraché les yeux.

_________________
Thème d'Akumu Seikyo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Victorica Johnson
Modérateur
avatar

Age : 15 ans
Situation : Célibataire
Activité criminelle : C'est pas comme si j'avais hacké mon domicile une fois pour tester UwU
Autres comptes : Cynthia Holloway, Guillaume Boissiet
Crédits : Sidus HQ
Messages : 38
Date de naissance : 23/11/2002

MessageSujet: Re: Une saine rencontre [PV: Victorica Johnson; risques de dires politiquement incorrects et autres détails sanglants]   Dim 1 Oct - 0:02



Une saine rencontre

Avec Akumu Seikyo

Vendredi soir. J'étais ravie d'en avoir enfin fini avec cette semaine interminable de cours. Depuis que la rentrée avait eu lieu, fin Août, j'avais l'impression de ne plus avoir une seule seconde à moi ! Il fallait dire que les profs n'étaient pas tendres question devoirs… Je pouvais à peine faire ce que je souhaitais une fois qu'arrivait le week-end ! En bref : je ne pouvais coder que le vendredi soir, et peut-être un peu le samedi. Et encore ! Si on ajoutait les cours d'escrime et le piano, j'étais presque incapable de concilier ces trois activités ! Toujours obligée d'en sacrifier une au profit des deux autres ! Bien entendu, c'était le codage qui s'inclinait, pour la simple raison qu'il était plus facilement considéré comme une petite occupation que comme une réelle activité par les personnes extérieures. Les cours et les clubs priment toujours sur le reste !

Mais ce soir, j'étais décidée. Je coderai quoi qu'il arrive ! Après tout, si je comptais créer un jeu-vidéo un jour, il fallait bien que je m'améliore ! J'allumai donc mon ordinateur portable, prête à en découdre. Rien ne m'empêcherait cette fois de---- Et m*rde.

- … C'est une blague.


L'ordinateur était à peine allumé, et je recevais déjà un message d'erreur. Si je n'avais pas su que la chambre de mes parents se trouvait à l'étage juste en dessous, j'aurai hurlé ! Ma colère ne se manifesta donc qu'en un grognement au fond de ma gorge. Vraiment. Pourquoi de tous les jours possibles et imaginables, il fallait que ça tombe AUJOURDH'HUI ? A croire que la vie s'était soudainement dit : « Oh ça serait drôle de faire en sorte que son ordi ait un problème pile quand elle veut faire un truc important dessus ! lol » HILLARANT. Je lui en f*utrais des messages d'erreurs… Bonnnnnn… Calme-toi, et lit un peu de quoi il retourne. Ok. Je ne pouvais plus me connecter à internet. Visiblement la carte modem m'avait lâchée. En gros le truc dans le PC qui permet d'être relié au web. Sachant que j'utilisais des astuces qui était évidement sur internet… Mon merveilleux ordinateur venait de me faire un bon gros doigt. Seule solution : remplacer la pièce qui ne fonctionnait plus. Ça, c'était facile, j'étais capable de le faire. Utile de s'intéresser à l'informatique. Après, il me fallait la pièce de rechange. Plus compliqué. Il me faudrait obtenir la permission d'aller dans un magasin spécialisé demain. Connaissant mon père… Ça ne serait pas simple. Il ne voudrait jamais que sa fille de 14 ans – bientôt 15 au passage – parte seule en ville. La solution la plus simple aurait été de supplier Joshua de m'accompagner. Mais bien que mon frère aurait très probablement accepté ma demande, je n'avais pas très envie de le déranger pour si peu.

Résultat : me voilà qui envoyais un message à un ami afin qu'il me couvre en appelant mes parents pour leur dire que j'irai chez lui le lendemain matin pour… Des devoirs. Ça ne serait pas tout à fait mentir ! Je n'aurai qu'à aller chez lui après avoir fait un « rapide » détour afin d'acheter une nouvelle carte modem. Héhé ! Ce plan était faisable ! Bien sûr, quand samedi matin, mon père reçut l'appel de l'ami en question demandant si je pouvais me rendre chez lui pour que nous terminions un exposé, il accepta. Les cours avant tout ! Du coup, j'en devais une à Austin. En échange du service, je l'aiderai sur un exercice de maths une fois rendue chez lui.

Munie d'un jean noir, une chemise blanche, d'un trench-coat beige – c'est qu'il fait plutôt froid le matin ! - et de baskets – plus pratiques quand on doit marcher longtemps – j'étais partie, après avoir pris mon sac dans lequel j'avais mis les leçons de maths, mon ordinateur, et mon porte-monnaie. J'avais également pris mon portable, qui, quant à lui, se trouvait dans ma poche de manteau. Direction l'arrêt de bus de la place centrale pour commencer ! D'ici, je devais pouvoir accéder à la boutique d'électronique si je marchais un peu.

A l'intérieur du magasin, il fut aisé de trouver ce que j'étais venue chercher. Heureusement que je m'occupais moi-même de régler le problème de mon ordi ! Les prix peuvent vraiment être exorbitants ! Utiliser une quantité importante de mon argent de poche là-dedans alors que je peux le faire moi-même ? Non merci ! Mon achat dans mon sac, je me demandai soudainement si il y avait des tournevis chez Austin. Sûrement, mais j'aurai mieux fait d'en prendre avec moi au cas où… Je sortis de la boutique, et commençais à repartir en sens inverse pour me rendre chez mon ami, quand soudain, quelqu'un me percuta. Il s'excusa à peine, et repartit en courant. Pressé visiblement. Je voulus sortir mon téléphone de ma poche afin de dire que j'arriverai bientôt. Mais pas de téléphone. J'étais pourtant sûre de l'avoir pris en partant ! Je mis quelques secondes à me demander où j'avais bien pu le perdre avant de réaliser. « Ne me dis pas que… » Eh si. C'était probablement le type de tout à l'heure qui avait osé me le voler ! Je le vis vaguement un peu plus loin.

- … REVIENS ICI ESPECE DE C*NNARD !

Oui bon j'avoue, il y a de meilleurs façons de réagir. Parce que celle-là eut le don de le faire partir en courant. Ni une ni deux, je me lançai à sa poursuite. Mais la seconde fois qu'il tourna, je le perdis de vue. B*rdel il était passé où ?! Je faisais comment sans téléphone ? Et si je ne le retrouvais pas il faudrait dire à mes parents à quel endroit je l'avais perdu ! Et comme mes mensonges se voient sur des kilomètres, il me serait impossible de trouver une excuse vis-à-vis de ma présence ici ! Rhaaaa pourquoi ce genre de choses n'arrivent qu'à moi ? Je sentais déjà la privation de sortie arriver…

Heureusement pour moi, un retournement de situation s'opéra. Un groupe curieux s'était attroupé autours de quelque chose. Je me rapprochai, légèrement essoufflée par ma course. Un « Oh ! » de surprise m'échappa. Là, se trouvait le pickpocket de tout à l'heure ! Mis à terre par un Japonais qui l'avait visiblement mis hors d'état de nuire pour le moment. Je lançai au voleur un regard noir, avant de regarder avec admiration l'asiatique et son… Ami un peu en retrait ? Avec admiration, des étoiles dans les yeux durant quelques instants. Comme cette fois avec Iris, je suis toujours admirative envers ceux éliminant leur adversaire en deux temps trois mouvements !

Je me rapprochai de quelque pas, et me penchai afin de récupérer mon téléphone que l'homme à terre avait encore dans la main. Puis je me relevai, et m'inclinai, parce que la politesse au Japon est primordiale, et que je ne savais pas si ces gens étaient très à cheval sur l'éthique ou non. Une inclination légère, ni trop en avant, ni trop discrète. Ma mère et ma famille maternelle m'ont souvent dit que trop s'incliner peut être perçu comme une moquerie, mais qu'une inclination trop discrète ne se voit pas. Je ne vais pas souvent au Japon, mais j'ai quelques connaissances sur certains points…

- Merci beaucoup ! Je ne sais pas ce que j'aurai fait si vous n'aviez pas été là. J'espère pouvoir faire quelque chose en retour !


Je leur souris, heureuse de ne pas avoir à annoncer la perte de mon téléphone.
Code by Joy

_________________
Victorica's theme

Vic vous parle en #B2FE01! =P
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akumu Seikyo

avatar

Age : Quarante-trois ans
Situation : Marié
Activité criminelle : Chef d'une famille yakuza
Autres comptes : Wang Zhen Shi, Maverick A. Weard et Judicaël Chase
Crédits : Akuma
Messages : 18
Date de naissance : 13/07/1974

MessageSujet: Re: Une saine rencontre [PV: Victorica Johnson; risques de dires politiquement incorrects et autres détails sanglants]   Ven 27 Oct - 10:51

Il est rare que j'éprouve de l'affection pour quelqu'un. A dire vrai, je n'aime pas les gens, généralement. Je ne m'entends déjà pas avec ma propre famille ou avec moi-même, alors s'entendre avec autrui est très problématique. En l'occurrence, je n'aimais pas ce voleur comme je n'aimais pas les autres gens de son espèce; non pas parce qu'il volait pour sûrement se nourrir, au vu de sa dégaine, mais surtout parce que...peuh ! La plèbe. Je ne peux pas dire que je n'aime pas les voleurs, j'en suis techniquement un moi-même; mes actionnaires ne le savent juste pas. Quoique...non, je ne suis pas un voleur. Je rentabilise juste.
Tuer m'est jouissif et est probablement la chose la plus agréable qui m'ait été donnée de faire dans ma vie. Peut-être suis-je finalement un peu fou; bien que je préfère le terme excentrique. Mais le fait est que j'ai envie de tuer. Aucun moyen pour me calmer, je sens mon envie monter en moi; si je suis discret...Non. Pas moyen. Toutefois, c'est là qu'elle apparaît. J'ignore encore son nom mais je suis calmé. Je ne vais pas m'énerver devant une japonaise tout de même ! Un peu de politesse ! Les amerloques et les chinetoques, je m'en tape mais les compatriotes, sûrement pas ! Grande surprise, très agréable, elle sait saluer correctement. UNE VRAIE JAPONAISE, ENFIN !


- Merci beaucoup ! Je ne sais pas ce que j'aurai fait si vous n'aviez pas été là. J'espère pouvoir faire quelque chose en retour !

Hachi ne peut pas saluer, maintenant toujours l'homme à terre en attendant que les autorités arrivent; moi je le peux, mais je ne vais pas parler à la place de mon comptable, ce n'est pas poli. Par bonheur, les autorités arrivent très vite, à peine quelques minutes car une patrouille n'était pas loin; Hachi, soulagé de sa charge, salue enfin la jeune fille. Il répond que c'est toujours un plaisir d'aider, blablabla...Il se présente et n'oublie pas de donner sa carte, un vrai professionnel celui-ci. Fujimoto Jingi Barclay, comptable de la société Sosei, avec son numéro de téléphone professionnel et une adresse mail, toujours professionnelle. En fait, je me demande à l'instant si mon employé a une vie privée, des histoires de coeur...Je commence même à me poser la question concernant ses émotions...A-t-il seulement des sentiments ? Une question dont la réponse est pour moi un mystère. Boarf. Au final, j'en ai rien à foutre. Qu'il fasse son travail correctement et tout ira bien. C'est bien pour cela que je l'ai engagé.
Du coup, mon robot d'employé finit son speech, disant que nous sommes pressés; sauf que je me présente à mon tour. La politesse, enfoiré !


- Akumu Seikyo, enchanté de faire votre connaissance, jeune fille.

J'avoue qu'au Japon, ce ne serait pas tout à fait la même chose mais nous sommes aux Etats-Unis et je ne sais pas toujours sur quel pied danser. Je me demande seulement si mon nom peut faire tilter la demoiselle; cela m'étonnerait assez mais sait-on jamais. Quoiqu'elle n'a pas la tête à prendre de la drogue et encore moins des médicaments, je le lui souhaite en tous cas; ce serait bien dommage qu'une compatriote tombe ainsi dans l'enfer de la dépendance et des substances illicites. J'ai beau être un connard de trafiquant, j'ai un minimum une morale. Je crois...

_________________
Thème d'Akumu Seikyo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Victorica Johnson
Modérateur
avatar

Age : 15 ans
Situation : Célibataire
Activité criminelle : C'est pas comme si j'avais hacké mon domicile une fois pour tester UwU
Autres comptes : Cynthia Holloway, Guillaume Boissiet
Crédits : Sidus HQ
Messages : 38
Date de naissance : 23/11/2002

MessageSujet: Re: Une saine rencontre [PV: Victorica Johnson; risques de dires politiquement incorrects et autres détails sanglants]   Dim 12 Nov - 13:37



Une saine rencontre

Avec Akumu Seikyo

Je n'imaginais même pas ce qui aurait pu se passer si je n'avais pas récupéré mon précieux portable. Mais ça se serait mal terminé. Pour moi en tout cas.

L'homme ayant arrêté le voleur le tenait fermement. Impossible pour lui de s'échapper. C'était bien fait pour lui ! Il y réfléchirait à deux fois avant de voler à nouveau ! Le Japonais ne le lâcha qu'au moment où la police arriva. C'est après qu'il se présenta. Fujimoto Jingi Barclay. Hm… Pas très japonais « Barclay ». Mais pas plus que « Victorica » ! Alors il avait lui aussi d'autres origines ? Cool ! Ça nous faisait un point commun héhé ! Il ajouta pendant qu'il me tendait une… Carte de visite ? Euh… Pourquoi en fait ? … Du coup ! Je disais qu'il avait ajouté être comptable dans la société « Sosei ». Le nom me disait quelque chose. Où j'avais pu l'entendre déjà ?

Le comptable aux airs de garde du corps m'annonça alors que lui et son ami étaient pressés. J'allais donc leur dire au revoir, mais celui qui n'avait pas encore parlé le coupa, ce qui me coupa également en fait. Lui s'appelait Akumu Seikyo, Ou Seikyo Akumu si on préfère. Il était enchanté de me rencontrer.

- Ravie de vous rencontrer aussi. Je m'appelle Victorica Johnson. Ou Johnson Victorica… Je ne sais pas comment vous préférez le dire…

Où j'avais pu entendre le nom de l'entreprise « Sosei » ? « Akumu » me disait aussi quelque chose. Sans mauvais jeu de mots, essayer de m'en rappeler était un vrai cauchemar ! Allez Victorica… Où t'avais pu voir ces noms ?

- … Mais oui c'est ça ! M'exclamai-je, frappant mon poing dans ma main.

Je savais enfin où je les avais entendus ! Enfin plutôt lu vu comme ça. Une partie des médicaments de Maman sont de la société Sosei, appartenant à un Akumu. Je me disais bien que je connaissais ces noms ! Mais du coup… C'était à lui ou à un autre membre de sa famille qu'elle appartenait ? . . . Attendez une seconde. Je venais pas de dire « Mais oui c'est ça ! » Juste devant eux quand même… ? … Urg… C'est bien ce que je pensais…….

- Euh… Oups. Désolée. C'est juste que… Euh… Vous voyez… En fait… Ce que je veux dire c'est que… Bref ! Voilà.

… Non il n'y avait rien à comprendre dans cette phrase. Gênée, rouge pivoine, je m'étais royalement embrouillée dans mes mots en tentant de le rattraper. Franchement bravo Vic ! T'aurais pas pu la fermer ?
Code by Joy

_________________
Victorica's theme

Vic vous parle en #B2FE01! =P
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une saine rencontre [PV: Victorica Johnson; risques de dires politiquement incorrects et autres détails sanglants]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une saine rencontre [PV: Victorica Johnson; risques de dires politiquement incorrects et autres détails sanglants]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Installation d'un comite de gestion des risques pour l'Ouest
» Les risques du pet leveling a egeha...
» Les risques du jogging...
» La Prime Des Risques [FB][Pv Shigo & PnJ]
» (f) dakota johnson - l'amoureuse - LIBRE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Elysian Fields :: Le coeur d'Elysianfields :: Le centre ville :: Place centrale-
Sauter vers: