AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Tumulte d'angoisses [PV: Judicaël Chase]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Wang Zhen Zhong

avatar

Situation : Célibataire
Autres comptes : ///
Crédits : @Janus
Messages : 23
Date de naissance : 28/06/1995

MessageSujet: Tumulte d'angoisses [PV: Judicaël Chase]   Dim 3 Sep - 15:42

Comment rester sain dans un monde qui va toujours plus vite ? Les gens errent et se croisent sans se soucier de leur prochain avec des mots, des rengaines brandies comme des talismans face au quotidien.
Enlèvement ! Suicide ! Terrorisme ! Victimes de la société ! Surveillance ! Mensonges ! Manipulation ! Médias ! Politiques !
Tout sonne et résonne en boucle dans les oreilles de Wang Zhen Zhong qui a trouvé ne serait-ce qu'un point commun entre la société chinoise et la société américaine. Quel que soit l'hémisphère, les humains ont les mêmes travers et même si tout est exacerbé ici, ce n'est que le reflet de ce que nous sommes tous au plus profond des nous.
Des animaux fous...

Zhong en avait parfois assez de maintenir les barrières face à la folie ambiante et se demandait bien ce qui pourrait arriver si, pour une fois, il décidait de lâcher prise et de laisser le hasard décider du visage qui se trouverait au bout de son arme. C'était à peu près ce qui avait dû arriver dans cette rue animée d'Elysian Fields...

On avait appelé Zhong pour arrêter le responsable mais à l'heure actuelle, il ne pouvait que constater les dégâts humains et matériels. Un homme avait foncé en voiture dans la rue en renversant les terrasses de café et en tirant au hasard avec une arme semi-automatique. Le résultat ? 22 morts et 35 blessés. Certains par balle et d'autres seulement avec de multiples fractures et autre traumatismes crâniens provoqués par le choc avec la cylindrée.
Les agents du quartier recueillaient les témoignages des survivants alors que les blessés graves étaient évacués et que l'on commençait à remplir des sacs mortuaires.

Attente.

Zhong avait les yeux fermés et humait l'air dans lequel flottaient des relents de goudron, de poudre et de sang. Le tueur devait se sentir faible avant de foncer car il lui a fallu la protection de la voiture pour oser tuer, un cocon protecteur le dédouanant et lui permettant de ne pas être le responsable direct des morts. Pourtant, il avait tiré mais la plupart des tirs n'avait pas touché de cible. Tout laisse donc penser qu'il était soit très mauvais viseur ou qu'il ne regardait pas où il tirait car il n'osait pas voir ses victimes. Ce genre de comportement était assez peu fréquent mais selon Zhong, ce tueur n'assumait pas totalement ce plaisir malsain. Sait-il qu'il commet une transgression envers notre société ? Peut-être. Zhong pouvait bien aussi se tromper.

Il rouvrit les yeux et se rapprocha des multiples tables et chaises renversées, cherchant le moindre indice que la voiture aurait pu laisser sur les lieux avec le choc. En levant légèrement le nez et en prêtant attention à ce qui l'entourait, il remarqua que quelqu'un prenait des notes sur la scène et observait la procédure que lui, Zhong, avait mis en place sur la scène du crime.

Les journalistes sont fréquents sur les scènes de crime mais bizarrement, Zhong avait comme un mauvais pressentiment. Comme une alarme qui s'était activé dans sa mémoire sans qu'il ne puisse en cerner la raison. Son intuition lui avait parfois fait des erreurs et dans le doute, il préférait ignorer ce journaliste probable et continuer l'enquête comme il le prévoyait.

Jamais il n'aurait imaginé que cette histoire de journaliste aille bien plus loin...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Judicaël Chase

avatar

Age : 40
Situation : Célibataire
Activité criminelle : Serial-killer
Autres comptes : Wang Zhen Shi et Maverick A. Weard
Crédits : Akuma
Messages : 38
Date de naissance : 31/10/1977

MessageSujet: Re: Tumulte d'angoisses [PV: Judicaël Chase]   Dim 3 Sep - 23:38

Attention: ce rp peut contenir des allusion dégueulasses, du gore et plein d'autres trucs qui peuvent choquer les plus sensibles et/ou les plus jeunes.


****


Dossier numéro 394.

Judicaël Gabriel Chase.
Trente-neuf ans.

Aucun antécédent médical.

Le patient semble être atteint de névrose. Il lui arrive d'être prostré dans un coin et de s'enfermer dans un mutisme absolu pendant quelques heures et faisant comme s'il n'entendait rien. Il se frappe la tête contre les murs, se scarifie.

Il est persuadé que sa petite soeur, Diane Chase, est son ennemie et la source de tous ses maux. Il manifeste des penchants sadiques et a décrit plusieurs fois comme il pourrait la tuer, semble hématophile. Il s'imagine que sa soeur a retourné les autorités contre lui et que tout le monde lui en veut; il pense qu'elle est seule coupable de ce qu'il a fait.

Le patient rejette la faute sur les autorités et sur sa soeur, il manifeste également un manque d'empathie et ne voit pas en quoi lui-même est un danger. Il semble souffrir de dépression et s'il ne peut exercer sa violence sur l'objet de sa colère, il retourne sa violence contre lui-même.
Le patient est extrêmement dangereux pour lui-même comme pour les autres, un suivi psychiatrique et un internement est nécessaire pour la sécurité d'autrui.


****


Le dossier psychiatrique de Judicaël Chase tenait en quelques lignes et avait été transmis par la TAU, unité anti-harcèlement. Le médecin qui avait chargé d'expertiser l'état mental du journaliste s'appelait Manon Walter et elle avait été catégorique: Judicaël devait absolument être interné; mais Diane avait insisté pour que cela n'arrive pas et la procureure avait dû abandonner à contre-coeur. Oui, "s'appelait" car la madame était morte dans un très regrettable accident, c'était deux jours après qu'il ait rendu service pour la première fois aux Akumu.


-Veuillez m'excuser, les ordres sont les ordres. Rien de personnel.

-Oublie pas ce qu'il a dit, ça doit être un accident mais ça doit faire mal.

-Faire tomber sa bague dans le broyeur et essayer de la récupérer tout en activant par accident le broyeur et donc se faire broyer la main et se vider de son sang en glissant malencontreusement sur le sol, paniquée, en s'ouvrant un peu le crâne sur le carrelage au passage; ça te va ?

-Y a vraiment des gens qui arrivent à activer leur broyeur par accident ?

-Ce sont des américains.

-Et alors ?

-J'ai vérifié, ce broyeur n'est pas aux normes !

-Vérifié ou trafiqué ?

-C'est pareil non ?

-Heureusement que personne peut l'entendre dans cette maison, elle aurait rameuté tout le voisinage !

-C'est dommage que ce soit supposé être un accident, elle est en train de me péter les tympans !

-Attends, c'est bon, elle a la main bien broyée là, passe-la moi, je m'occupe du concassage de crâne.

Aujourd'hui, Manon Walter - merci la table aléatoire des noms - reposait en paix dans un cimetière de San Francisco. Quel foutu regrettable accident ! Aux yeux des experts, le broyeur n'avait même pas été trafiqué.

Le dossier judiciaire transmis par la TAU aux autorités d'Elysian Fields indiquait ce que Judicaël avait fait: harcèlement, agression et tentative de meurtre sur la personne de Diane Chase, sa petite soeur. Puisqu'elle avait insisté et avait même engagé un avocat pour protéger son frère, la procureure avait donc dû obliger Judicaël à s'éloigner de San Francisco.
Pour lui, c'était une nouvelle vie. Mais la TAU voulait lui rappeler qu'il avait une épée de Damoclès au-dessus de la tête. Certaines fois, les agents étaient discrets mais il y en avait un qui faisait vraiment du harcèlement et Judicaël vivait une sorte de cauchemar.


****


Judicaël était sur la scène de crime, comme à son habitude. Il n'avait pas l'air d'être dérangé par les morts, par toute cette souffrance autour de lui. Il prenait calmement des notes. Il avait sa carte de journaliste prête à être dégainée, comme une arme anti-questions de flics.
Parfois, il lui arrivait de les aider, même s'il ne les aimait pas; parce qu'il avait trouvé un indice quelque peu évident pour lui mais pas forcément pour d'autres. Dans une autre vie, il aurait pu être l'un des leurs; mais désormais, il était persuadé que les autorités ne valaient pas grand chose: personne ne l'avait cru quand il avait dit ce que sa soeur avait fait.

Il vit l'agent de la TAU qu'il avait vu au bar. Lui aussi était présent, en civil. Maintenant il en était sûr, ce n'était pas un hasard s'il était là. Judicaël en avait des sueurs froides. Il finit de prendre des notes et s'éloigna. L'autre le suivit aussi.
Judicaël ne cherchait pas les histoires mais il semblait que l'autre, si. Comme s'il avait reçu l'ordre de lui en faire créer pour que la procureure puisse enfin le mettre sous les verrous. Il tourna à un angle de rue qui se voulait déserte, il devait s'expliquer avec l'agent. Lorsqu'il se retourna, ce ne fut qu'une droite qu'il reçut, alors Judicaël se défendit.


-Attaque d'un agent, parfait ! Ce sera retenu contre toi !

-Vous m'avez att...

Judicaël avait beau savoir se battre, l'autre en face était plus fort que lui. En deux temps trois mouvements, il lui passa les menottes. Et persuadé qu'il n'y avait personne, il commença à faire ce qu'il avait fait la première fois qu'il l'avait arrêté: il le roua de coups. Il n'y avait aucun témoin après tout...
Mais l'agent de la TAU, Heny Barnabas - merci la table des hasards ! - était tombé sur un os: nous nommons le fin limier chinois, la crème de la crème...Wang Zhen Zhong. Et lui...bah fallait pas trop le faire chier sur les procédures: soit on les suit correctement dans les règles, soit on faisait de la merde. Dans tous les cas, pas besoin de préciser qu'il avait vu ou au moins deviner ce qu'il s'était passé.

_________________
Thème de Judicaël Chase
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wang Zhen Zhong

avatar

Situation : Célibataire
Autres comptes : ///
Crédits : @Janus
Messages : 23
Date de naissance : 28/06/1995

MessageSujet: Re: Tumulte d'angoisses [PV: Judicaël Chase]   Lun 4 Sep - 21:07

Zhong s'était accroupi au milieu des chaises renversées pour examiner les traces de sang. Autant de sang éparpillé, c'était beaucoup trop pour un seul criminel et cela ne concordait pas avec le profil psychologique qu'il construisait dans son esprit. Son imagination allait encore devoir combler les trous mais il n'eut pas le temps de se pencher sur ce sujet qu'un détail attira son œil.

Zhong s'étira en se levant et se déplaça vers une table renversée qu'il poussa précautionneusement après avoir enfilé des gants en plastique, les bleus foncés qu'utilisent la plupart des enquêteurs.

Bingo !

Zhong saisit délicatement ce qui ressemblait à un morceau de pare-brise encastré dans le pied d'une table. Il ne pouvait pas comprendre comment cet indice avait pu finir ici et passer inaperçu mais c'était une piste inespérée pour pouvoir espérer retrouver la voiture exacte qui avait été responsable du crime en plus des nombreux témoignages récoltés par les agents de police. Zhong le sentait, l'enquête avançait et inéluctablement, elle mènerait au seul coupable possible. Une fois l'impossible éliminé, ce qui reste, aussi improbable que ce soit, ne peut être que la pure gemme de la vérité. Ainsi résonnait Zhong avec son imagination car là où il n'y a pas d'imagination, il n'y a pas d'horreur...

La lutte était toujours violente pour revenir dans le présent car Zhong le savait. En plongeant dans les abysses de sa pensée, il découvrait celui qu'il était au plus profond de lui et qu'il ne souhaitait surtout pas devenir car chaque homme dissimulait dans le fin costume de la société son loup intérieur et sanguinaire. S'engager dans la police venait à reconnaître la nécessité que le loup revenait régulièrement à la surface chez certaines personnes et dans ce pays, c'était même le cas chez certains policiers. C'est pour cela que Zhong se méfiait même parfois de ses collègues les plus laxistes et s'imposait un code moral et déontologique que certains pourraient estimer être des plus étriqués. La réalité avait quelque-chose de terrifiant et de réconfortant et Zhong savait qu'il avait éternellement contaminé son imaginaire avec ce que la réalité avait de plus effroyable en stock.

Quand il analyse son environnement, Zhong a tendance à laisser son regard se perdre sur des détails et c'est ce qui lui arriva alors que son esprit vagabonda. Un comportement suspect autour. Serait-ce le tueur qui prendrait du plaisir à revisiter le lieu de son méfait ? Une alarme dans sa tête lui dit que non et il remarqua que cette personne était concentré sur le fameux journaliste de tout à l'heure. La filature la moins discrète de l'univers pensa le policier chinois qui avait commencé à décrypter ces jeux de regards alors que le journaliste quittait la scène, immédiatement suivi par ce curieux personnage.

Juste une intuition.

C'est ce qui poussa Zhong à se lever prestement et à talonner les deux hommes le temps de voir qu'ils étaient engagés dans une rue et qu'en tournant à l'angle, de l'agitation se profilait dans ce quartier habituellement calme. Zhong se dépêcha de rejoindre la scène et du peu qu'il avait vu, il pensait avoir très bien compris ce qui était en train de se passer.

Une bavure...

Il allait falloir la jouer subtil pour ne pas être en conflit avec des collègues surtout vu le racisme qui peut exister même dans les plus hautes institutions. Nous parlons tout de même du pays où les policiers tirent parfois à vue sur les suspects sous prétexte qu'ils sont noirs. Par prudence, Zhong porta la main au holster qu'il ouvrit, prêt à saisir son arme de service mais sans la dégainer pour autant.

- Police d'Elysian Fields. Cessez cette altercation et expliquez-moi ce qu'il se passe ici ou je vous embarque tous les deux.

Une voix monocorde où l'on sentait poindre l'ennui et le cynisme sonna dans le dos de l'agent de la TAU. Comment réagirait-il à ce contact avec les forces de l'ordre ? Zhong espérait au moins que son badge et son autorité d'inspecteur suffisait en toutes circonstances à obtenir respect et obéissance. Il ferait le point sur ce que ce journaliste faisait ici et pourquoi il était ennuyé par cet homme ensuite.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Judicaël Chase

avatar

Age : 40
Situation : Célibataire
Activité criminelle : Serial-killer
Autres comptes : Wang Zhen Shi et Maverick A. Weard
Crédits : Akuma
Messages : 38
Date de naissance : 31/10/1977

MessageSujet: Re: Tumulte d'angoisses [PV: Judicaël Chase]   Ven 8 Sep - 1:18

Ce devait être cela qui avait fini de faire comprendre à Wang Zhen Xiuying que son petit frère n'était pas le dernier des abrutis et valait sûrement mieux que leur aîné; ce qui était tout à fait normal étant donné la vie criminelle de Wang Zhen Shi, là où Wang Zhen Zhong avait choisi la voie de la justice et avait su écouté la voix de Thémis. Le fin limier chinois, le bellâtre inspecteur Wang; il était l'un des hommes les plus observateurs qui soit et malgré son flegme qui ferait pâlir de jalousie un britannique, il était aussi réactif que n'importe quel autre collègue faisant bien son travail. Alors oui, Wang Zhen Zhong passait pour un coincé du cul, un esprit aussi étriqué que n'importe lequel de ses pairs chinois; son aîné le décrit surtout comme un homme intelligent et chieur, quant à leur soeur, comme un homme de principes sachant faire bonne mesure et doté d'une morale forte. Cela en était rassurant. C'était ce qui pousserait sûrement Henry Barnabas à abandonner quelques temps le cas de Judicaël Chase; du moins presque.

Au sol, le journaliste ne disait plus rien, son esprit avait toutefois entendu la déclaration de l'inspecteur: il n'avait aucune confiance envers les autorités mais il était probable que celui-ci fasse parti des rares exceptions.

Henry Barnabas se retourna, les mains en l'air, il se présenta et expliqua la situation.
Inspecteur Henry Barnabas, de la TAU, chargé de surveiller les agissements d'un suspect, celui-ci, Judicaël Chase. Harcèlement et agression sur la personne de sa soeur mais il a pu s'en tirer. On le surveille, il est mentalement instable. Menteur compulsif. La police d'Elysian Fields a reçu son dossier judiciaire et son dossier psychiatrique.

Oui, oui, mais les agents de la TAU ne doivent avoir aucun contact avec lui si on suit la procédure. Et son dossier ne parle en rien de son côté menteur compulsif; de névrose, de scarifications, d'obsession et de misomanie envers sa petite soeur, oui; qu'il la pense coupable de tous ses maux aussi. Il s'imagine qu'il n'est pas lui-même un danger, contrairement aux autorités, ok. Diagnostiqué dépressif qui reporte sa violence sur lui-même s'il ne peut exercer sa violence sur l'objet de sa colère, ici, Diane Chase. Bien. Ok.
Alors il a peut-être fait une connerie méritant qu'on lui passât les menottes: soit. Il est toutefois peu probable que les hématomes qui apparaîtraient dans peu de temps sur son torse, au niveau de la poitrine et du ventre, provoqués par des coups de pied, aient été réellement indispensables à faire apparaître via de la violence. De plus, au vu de l'état du journaliste, incapable de répondre et plutôt gémissant quelque peu au sol...Non en fait il n'y avait aucune raison de le frapper maintenant qu'il était au sol, menotté.

Judicaël Chase saurait se relever si on le lui demandait, il lui faudrait juste un peu de temps et donc se montrer patient; il avait peut-être une côte ou deux défoncées. Cela allait faire mal. De plus, il devait être sonné. En tous les cas, il saignait du nez. Mais impossible de savoir si cela était en corrélation avec la blessure qu'il avait à la tête suite au fait que son crâne ait percuté le sol ou si c'était un coup de l'autre connard qui lui avait amoché le milieu de la figure.


****


Père a pourtant été clair avec eux, la fois dernière. Alors, certes, il ne s'agissait peut-être pas du cas de ce pauvre hère devenu journaliste à Elysian Fields, mais on dirait qu'ils aiment tendre le bâton pour se faire battre. J'ai déjà dû éliminé un de leurs agents à New York; trop de questions posées à un associé. Je n'aime pas particulièrement tuer; c'est parfois nécessaire pour faire passer le message qu'ils ne semblent pas toujours comprendre: laissez-nous tranquilles.
La TAU est une vraie plaie et que dire des autres représentants de l'autorité. Il paraît qu'ici, avec un peu d'argent, on peut faire des miracles; je ne me fais pas d'illusions, une lame dans la gorge a toujours mieux fonctionné et a toujours été plus significatif. Alors il leur arrive, quelques fois, d'être intelligent et de s'en tirer avec un bonus d'argent en plus; et contrairement à certains qui n'hésitent jamais à le faire, on ne tire pas dans le dos pour récupérer l'argent ensuite. Autrement, au revoir notre réputation.
Ce qui m'agace le plus n'est pas le fait de devoir éliminer un autre agent de la TAU, non. C'est juste que, de ce que je peux voir de là où je suis, un inspecteur chinois. Je n'ai rien contre eux, je suis la première à me dire que ces querelles sont stupides; mais je doute que lui pense la même. A dire vrai, je n'en sais rien. Tout ce que je sais, c'est que j'espère qu'il va s'en aller au plus vite; j'ai hâte de pouvoir enfoncer une de mes aiguilles à cheveux dans la nuque de l'autre type de la TAU.
J'avoue ne pas trop comprendre pourquoi je dois m'occuper de Judicaël Chase. Ce n'est qu'un indic après tout. Mais Père a ses raisons que je me dois d'ignorer. Je sais bien qu'il est particulier et un peu fou; qui ne le serait pas dans notre monde ? Je suis sûre qu'il dissimule ses vraies intentions et son potentiel à travers ce Masque merveilleux.
Je vois l'autre qui est prêt à sortir son arme de service; j'ai la mienne aussi, volée à un agent de la TAU, sur son cadavre. Très utile, franchement ! Je suis surtout équipée avec tout ce qu'il faut pour que je puisse remplir la mission que m'a confiée Père. J'ai juste hâte que cela se termine au plus vite, j'ai promis à mon cher petit frère, Akumu Takahiro, d'aller converser philosophie autour d'un verre de cognac, pour lui, et d'un verre de whisky, pour moi.



****


Akumu Nazo, surnommée Who par ses comparses, était le genre de femme à exécuter ses plans avec une froideur extrême. Pour l'instant, elle n'était pas encore passée à l'attaque; il y avait trop de monde. Elle n'avait pas non plus envie de faire du mal à l'inspecteur chinois. Elle râla intérieurement et changea de direction en espérant que l'autre couillon de la TAU se retrouve seul à un moment donné. Le vibreur de son portable lui indiqua qu'un message venait d'être envoyé. Elle esquissa un demi-sourire et s'en alla; elle savait comment faire pour l'éliminer. Définitivement.
Le problème étant que cela aurait des conséquences pour ce pauvre Judicaël Chase qui n'aurait rien à voir avec le meurtre. Mais pour l'heure, revenons-en à nos moutons. Wang Zhen Zhong allait devoir agir.

_________________
Thème de Judicaël Chase
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wang Zhen Zhong

avatar

Situation : Célibataire
Autres comptes : ///
Crédits : @Janus
Messages : 23
Date de naissance : 28/06/1995

MessageSujet: Re: Tumulte d'angoisses [PV: Judicaël Chase]   Sam 9 Sep - 21:15

Il arrivait parfois à Zhong de repenser au visage de Xiuying quand il se retrouvait face à une injustice. Pourquoi une injustice ? C'est ce que Zhong reproche à ce frère qui aurait dû rester l'attache qu'il était pour sa soeur malgré la jalousie que Zhong pouvait en ressentir mais au fond, Zhong savait que Xiuying avait été blessée lorsque le vrai visage de Shi lui était apparu. Ainsi, Zhong revêtait le rôle de Shi...Non. Zhong serait toujours Zhong et au milieu de ces pensées tourbillonnantes, il savait qu'il resterait toujours le même et qu'il assumerait le rôle qu'il aurait à assumer avec son code moral comme arme à toute épreuve.

Zhong s'avança et dévisagea longuement l'agent de la TAU lui servant son plus beau visage impassible, celui de tous les jours pour l'inspecteur chinois. Il ne savait pas si tout ce qui lui était dit était bien vrai mais une intuition le poussait à croire que les choses n'étaient pas aussi simples que l'agent le prétendait et un coup d'oeil à l'autre homme suffit à Zhong pour se rendre compte de qui était la victime et qui était l'agresseur. Zhong essaya de rester en phase avec la situation alors que son regard n'entrait pas dans celui de l'agent de la TAU mais fouillait les environs en analysant chaque détail de la scène.

Son regard se posait sur chaque marque sur la peau des protagonistes, l'état des vêtements, les résidus de poussière et les marques d'humidité dans l'air. Reconstruire, déduire et comprendre. Il n'y avait qu'une solution possible et elle était sous ses yeux, la réponse à un enchaînement d'éléments qu'il décortiquait dans son crâne dont nous entendrions la surchauffe si nous pouvions entrer à l'intérieur. Zhong ne savait pas arrêter ses analyses et c'est bien la son plus grand défaut sur une scène de crime. En un clignement d'yeux, Zhong se rendait compte qu'il superposait le tueur à la voiture à l'agent de la TAU et prit conscience qu'il déraillait totalement mais quelque-chose le dérangeait véritablement chez ce personnage qui lui faisait face et qui, par son discours, prouvait qu'il avait le contrôle total sur la situation.

- Je comprends votre mission de surveillance mais comment se fait-il que vous soyez entrés en contact avec lui dans ce cas ? L'agent qui le surveille, selon la procédure, ne devrait nouer aucun contact avec la personne surveillée. Je vous conseille de céder votre place à un autre agent sur ce poste pour vous éviter des vices de procédure mais cela reste un conseil de professionnel à professionnel.

Zhong était très calme et détachait bien chaque syllabe en s'adressant à l'agent en question, cherchant même à s'en débarrasser le plus possible afin d'interroger ce cher Judicaël sur sa présence ici, sur le lieu de son enquête à lui.

Zhong avait plus ou moins eu confirmation par l'agent que Judicaël n'était pas un simple journaliste mais quelqu'un qui était à part et de ce fait, Zhong voulait bien savoir quels rapports cet homme pouvait avoir avec une scène de crime comme la sienne. Zhong se montra beaucoup plus directif envers l'agent et avec son ton le plus autoritaire, il enjoignit l'agent à se retirer et à laisser Zhong prendre la situation en main à partir de maintenant.

- Je contacterais votre groupe pour appuyer votre relève et vous permettre de vous reposer sur des dossiers moins problématiques que celui-ci.

Zhong tourna son attention vers Judicaël et le fixa droit dans les yeux à la manière d'un prédateur sondant sa proie jusque dans ses derniers retranchements.

- Vous avez vu le carnage commis à côté. Honnêtement, que faisiez-vous la ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Judicaël Chase

avatar

Age : 40
Situation : Célibataire
Activité criminelle : Serial-killer
Autres comptes : Wang Zhen Shi et Maverick A. Weard
Crédits : Akuma
Messages : 38
Date de naissance : 31/10/1977

MessageSujet: Re: Tumulte d'angoisses [PV: Judicaël Chase]   Dim 10 Sep - 23:19

Wang Zhen Zhong avait entièrement raison. L'agent de la TAU, Henry Barnabas, n'avait strictement rien à faire là. Son seul droit de s'approcher ainsi du suspect était uniquement dans le cas où il était témoin d'un acte tout à fait répréhensible; et même dans sa mission de surveillance, il avait été beaucoup trop près; ce n'était pas la procédure. Et Wang Zhen Zhong connaissait toutes les procédures sur le bout des doigts. Fichu flic procédurier, comme aurait dit son aîné, Wang Zhen Shi. Fier et adorable représentant de la loi, aurait annoncé, en souriant, son aînée, Wang Zhen Xiuying.
Le lecteur appréciera sans doute le léger sarcasme qu'il était facile de déceler dans ce qu'il venait de dire; il voulait lui éviter des vices de procédure ! Aha ! Non, il avait bien vu ce qui était advenu de la situation. Une bavure; même pas du zèle: une bavure.
Cela ne faisait pas plaisir à Henry Barnabas mais le chinois l'avait coincé. Il détacha Judicaël Chase à contrecœur et se retira en maugréant; il ne dit même pas au revoir. Heureusement que nous ne sommes pas à Baltimore, un certain esthète aurait aimé régler son compte à cet homme parfaitement impoli. Mangeons les impolis...

Judicaël avait tout entendu mais n'avait pas agi. Il avait peur de l'agent de la TAU, à raison, et il n'aimait pas les autorités; toutefois, il devait au moins remercier ce flic. Ce qu'il fit, d'une voix faible. Il se releva tant bien que mal. Il avait vraiment mal là où l'autre salaud l'avait frappé.


- Vous avez vu le carnage commis à côté. Honnêtement, que faisiez-vous la ?

Pour toute réponse, absolument non-verbale, Judicaël sortit sa carte de journaliste. Il avait quelques difficultés à parler correctement dans ce genre de moment, ce qui faisait ressortir son léger problème de prononciation des mots, à base d'un bégaiement; toutefois, la situation verbale était assez gérable. Juste que c'était chiant. Un peu de patience Wang Zhen Zhong.
Il s'humecta les lèvres après quelques essais infructueux d'énoncer clairement ce qu'il faisait là, car elles étaient devenues sèches, ce qui était un signe de stress évident mais rien qui n'avait de rapport avec un mensonge quelconque; vu ce qu'il s'était produit auparavant, il était normal qu'il stressait encore quelque peu. Enfin, il parvint, au bout de trois longues minutes, à parler sans trop de problèmes.


-Je travaille...pour un journal local...on me demande d'écrire sur des faits divers sanglants...des crimes...Sur un blog...C'est mon travail...Je vais sur...les scènes de crime...

Il avait quelques problèmes de respiration et il avait vraiment mal. Il grimaçait de douleur. Il ne bougeait plus, il était assis et se tenait les côtes. Il n'y avait qu'une possibilité, il avait bien des côtes félées...

_________________
Thème de Judicaël Chase
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wang Zhen Zhong

avatar

Situation : Célibataire
Autres comptes : ///
Crédits : @Janus
Messages : 23
Date de naissance : 28/06/1995

MessageSujet: Re: Tumulte d'angoisses [PV: Judicaël Chase]   Sam 16 Sep - 20:43

L'agent de la TAU s'était finalement retiré occasionnant un certain soulagement chez le policier chinois qui, malgré son autorité apparente, craignait qu'une altercation ne se profile et en l'occurrence, il était parvenu à éviter que cela ne tourne mal. Néanmoins, Zhong savait que la TAU ne serait pas assez stupide pour laisser un de ses agents s'embrouiller avec la police car le travail exige qu'une bonne entente continue d'exister entre police et TAU.
Zhong inspira profondément et regardait l'homme appelé Judicaël en croisant les bras, attentif au discours qu'il lui portait sur son travail et la raison de sa présence en ce lieu. La procédure exigeait que Zhong détienne le plus d'informations afin de pouvoir réagir en conséquence mais sur le moment, un autre détail attira son attention.

Son interlocuteur était bien amoché et semblait avoir été touché. Ce qui n'était que suppositions se révéla être une évidence : il était intervenu sur une réelle bavure et il serait bien obligé de faire un rapport à ce sujet mais en attendant...

- Vous semblez blessé. Je vais appeler des secours.

Zhong prit son téléphone et composa le numéro d'urgence, expliquant succinctement la situation à la standardiste qu'il imaginait sans peine en train de répondre aux appels de manière détachée, laissant entendre le chewing-gum qu'elle mâchait depuis déjà trois heures.
En attendant que les secours arrivent, Zhong se tourna vers Judicaël qui semblait agoniser au sol. Il le considéra longuement avant d'ouvrir à nouveau la bouche.

- Comment se fait-il qu'un agent uniquement chargé de vous surveiller se décide à outrepasser les règles et à s'en prendre à vous ? Vous connaissez cet homme ?

Alors que Judicaël allait sûrement répondre, Zhong entendait déjà les sirènes au loin signaler l'arrivée prochaine d'une ambulance de plus dans ce quartier. Zhong ne savait pas s'il devrait accompagner cet homme à l'hôpital vu son état. Il devait témoigner pour cette bavure mais il ne devait pas laisser tomber l'affaire sur laquelle il était pour le moment.

Le choix n'était pas évident et Zhong se demandait si une alternative se présenterait d'elle-même avec l'arrivée des secouristes dans la ruelle. Il les voyait déjà placer Judicaël sur le brancard et l'emmener au plus vite aux urgences de l'hôpital le plus proche. Zhong percevait que tout ceci ne se finirait pas comme ça mais il ne savait pas pourquoi son intuition lui envoyait des messages aussi contradictoires.

Peut-être que le destin déciderait de jouer sans cesse avec ses attentes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Judicaël Chase

avatar

Age : 40
Situation : Célibataire
Activité criminelle : Serial-killer
Autres comptes : Wang Zhen Shi et Maverick A. Weard
Crédits : Akuma
Messages : 38
Date de naissance : 31/10/1977

MessageSujet: Re: Tumulte d'angoisses [PV: Judicaël Chase]   Sam 16 Sep - 23:14

La douleur devenait - ou plutôt était - intolérable chaque fois qu'il esquissait un mouvement. Oui, il était blessé. Côtes fêlées. Rien de particulièrement grave, en ce sens où il n'en mourrait pas, mais cela l'était au point qu'il ne pouvait plus esquisser le moindre geste sans souffrir et que sa réflexion en était affectée. Il n'aimait pas la douleur, sauf chez les autres où il s'en délectait avec grands plaisir et joie; mais la sienne... Il n'avait pas beaucoup de volonté sur ce point et il se sentait volontiers défaillir, il avait beau avoir une certaine taille et carrure, il n'en demeurait pas moins vulnérable. Dites adieu aux clichés, merci.

Il lui sembla entendre vite fait l'inspecteur appeler les secours.

Dans sa tête, c'étaient comme des vapeurs brumeuses et toxiques qui envahissaient son cerveau. Il ne se sentait vraiment pas très bien.


- Comment se fait-il qu'un agent uniquement chargé de vous surveiller se décide à outrepasser les règles et à s'en prendre à vous ? Vous connaissez cet homme ?

Par automatisme, les lèvres de Judicaël s'ouvrirent comme pour répondre à la question alors que lui-même ne savait pas ce qu'il devait lui dire; d'autant plus qu'il n'avait entendu que des bribes. La douleur ne l'aidait pas à réfléchir.

Les sirènes se firent entendre, l'ouïe de Judicaël se focalisait là-dessus. Et soudainement, son cerveau lui rappela que l'inspecteur lui avait parlé, qu'il lui avait posé une question; ce qu'il avait dit se fit plus clair dans sa tête. Avec du retard il lui répondit en grimaçant, économisant son souffle pour ne pas que ses côtes se soulèvent:


-Oui...il m'a...déjà...arrêté...

Il avouait s'être déjà fait arrêté. Toutefois, pour l'heure, il n'avait techniquement rien fait de mal. Réellement journaliste payé pour écrire sur des scènes de crime, ce qui était vérifiable par sa carte de journaliste, le blog mais aussi en téléphonant directement à ses supérieurs: il pouvait être là, prendre des notes, il n'avait jamais dérangé personne et avait même parfois aidé lorsqu'on lui permettait de parler et de donner son avis parce qu'il avait vu un détail particulier qui l'intriguait et qui en fait était un indice pour une affaire.

****

L'agent Henry Barnabas s'était éloigné de quelques rues seulement et avait appelé Diane Chase pour la prévenir; son cher aîné avait reçu l'aide d'un inspecteur de police. Et chinois en plus ! avait ragé cette formidable petite soeur. Elle raccrocha en ayant pris le soin de dire à Henry Barnabas qu'elle lui enverrait son paiement quand elle le pourrait. Satisfait, Henry Barnabas s'en retournait chez lui mais il se heurta à quelqu'un.


-Merci, j'ai toutes les preuves que je voulais.

Elle rangea l'enregistreur et d'une main experte, en quelques mouvements, elle laissa l'agent choir sur le sol, incapable de crier quoique ce soit, ne faisant plus que gigoter dans une mare de sang. Ayant pris soin de ne pas même marcher dedans, elle s'éloigna, ni vue ni connue; elle avait juste enfin pu remplir sa mission.
Tandis que Judicaël Chase allait être embarqué par les secours, à quelques rues de là, Henry Barnabas agonisait dans son sang, carotide percée.


****

Deux heures avant les événements.

-N'oublie pas de bien te mettre sur le côté pour éviter que le sang ne gicle sur toi !

-Je sais exactement comment on fait pour tuer quelqu'un en lui tranchant la gorge ou en lui perçant la carotide sans m'en mettre partout.

-Ah bon ? T'es pas médecine pourtant, hein...et t'as pas l'air d'avoir tué grand monde !

-Te souviens-tu de la fois où tu avais reçu l'ordre de tuer des Taniguchi à une réunion mais que tu n'as pas pu le faire parce qu'à ton arrivée, ils étaient tous morts ?

-Ouais !...mais attends, même le chef il sait pas...alors comment...?

Elle lui sourit, posa son verre de vin blanc sur la table basse et elle se cala au fond du fauteuil de son salon.

****

L'inspecteur Wang n'avait pas fini d'en voir pour aujourd'hui.

_________________
Thème de Judicaël Chase
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wang Zhen Zhong

avatar

Situation : Célibataire
Autres comptes : ///
Crédits : @Janus
Messages : 23
Date de naissance : 28/06/1995

MessageSujet: Re: Tumulte d'angoisses [PV: Judicaël Chase]   Sam 7 Oct - 20:13

Quelques heures plus tard.

L'ambulance avait transporté le dénommé Judicaël jusqu'à l'hôpital le plus proche et en tant que personne compréhensive, Zhong avait décidé de lui lâcher la grappe pour mieux revenir au moment le plus approprié, celui où il serait disposé à parler avec l'inspecteur chinois. Il avait beau retourner les événements dans son cerveau. C'était la réponse la plus logique qui s'était proposée à lui sur le moment et Zhong ne pouvait rien contre ses intuitions; elles le dirigeaient dans chaque étape de sa vie.

Suivre l'ambulance en récupérant sa voiture n'était pas vraiment difficile pour qui était rôdé à ce genre de pratiques. Tout bon policier sait mener une filature dans les règles de l'art et du fait de son expérience sur les routes chinoises, Zhong s'estimait beaucoup plus expérimenté que la plupart de ses collègues d'ici à Elysian Fields. Le tout était de ne jamais perdre du regard pour toujours avoir le contrôle de la situation. Zhong s'épongea légèrement le front nerveusement en tournant la clé dans le contact, il avait presque oublié sa lividité due au fait qu'il se promenait sur le lieu d'un carnage il y a encore quelques minutes. Difficile de vraiment s'y habituer mais nécessaire...

Cet homme avait donc déjà été arrêté, c'était une certitude et Zhong trouvait cet aveu de Judicaël assez rassurant dans le sens où il estimait que s'il avouait, c'est qu'il ne représentait pas une réelle menace mais prudence restait de mise. Zhong, dans sa carrière, avait déjà entendu parler de grands psychopathes et de grands pervers ayant poussé le jeu mental à un niveau qu'aucun être humain lambda aurait pu imaginer. C'est la tout le problème du métier d'enquêteur face aux détours que prend souvent la psyché humaine.

Zhong présenta son badge en arrivant devant le poste d'entrée de l'hôpital à la suite de l'ambulance et exigea qu'on lui cède une place juste en face des urgences. La main sur le volant, Zhong croisa un bref instant le regard de l'ambulancier qui semblait ne pas avoir bien saisi le fait qu'ils étaient suivis et se demandait probablement pour quelle raison la police d'Elysian Fields s'intéressait à Judicaël, ou plutôt ce policier à la face de citron si on se place dans l'esprit de l'ambulancier et que l'on tente de reproduire son vocabulaire des rues. Il est vrai que Zhong dénotait un tout petit peu et que la hiérarchie encourageait moyennement un policier à se déplacer seul sans partenaire sur un lieu surtout depuis l'affaire du Bourreau de Portland. Zhong se souciait assez peu de l'actualité de ce pays tant qu'elle ne le touchait pas directement.

D'un pas décidé, il se dirigea vers l'entrée en suivant l'ambulancier accompagnant Judicaël. Il fut emmené dans une grande pièce où se trouvaient plusieurs lits réglables, chacun séparé par une grande cloison offrant un peu d'intimité à chaque patient. On allongea Judicaël sur l'un d'eux le temps qu'un infirmier et un médecin de charge ne vienne s'occuper de lui. Dans le grand espace en face de chaque lit, les infirmiers et les patients en béquilles ou en fauteuil roulant circulaient.

Zhong se servit encore une fois de son badge et rejoint Judicaël là où on l'avait installé. Zhong esquissa ce qu'il pouvait le plus faire ressembler à un sourire avant de reprendre.

- Toujours la forme ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Judicaël Chase

avatar

Age : 40
Situation : Célibataire
Activité criminelle : Serial-killer
Autres comptes : Wang Zhen Shi et Maverick A. Weard
Crédits : Akuma
Messages : 38
Date de naissance : 31/10/1977

MessageSujet: Re: Tumulte d'angoisses [PV: Judicaël Chase]   Ven 27 Oct - 12:18

Dans un demi-sommeil forcé dans l'ambulance, Judicaël revit le visage de son amour perdu, puis de sa soeur lorsqu'ils étaient plus jeunes; il en fut presque attendri, jusqu'à ce qu'il imaginât avoir sa soeur, adulte, juste en face de lui. Ils étaient tous les deux dans la rue, elle le narguait. Un sentiment de haine l'envahit, tout comme celle de gerber. Il se retint. Il finit par se réveiller. Du temps s'était écoulé et il n'était plus au même endroit.

- Toujours la forme ?

Judicaël sourit. Oui, il allait presque bien. L'autre ne viendrait pas le faire chier, du moins l'espérait-il; et il espérait surtout qu'il arrive quelque chose de grave à l'agent Barnabas. Il ne regretterait même pas de l'avoir désiré si fort lorsqu'il saurait qu'il avait été assassiné à quelques rues d'eux, quelques minutes plus tôt.
Toutefois, Judicaël n'était pas dupe, il savait qu'un autre agent de la TAU le remplacerait, mais peut-être que celui-ci ne serait pas aussi zélé et outrancier que son prédécesseur. Ce que personne ne savait à la TAU, c'était le lien que l'agent Barnabas avait tissé avec Diane Chase; il en était tombé amoureux et celle-ci l'avait utilisé en lui promettant monts et merveilles, ayant pleinement en tête de ne jamais rien lui céder. Judicaël s'en doutait mais n'avait pas de réelle preuve; des paroles, des attitudes, des soupçons, jamais rien de bien concret. Et on n'écoutait pas ce qu'il avait à dire parce qu'il était coupable. Peut-être que la donne changerait...
Cependant, même s'il n'avait pas harcelé sa petite soeur depuis longtemps, il n'en restait pas moins un criminel qui avait osé ôter la vie à des innocentes; et il serait condamné pour cela, un jour. Et si la justice des hommes ne l'arrêtait pas, ce serait une autre justice dont les retours de bâtons violents savent calmer les ardeurs.


- Vous...av-vez appelé...l'am...bulance ? M-merci...

Son léger bégaiement revenait. Il n'était pas réellement bègue et il se faisait passer pour tel dans certaines situations, cela le faisait paraître plus faible, donc moins dangereux; mais il était vrai que parfois, cela lui arrivait sans qu'il le fasse exprès, suite à un choc.
Judicaël se demandait ce que le flic lui voulait maintenant, peut-être l'interroger...mais sur quoi exactement ? Sa présence sur les lieux ? Il s'en inquiétait, cela se ressentait; mais qui ne serait pas inquiet face à un flic alors qu'il avait un casier judiciaire, et pas des moindres. Il ne savait pas encore à quel sauce il allait être mangé.

_________________
Thème de Judicaël Chase
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tumulte d'angoisses [PV: Judicaël Chase]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tumulte d'angoisses [PV: Judicaël Chase]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [TERMINE] Retrouvailles inattendues [Chase]
» [SUJET TERMINE] 4 but 2 - La soirée de l'improbable |Chase/Apollo/May/Ange|
» Chase Ryan [Validée]
» [Callelongue] Tumulte Familiale
» Un bourgeon pourri peut éclore. [Chase]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Elysian Fields :: Le coeur d'Elysianfields :: Les habitations :: Quartiers pauvres-
Sauter vers: